languefrancaise.net

bourre (définition)

bourre
■ Policier, inspecteur en civil, agent de la sûreté ; policier raflant les prostituées, inspecteur des moeurs ; gendarme ; ■ (par ext.) insulte générale, salop ; □ la police

bourre & bour ; □ les bourres #nom masc. #1910

■ Policier, inspecteur en civil, agent de la sûreté ; policier raflant les prostituées, inspecteur des moeurs ; gendarme ; ■ (par ext.) insulte générale, salop ; □ la police

↓ fréquence : 050 | registre ancien : 9 | registre moderne : 8

  • 1932 elles attendent jusqu'au lendemain l'heure de passer la visite… Alors, gare à celles dont les cartes ne sont pas en règle ou qui ont contrevenu à l'obligation formelle de se présenter, au jour et à l'heure, devant le « morticole » de la maison. Elles « en auront pour quat'jours de Saint-Lago » d'où leur nom de « filles de quatre jours », pendant lesquels elles maudiront les « bourr's des moeurs » en inscrivant sur tous les murs les trois lettres fatidiques M.A.V. (mort aux vaches). source : 1932. Le pourrissoir
  • 1935 Parfois, la nuit, on assiste à la fuite éperdue des filles de joie quand la râfle des « Bourres » débouche en trombe à l'angle de deux rues. source : 1935. Sous-soliloques des trottoirs de Paris
  • 1960 Du coup la venue des bourres dans la cabane dépouille ses prestiges romanesques source : 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
  • 1925 Y a pas de bourre, déclara-t-il, qu'aurait agi comme lui ! source : 1925. L'Equipe
  • 1928 –Les vl'à, les v'là ! –Qui ?… –Les bours !… –Et alors ?… On a l'condé !… T'as pâs vu si c'était la grande tôle ? –Ch'ais pas !… source : 1928. Police !… [journalisme scientiste]
  • 1955 –Un bourre ? –Si c'en est pas un, c'est bougrement bien imité. Je l'ai repéré tout de suite, quand il est entré. Imper, chapeau mou et coup d'oeil circulaire faussement négligent… Le gabarit maison, quoi ! source : 1955. Des kilomètres de linceul (Les nouveaux mystères de Paris, 2e arrondissement)
  • 1956 Tu me traites sans arrêt de poulet, de bourre, etc. Je te croyais plus sensible aux nuances. Je suis flic privé. Je mène une lutte personnelle source : 1956. M'as-tu vu en cadavre ?
  • 1952 Moi, je savais que, inévitablement, je plongeais. Pas pour beaucoup mais je plongeais. J'étais interdit de séjour et les bourres, en fouillant un peu les sommiers, ne tarderaient pas à s'en apercevoir source : 1952. Rencontre dans la nuit
  • 1967 les bours sont les plus les mêmes… je leur demanderais du feu qu'ils se confondraient en excuses, rien que pour faire croire qu'ils ont de l'éducation. source : 1967. Raymond la Pente
  • 1986 Un coup de sifflet à roulette, strident. De porche en porche, le message passe : « les bourres ». En une fraction de seconde les rives du fleuve sont désertes. Policiers et prostituées jouent ainsi à « cache-cache ». source : 1986. Rue Saint-Denis. Rites, personnages et secrets du quartier le plus chaud de Paris
  • 1949 Il fréquente un bar, en plus, qui est plein de bourres source : 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain
  • 1922 Tel quel, ce trio donnait de l'inquiétude à ceux qui avaient des raisons avec. On les savait prêts à tout. Ils étaient respectés ; les bourres même les évitaient. source : 1922. Au Lion Tranquille

<12 citation(s)>

Chronologie et sources

La plus ancienne attestation connue est : 1910. Si vous connaissez une date plus ancienne, indiquez-la en commentaire avec précision de la source exacte. Merci.

1918 1918 1922 1924 1925 1925 1927 1928 1930 1932 1935 1945 1946 1949 1952 1952 1952 1952 1952 1953 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1957 1957 1960 1965 1965 1967 1967 1969 1969 1975 1975 1980 1980 1981 1982 1983 1986 1994 2010 2011 2012 xxxx

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

2. Subst. masc. [De bourrer, au sens de « rouer de coups »] Gendarme, policier. Pour te distraire, je vais encore te raconter une histoire. Ça sera mes derniers ennuis avec les bourres (Malraux, L'Espoir, 1937, p. 479). On a aussi proposé comme étymon bourrique, au sens de « (méchant) policier ». (tlfi:bourre)

  • De bourrique (?). (AYN)
  • De bourrique = agent (1877) ou de bourrer « rouer de coups » → Cogne (GR)
  • Qui bourrent de coups de poing. (Dauzat1918)
  • De bourrer, au sens de « rouer de coups » ; on a aussi proposé comme étymon bourrique, au sens de « (méchant) policier. (TLFi)
  • 1910 (GR) /