Définition de : baguenauder

  • baguenauder
    • Flâner, se promener, se balader, errer, marcher ; (mil.) marcher, faire des marches militaires, par ironie appliqué aux plus fatigantes marches militaires
    • fréquence : 046
    • id : 2628

baguenauder & se baguenauder ; se bagnoder

Définition

Flâner, se promener, se balader, errer, marcher ; (mil.) marcher, faire des marches militaires, par ironie appliqué aux plus fatigantes marches militaires

ANG : to walk about; to stroll
fréquence : 046
registre ancien : 4 registre moderne : 3

synonyme : aller, marcher, se promener, errer usage : militaire, guerre

Chronologie

1894 1896 1900 1901 1907 1908 1910 1914 1915 1915 1918 1918 1918 1918 1919 1920 1922 1946 1946 1951 1952 1953 1953 1954 1954 1954 1956 1956 1957 1957 1959 1959 1960 1960 1960 1961 1963 1969 1973 1977 1979 1981 1998 1999 2002 2004

Citations

1954 En baguenaudant dans la rue Gontaut-Biron, Mayol me glisse : Si tu veux source : 1954. Toute ma vie
1979 allez donc baguenauder devant ce cinéma dont le hall comporte une cabine de photomaton source : 1979. Les mauvais lieux de Paris
1946 La deuxième fois, nous sommes allés baguenauder assez loin source : 1946. Le cinquième procédé
1956 J'aime ça, moi, baguenauder dans Paris source : 1956. M'as-tu vu en cadavre ?
1954 Je l'ai accueilli de loin, faisant mine de baguenauder dans le matin acide source : 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville
1954 je suis allé ce matin baguenauder aux « Puces » de Bicêtre source : 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville
1959 où, à travers les rues étroites, des bandes de gars comme eux baguenaudaient, côtoyant les beautés au garde-à-vous source : 1959. La route mauve
1914 Réveillés à trois heures du matin, nous avons «baguenaudé» toute la journée en surveillant nonchalammant les derniers préparatifs source : 1914. Le cahier rouge, dans Georges Ducroq, Le tombeau de Marcel Drouet
1953 j'repère un gonze habillé en Fritz, qui se baguenaudait, peinard, même que j'pense qu'i s'apprêtait à poser culotte et qu'i tâtait un coin pour ça source : 1953. Allons z'enfants
2004 Profitant des perms (délivrées au compte-gouttes), il pouvait baguenauder en ville, se payer un repas potable source : 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne
1977 La rue, c'est pas fait pour se baguenauder, une souris au bras. Seul ou avec les copains, c'est marre. source : 1977. Faut pas rire avec les barbares
1953 on s'était baguenaudé dans tous les grands hôtels, nos pieds avaient foulé tous les sables des plages. source : 1953. Alors, pommadé, tu jactes ?

<12 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Forme pronominale due à un chevauchement de se trotter, se faire la paire, etc. (Esnault1919)

  • Se promener les mains dans les poches : la baguenaude est une amusette ; le mot est formé de bague : bouche (all. Backe mandibule) et naude : nez (comme dans renaud pour renache) : baguenauder est badauder de la bouche et du museau ou nez (TIM cité par DEL)
  • Par ironie (SAIN-TRANCH)
  • XVIIIe (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).