languefrancaise.net

Citations relevées dans “L'assistance”

  • Cré nom de nom de nom de nom ! C'est y lourd ! fit le Bel-Ernest en posant son panier sur un banc de la place du Châtelet. – (crénom d'un nom !)
  • Il s'essuya le front longuement, puis ayant retourné les poches de sa cotte pour y trouver quelques débris de tabac, il roula mélancoliquement une cigarette, et l'alluma au cigare d'un passant à qui il demanda poliment du feu. –C'est tout de même triste d'en être réduit à piper des mégots ! – (mégot, piper)
  • Mais quelle chaleur ! Jamais j'ai eu tant la pépie ! Tiens, si je m'enfilais un verre de lance ! Il se leva et alla remplir d'eau le gobelet d'étain de la fontaine Wallace. – (pépie, lance)
  • Ah ! mince ! Ernesse qui est au sirop de grenouilles ! fit une voix derrière lui. Tu veux donc te faire pousser des joncs dans le ventre, mon vieux ? – (sirop de grenouille, Ernesse)
  • –Tiens, Mimile ! Comment que ça va ? –Pas mal, et toi ? – (comment que)
  • Qué que tu fais par là ? –J'vas à Saint-Lago, assister ma gonzesse. – (qu'éque)
  • –J'vas à Saint-Lago, assister ma gonzesse. –Hortense ? Alle est secouée ? –Oui, avant z'hier. –Pour combien ? –A fait quinze jours. – (secoué, 82922)
  • C'est un coup de batterie. –Avec un gonzier ? –Non, avec une lesbombe. – (lesbombe)
  • alle sortait de maladie, c'est pas de veine. A m'a laissé avec trois francs deux sous pour quinze jours ! Tu penses si je suis fauché ! – (tu penses !, fauché, alle)
  • A m'a laissé avec trois francs deux sous pour quinze jours ! Tu penses si je suis fauché ! Va falloir que je m'occupe… aux halles. J'en ai la frousse d'avance, moi qu'aime pas à me lever le matin. – (82923)
  • T'as pas de veine, mon pauv' Ernesse ! Ça me fait mal au ventre de te voir pomper de la wallace. Viens, que je te paye un glass. – (faire mal au ventre, wallace, pomper, glass)
  • figure-toi que la grosse Maria, mon ancienne femme d'il y a deux ans, est en claque depuis six marqués. Vendredi, c'était sa sortie – (claque)
  • figure-toi que la grosse Maria, mon ancienne femme d'il y a deux ans, est en claque depuis six marqués. Vendredi, c'était sa sortie ; comme elle était au pognon et qu'a m'a toujours eu à la bonne, v'là t'y pas qu'a s'met à me chercher dans le Latin, où qu'a sait que je suis maintenant. – (au pognon, alle, femme, le Latin, où que)
  • Juste, alle s'adresse sur le tas d'Hortense à Lisa, une copine à ma femme. Au lieu de venir me chercher, ma Lisa a été prévenir l'autre. – (sur le tas)
  • Hortense, qu'est teigne comme y en a pas, rapplique, cavale sur ma Maria, l'agrafe aux tifes et lui refile une purge… – (teigne, comme y a pas, agrafer, tifs, purge)
  • Hortense, qu'est teigne comme y en a pas, rapplique, cavale sur ma Maria, l'agrafe aux tifes et lui refile une purge… Tu comprends le potin ! Les v'là à se crocheter… les fliques s'amènent… Pas moyen de les faire lâcher, et je te cogne, cogneras-tu ! – (se crocheter, flic, 82924)
  • Le lendemain, le quart les envoie à la Tour. Pan, quinze jours !… – (quart, la Tour, pan !)
  • Je sais tout ça par la Lisa qui m'a dévidé l'affaire, le soir de l'emballage. – (dévider, emballage)
  • Mon Dieu ! que c'est dégoûtant, les pétardières ! – (pétardier)
  • C'est pas fini… tu vas voir. Le lendemain, j'ai t'y pas eu la bêtise de raconter cela au probloque ! Qu'est-ce qui fait ? Il me chipe ma clef – (82925, probloc)
  • –Puisque votre dame est secouée, c'est pas vous qui pourrez payer, est-ce pas ? – (secoué, est-ce pas)
  • Vous me devez déjà huit jours. Quand vous aurez de la braise, vous aurez votre clef. – (braise)
  • Quand vous aurez de la braise, vous aurez votre clef. […] A bien fallu se faire la paire. Depuis ce temps-là, je file la comète et une comète d'une queue !… – (filer la comète)
  • Écoute, mon vieux, dit-il, tu as toujours été pour moi un aminche, un vrai poteau, un social ! – (aminche, poteau, social)
  • Même que dans le temps, tu m'as assisté quand j'étais dans le ballon. – (72277, assister, ballon)
  • Eh bien ! viens à la curée, quand y en a pour deux, y en a pour trois. Entre collègues, faut bien s'aider. – (quand il y en a pour un, il y en a pour deux)
  • –Et ta femme, la Moucheron, quoi qu'a va dire ? –A dira ce qu'a voudra. Je sais bien que ça l'embêtera, mais je m'en fous ! – (quoi que X)
  • –Et l'omnibus donc ! C'est moi qui paye ! Je vas t'accompagner. Quand t'auras fait ta course, on redescendra ensemble, à pattes. – (à pattes)
  • Le Bel-Ernest était radieux. –Ah ! cré nom de nom ! C'est pas dans la haute qu'on trouverait des copains comme toi ! – (crénom d'un nom !, la haute)
  • –Tais-toi, répondait Mimile en se rengorgeant, les gens de la haute c'est des égoïstes. Nous autres, on est des frères ! À quoi que ça sert de se manger le nez ! Je serais bien content que t'en fasses autant pour moi. – (se manger le nez)
  • À quoi que ça sert de se manger le nez ! – (79672)
  • –Tu sais, je te rendrai tout ça. –Mais z'oui ! mais z'oui ! Va donc, vieux lapin ! Bras dessus, bras dessous, tout baguenaudant, les deux amis descendirent à la Maubuée, où logeait Mimile. – (vieux lapin, 82926, bras dessus, bras dessous, baguenauder, 68180, la Maubuée)
  • Bonsoir, Moucheron ! Je t'amène quelqu'un, c' pauv' Ernesse qu' est à la belle, depuis que sa femme est faite. Tu vas mettre un couvert et tirer un matelas. – (être à la belle)
  • La Moucheron, une grande brune de trente-deux ans, aux traits accusés, à la mine dure, se campa toute droite au milieu de la chambre, les poings sur les hanches. –Dis donc ! Depuis quand que c'est l'Hospitalité de nuit ici ? Ah ! non, tu sais, j'en ai assez d'un à nourrir. – (79884, 82927)
  • –Dis donc ! Depuis quand que c'est l'Hospitalité de nuit ici ? Ah ! non, tu sais, j'en ai assez d'un à nourrir. –Ma petite Moucheron… –Y a pas de ma petite Moucheron ! J'en ai assez de ce truc-là ! Je veux bien être bonne fille, mais je veux pas qu'on abuse. – (y a pas de X)
  • Le Bel-Ernest fit deux pas vers la porte. –Du moment que je gêne… –Parfaitement que vous gênez… – (82929)
  • Je suis pas l'Assistance publique. V'là de la soupe, j'aimerais mieux crever que de la faire manger par les autres… Comme si j'en avais trop, de l'argent… pour en jeter par les fenêtres… – (plutôt crever, jeter l'or et l'argent par les fenêtres)
  • Et comme Mimile, horriblement vexé, faisait un geste de menace : –Et puis, toi, crâne pas ! ou je te vas foutre à la porte, tu vas voir si ça va traîner… – (crâner, ne pas traîner)
  • Y a déja longtemps, du reste, que je m'aperçois… Que tu t'aperçois de quoi ? –Je me comprends, ça suffit ! – (se comprendre)
  • Avec moi ça prend pas, je veux tout ou rien ! – (79216)
  • Je suis ici dans mes bois… – (dans ses bois)
  • –Dis donc, Ernesse, j'ai pas rien à fumer, va donc m'acheter un paquet de perlot. – (82930)
  • Mais entre donc, Nenesse ! T'es ici chez toi ! – (82931)
  • Comme dit Mimile, quand y en a pour deux, y en a toujours pour trois. Pas vrai, Mimile ! Pas vrai qu'il faut s'entr'aider ? – (quand il y en a pour un, il y en a pour deux, pas vrai ?)
  • Qué que je te disais, Ernesse, que Moucheron serait trop contente de te recevoir ! – (qu'éque)
  • –Merci bien, fit-il, mâme Moucheron ! Tiens, poteau, v'là ton perlot ! – (m'âme)

<46 citation(s)>