Citations répertoriées dans Bob

Citations
1791 deux jeunes gens, sous le bras l'un de l'autre, se promenaient derrière lui, et à leur mise on ne pouvait douter qu'ils ne fussent des chevaliers de la manchette. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Sans être natif de Sodome, / À la femme, il préfère l'homme, / Quand il est jeune, et neuf surtout. / Pourquoi pas ? Chacun a son goût. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Bougre en même temps et rivette, / Le ci-devant marquis Villette / Pour les femmes et pour le con, / Sent la plus aversion. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Sans crainte de la chaude-pisse, / Des poulains et de la jaunisse ; / Quand j'ai besoin de décharger, / Je me passe bien d'enconner. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Revenues de leur surprise, et désespérées d'avoir manqué leur coup, elles s'en vengèrent d'une manière presque aussi cruelle source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Le bruit qu'elle fit en marchant sur des feuilles sèches ayant fait tourner la tête au bougre, il se douta de la supercherie, et tenant sa culotte à deux mains, il s'enfuit à courtes jambes source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Le Luxembourg et les Tuileries sont le rendez-vous de tout ce qui fait le commerce foutatif : les putains y font leurs pratiques dans une allée, tandis que les Bardaches font les leurs dans une autre. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 et concluant que Villette était incorrigible, et qu'il serait fouteur en cul en dépit de tout, le renvoyèrent chez ses parents. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 enfin il ne peut résister à ses brûlants désirs ; ils se lève, et emporté par sa passion, il crache sur son vit, se glisse dans le lit du comte, et avec une vigueur extraordinaire pour son âge, il l'enfile jusqu'à la garde, du premier coup. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
2001 il est rare d'être « enfilée jusqu'à la garde » et « défoncée bien à fond » sans que l'assaut n'ait été annoncé à haute voix. source : 2001. La vie sexuelle de Catherine M.
1791 C'était un enfant d'une figure charmante, d'un caractère doux et liant, mais qui avait sucé avec le lait les principes d'une mère aussi honnête qu'aimable. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 Mais il faut que le renard meure dans sa peau. À peine Villette eut-il fait quelques connaissances que la fureur enculatoire le reprit de plus belle. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1791 La chronique assure même que sa mère, pendant qu'elle le portait dans ses flancs sentait une démangeaison presque continuelle à l'anus, une sensation presque semblable à celle que procure une canule douce qu'on nous insinue dans cette partie, lorsque le besoin l'exige. […] La femme d'un apothicaire dont la maison était attenante à celle de Mme de Villette, en conclut intérieurement que son mari avait fricassé les épinards avec sa voisine. source : 1791. Vie privée et publique du ci-derrière Marquis de Villette, citoyen rétroactif
1790 À vous, Madeleine la blonde, / Qui demeuriez en Paradis, / Vous fûtes putain dans le monde, / Si l'on en croit les érudits : / Mais, dites-moi, ma bonne amie, / N'étiez-vous pas un peu pourrie ? / Car feu Saint Jean pour vous banda, / Et voulut vous foutre en levrette ; / Mais en voyant votre languette, / Il eut peur, et se retira. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Dans un cloître, réduit tranquille, / Parfois l'innocente Nonain, / D'un agréable de la ville, / Reçoit chaude-pisse ou poulain. / Qu'arrive-t-il ? Notre vestale, / Innocemment, et sans scandale, / Poivre son pauvre directeur, / Qui le rend aussi sans scrupule : / Par ce moyen le mal circule / Parmi les vierges du Seigneur. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 reçu sept sols six deniers, et par-dessus le marché, une ondée de foutre dans les fesses. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 et le lendemain de la conservation des ministres, mille et unième bévue de l'assemblée nationale source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 les Bardaches ont mis culotte bas, et les Bougres, bandant comme des satyres, les ont exploités, chacun selon sa vigueur et ses forces. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Le grand maître ayant cessé de parler, un honorable enculeur s'est levé, et a demandé qu'on choisît parmi les plus vigoureux Bougres, trois commissaires qui seraient chargés de veiller au bien de la chose commune source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 à ce récit, je vois vos fesses se serrer de frayeur, et vos vits rentrer dans vos ventres : vous tremblez de voir détruire votre société, d'être forcés à renoncer au doux plaisir d'enculer. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Nous, Huissier de la manchette, reçu et immatriculé au greffe foutatif des allées des Tuileries, Luxembourg et autres lieux suspects de la ville de Paris source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 On peut, il est vrai, gagner la cristalline ; mais, comme cette maladie n'est pas fort commune, le péril n'est pas effrayant. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Fout-on une femme d'une figure commune, le dégoût se met de la partie, et le plaisir est fort peu de chose ; trouve-t-on un con vaste, on lime une heure, on s'éreinte, et l'on finit par débander, sans décharger. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Le cuisinier, enflammé de luxure, bandait comme un Carme, dévorait sa proie des yeux source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Un marmiton, jeune blondin de quinze ans, beau comme l'Amour, ayant les fesses de Ganymède, était dans un coin de la cuisine, occupé à laver la vaisselle. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Voici le fait tel qu'il est consigné dans les fastes de la fouterie en cul. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Qu'on ne me vienne pas dire qu'une pluie de soufre enflammé les consuma, en punition de leur crime ; c'est une vieille fable sortie du cerveau de quelque rêve-creux, que nos calotins ont eu la finesse d'accréditer pour leur intérêt particulier. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Les habitants de Sodome, eux-mêmes, avaient des femmes qui auraient fait bander des vits en peinture source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Socrate qui enculait Alcibiade au vu et au su de tout le monde source : 1790. Les petits bougres au manège
1780 Quoi ! seigneur, vous baissez / Le pont levis !… Gardez pour quelque nez plus digne / Le bonheur de pêcher vos étrons à la ligne source : 1780-1800. Caquire, parodie de Zaïre
1790 Toutes vos raisons, me dira-t-on peut-être, ne justifient point le penchant abominable que vous et vos semblables avez toujours eu pour la pêche des étrons à la ligne source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 les fouteuses et compagnie avouent qu'elles ont foutu avec les députés, plus de coups qu'elles n'ont de poils au cul source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 et les branleuses de la place Louis XV, elles-mêmes, ne donneraient pas une douce pour un assignat de cent livres source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Gamahucher, se laisser enculer, foutre en tétons, entre cuisses, sous les aisselles, tout leur est égal, pourvu qu'on fasse briller l'or à leurs yeux source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 je vois une maladie affreuse, la vérole […] mettre sur les dents les meilleurs athlètes de la fouterie source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 les délices que goûte un brave fouteur, au moment qu'il inonde d'un déluge de foutre un con couronné d'une motte aussi velue que ferme ! source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Sans doute, l'usage que font les fouteuses de leurs détestables engins n'est rien moins que naturel puisque ce n'est point pour le plaisir de se reproduire, mais bien pour satisfaire leur insatiable avidité, ou leur goût effréné pour la fouterie, qu'elles foutent à tort et à travers. source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Les fouteuses et compagnie doivent être déclarées non-recevables, si elles ne sont point fondées en droit source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 des branleuses dont la main couverte de gale devrait sécher à l'approche d'un vit source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 les fouteuses de Paris, ces vrais boîtes de Pandore, dont le con, réceptacle de toutes les infirmités, devrait être cousu à double couture source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 pourvu que j'enfourche un jeune blondin aux fesses rebondies ; pourvu que je lui lave délicieusement l'anus l'anus d'un déluge de foutre, mes voeux sont remplis source : 1790. Les petits bougres au manège
1790 Foutons, branlons, enconnons-nous, laissons-nous enculer, et nom d'un Dieu ! ne nous plaignons jamais que d'être mal-foutues. source : 1790. Réclamation des courtisanes parisiennes adressée à l'Assemblée Nationale
1790 Un autre mot, non moins injurieux que le premier, est celui de Têtasse. Têtasse, Mesdames, est lui seul aussi dégoûtant que tous les autres. La mortification tacite qu'éprouvent à chaque instant celles que l'âge ou l'excès de la jouissance ont rendues Têtassières, n'est-elle pas assez douloureuse, sans y ajouter le reproche de cette malheureuse situation ? source : 1790. Réclamation des courtisanes parisiennes adressée à l'Assemblée Nationale
1790 Mesdames, Conasse est le premier mot que j'offre à votre indignation. Ce mot terrible, fait lui seul pour révolter toutes les Courtisannes, j'ose dire même celles à qui il convient le plus, nous est adapté sans cesse par des milliers de Petits-maîtres impuissans qui ne devroient trouver dans notre grandeur que le reproche de leur petitesse. source : 1790. Réclamation des courtisanes parisiennes adressée à l'Assemblée Nationale
1790 Instruite, sans doute, du mot de Piron, à Madame de ***, que, pour faire des vers, il falloit avoir des couilles au cul, Mademoiselle Testard a présumé qu'il en falloit autant pour faire de bonne prose ; delà, ses assiduités auprès des Representans de la Nation, et parmi les douze cens dont elle peut se flatter de connoître à fond les deux tiers, aucun n'a démenti l'opinion qu'elle en avoit conçue. source : 1790. Réclamation des courtisanes parisiennes adressée à l'Assemblée Nationale
1790 Comme il est requis, ordonnons / Que tout marchand de cristalline / Ayant pour plumet une pine, / Porte écrit au milieu du front, / En caractère gros Canon, / Pour que de loin on le devine, / Je suis ramasseur de marron source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Concluons à ce qu'il soit fait / Ainsi que putains et toupies, / Dans leur Requête l'ont requis source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 L'abbé Maury, fouteur ardent, / Et connaissant tout le mystère / De ce qu'on appelle boucan source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Quant aux hommes à l'air transi, / Qui se font secouer le vit, / Et dont la mine pâle et blême / Nous représente le carême ; / Ordonnez-leur que chaque fois / Ils donnent douze sous tournois / À la complaisante branleuse / Qui, d'une main douce et moelleuse, / Leur donne le plaisir charmant / De décharger en les grattant. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Qui veut baiser ou patiner un con, / […] / Dépose une certaine somme / Entre les mains de la matronne, / Si toutefois matrone il y a / Ou dans les mains de la personne / À qui le fouteur écherra ; / Avant que la besogne commence ; / Car autrement après la danse, / Le fouteur saisit son chapeau, / Son manchon ou bien son manteau, / Et puis, nous crachant sur la face, / Tout court, il nous brûle paillasse source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 tout homme / Jeune ou vieux, brun ou blond, / Qui veut baiser ou patiner un con, / Foutre entre cuisse et tirer en téton source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Flétrisse le bougre cynique, / Qui, poussé par son goût lubrique / Ose de sa paillarde pique, / Farfouiller un vilain fessier, / Toujours plus sale qu'un bourbier source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Ordonnez donc que tout bardache / Soit coiffé de certain panache / Qui le fasse montrer au doigt source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Afin que vous puissiez sans risque / Avec nous jouer à la brisque, / Et vous délasser, chaque jour, / De vos travaux dans les bras de l'amour. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 quand la jeunesse, / Oubliant un instant la fesse, / Vient pour se ragoûter chez nous, / Sans égard pour notre détresse, / Loin de payer avec largesse, / Elle nous accable de coups. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 plus rien à faire, / Et notre principale affaire / Se borne à branler quelques vits, / Toujours très mous, souvent pourris. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Lorsque sans poivre ni muscade / Le ciel eut fait une grillade / De Sodome et des environs / Pour avoir négligé les cons, / Pour punir la manie indigne / De pêcher la merde à la ligne, / Les cons reprirent le dessus source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Et le célèbre Tertullien, / Ce contemporain d'Origène, / Coupa, dit-on, son vit sans peine / Parce qu'il n'était bien à rien. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Adieu, en attendant des fouteurs, je vais me faire gamahucher. Foutre ou boire, c'est la devise de ton amie. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 viens me voir seulement, apporte ma bouteille de rogôme, nous boirons la goutte nationale ensemble, car c'est un préalable indispensable source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Mais de quoi t'avises-tu de ne plus bander à ton âge ? Pauvre fouteur ! tu ne t'es peut-être adressé à qu'à des novices qui ne connaissent pas toutes les ressources des vieilles putains comme moi. Va ! mon pauvre Bande-à-l'aise, ou je te ferai bander moi qui te parle, ou le diable emportera plutôt l'assemblée nationale source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 heureusement la lettre n'était pas longue, sans cela, je crois, le diable m'emporte, que je me serais fondue en foutre source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 j'ai proposé au porteur de se payer sur la pièce, en me foutant en téton ; il a accepté la proposition et m'a barbouillé toute la figure de foutre source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Mon cher Bande-à-l'Aise, Je me branlais le con d'une main ; et me grattais la motte de l'autre, lorsque ta lettre m'est parvenue. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 J'ai aussi une antipathie décidée contre les brûleurs de paillasses, parce qu'il faut que chacun vive de son métier, soit qu'il gagne son pain à la sueur de son front, soit qu'il le gagne à la sueur de son cul. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 lorsque je bandais encore, je me serais branlé jusqu'au sang, plutôt que d'insinuer mon vit entre deux fesses dont je l'aurais tiré tout merdeux. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Je déteste les Bardaches et les Bougres qui pêchent les étrons à la ligne source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 une goutte de sperme, un verre de sacré-chien étaient pour toi des arguments irrésistibles source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Les chancres, les poulains, la chaude-pisse, la vérole même la plus complète ne t'ont jamais fait pâlir. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 en un mot tout ce qui peut contribuer au plaisir des couilles, est chez toi de la dernière perfection. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Tu réunis au suprême degré, le goût de l'ivrognerie au libertinage le plus effréné ; rogômiste insatiable, autant que fouteuse infatigable, tu passes alternativement des bras de Bacchus, dans ceux de Priape, avec cette fureur qui n'appartient qu'à toi. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 patiner tes fesses aussi blanches, aussi fermes que le plus beau marbre source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 la plus paillarde vénération pour toi, admirable gueuse, coryphée des putains, modèle des branleuses, prototype des gamahucheuses. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1789 Un très-habile calculateur a démontré, qu'à Paris seulement, il se versoit par les gamahucheurs, trois muids & demi de foutre, ce qui auroit donné la vie à trente mille enfans, en supposant que sur tous les coups il n'y eut qu'un neuvième qui portât. source : 1789. Dom-Bougre aux états-généraux, ou doléances du portier des Chartreux
1790 L'an second de la régénération foutative source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 À Gamahuchon, et se trouve chez toutes les Fouteuses Nationales. source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses contre les bougres, les bardaches et les brûleurs de paillasses source : 1790. Requête et décret en faveur des putains, des fouteuses, des macquerelles et des branleuses
1790 Hubert, Concierge de la prison du Palais. C'est de Madame sa femme sa femme qu'il tient ses patentes de bougrerie ; elle se fait maintenant travailler le joyeux, par le sieur Larchier, Officier de Robe-Courte. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Nécard, Guichetier du Grand-Châtelet. Tous les prisonniers de la paille rendent justice à son goût et à ses talents pour gamahucher en c(u)l et en c(o)n. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Le Buvetier de la Salle neuve du Palais. Pendant l'opération florentine, il joue de trois instruments à la fois… source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 L'Abbé Lemintier, Évêque de Tréguier, qui réunit tous les titres de bougrerie et de jeanfoutrerie. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Tous Médecins, Chirurgiens, déclarés ou non, assassins par brevet de la Faculté, seront tenus de prêter leur ministère à la guérison de la Cristalline source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 L'Assemblée des Bougres, Bardaches, Bardachins, Bardachinets et Tribades, à laquelle, pour grâce spéciale, sont annexées les Chevalières de la Pantoufle, Tribades et Croquaneuse, qui ont prononcé le serment de se prêter à tout, et de présenter aux Chevaliers de notre Ordre, ce qu'il leur plaira de découvrir source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 L'Ordre de la Manchette et tous les Chevaliers dudit, épars dans les soixante Districts de Paris source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 J'ai conquis ma livrée et ses alentours ; j'ai bougrifié mes vassaux tant que je l'ai pu ; j'ai sodomisé ma femme, ma nièce, et j'ai introduit la cheville ouvrière jusque dans le fondement de mon palefrenier ; enfin, de tout ce qui m'entourait j'ai fait autant de Bougres, de Bardaches, de Bardachins, Bardachinets ; voilà mes garants. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1954 Fumelèche crut bon, pendant une période de sa vie où il n'en faisait guère usage, de se laisser orner la « cheville vivifiante » dont parlait Rabelais de délicats motifs en spirale source : 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville
1790 instruisons toute la terre, que les grands hommes ont, pour la plupart, été des Anti-Physiciens source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Messieurs, L'Anti-physique, que ses détracteurs ont appelé dérisoirement bougrerie, et que l'ignorance des siècles avait fait envisager jusqu'à nos jours comme un jeu illicite de la lubricité, et que les Jurisconsultes nomment bestialité, sera donc à l'avenir une science connue et enseignée dans toutes les classes de la Société. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 l'Abbé Duviquet y obtint par son hypocrisie, une place de Maître de quartier, qu'il ne conserva pas longtemps ; cette maison n'étant plus ce qu'elle était du temps des Jésuites, de ces braves Bougres qui inculquaient le profond savoir dans la tête, et la sodomie dans le cul de leurs élèves source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Accourez Boug(res), Bardaches, Bardachins, Bardachinets, contemplez & voyez si la mobilité de mon rond ne met pas en défaut la mobilité du vôtre. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 rendre hommage à cette croupe vénérable : examinez ce mouvement de reins, cette agilité de charnière, cette souplesse, & convenez que je me suis rendue égale à vous, quoique d'un autre sexe, & que mes prétentions ont autant de fondement que les vôtres. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 il tinta sa clochette, et rappela à l'ordre tous les Frères, qui, réajustant brayettes et pont-levis, passèrent à la plus importante des discussions source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Les coquins s'y prirent tous / Sens devant derrière, sens dessus dessous. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 On vit Margantin le Notaire, ce roué du beau monde, envoyer la Poupé de Maradan, à la découverte des Bardaches et Bardachins source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 Depuis, on vit Monvel prendre en traître, dans les Champs-Élysées, le pucelage de quelques écoliers ; et, forcé par la circonstance, aller en Bavière, donner des leçons publiques d'anti-physique. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 l'Être suprême […] envoya sur terre la saine philosophie, qui donna sur les oreilles du préjugé source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1790 l'abbé Viennet, le plus zélé partisan de la bougrerie source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale
1784 Il n'est pas nécessaire de faire une loi pour la bougrerie puisque la sodomie fut en usage de temps immémorial, même dès la création du monde et jusque parmi ce qu'on appelle les Saints Pères de l'Église source : 1784. La Cauchoise, ou Mémoires d'une courtisane célèbre, dans Histoire de Marguerite, fille de Suzon, nièce de D** B*****
1976 Si, de nos jours, toute une élite intellectuelle et artistique constitue une sorte de « confrérie d'État », souvenons-nous qu'au XVIIIe siècle toute une catégorie d'initiés se retrouvaient fort galamment sous le signe de la « manchette » et du « mirliton » source : 1976. Un septennat policier - Dessous et secrets de la police républicaine
1790 Députation de l'Ordre de la Manchette aux représentants de tous les ordres pris dans les soixante disctricts de Paris et de Versailles y réunis. source : 1790. Les enfans de Sodome à l'Assemblée nationale

<100 citation(s)>