Citations répertoriées dans Bob

1948 on veut prendre la poudre d'escampette… on veut jouer de la fille de l'air… source : 1948. Le client du Café du Commerce (Comédie en un acte pour jeunes gens)
1917 M. Bassinet est descendu dans la cave non sans difficultés. –Dans la cave ! Vous bousculez ! … Enfin il a cédé aux objurgations du personnel et des clients de l'hôtel source : 1917. Chignole (la guerre aérienne)
1925 vous êtes dans la vraie ligne de votre religion qui a été fondée par un juif internationaliste et antimilitariste : vous voulez détruire, comme l'a fait votre maître. […] –N'abîmez pas Notre-Seigneur. Il a prêché la bonté, la justice source : 1925. Mon curé chez les pauvres
1925 c'était un chic type, mais ses prêtres nous l'ont changé. Aujourd'hui, il est contre nous… À ces mots, l'abbé Pellegrin se dressa, rouge d'indignation, et s'écria : –Non, mais des fois ! Vous l'abîmez source : 1925. Mon curé chez les pauvres
1915 Soudain, sans qu'on ait rien vu, les « abeilles » se mettent à bourdonner… Zoûû !… Zoûû !… Zoûû !… Les Boches nous ont découverts et ils nous envoient du zinc… source : 1915. Les poilus de la 9e
1916 des centaines d'obus, en rafale, s'abattent sur les ouvrages ennemis, des mouches de métal bourdonnent en tous sens et viennent se poser avec un crissement métallique au fond des boyaux. « La danse commence ». source : 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre
1917 partout autour on entendait voler des mouches qu'on n'voyait pas : dzzi ! dzzi ! dzzi !… Elles passaient si vite et si près qu'on n'pouvait pas s'empêcher d'baisser la tête… Et on a tout de suite compris qu'c'étaient les balles. source : 1917. Nuits de guerre (Hauts de Meuse)
1916 un obus allemand vient éclater à vingt mètres […] et voilà qu'une chose invisible passe en ronflant tout près de mon nez : c'est un éclat. « Tiens ! les frelons… » source : 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914)
1980 D'habitude les rapaces ne se bectent pas entre-eux, alors en enfisculer un c'est l'sommet ! –Ah ! Ah ! Ah ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Ben merde alors ! Ils ont même anchristé le fiscard de service ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Allons, mec, y'a pas de quoi en faire un fromage ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –C'est une erreur… Je suis innocent… –Raconte ça à d'autres ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Et d'un ! Et maintenant au suivant de ces messieurs ! –… À la curée ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –On tient le bon bout ! –Eh ouais ! Surtout ne change pas de main ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Je ne sais que faire pour te remercier ! –C'est pourtant fastoche ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1915 Et alors, comme visites, un défilé qui s'posait là ! Des dames avec des gants, des généraux, des bon'hommes ayant des crachats jusque su l'ventre, pis l'évêque, les préfet, des journalisses… source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard
1980 On ne t'a donc jamais appris dans ton pays qu'il fallait masser Popaul pour qu'il se mette au garde-à-vous ? source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Tu as chopé une maladie honteuse ? source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Comment le sais-tu ? –C'est mon p'tit doigt qui m'l'a dit ! –P'tit ! Et le pouce ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1978 Si tu n'es pas sage, mon petit doigt me le dira et alors là, ce sera « au dodo sans dîner et sans regarder la télé ». source : 1978. Franck Margerin présente : un savant fou, Raoul Aronde, Marcel Kermès
1901 –C'est… c'est mon petit doigt qui me l'a raconté. –Vous avez un petit doigt joliment indiscret source : 1901. Oedipe... voit !, dans L'instinct - Marthe
1980 Avec un popotin comme ça, elle ferait fortune sur les Champs Élysées ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Me pieuter ! –Un jeune gars comme toi ? –On fatigue autant que les vieux ! –Dis plutôt qu't'as core été courir la gueuse ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 J'apprécie pas des masses qu'on me traîte de conard ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Et ça disait quoi ? –Que le conard avait mordu à l'hameçon et que c'était le moment de le ferrer ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Le patron vient de faire rentrer une machine pour photocopier les documents officiels et qui les sort plus vrais que nature ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Spidy, enfin ! Voilà un siècle que je t'attends ! –Faut pas pousser ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1953 Eh, la jactance, ce sera pour plus tard ! décrète Blondy qui aime les choses bien faites. J'en ai pas pour un siècle. source : 1953. ...et ça continue !
2008 Les longues discussions sur le toit l'ennuieront bientôt, Nedjma, elle est pas du genre à s'appesantir des siècles sur une cause perdue. source : 2008. Kiffer sa race
1953 Elle m'a dit qu'elle venait prendre son manteau et je l'attends depuis trois siècles. source : 1953. Alors, pommadé, tu jactes ?
1980 Avec tous les requins qui en croquent et qui nous bouffent la laine sur le dos, on n'est pas prês [sic] de se sortir de l'auberge, bordel ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Ça va core se terminer au page ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Tu sais quand même qu'elle fricote avec le consul honoraire et que le beurre qui est en principe destinés aux Somaliens est revendu en France dans les grandes surfaces ! –Mais c'est dégueulasse ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Le seul moyen de s'en sortir, c'est de se donner la main ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Quand on ne fera plus de différence entre les races, la paix règnera sur cette terre… –Mes couilles ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –La demoiselle est là ! –Fais la entrer ! [elle entre] Bordelum ! –Non ! Je connais ce satyre ! Il m'a agressée dans un ascenseur ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Va te pieuter. Dès qu'elle sera là, je te la ramène ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Tu as du bol ! Je loge justement une fille de l'ambassade des somalies. –C'est du cul ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 C'est dommage pour toi, Spidy, parce que je t'aurais fait le grand jeu ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Calme tes instincts maternels et ouvre bien tes esgourdes ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Spid ! Mon trognon ! Viens avec ta petite mère ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Le devoir m'appelle, bonne nuit ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Tu peux compter sur moi ! –J'y compte bien, ma petite ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Ne t'inquiète pas, je te tiendrai au courant de tout ! Tu peux compter sur moi ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 ils escroquent tous ceux qui leur passent entre les mains… source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Tu montes comme un dieu ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Tu dois t'y connaître en dressage, alors ?! –J'suis un vrai chef ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –C'est joli ! –Eh, je veux ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 A l'feu où j'pense ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1978 quand j'étais petit, j'avais cinq ou six ans, je montrais déjà mon zizi à mes petits camarades et… au collège, j'ai été viré parce que je faisais des partouzes dans les chiottes. Ah oui ! J'étais déjà très en avance. Le feu aux fesses !… source : 1978. Les garçons de passe - Enquête sur la prostitution masculine
1980 –Vous êtes très smart ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Bordel ! Elle en met du temps à se ravaler la façade ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Et alors ? Vous n'avez jamais vu une poire qui s'est fait claquer le museau ? source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Qu'ont-elles toutes à me tomber dans les bras ? Va falloir que je me crève un oeil si je ne veux pas finir par le bout de la queue comme des fleurs ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 À tout à l'heure, ma chagatouse ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –L'affaire se traite avec la collaboration du consul honoraire des Somalies, un homme à notre botte ! –Incroyable ! –Vous pourrez exporter et réimporter autant de beurre que vous voudrez… Les quantités sont illimitées ! –Ouais, mais ça doit coûter un max de pognon, un condé comme ça ! –Une bagatelle en comparaison de ce que ça rapporte ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 L'affaire se traite avec la collaboration du consul honoraire des Somalies, un homme à notre botte ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Snif ! Snif ! Ça pue la merde ! j'suis sur la bonne piste ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Je vous sers un whisky avec des glaçons ? –C'est pas de refus ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 C'est un maître-nageur qui fricote à la bourse qui me l'a appris… source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Moins deux et je me trahissais ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Ça passe au nez et à la barbe du fisc comme un et un font deux ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 N'approchez pas, j'ai perdu mon slibard ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Vise-moi ce calfouette ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Voilà ma modeste demeure [villa luxueuse]. –Il ne se mouche pas avec les doigts, le cureton ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Vous avez là une excellente équipe… –Oui, mais l'emmerde c'est que je puisse pas investir plus ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 J'ai une petite fromagerie, mais avec la gourmandise du fisc, c'est difficile de s'en sortir… source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Si je m'écoutais, je te ferais ta fête ! –Alors écoute-toi ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –T'occupe et fais ce que je te dis ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Ta femme pourrait p't-être se déguiser en bonne soeur… –Mon zob, jamais ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Tu as encore bu l'argent du ménage ? source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 il adore le ballon rond et les petits gironds ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Méfie, mec, cette tante est rusée comme un renard ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Je cherche un cureton un rien pédoque ! –Tu n'vas pas m'dire que t'es d'la jacquette flottante ? source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 (GLOU GLOU GLOU) –Il l'a salement en pente ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Qui est Anita ? –Ma femme, une vraie casse-bombons [sic] ! Elle se plaint tout le temps parce que je suis un vrai pilier de bistrot ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Vas-y mollo, Pompidard ! Sinon gare à Anita ! –M'pompe pas l'air ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Du gros qui tache ! –Un max ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Sont jalpinces [sic]… –Y a de quoi, non ? source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –V'là pompidard ! –Sur une motal ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Y'a du gaz ! –C'est une groupe I ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 J'ai fait les barricades en 68 sur le boulmich ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Plutôt tristounet, le coinceteau ! –Ça s'appelait Chiancome-la-Pluie jadis ! –Ça explique tout ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Beurk, pas terriblum ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Kamikase-en-moins ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Quand on est un queuteur professionnel, c'est du billard ! À tous les coups on va au trou ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Tu ne m'as jamais mise aussi bien ! –Raconte pas de conneries et astique le manche ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Remets-le-me-le… –Qué piège à bites ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Et ta soeur ? –Elle ne bat pas le beurre mais ça va viendre ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –T'as déchargé . –Eh, foutre, oui ! –Et ça te fait rire ? –J'vais pas pleurer sur un coup de burettes ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Uhmmmm… Mon dieu, quel bonheur ! –D'avoir un mari qui t'bricole ? –C'est jouissif ! –J'espère, j'lime pas pour des prunes ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 –Tu en as mis du temps ! –J'vais t'expliquer ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Fallait te mettre en grève, hé ! comme ça, ça faisait la rue Michel ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 C'est le pied royal ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 N'arrête pas de me tringler… je divorce et je t'épouse ! Tu baises comme un dieu ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 V'là une chiotte [voiture] qui ferait bien mon affaire, crevé comme j'suis ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1980 Y'a pas pires salopes que les grenouilles de bénitier ! source : 1980. L'encyclopédé (Prolo)
1917 –Il va être gratiné l'atterrissage !… On va encore rectifier le taxi… source : 1917. Chignole (la guerre aérienne)
1978 J'ai comme l'impression de m'être fait niquer comme un bleu ! source : 1978. C'est l'plombard ! (Prolo)
1978 –Souviens-toi ! Le monteur mécanicien qui vient pour réparer la salle de bain ! […]–Ah ! Le plombard ? –Oui, oui… source : 1978. C'est l'plombard ! (Prolo)

<100 citation(s)>