tifs

tifs (tableau rapide)
tifs Cheveux ; □ coupe de cheveux ; □ couper les cheveux ; se couper les cheveux ; □ perdre ses cheveux
synonyme cheveux
date 1883
fréquence 68

tifs

& tif (sing.) ; tifes ; tiffes ; □ coupe de tifs ; □ couper les tifs ; se rogner les tifs ; □ pomer ses tifs

n.m.

Définition

Cheveux ; □ coupe de cheveux ; □ couper les cheveux ; se couper les cheveux ; □ perdre ses cheveux ALL : Haare

registre ancien : 8 registre moderne : 5

Synonyme : cheveux Famille : tifs (cheveux) Usage : anatomie

Citations
1957 Il avait la cinquantaine, la taille moyenne, les tifs dégarnis source : 1957. Du riffifi chez les femmes
1957 Il a dû changer, il a dû vieillir et avoir perdu sa bedaine, et, à la vitesse qu'il pomait ses tifs, il doit avoir le crâne comme un oeuf… source : 1957?. Dix ans de frigo
2015 Je fais peine à voir. Plus un tif sur le caillou, moi, l'ancien chevelu. La peau sur les os, moi qui portais une bouée de sauvetage autour de la taille. Ma gueule est ravagée. source : 2015. Phi Prob
1955 C'était le mec aux tifs blancs, le bouffeur de lentilles source : 1955. La nuit de Saint-Germain-des-Prés (Les nouveaux mystères de Paris, 6e arrondissement)
1953 On va t'couper les tifs à ras ? source : 1953. Allons z'enfants
2011 vous avez changé de coiffure, non ? –Vous aimez ? Elle fait un tour sur elle-même pour que je puisse mieux voir sa permanente et le noeud rouge qu'elle s'est collé dans les tifs. source : 2011. La nuit du vigile
1956 ces saloperies de papelards [papiers tue-mouches] sont fixés trop bas et je suis obligé de me détrancher pour ne pas m'y coller les tifs. source : 1956. Fais gaffe à tes os

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

TIF, TIFFE, subst. masc.

Arg., pop., gén. au plur. Cheveu. Quand on reviendra dans deux ans, le temps que les tifs vous repoussent, il ne restera plus rien, plus rien de l'armée, on oubliera tout ce qu'ils nous auront appris (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 108). Ma mère raconte pas non plus comment qu'il la trimbalait, Auguste, par les tiffes, à travers l'arrière-boutique (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 45).

Prononc. et Orth.: [tif]. Plur. des tifs, tiffes. Étymol. et Hist. [1883 tiffe (s. réf. ds CHAUTARD Vie étrange Argot, p. 493)] 1884 tiffe (VILLATTE, Parisismen, p. 217: tiffes [...] Haare); 1896 tif (DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., p. 334: cheveux [...] Tiffes, Tifs). Orig. obsc. Peut-être dér. de tifer, en usage dans qq. dial. aux sens de « parer, orner, habiller, arranger », et en partic. en wall. tiffé « coiffer » (1792, Ph. AUBRY, Dict. du patois du duché de Bouillon, éd. A. Gazier ds R. Lang. rom. t. 14, p. 180; cf. SAIN. Lang. par., p. 302), issu de l'a. fr. tifer « parer, orner » (v. attifer; FEW t. 17, p. 332a, s.v. *tipfôn), d'où est également dér. l'a. fr. tiffeure « parure, coiffure » (av. 1188, Partonopeu de Blois, éd. J. Gildea, append. I, 1186). Selon ESN., tif serait un empr. au dauph. tifo « paille » (cf. MISTRAL: tifo, estifo [...] fétu, chose de peu de valeur, en Dauphiné; FEW t. 13, 2, p. 456a, s.v. typhe). ESN. mentionne également un dér. tiffots « cheveux » (1879, récit de Doibel, souteneur, rapporté par MACÉ, Musée crim., 1890, p. 144: sa serait Casse-Bras qui vous rafraîchirais les tiffots [...] le bourreau se chargerait de vous couper les cheveux). Fréq. abs. littér. : 17. Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 291. (tlfi:tif) /

Proprement attifets ; ajustement de la tête (sens champenois de tiffe) (SAINXIX) / Tiffe est une corruption de tignasse (VIR) / Signifie : paille (AYN) / De l'anc. franç. tifer, v. 1170 (du germanique tipfon) «parer, orner», et, spécialt, (1789) « coiffer » ; cf. anc. franç. tiffeure « parure ; coiffure », XIIe → Attifer (GR) / Orig. obsc. Peut-être dér. de tifer, en usage dans qq. dial. aux sens de « parer, orner, habiller, arranger », et en partic. en wall. tiffé « coiffer » (1792, Ph. AUBRY, Dict. du patois du duché de Bouillon, éd. A. Gazier ds R. Lang. rom. t. 14, p. 180 ; cf. SAIN. Lang. par., p. 302), issu de l'a. fr. tifer « parer, orner » (v. attifer ; FEW t. 17, p. 332a, s.v. tipfôn), d'où est également dér. l'a. fr. tiffeure « parure, coiffure » (av. 1188, Partonopeu de Blois, éd. J. Gildea, append. I, 1186). Selon ESN., tif serait un empr. au dauph. tifo « paille » (cf. MISTRAL : tifo, estifo [...] fétu, chose de peu de valeur, en Dauphiné; FEW t. 13, 2, p. 456a, s.v. typhe) (TLFi) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).