Citations répertoriées dans Bob

Citations
1995 Ils ont des casiers judiciaires noirs comme un mur de toilettes de gare. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Quand on rentre au C.J.D., l'aventure se prolonge de cent trente-six façons. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Ils prennent conscience qu'ils sont, tous les deux, des terrestres. Qu'ils ne sortent ni l'un ni l'autre de la cuisse de Jupiter. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Ce jus n'est pas terrible, il faudrait vraiment changer de marque… source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Ils considéraient que leur rôle était de garder des détenus, point final. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 tous ces partenaires nous ont fait confiance et c'est d'autant plus à leur honneur que la plupart ignoraient complètement où ils mettaient les pieds. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 ils ont connu les mêmes galères que les jeunes détenus source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 « Tu m'insultes ? Parfait. Je vais faire un rapport. –Ouais, n... ta mère, etc. » source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 elle n'induit pas le surveillé à penser qu'il est un paria à ne pas prendre avec des pincettes. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 « Mais, attends voir. Tu mangeais avec les voyous ? » (« Les voyous » : c'est couramment le terme que les surveillants emploient pour désigner les détenus.) source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 qui prendrait systématiquement le parti des détenus, serait infichu de tenir la boîte et transformerait rapidement celle-ci en pétaudière. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 la rumeur s'était répandue que j'étais un ancien éducateur. Les surveillants m'imaginaient donc sous les espèces d'un laxiste de la plus belle eau source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Les surveillants ne pourront plus gouverner le flux. Ce sera le bin's, la cohue, le chambard, la pagaille. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 on s'imagine que le commandement s'y effectue le plus simplement du monde. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 À décider seul dans la tour d'ivoire de son bureau, à gouverner autoritairement par ukases et décrets, on irait au casse-pipe à coup sûr. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Le voilà en cavale comme un grand. Son signalement est diffusé dans toutes les gendarmeries de France. On parle de lui dans les prisons, et dans quelques chaumières. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Au-delà du jargon vaguement « psy » qu'il a appris chez les éducateurs et qu'il restitue aux travailleurs sociaux de la prison pour les mettre dans sa poche, sa jeune parole sonne juste source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 L'expert comprend vite sa douleur. Richio lui envoie la table en travers de la figure. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Au C.J.D., Richio, d'emblée, fait le diable à quatre. Les surveillants le comparent à une Cocotte-Minute toujours à la veille d'exploser. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Dès qu'il a fumé un joint, ou bouffé des médocs, il organise pour ses séides des rodéos mirobolants. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Tout en s'affirmant hautement dealer, et surtout pas minable toxicomane, Richio se pique, prend des « médocs », sniffe du spy, fume de l'herbe. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Dans son histoire familiale, le bien et le mal existent bel et bien comme valeurs de référence, mais tout ça confus, mélangé, Dieu le Père lui-même n'y retrouverait pas ses billes. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 On ne fera pas de Richio un petit saint en deux coups de cuillère à pot. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Et même, les éducs ont bien compris ce qui pouvait sortir de la délinquance cet attachant sauvageon. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 il est déjà, à dix ans, enfoncé jusqu'au cou dans la délinquance. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Le scandale est énorme. Richio doit demander pardon, faire son bourgeois de Calais. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Un peu plus tard, pin-pon, pin-pon, voilà les flics qui débarquent à l'école. source : 1995. La zonzon de Fleury
1979 Les enfants, ça va… parce qu'il y a le « pim-pom », alors ils pensent qu'il y a la police source : 1979. Morgue - Enquête sur le cadavre et ses usages
1995 Le gamin esquive le coup et, en une riposte instinctive, attrape la maîtresse par les cheveux, et tire. Aïe aïe aïe. Les cheveux s'arrachent et lui viennent dans la main. La maîtresse porte une perruque. source : 1995. La zonzon de Fleury
1931 Regardez ce groupe assemblé en demi-cercle. Ceux qui le composent donnent l'impression de bayer aux corneilles. L'impression est fausse : le caïd va allumer une cigarette, et après en avoir tiré une bouffée de fumée, il la fera circuler… source : 1931. Enfants du malheur !
1960 –Alors, dit Zoullika dans son arabe criard, tu entres au lieu de bayer aux corneilles. source : 1960. Les Centurions
1995 et sa jeune vie représente une assez belle illustration du proverbial tel père, tel fils. Il a de qui tenir. La truanderie est de tradition dans la famille. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Richio, au premier abord, c'est l'Amoralité faite homme source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 juge pour enfants, condamnation avec sursis et tout d'un coup : la « révoquante » qui vous fait tomber en cascade sur le coin du nez toutes les condamnations précédentes. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Des Mafoud, des Nourredine, il en passe chaque année quelques centaines au C.J.D. Tous ont, en gros, le même itinéraire : naissance dans les Hachloums, enfances perturbées, scolarités ratées, mauvaises rencontres, éducation morale laissée à la discrétion des dieux infernaux du hasard et de la téloche source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Au moment de son arrestation pour trafic de drogue, racket, violence et autres gentillesses, Nourredine vivait avec une femme beaucoup plus âgée que lui source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 avaient la sale manie de le mettre en avant dans les mauvais coups pour le laisser se démerder tout seul quand les choses tournaient mal. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Il a une pelletée de copains. Ceux-ci le reconnaissent volontiers pour chef, pour capitaine. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Inutile de préciser que, pour lui, c'est bien fini les études, et qu'il a également envoyé valser la famille. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Chaque année, à la rentrée, il dresse une liste de ses bonnes résolutions. Il se dit qu'il va repartir du bon pied, y mettre du sien, arrêter les conneries. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Nourredine, chassé de partout, échoue dans des boîtes privées où sa scolarité est payée par les services sociaux. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 À force d'à force, Nourredine est renvoyé de l'école publique. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 J'ai lu plus d'une fois des professions de foi de cette farine sur les murs des chiottes de gare. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 une morale simpliste, dont on peut résumer les principes en une phrase : « Dans la vie, il y a les baiseurs, et il y a les baisés… » source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Décidé à se procurer son apanage par tous les moyens possibles et imaginables […] source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 À la naissance de Nourredine, le père et la mère sont tous deux présents au foyer. C'est déjà quelque chose. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Il croit piquer, il croit niquer, il croit b... la g... à tout le monde, et, au bout du compte, c'est lui qui se fait avoir source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Au procès, Mafoud se prend cinq ans. source : 1995. La zonzon de Fleury
1984 Sans compter avec tous ces mirages, le risque de se prendre une bombe… source : 1984. Ricky VII
1984 Tiens, c'est comme le Japon !… Risquer de se prendre un coup de sabre ou de karaté, de manger du poisson cru au mercure ou de se trouver en plein tremblement de terre !… Merci ! source : 1984. Ricky VII
1995 On est au quatrième étage, je l'ai dit, et les fenêtres du bâtiment sont complètement pourries. […] Mafoud bondit, pousse l'insulteur d'un bon coup, et l'insulteur, grand et pesant, passe comme une fleur grande et pesante à travers la fenêtre vermoulue. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 un black géant, grand et gros, large comme une armoire de marchand de cochons. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Hélas, comme dit l'autre, rien n'est jamais acquis à l'homme. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Il apprend le zaïrois, ça peut toujours servir. source : 1995. La zonzon de Fleury
source : Sources utilisées par Bob
1995 et vivote ensuite pendant quelque temps en vendant, comme les copains, des merdailles de pacotille sur les marchés de la capitale. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 C'est d'ailleurs une fille saine, qui ne touche qu'au shit, et avec mesure. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 En quinze jours, il est ratiboisé : on lui a piqué son fric, proposé des plans bréneux, et il est en train de rôder au jardin des Plantes source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Un médecin marron du quartier des H.L.M. fournit à Mafoud des plaquettes de Rohypnol, sur la base de cent balles la plaquette. source : 1995. La zonzon de Fleury
1927 Ne lui avait-elle pas donné une carte de visite ornée de ces mots alléchants : « Confiance et discrétion » ? Il ne se doutait pas que la police tient toujours le fil d'Ariane. source : 1927. Maisons de société - Choses vues
1995 Mafoud fait ses études dans une école en préfabriqué, puis dans une classe pétaudière. C'est les années 80, la grande floraison des doctrines spontanéistes dans l'Éducation nationale. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Il boit. Il est tout seul, toute la journée, dans une fosse, tête à tête avec un tapis roulant sur lequel il doit pelleter du sable. À force, il travaille aussi du chapeau. La machine avec laquelle il se coltine prend dans son esprit les proportions d'un shaytan (d'un diable). Il lui parle, il l'invoque, il en rêve la nuit. source : 1995. La zonzon de Fleury
2003 Tous les bons pornographes que j'ai connus « travaillaient du chapeau » source : 2003. La pharmacienne
1995 Le changement d'air ne réussit pas à la famille de Mafoud. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Qu'ils ont appris, en pratiquant la grimpe, à cultiver en eux les vertus qui leur faisaient défaut. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 En sortant de Fleury, beaucoup de jeunes délinquants retournent à leurs ornières. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 La pire chose qu'on puisse faire à un jeune criminel, c'est de le lâcher dans la nature après son temps d'incarcération, sans lui avoir appris à regarder en face son acte et les conséquences de son acte source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Et quelle riposte adopter ? Le mitard ? Interdit par le code. La réprimande ? Autant jouer du pipeau. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 à qui la prison va donner l'occasion de se reprendre – lui qui ne s'appartenait plus –, de se poser – lui qui courait sans cesse –, de réfléchir, de prendre du recul. source : 1995. La zonzon de Fleury
1960 Tiens, pose-toi là… Qu'est-ce que je te donne comme apéro ? Scotch ou champe ? Y a les deux… source : 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
1995 Parfois même, cet amoureux transi a réussi à traverser l'incarcération sans se désintoxiquer physiquement. Il a « pris la fiole », il était « enfiolé », c'est-à-dire qu'il a vécu de pilules et d'eau fraîche, ensuqué tout au long des jours, marchant au radar, en état de dépendance médicamenteuse d'un bout à l'autre de sa détention. source : 1995. La zonzon de Fleury
1987 toutes sortes de médicaments dont les effets sont à peu près semblables à deux procurés par l'alcool et René ingurgite tout. En plus de la « fiole » du soir qu'on lui donne pour dormir… La fiole, pour 99% des détenus, c'est l'assurance du trou noir source : 1987. Voyage à l'intérieur des prisons - Témoignage
1995 Celui-ci, dehors, était toxico jusqu'à la caricature – le genre de gars dont on dit: « T'as vu celui-là ? Il est défoncé comme un terrain de manoeuvres ! » source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 son péché mignon consiste à s'envoyer du perlimpinpin par le travers du corps. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 il n'existe pas un type de drogué, mais trente-six. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Là, dans un baraquement, il attend tranquillement le jour de son embarquement. Ce jour arrive. Le clandestin est conduit à l'aéroport. Et c'est alors que les Athéniens s'atteignent. Le clandestin, qui n'a pas envie de quitter le sol gaulois, commence à faire du schproum. Au pied de l'avion, il rue dans les brancards. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 15 à 20 p. cent seulement ont un nom avéré et une nationalité certaine. Les autres sont écroués sous le nom de (par exemple) Radjouloum, « se disant natif de Trifouillis-les-Oueds ». source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 À l'exception des Polonais qui ne posent généralement aucun problème, tous [les immigrés clandestins] roulent leur caisse, font les glorieux, provoquent des incidents et se donnent pour des héroïques. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Quand ils parlent des Français, les clandestins disent : les Gaulois. Ce sont souvent des types coriaces et agressifs. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 il y a au C.J.D., en permanence, une centaine de « clandés ». […] Plus de la moitié de ces clandestins sont de vrais délinquants : voleurs, trafiquants, agresseurs de R.E.R. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Bien qu'ils aient toujours l'air francs du collier, ronds comme la terre, les chiffres exigent au moins, pour être honnêtes, un minimum de déchiffrage. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Le reste est constitué du tout-venant des violents urbains : tataneurs de vieilles dames pour leur voler leur sac, rôdeurs de R.E.R., « bras cassés » de toutes performances. Du fretin, mais dans le genre piranha. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Ils disposent donc d'une cour de promenade pour eux tout seuls, et ils sont là, quatre ou cinq dans leur bout de camembert source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Les treize-seize ans, les « minots » comme on les appelle, occupent un quartier à part dans la tripale de détention. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Parfois, entre deux gendarmes, ils reviennent au C.J.D. Parfois ils ne reviennent pas. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Il se tapent la gamelle de Fleury, reprennent du poil de la bête, sont libérés et repartent à la godille sur les mers cafouilleuses. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Ils arrivent au C.J.D., ternes, l'oeil éraillé, fagotés comme l'as de pique, maigres comme des chats grillés. source : 1995. La zonzon de Fleury
1880 Vous êtes très fort, n'est-ce pas ? –Physiquement ?… regardez-moi. –Vous êtes maigre comme un chat de gouttière, mais cela ne signifie rien. source : 1880. Souvenirs d'un déporté - Étapes d'un forçat politique
1995 Il est souvent difficile de comprendre pourquoi tel homme triomphe à la fin de sa mauvaise étoile, pendant que tel autre retourne sans cesse à ses ténèbres… source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Le tarmi n'est pas un lit de roses. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Contrairement à ce que proclament certaines têtes en plomb de la pénitentiaire, la plupart des jeunes détenus craignent le tarmi comme la peste. source : 1995. La zonzon de Fleury
1982 Cela se passait dans les années 50-55 et avait fait alors, pour reproduire exactement les propos du narrateur, « du bruit dans Landerneau » source : 1982. Histoires de la nuit parisienne
1995 Ça fera du bruit pendant quelques semaines dans le Landerneau carcéral. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 ont-ils conscience d'avoir mal agi ? Ont-ils ne serait-ce qu'un embryon de remords ? source : 1995. La zonzon de Fleury
1880 un vrai feuilleton parlé qui faisait la nique gaminement à bien des gloires et déshabillait sans vergogne le passé des généraux qui avaient tapé sur son ventre rondelet, au temps jadis… source : 1880. Souvenirs d'un saint-cyrien
1995 Comment allait se comporter l'ancien éducateur tout à coup investi d'un pouvoir disciplinaire ? Était-il disposé à « tenir la boîte », ou voulait-il faire preuve d'un laxisme éhonté ? source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Rackets, trafics de shit et autres coups fumants, un jour ou l'autre finissent par conduire leurs auteurs au « prétoire », c'est-à-dire à l'audience disciplinaire. source : 1995. La zonzon de Fleury
1887 Le deuxième principe… partez, muscade… par-dessus la tête source : 1887. Paris qui s'efface
1995 Une fois le bout de shit dissimulé dans la poudre de café, on retend l'opercule sur le pot, on recolle et ni vu, ni connu, passez muscade. source : 1995. La zonzon de Fleury
1995 Parfois, on le planque dans un pot de Ricoré, pour le yoyoter d'une cellule à l'autre. source : 1995. La zonzon de Fleury

<100 citation(s)>