Définition de : flic

  • flic
    • ■ (vx) Sergent de ville ; ■ gardien de la paix, agent de police ; policier (en uniforme ou pas), inspecteur, commissaire ; ≈ parfois gendarme ; (par ext.) toute forme d'autorité punitive (caporal d'armes, etc.) ; □ policier héroïque ; □ policier célèbre, reconnu ; □ détective privé ; vigile, garde privé ; □ ancien policier ; □ aller se plaindre à la police
    • fréquence : 337
    • id : 3048

flic & flick ; flique ; cyber-flic ; superflic ; super-flic ; grand flic ; flic privé ; anti-flic ; ex-flic ; □ aller aux flics ; aller chez les flics n.

Définition

■ (vx) Sergent de ville ; ■ gardien de la paix, agent de police ; policier (en uniforme ou pas), inspecteur, commissaire ; ≈ parfois gendarme ; (par ext.) toute forme d'autorité punitive (caporal d'armes, etc.) ; □ policier héroïque ; □ policier célèbre, reconnu ; □ détective privé ; vigile, garde privé ; □ ancien policier ; □ aller se plaindre à la police

ALL : Polizist / ANG : a policeman
fréquence : 337
registre ancien : 9 registre moderne : 7

synonyme : policier famille : flic langue : Allemand

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1828.

1884 1889 1892 1894 1895 1897 1899 1899 1899 1899 1899 1900 1900 1900 1901 1901 1901 1903 1907 1908 1908 1909 1910 1911 1911 1911 1911 1912 1914 1914 1914 1915 1915 1915 1916 1916 1917 1918 1920 1921 1921 1922 1924 1925 1925 1925 1925 1927 1927 1927 1927 1927 1927 1929 1930 1930 1931 1932 1935 1935 1935 1936 1937 1937 1938 1938 1939 1942 1942 1943 1945 1945 1945 1945 1945 1946 1946 1946 1947 1947 1947 1948 1948 1949 1950 1950 1951 1952 1952 1952 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1956 1957 1957 1957 1957 1957 1958 1960 1960 1961 1961 1963 1963 1963 1964 1964 1965 1965 1965 1966 1966 1966 1967 1967 1967 1967 1966 1968 1969 1969 1969 1969 1969 1969 1970 1970 1971 1971 1971 1972 1972 1972 1972 1973 1973 1973 1973 1973 1973 1973 1974 1974 1975 1975 1975 1975 1975 1975 1976 1976 1976 1976 1976 1976 1977 1977 1977 1977 1977 1977 1977 1978 1978 1978 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1980 1980 1980 1980 1980 1980 1981 1981 1981 1981 1981 1981 1982 1982 1982 1983 1983 1983 1983 1983 1984 1984 1984 1984 1984 1985 1985 1985 1985 1986 1987 1987 1987 1988 1988 1988 1989 1989 1990 1990 1990 1990 1992 1992 1993 1993 1993 1993 1994 1994 1994 1994 1995 1995 1995 1995 1995 1997 1997 1997 1997 1998 1998 1998 1999 1999 1999 1999 1999 1999 1999 1999 1999 2000 2000 2001 2001 2001 2002 2002 2002 2002 2002 2002 2003 2003 2003 2003 2003 2003 2003 2003 2003 2004 2004 2004 2004 2004 2004 2004 2004 2004 2005 2005 2005 2006 2006 2006 2006 2007 2007 2007 2008 2008 2008 2009 2009 2010 2011 2011 2011 2011 2012 2012 2013 2015 2015 2016 xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx

3048_courteline_adjudant_flic.jpg: 620x1171, 112k (01 avril 2017 à 23h05) 3048_cpa_1913_lepine_premier_flic_de_france.jpg: 660x510, 151k (01 avril 2017 à 23h05)

Citations

<36 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

FLIC, subst. masc. Pop. et fam. Policier. Flic en uniforme; aller chercher, appeler les flics ; car, ronde de flics. Synon. cogne (pop.), gardien de la paix, poulet (pop.), sergent de ville (vieilli), agent de police. Peut-être deux, trois jours plus tard, on a demandé Courtial au Commissariat... un flic est venu tout exprès... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 476). Alors, je prendrais un pétard et j'irais descendre un flic sur la place Royale ou avec un peu de chance un milicien (SARTRE, Mains sales, 1948, 2e tabl., 4, p. 30) : Alors, Roch a dit qu'il connaissait M. Lépine et qu'il allait téléphoner. Les choses ont changé de tournure. On nous a donné deux agents et un flic en civil. DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 262. P. ext., dépréc. Personne chargée d'exercer des tâches de surveillance et de répression à l'intérieur d'un organisme. Les flics d'une usine. Et lui aussi quand il va passer le seuil de la maison des syndicats, que surveillent les flics patronaux, il pourra dire : Alors la France finit là... (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 501). Rem. La docum. atteste la forme vieillie flique. Sale quartier ! (...) on ne peut pas faire un pas sans rencontrer des fliques! (O. MÉTÉNIER, Lutte amour, 1891, p. 188). V'là qu'y casse ma boutique, maintenant ! il la paiera! il la paiera! ... Maxime, vous allez faire le compte, et s'il ne casque pas les fliques ! (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 6e tabl., 3, p. 261). Prononc. : [flik]. Étymol. et Hist. [1828 « agent de police » ds ESN.]; 1836 flique (PARENT-DUCHÂTELET, De la prostitution dans la ville de Paris, I, 137 ds Fr. mod. t. 15, p. 199); 1856 flic (MICHEL). Prob. empr. à l'arg. des malfaiteurs all. où flick est attesté dès 1510 au sens de « jeune homme, garçon » (cf. FEW t. 15, 2, p. 143a et F. KLUGE, Rotwelsch; Quellen und Wortschatz der Gaunersprache und der verwandten Geheimsprachen p. 53, 76, 79 et passim). Fréq. abs. littér. : 91. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, pp. 239-240. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 10. MONSARRAT (C.). Le Lang. pop. et arg. dans deux rom. de R. Sabatier. Vie Lang. 1974, p. 231. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 44, 87; Sources t. 3 1972 [1930], p. 59. (tlfi:flic)

  • Clemenceau used this word in an address, 1907 : Je suis le premier des flics (MAR)
  • Voir personnage de l'adjudant Flick chez COURT (gb)
  • Orig. incert., p.-ê. de l'argot all. flick « garçon » ou de Fliege « mouche, mouchard » ; la forme flic à dard (flicadard, fliquadard, 1866) désignant le sergent armé, va à l'appui de la seconde hypothèse ; P. Guiraud voit dans flique, flic, un déverbal de flica « claquer », p.-ê. du lat. fligere « battre » (GR)
  • De l'allemand Fliege (mouche), importé début XIX (GARREAU)
  • Anciennement flique, de fliquard = fléchard ou porte-flèche (archet, archet du guet) (AYN)
  • Prob. empr. à l'arg. des malfaiteurs all. où flick est attesté dès 1510 au sens de « jeune homme, garçon » (cf. FEW t. 15, 2, p. 143a et F. KLUGE, Rotwelsch ; Quellen und Wortschatz der Gaunersprache und der verwandten Geheimsprachen p. 53, 76, 79 et passim) (TLFi)
  • Nom courant des fonctionnaires de police. N'est en rien péjoratif (Arnal)
  • Vidocq disait « fligue » ; il semble que ce terme remonte au Moyen-Age. À cette époque, le « Fligue à dard » était l'archer du guet, porteur des flèches. Ziwès était de cet avis. (Arnal)
  • Non péjoratif ; pas outrageant ; cela dépend évidemment de l'intention de celui qui les [poulet et flic] emploie. Ils sont entrés dans la coutume et font partie de notre vie. (Arnal)
  • Terme le plus employé pour désigner le policier en général (tenue ou civil) ; n'est pas péjoratif tant qu'on ne lui adjoint pas le qualificatif de sale... Peu à peu remplacé dans le langage des jeunes par keuf (Michel Alexandre, 1997)
  • De l'allemand fliege (mouche) ; le mot viendrait de : fliquedard ou flique à dard. (Armand2012)
  • flique : « commissaire », v. 1828 ; flic : 1856 (répandu vers 1900) (GR) / Pas dans (LITTRE) / 1828 « agent de police » ds ESN. ; 1836 flique (PARENT-DUCHÂTELET, De la prostitution dans la ville de Paris, I, 137 ds Fr. mod. t. 15, p. 199) ; 1856 flic (MICHEL) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.