languefrancaise.net

Citations relevées dans “Bagatelles pour un massacre”

  • Le monde est plein de gens qui se disent des raffinés et puis qui ne sont pas, je l'affirme, raffinés pour un sou – (pas X pour un sou)
  • Un raffiné valable, raffiné de droit, de coutume, officiel, d'habitude doit […] troufignoliser l'adjectif... goncourtiser... merde ! – (troufignoliser)
  • Un raffiné valable, raffiné de droit, de coutume, officiel, d'habitude doit […] troufignoliser l'adjectif... goncourtiser... merde ! – (goncourtiser)
  • enculagailler la moumouche, frénétiser l'Insignifiance, babiller ténu dans la pompe – (enculagailler)
  • enculagailler la moumouche, frénétiser l'Insignifiance, babiller ténu dans la pompe – (moumouche)
  • enculagailler la moumouche, frénétiser l'Insignifiance, babiller ténu dans la pompe – (enculagailler la moumouche)
  • enculagailler la moumouche, frénétiser l'Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser, cocoriquer dans les micros – (plastroniser)
  • enculagailler la moumouche, frénétiser l'Insignifiance, babiller ténu dans la pompe, plastroniser, cocoriquer dans les micros – (cocoriquer)
  • Beaucoup de vaseline, encore plus de patience, Eléphant encugule fourmi – (encuguler)
  • achalandé comme bien peu... quelles relations ! ... frayant dans tout le haut Paris – (haut Paris)
  • connaissant plus de métrites, de véroles, de baronnes par le menu, de bismuthées, d'acidosiques, d'assassinats bien mondains – (par le menu)
  • connaissant plus de métrites, de véroles, de baronnes par le menu, de bismuthées, d'acidosiques, d'assassinats bien mondains – (33063)
  • Au surplus et par lui-même, du cul comme trente-six flics, ce qui ne gâte rien et facilite énormément toute la compréhension des choses – (du cul)
  • Au surplus et par lui-même, du cul comme trente-six flics, ce qui ne gâte rien et facilite énormément toute la compréhension des choses – (trente-six)
  • Ah ! Je me récriai, mais Gutman, je suis partisan ! Je m'en gafe énormément ! Je veux bien certes... Et même je préfère demeurer aux aguets – (33065)
  • Tu n'es pas poète des fois, dis donc ? par hasard ? ... qu'il me demande à brûle-pourpoint ? –Tu me prends sans vert... (Je ne m'étais jamais à moi-même posé la question.) – (prendre sans vert)
  • Elle a dit comme trésor de merde qu'on pouvait pas trouver beaucoup mieux… dans les deux hémisphères, à la ronde… que les gros livres à Ferdinand – (merde)
  • Elle a dit comme trésor de merde qu'on pouvait pas trouver beaucoup mieux… dans les deux hémisphères, à la ronde… que les gros livres à Ferdinand… Que c'était vraiment des vrais chiots – (chiots)
  • Il spécule sur toute la niaiserie, la jobardise des esthètes – (33068)
  • Il spécule sur toute la niaiserie, la jobardise des esthètes – (jobardise)
  • Il faut être un snob « tout en bronze » pour résister à deux pages de cette lecture forcenée – (snob)
  • Ce serait commettre une bien vilaine action, encourager le plus terne, le plus dégradant des « snobismes », la « Célinomanie », le culte des ordures plates – (33069)
  • Tous des ratés ! des suçons ! des outres ! ils ont chacun tué sous eux, au moins quinze ouvrages – (33070)
  • Tous des ratés ! des suçons ! des outres ! ils ont chacun tué sous eux, au moins quinze ouvrages – (33071)
  • Si j'étais camelot du roi... ventriloque... stalinien... Célineman rabineux – (33072)
  • Si je rinçais tout simplement… table, zinc ouverts – (rincer)
  • Les critiques se sont toujours inévitablement gourés… leur élément c'est l'Erreur – (gourer)
  • La critique est un condé fameux des Juifs… La grande vengeance des impuissants, mégalomanes, de tous les âges de décadence – (condé)
  • Réponds plutôt à ma question… es-tu poète oui ou merde ? – (oui ou merde)
  • Léo, Léo, mon petit djibouk, pour m'en aller aux danseuses... je me ferai poète ! – (33074)
  • Alors vas-y ! ne parle plus ! au tapin ! saisis ta plume… Torche-moi un joli ballet, quelque chose de net et de fringant – (tapin)
  • Vrai ? Vrai ? … – Officiel ! … Il fait tout ce que je lui demande – (officiel !)
  • tu es vénal… perfide, faux, puant, retors, vulgaire, sourd et médisant ! … Maintenant antisémite c'est complet ! C'est le comble ! – (c'est le comble)
  • tu es vénal… perfide, faux, puant, retors, vulgaire, sourd et médisant ! … Maintenant antisémite c'est complet ! C'est le comble ! – (c'est complet !)
  • Il existe une critique bienveillante et puis l'autre, poisoneuse. Tout merde ou tout nougat – (nougat)
  • Il me satisfait et j'ai meilleur goût, moi tout seul, que toute la critique pantachiote et culacagneuse réunie – (33078)
  • Il me satisfait et j'ai meilleur goût, moi tout seul, que toute la critique pantachiote et culacagneuse réunie – (33079)
  • Je n'aime pas beaucoup tirer les cordons, j'ai fait énormément la «place», dans bien des endroits à Paris, pour placer toutes espèces d'articles – (tirer les cordons)
  • Enfin tout ce qu'on bafouille pour se débarrasser d'une pelure… d'un foutu fâcheux – (pelure)
  • Enfin tout ce qu'on bafouille pour se débarrasser d'une pelure… d'un foutu fâcheux… Je commençais à l'avoir sec – (l'avoir sec)
  • Tu ne me judaïserais pas, dis donc, par hasard ?... Toi canaille ? comme ça tout à fait sourcilleux... Tu ne me crosses pas avec des yites ? – (33081)
  • Tu ne me judaïserais pas, dis donc, par hasard ?… Toi canaille ? comme ça tout à fait sourcilleux… Tu ne me crosses pas avec des yites ? – (yit)
  • Tu ne me judaïserais pas, dis donc, par hasard ?... Toi canaille ? comme ça tout à fait sourcilleux... Tu ne me crosses pas avec des yites ? – (33082)
  • Ça tombe joliment pile, dis-donc, mon Léo – (pile)
  • Je vais tout te dire Ferdinand. L'Exposition des « Arts et Techniques » c'est l'exposition juive 1937... La grande youstricave 37 – (33084)
  • les ramasseurs de mégots... les gardiens de latrines enfin... la frime... les biscotos... Non ! – (33085)
  • les ramasseurs de mégots… les gardiens de latrines enfin… la frime… les biscotos… Non ! – (biscoto)
  • Il faut que la France entière vienne admirer le génie youtre… se prosterne… saucissonne… juif !… trinque juif ! – (saucissonner)
  • et puis avec enthousiasme ! à plein coeur... à plein pot ! – (à plein pot)
  • Gigot !… que je fais, Gutman, je te prends au mot, pour le mot – (gigot)
  • Je te laisse pas sortir ! Je te le chie pile ! mon poème... entier ! sur le marbre ! – (chier)
  • Je te laisse pas sortir ! Je te le chie pile ! mon poème... entier ! sur le marbre !... Tu pourras livrer de suite – (sur le marbre)
  • J'allais pas encore me cailler... comme j'avais fait pour l'autre féerie... et puis que ça finisse en boudin – (33091)
  • J'allais pas encore me cailler... comme j'avais fait pour l'autre féerie... et puis que ça finisse en boudin – (finir en boudin)
  • Je lui bâcle là en trois secousses... mon petit projet... j'avais le sujet tout mijoté – (en trois secousses)
  • Je lui bâcle là en trois secousses... mon petit projet... j'avais le sujet tout mijoté – (mijauté)
  • Je lui file en fouille le manuscrit, tout chaud – (fouille)
  • –Gutman ! Saute ! Mais je te préviens… face de fausse gouine ! Fais attention ! Va pas me revenir encore bredouille ! – (sauter)
  • chaque fois qu'ils paraissent un peu languissants… épuisés… vite elle les requinque avec son breuvage – (requinquer)
  • Elles sont vêtues de haillons... mégères terribles... et picoleuses... Elles se passent le « rouge » tout en tirant et titubant à la « régalade » – (picoleur)
  • Gutman est revenu de l'Exposition, quatre jours plus tard... la tête horriblement basse, morveux de la grimace aux talons – (33096)
  • C'est tout ce que tu trouves à m'apprendre ? dis donc granuleux ? – (33097)
  • Gutman est revenu de l'Exposition, quatre jours plus tard… la tête horriblement basse, morveux de la grimace aux talons – (grimace)
  • Rien pour les enfants du sol ? Rien que des gardes-chiots ? des vestiaires ? – (garde-chiot)
  • au moment juste qu'il va reluire… qu'il est crispé sur la poigne… Alors, tu sais ce qu'il lui fait ?… Il arrache d'un coup le paquet, comme ça ! wrack !… d'un grand coup sec ! – (paquet)
  • au moment juste qu'il va reluire… qu'il est crispé sur la poigne… Alors, tu sais ce qu'il lui fait ?… Il arrache d'un coup le paquet, comme ça ! wrack !… d'un grand coup sec ! – (reluire)
  • Eh bien toi ! tiens ! dis donc, ravage ! tu me fais exactement pareil avec tes charades – (33100)
  • Eh bien toi ! tiens ! dis donc, ravage ! tu me fais exactement pareil avec tes charades – (charade)
  • Tu vas m'en dire des garces nouvelles ! Ah ! fine pelure de faux étron ! – (33102)
  • Tu vas m'en dire des garces nouvelles ! Ah ! fine pelure de faux étron ! – (33103)
  • Officiel ! Chinois ! Officiel ! – (33104)
  • Quand j'étais dans les docks à Londres, j'en ai vu beaucoup, des youpis – (youpi)
  • Quand j'étais dans les docks à Londres, j'en ai vu beaucoup, des youpis. On croquait les rats tous ensemble, c'était pas des yites bijoutiers, c'était des malfrins terribles – (croquer les rats)
  • Quand j'étais dans les docks à Londres, j'en ai vu beaucoup, des youpis. On croquait les rats tous ensemble, c'était pas des yites bijoutiers, c'était des malfrins terribles – (33107)
  • On croquait les rats tous ensemble, c'était pas des yites bijoutiers, c'était des malfrins terribles… Ils étaient plats comme des limandes – (plate comme une limande)
  • Ils sortaient juste de leurs ghettos, des fonds lettoniens, croates, valaques, rouméliques, des fientes de Bessarabie – (33108)
  • Tout de suite ils se mettaient au gringue, ils avaient ça dans le grelot... à faire du charme aux bourriques – (avoir quelque chose dans le grelot)
  • Les « Schmout » ils se fendaient du sourire... Toujours plus près du policeman... c'était la devise – (33111)
  • Les « Schmout » ils se fendaient du sourire… Toujours plus près du policeman… c'était la devise – (se fendre)
  • Un cogne c'est toujours Irlandais... Ça prend toujours le coup de mirage. C'est fat comme tous les Aryens... ça se bombe – (33112)
  • Un cogne c'est toujours Irlandais... Ça prend toujours le coup de mirage. C'est fat comme tous les Aryens... ça se bombe – (se bomber)
  • Très vivement il est bonnard, le guignol, il se mouille d'une saucisse pour les youtres – (bonnard)
  • Très vivement il est bonnard, le guignol, il se mouille d'une saucisse pour les youtres – (mouiller (se - de))
  • Les Juifs, ils rentrent dans la guitoune, ils sont plus dehors… Dans la truanderie c'est eux qui se placent les premiers – (guitoune)
  • Tout ça se passe sous une lance ! des cordes comme des bites ! au bord de la flotte jaune des docks – (cordes)
  • dans un décor pour fantômes… dans la bise qui vous coupe les miches… qui vous retourne les côtes – (33116)
  • dans un décor pour fantômes... dans la bise qui vous coupe les miches... qui vous retourne les côtes – (33117)
  • les blancs ils râlent sous les trombes… Ils s'engueulent tous comme des chiens – (engueuler)
  • Le « second » monte à la coupée... comme juste les filins viennent aux bornes – (33118)
  • Le rafiot cale dans les « fagots » – (33119)
  • Tous les frimands sont tassés, une horde en bas… qui la grince je vous garantis – (frimand)
  • Tous les frimands sont tassés, une horde en bas... qui la grince je vous garantis – (la grincer)
  • Tous les frimands sont tassés, une horde en bas... qui la grince je vous garantis... Ils attendent le « nombre »... la grelotte ! – (33122)
  • Alors, c'est un tabac féroce… les premiers qu'arrivent, oh hiss ! là-haut ! de la bordée, sont les bons… ceux qui peuvent foncer, gripper dans l'échelle – (tabac)
  • Alors, c'est un tabac féroce... les premiers qu'arrivent, oh hiss ! là-haut ! de la bordée, sont les bons... ceux qui peuvent foncer, gripper dans l'échelle – (gripper)
  • C'est au canif que ça se règle… à la fin, pour les derniers Un coup dans le fias… Fztt ! tu lâches la bride […] Et les plus cons ils sont retombés entre la muraille et le cargo avec une petite lame dans le cul – (fias)
  • Il quitte pas sa cloche, sa pelisse, sa grosse serviette aux « manifestes » – (cloche)
  • Il attend que tout se tasse… que le pugilat cesse… il bronchait pas… Il ne pressait jamais les choses – (se tasser)
  • … Ils se ménageaient un petit afur autour des treuils, à tenir le frein – (affure)
  • Elle me soulignait le passage du doigt... Ah ! comment ils vous arrangent ! – (arranger)
  • C'est mon nom de frime… mon nom de bataille – (nom de frime)
  • Il est soufflé, merde, ce cave !… De quel droit il se permet, ce veau, de salir de la sorte ? – (soufflé)
  • Il est soufflé, merde, ce cave !… De quel droit il se permet, ce veau, de salir de la sorte ? – (veau)
  • Moi j'en suis !… moi j'en croque !… j'en avale tout cru !… que je m'en ferais mourir ! – (en être)
  • Moi j'en suis !… moi j'en croque !… j'en avale tout cru !… que je m'en ferais mourir ! – (en croquer)
  • Moi j'en suis !... moi j'en croque !... j'en avale tout cru !... que je m'en ferais mourir ! – (33128)
  • Moi j'en suis !... moi j'en croque !... j'en avale tout cru !... que je m'en ferais mourir ! – (s'en faire mourir)
  • Non ! Non ! Non ! J'ai jamais micronisé, macronisé dans les meetings ! – (33130)
  • Non ! Non ! Non ! J'ai jamais micronisé, macronisé dans les meetings ! – (33131)
  • Ma carte elle doit y être encore à la Mairie du « deuxième » – (deuxième)
  • Si c'était moi, le « torturé » pauvre simple con d'indigène français... personne pleurerait sur mon sort... Il circulerait pas de manifeste pour sauver mes os – (vos os)
  • Ils ont eu joliment raison de le faire aux pattes le Ferdinand… C'était qu'un sale truand vicieux, un sale hystérique emmerdeur… Faut plus jamais qu'il sorte de caisse – (faire aux pattes)
  • Ils ont eu joliment raison de le faire aux pattes le Ferdinand… C'était qu'un sale truand vicieux, un sale hystérique emmerdeur… Faut plus jamais qu'il sorte de caisse – (caisse)
  • Voilà ce qu'on dirait pour ma pomme… le genre de chagrin éprouvé – (ma pomme)
  • Moi je suis bien renseigné... alors j'adhère jamais rien... ni aux radiscots... ni aux colonels – (33133)
  • Moi je suis bien renseigné... alors j'adhère jamais rien... ni aux radiscots... ni aux colonels... ni aux doriotants – (doriotant)
  • Je suis pas allé moi en Russie aux frais de la princesse !… C'est-à-dire ministre, envoyé, pèlerin, cabot, critique d'art, j'ai tout payé de mes clous – (aux frais de la princesse)
  • j'ai tout payé de mes clous... de mon petit pognon bien gagné, intégralement – (payer de ses clous)
  • hôtel, taxis, voyage, interprète, popote, boustif… Tout ! – (boustife)
  • Je leur dois pas un fifrelin ! – (fifrelin)
  • J'ai douillé tout, intégralement, tout beaucoup plus cher que n'importe quel « intourist » – (douiller)
  • C'est pas mon genre de râler quand je suis en dette quelque part... Mais c'est le contraire justement... c'est toujours moi le créancier – (râler)
  • J'ai pas envoyé de télégramme, moi, en partant, au grand Lépidaure Staline pour le féliciter – (33136)
  • j'ai pas ronflé en train spécial… J'ai voyagé comme tout le monde – (ronfler)
  • une très jolie blonde par ma foi, ardente toute vibrante de Communisme, prosélytique à vous buter, dans les cas d'urgence – (buter)
  • Je créchais à l'Hôtel de l'Europe, deuxième ordre – (crécher)
  • Hôtel de l'Europe, deuxième ordre, cafards, scolopendres à tous les étages… Je dis pas ça pour en faire un drame… bien sûr j'ai vu pire… mais tout de même c'était pas « nickel » – (nickel)
  • à mes clous intégralement, juste pour la curiosité – (payer de ses clous)
  • Souvent j'ai tiré des bordées, après son départ, au petit bonheur – (bordée)
  • Quand je dis : tout est dégueulasse dans ce pays maléfique, on peut me croire sans facture – (croire sans facture)
  • Alors je l'ai écrit à tout le monde sur des cartes postales pour qu'ils voyent bien à la poste, puisqu'ils sont tellement curieux, de quel bois je me chauffe – (de quel bois je me chauffe)
  • J'avais pas à mettre des mitaines… Je pense comme je veux, comme je peux… tout haut – (mettre des mitaines)
  • Cet Helsey il gagne son boeuf en salissant les gens de bien – (gagner son boeuf)
  • il gagne son boeuf en salissant les gens de bien... Je l'ai dit à la personne qui m'avait fait lire cet écho... Qu'est ce qu'il est capable de faire d'autre ce plumeux ? – (plumeux)
  • Pourvu qu'il débloque… il s'en fout… C'est un grelot ! – (débloquer)
  • Pourvu qu'il débloque… il s'en fout… C'est un grelot ! – (se foutre de)
  • Pourvu qu'il débloque… il s'en fout… C'est un grelot ! – (grelot)
  • J'ai attendu l'insertion… J'ai recommencé encore une fois… deux fois… Pas plus de rectification que de beurre en bouteille – (pas plus de X que de beurre)
  • Si je tuais l'Helsey, au pistolet, c'est encore moi qu'irais en caisse – (caisse)
  • Ils ont l'air de casser le violon, de bouleverser la vaisselle, ils n'ébrèchent rien du tout – (33144)
  • Ils ont l'air de casser le violon, de bouleverser la vaisselle, ils n'ébrèchent rien du tout – (33145)
  • C'est du fignolé passe-passe, c'est du courage à la gomme – (fignolé)
  • C'est du fignolé passe-passe, c'est du courage à la gomme – (33146)
  • C'est du fignolé passe-passe, c'est du courage à la gomme – (à la gomme)
  • Mais ne touchez pas à la question juive, ou bien il va vous en cuire – (en cuire à qqun)
  • Raide comme une balle, on vous fera calancher d'une manière ou d'une autre – (raide comme balle)
  • Raide comme une balle, on vous fera calancher d'une manière ou d'une autre – (calancher)
  • Le Juif est le roi de l'or de la Banque et de la Justice… Par homme de paille ou carrément – (homme de paille)
  • Le Juif est le roi de l'or de la Banque et de la Justice… Par homme de paille ou carrément – (carrément)
  • de même potassant Hollywood, ses secrets, ses intentions, ses maîtres, son cosmique battage, son fantastique bazar d'international ahurissement, Hériat ne décèle nulle part l'oeuvre essentielle, capitale de l'Impérialisme juif – (potasser)
  • Staline n'est pourtant qu'un bourreau, d'énorme envergure certes, tout dégoulinant de tripes conjurées – (33148)
  • rien qu'un idiot bourreau, un dionosaure humain pour masses russes qui ne rampent qu'à ce prix – (33149)
  • Staline n'est qu'une frime, comme Lebrun, comme Roosevelt, comme Clemenceau – (frime)
  • Le pouvoir ne peut demeurer aux Juifs, qu'à la condition que tous les intellectuels du parti soient ou pour le moins furieusement enjuivés – (33151)
  • Pour la forme, quelques figurants aryens bien larbinisés sont tolérés pour la parade étrangère – (larbinisé)
  • Pour la forme, quelques figurants aryens bien larbinisés sont tolérés pour la parade étrangère… (genre Tolstoï) tenus en soumission parfaite par la faveur et la pétoche – (pétoche)
  • Tous les intellectuels non juifs […] ont tous été traqués à mort – (à mort)
  • Ils vont voir au Baikal, à Sakhaline si les fraises sont mûres – (aller voir si les fraises sont mûres)
  • Vous pouvez saler tant que ça peut, des tonnes et des tonnes de papier sur les horreurs soviétiques – (saler)
  • Vous pouvez saler tant que ça peut, des tonnes et des tonnes de papier sur les horreurs soviétiques – (des tonnes)
  • Vous pouvez saler tant que ça peut, des tonnes et des tonnes de papier sur les horreurs soviétiques – (tant que ça peut)
  • tous les goymes sont damnés – (goyme)
  • Mr. Fairbank, Mr. Powell, donnerez-vous l'immense joie aux multitudes qui vous adulent, de daigner un petit instant paraître en personne ? dans toute votre gloire bouleversante ? épanouissime ? – (33156)
  • Comment le plus infime crétin, le canard le plus rebutant, la plus désespérante donzelle, peuvent-ils se muer en dieux ? – (33157)
  • Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l'or et devant la merde !… Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie, comme aucune foule n'eut jamais dans toutes les pires antiquités – (bidon)
  • Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie – (farci)
  • Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie – (connerie)
  • Entre Hollywood, Paris, New York et Moscou un circuit de bourrage continu – (bourrage)
  • Vive le bon pleurnichage juif ! Vive la complainte qui réussit ! Vive l'immense lamentation ! – (pleurnichage)
  • Il rend tous ces cons goymes encore plus friables, nouilles, malléables, empapaoutables, anti-préjugés ceci, anti-préjugés – (goyme)
  • Il rend tous ces cons goymes encore plus friables, nouilles, malléables, empapaoutables, anti-préjugés – (nouille)
  • Il rend tous ces cons goymes encore plus friables, nouilles, malléables, empapaoutables, anti-préjugés – (empapaoutable)
  • en attendant je les connais bien ! qu'on les file en bottes ! à la juive ! arrangés aux petits obus ! – (33161)
  • Dans le fondu sentimenteux le Juif taille, découpe, ronge, effrite, empoisonne, prospère – (33162)
  • Vivent les bons Soviets, bien youpins ! – (youpin)
  • guichets où se raccrochent, à geindre, ces sucrés de paumés d'Aryens ! – (33163)
  • guichets où se raccrochent, à geindre, ces sucrés de paumés d'Aryens ! – (paumé)
  • L'armée des croupions surtendus ! – (croupion)
  • Vite, faut qu'ils prennent tous nos boulots, tout notre petit pèze… Nos ultimes petits fifrelins. Il faut qu'on nous saigne encore… à fond – (à fond)
  • Je monte là-haut, je vais voir Popol, mon pote – (Popol)
  • Alors c'est un « pur de pur » – (pur de pur)
  • Je sais qu'il aime bien le bourgueil, je lui en monte un petit flacon, question de le mettre en bonne humeur – (30525)
  • Il barbouille quand il pleut pas trop, quand il pleut trop, ça devient trop sombre dans son atelier – (barbouiller)
  • il a eu du mal à trouver la bonne condition, favorable pour sa barbouille, entre trop d'ombre et trop de soleil – (barbouille)
  • je suis devenu antisémite et pas un petit peu pour de rire, mais férocement jusqu'aux rognons ! – (pour de rire)
  • je suis devenu antisémite et pas un petit peu pour de rire, mais férocement jusqu'aux rognons ! – (jusqu'aux rognons)
  • je suis devenu antisémite et pas un petit peu pour de rire, mais férocement jusqu'aux rognons !… à mettre tous les youtres en l'air ! – (mettre en l'air)
  • C'est des fakirs cent pour cent… Ils ont tout l'Orient dans leur fouille – (cent pour cent)
  • Merde ! qu'il me fait… T'auras du coton ! – (coton)
  • T'y penses tout de même pas !… Ça serait l'anarchie !… La pagaïe ! – (pagaille)
  • T'auras du mal à les sortir… Les youtres c'est comme les punaises – (sortir qqun)
  • Les youtres c'est comme les punaises… Quand t'en prends une seule dans un plume, c'est qu'elles sont dix mille à l'étage – (plume)
  • Les youtres c'est comme les punaises… Quand t'en prends une seule dans un plume, c'est qu'elles sont dix mille à l'étage ! Un million dans toute la crèche – (crèche)
  • C'est pas la peine d'insister… Tu vas te faire étendre, malheureux ! Tu sais pas où tu mets les doigts ! – (étendre)
  • C'est pas la peine d'insister... Tu vas te faire étendre, malheureux ! Tu sais pas où tu mets les doigts ! – (mettre les doigts qqpart)
  • C'est pas la peine d'insister... Tu vas te faire étendre, malheureux ! Tu sais pas où tu mets les doigts ! Tu connais pas le « mauvais café » ? – (mauvais café)
  • Tu fais l'esprit fort ! le fendard ! tu vas te réveiller sur un marbre – (fendard)
  • Tu fais l'esprit fort ! le fendard ! tu vas te réveiller sur un marbre – (se réveiller sur un marbre)
  • Il va te tomber un de ces soirs une drôle de tuile sur la pêche quand tu reviens de ton dispensaire – (tomber une tuile sur la pêche de qqun)
  • Tu peux t'acheter une cloche en zinc, une bourguignotte – (cloche)
  • Tu peux t'acheter une cloche en zinc, une bourguignotte – (bourguignotte)
  • Tu peux pas faire trou-la-itou… Tu te feras siffler raide comme balle ! – (raide comme balle)
  • tu seras détruit calamiteux ver de vase Ferdinand ! avant que t'ayes dit ouf ! – (sans dire ouf)
  • Ils te feront repasser… pas eux-mêmes !… mais par tes propres frères de race – (repasser)
  • Ils ont tout l'Orient dans leur fouille – (fouille)
  • ils partent avec ton auber et ton âme – (auber)
  • Ils démarquent tout, truquent ! et resservent avec un bénéfice énorme ! – (démarquer)
  • Ils démarquent tout, truquent ! et resservent avec un bénéfice énorme ! – (truquer)
  • Moi si j'avais ta grande gueule, je jouerais au ballon avec eux... A ta place, je me ferais franc-maçon – (33179)
  • L'avenir est aux nègres ! Nom du cul ! – (nom du cul !)
  • Que pour chaque Français du sol, crevé sous les balles ennemies des Flandres à Verdun, on se fasse à présent inonder par dix mille youtres, tous bien coucous, racistes à mort, insatiables ? – (33181)
  • Le communisme c'est qu'un vocable pour réunions, une gigantesque stavisquerie ! – (stavisquerie)
  • J'entends déjà «dans la carrière» Blaoum proposer de l'Aryen – (33183)
  • J'entends déjà «dans la carrière» Blaoum proposer de l'Aryen – (dans la carrière)
  • N'importe quelle révolution tourne aussitôt débutée, en Topazerie fantastique – (33185)
  • Tous ils ont foncé dans la caisse, «estouffarès» le patrimoine – (estouffarès)
  • Qui monte la plus belle entourloupe dans la foire du monde, prendra le plus de foule dans ses planches – (entourloupe)
  • Vous ne savez pas tous, figures, comme dehors vous êtes malheureux ! – (figure)
  • Plus ou moins sadiques. Mais ils croissent en charognerie à la mesure des expériences – (charognerie)
  • Je m'en ressens au maximum ! pour vous donner tout votre confort – (s'en ressentir)
  • Je m'en ressens au maximum ! pour vous donner tout votre confort – (au maximum)
  • Si j'ai un gros cadenas en poigne, une clef formidable… C'est un cadeau que je veux vous faire – (poigne)
  • Le Juif sera le pire des maîtres, plus renseigné, plus fielleux, plus minutieux, je vous garantis, complètement stérile, « monrovien » pour la construction, incapable de rien bâtir sauf des prisons – (33190)
  • Où il n'a pas son pareil, c'est pour éberluer l'Aryen, lui faire avaler les grenouilles, le faire rebondir comme il veut de galère en abattoir – (faire avaler les grenouilles)
  • C'est un esclave né pour Juifs, tout cuit, ahuri dès l'école primaire par des phrases et puis par l'alcool – (tout cuit)
  • Que peut-il devenir au mieux ?… Schupo, garde-mobile, manoeuvre – (schupo)
  • Aucun satrape aryen ne dure, ne peut durer. Ils ne brandissent les uns les autres, pour exalter leurs troupeaux de buffles, que de médiocres mystiques, régionales, rétriquées, défensives – (33194)
  • Tout le reste n'est qu'imposture, falsifis, troufignoleries, rabâcheries électorales – (33195)
  • Tout le reste n'est qu'imposture, falsifis, troufignoleries, rabâcheries électorales – (troufignolerie)
  • Tout le reste n'est qu'imposture, falsifis, troufignoleries, rabâcheries électorales – (rabâcherie)
  • Napoléon a fait tout son possible, des prodiges, pour que les blancs ne cèdent pas l'Europe aux nègres et aux asiates – (Asiate)
  • Ils pissent aussi eux sur les mots – (pisser sur qqchose)
  • Les Juifs ne montrent pas leurs chefs... Ils tissent leur trame dans l'ombre... Ils n'exhibent que leurs pantins – (pantin)
  • Les Juifs ne montrent pas leurs chefs... Ils tissent leur trame dans l'ombre... Ils n'exhibent que leurs pantins... leurs amuseurs, leurs « vedettes » – (33200)
  • Quand ils se décident à nous parler des Juifs, qu'ils s'y trouvent contraints, par hasard, c'est avec d'infinies mitaines, un luxe inoui de précautions, d'éblouissants préambules – (mettre des mitaines)
  • Quand ils se décident à nous parler des Juifs, qu'ils s'y trouvent contraints, par hasard, c'est avec d'infinies mitaines, un luxe inouï de précautions, d'éblouissants préambules, dix mille flatteries d'enfiotés – (enfioté)
  • Toutes les circonlucutasseries, ces servilités canines veulent dire en termes directs […] – (33202)
  • Attention ! mon petit journaleux, mon petit échotier fragile ! Attention ! – (journaleux)
  • Attention ! mon petit journaleux, mon petit échotier fragile ! Attention ! – (échotier)
  • Fais donc bien gafe ! terriblement – (faire gaffe)
  • Ils peuvent pour un mot de traviole te faire virer de ton emploi – (traviole)
  • Ils peuvent pour un mot de traviole te faire virer de ton emploi – (virer)
  • À quel moment, Monsieur le Juif, désirez-vous que je baisse mon froc ? Aurez-vous la bonté de me mettre ? – (mettre)
  • Telle est la signification de ces préambules gominés, le sens profond de veulisseries poignantes – (33203)
  • Telle est la signification de ces préambules gominés, le sens profond de veulisseries poignantes – (33204)
  • On l'a intitulé turc, ce petit Juif paranoïaque, étranger perfide, métèque, espion oriental, aventurier polonais, coiffeur, heimatlos, dentiste, parachutiste, maquereau. tabétique, terre-neuvas – (33205)
  • Il n'avait pu réussir toutes ses entourloupes que par la force de la juiverie – (entourloupe)
  • Rodomontades de la droite, braillage confus de la gauche, foire au centre, dégonfloirage de partout – (braillage)
  • Rodomontades de la droite, braillage confus de la gauche, foire au centre, dégonfloirage de partout – (dégonfloirage)
  • Rodomontades de la droite, braillage confus de la gauche, foire au centre, dégonfloirage de partout... Passez muscade ! C'est admirablement bien joué – (passez muscade)
  • Matamores pourris ! putinisés encre comprise, jusqu'aux derniers caractères, on vous étranglerait si net que l'on oublierait en huit jours le nom même que vous arborâtes ! – (33208)
  • Matamores pourris ! putinisés encre comprise, jusqu'aux derniers caractères, on vous étranglerait si net que l'on oublierait en huit jours le nom même que vous arborâtes ! – (pourri)
  • en cinq secondes ça serait tranché, transmis, lavé – (33209)
  • en cinq secondes ça serait tranché, transmis, lavé – (33210)
  • Ford qui les a en horreur, il a fallu qu'il ferme sa gueule, pourtant bien puissante – (fermer sa gueule)
  • Ford qui les a en horreur, il a fallu qu'il ferme sa gueule, pourtant bien puissante. Il allait sauter dans les huit jours ! – (sauter)
  • O feintes campagnes ! O furibonds compromis ! O tartuferies besogneuses ! – (33211)
  • Alors qu'est-ce que ça peut bien leur foutre que les barbares dans les grilles s'agitent, se bigornent, secouent leurs chaînes et leurs entraves – (bigorner)
  • Il faut remonter les boulets de quelques crans et puis c'est marre – (en avoir marre)
  • Il faut remonter les boulets de quelques crans et puis c'est marre – (33212)
  • Les révolutions servent à cela… ne servent qu'à cela… tremper un peu mieux la ferraille pénitentiaire, les jolis bracelets blindés, fondus « bobards » – (bracelets)
  • Les révolutions servent à cela... ne servent qu'à cela... tremper un peu mieux la ferraille pénitentiaire, les jolis bracelets blindés, fondus «bobards» – (33213)
  • Les révolutions servent à cela… ne servent qu'à cela… tremper un peu mieux la ferraille pénitentiaire, les jolis bracelets blindés, fondus « bobards » – (bobard)
  • C'est du même pour nous youtres qui tenons le grand manche ! – (tenir le manche)
  • Le communisme ? Mais il est parfaitement en fouille ! Nous deviendrons tous des « commissaires » le jour où les Bourses fermeront – (dans la fouille)
  • Et puis c'est marre !... Le monde est à nous !... c'est pas pour des frites – (c'est pas pour des frites)
  • Tout seuls ou avec leur famille, ou bien encore plus gentiment avec leurs petites indigènes, bien suceuses, bien idolâtrices, petites otages intimes du lit, espiègleries coloniales – (suceuse)
  • c'est la monnaie de l'intérieur, la monnaie pâle, dite nationale, pour l'achat du kilo de pain, du cercueil, de quelques billes – (33215)
  • Les indigènes brimés, matés par la faim, le froid, la guerre la folie, dressés jusqu'au sang, jusqu'aux moelles, jusqu'à la racine du concombre – (33217)
  • Les indigènes brimés, matés par la faim, le froid, la guerre la folie, dressés jusqu'au sang, jusqu'aux moelles, jusqu'à la racine du concombre – (jusqu'à la moelle)
  • Les indigènes brimés, matés par la faim, le froid, la guerre la folie, dressés jusqu'au sang, jusqu'aux moelles, jusqu'à la racine du concombre – (jusqu'à racine du concombre)
  • Les Aryens ne sont pas curieux... Ils restent chez eux, font la belote, se font brunir sur les dunes, picolent, s'unissent sous les bosquets – (33219)
  • Tandis que les Juifs, eux, se déplacent, ils y vont tous aux Soviets se compte, prendre de la graine – (prendre de la graine)
  • tous yeux clos, véreux, vendus, tout ils absorbent, tout ce qu'on leur dit... veules, bâfreurs, cupides, foutrés comme des clacs... – (bâfreur)
  • tous yeux clos, véreux, vendus, tout ils absorbent, tout ce qu'on leur dit... veules, bâfreurs, cupides, foutrés comme des clacs... – (foutré)
  • tous yeux clos, véreux, vendus, tout ils absorbent, tout ce qu'on leur dit… veules, bâfreurs, cupides, foutrés comme des clacs… – (claque)
  • Quant au petit clan réfractaire, les crapauds râleurs de toujours, ils coassent juste le nécessaire – (crapaud)
  • C'est des vampires ! des saloperies phénoménales, faut les renvoyer chez Hitler ! en Palestine ! en Pologne ! – (saloperie)
  • il venait de subir un dur échec, son chef-d'œuvre refusé tout net par la Ville – (33222)
  • tous les Juifs avaient fait florès, lui seul restait sur le sable – (faire florès)
  • tous les Juifs avaient fait florès, lui seul restait sur le sable – (sur le sable)
  • Je m'embarrasse pas de préambules… je l'affranchis en cinq sec… Je lui casse le morceau – (en cinq sec)
  • Je m'embarrasse pas de préambules… je l'affranchis en cinq sec… Je lui casse le morceau – (casser le morceau)
  • je te mets en garde, les Juifs sont bien intelligents… y a qu'eux en France qui lisent des livres, qui se documentent, qui se tuyautent, ils sont armés de connaissances – (tuyauter)
  • y a qu'eux en France qui lisent des livres, qui se documentent, qui se tuyautent, ils sont armés de connaissances, occupent maintenant toutes les, places, tous les condés sont dans leurs mains, ils savent se rendre populaires – (condé)
  • ils savent se rendre populaires, ils font du bien au surplus, au petit peuple, les 40 heures, c'est leur blot – (blot)
  • C'est ça leur intelligence ?… Y a pas de quoi reluire ! – (reluire)
  • Ils se filent admirablement le train, ils éliminent, dégoûtent, pourchassent, traquent... tout ce qui peut rivaliser, leur porter le plus petit ombrage – (33224)
  • Tous les boulots intéressants, ils se les mettent en fouilles – (fouille)
  • ils en expulsent sec ou au petit feu tout ce qui n'est pas proprement juif – (33225)
  • ils en expulsent sec ou au petit feu tout ce qui n'est pas proprement juif – (à petit feu)
  • ils en expulsent sec ou au petit feu tout ce qui n'est pas proprement juif... salement juif... enjuivé... proyoupin... enculé de juif – (proyoupin)
  • ils en expulsent sec ou au petit feu tout ce qui n'est pas proprement juif... salement juif... enjuivé... proyoupin... enculé de juif – (33229)
  • si Einstein n'était pas youtre, si Bergson n'était pas coupé, si Proust n'était que breton, si Freud n'avait pas la marque, on en parlerait pas beaucoup ni des uns ni des autres – (coupé)
  • si Einstein n'était pas youtre, si Bergson n'était pas coupé, si Proust n'était que breton, si Freud n'avait pas la marque, on en parlerait pas beaucoup ni des uns ni des autres – (avoir la marque)
  • des millions de grelots qui s'ébranlent – (grelot)
  • On la monte cette pauvre vesse en miracle ! et au galop ! – (au galop)
  • Que ça soit peinture de Cézanne, Modi, Picasso et tous les autres – (33233)
  • films de Monsieur Benhur, musique de Tartinowsky ça devient tout de suite un événement – (33234)
  • films de Monsieur Benhur, musique de Tartinowsky ça devient tout de suite un événement – (33235)
  • Ils savent pas faire la différence entre le mort et le vivant... « l'organique » et le velléitaire, le carton pâte et le pur jus, la vessie plutôt que la lanterne, le faux et l'authentique – (pur jus)
  • Ils se régalent plus qu'en falsifis... Ils prennent l'eau de Javel pour de l'eau de source... et ils la trouvent bien préférable ! infiniment supérieure. Ils sont rythmés à l'imposture – (33195)
  • Ce sont eux, les frères de race, qui se chargent le plus strictement de l'obstruction méthodique, du dénigrement, de l'étouffade – (étouffade)
  • Dans les bagnes, les pires sévices sont exercés par les forçats eux-mêmes... entre eux-mêmes, mille fois plus cruels que le chiourme le plus atroce – (33237)
  • Il n'en veut plus voir sur la table… il veut de la fiente en bouteile… en films, en livres, en tirades, en chansons d'amour, en pissats – (33238)
  • de la médisance absolue, fanatique, maximum, du ragot forcené, plus mesquin, du cancan délirant, de l'aliénation dénigrante, du jugement bas plus bas encore – (cancan)
  • du ragot forcené, plus mesquin, du cancan délirant, de l'aliénation dénigrante, du jugement bas plus bas encore, plus bouzeux, plus acharnément vil et lâche – (bouseux)
  • du ragot forcené, plus mesquin, du cancan délirant, de l'aliénation dénigrante, du jugement bas plus bas encore, plus bouzeux, plus acharnément vil et lâche – (33239)
  • Parfaits esclaves, agents provocateurs enthousiastes, moutons, faux-jetons, janus de permanences et de bistrots – (mouton)
  • Parfaits esclaves, agents provocateurs enthousiastes, moutons, faux-jetons, janus de permanences et de bistrots – (faux-jeton)
  • Plus aucune mystique commune. Les Juifs nagent adorablement dans ces eaux purines – (33240)
  • La colonisation devient un beurre – (beurre)
  • Ils tombent au milieu de cette charognerie abracadabrante comme l'hyène sur la tripe avancée – (charognerie)
  • Ils tombent au milieu de cette charognerie abracadabrante comme l'hyène sur la tripe avancée – (abracadabrant)
  • Ils l'ont belle ! Ils l'ont magnifique ! – (magnifique (l'avoir))
  • Ils l'ont belle ! Ils l'ont magnifique ! – (l'avoir belle)
  • Ils n'ont jamais rencontré sur les routes de leur triomphe des hordes larbines plus serviles, mieux bouffies de haines réciproques, ahuries par des siècles d'alcool et de polémiques mitoyennes – (ahuri)
  • Tailler, farfouiller dans cette tourbe française, en extraire tout le jus, tout l'or, le profit – (farfouiller)
  • Tailler, farfouiller dans cette tourbe française, en extraire tout le jus, tout l'or, le profit, la puissance, c'est pour le Juif un jeu de prince ! – (33243)
  • Il lui faut, il exige son bluff juif, la pommade juive, le clinquant juif, l'escroquerie juive, l'imposture juive – (pommade)
  • Tout ce qui est simple, direct, comme sa propre nature occidentale, le porte à la suspicion, la haine immédiatement… Il s'insurge, il se met en boule, il n'a de cesse qu'on ait fait disparaître ces évocations, de sa vue – (en boule)
  • Ce qu'il recherche à présent le plus au cinéma, dans les livres, la musique, la peinture, c'est la grimace, l'artificieux, l'alambiqué, la contorsion afro-asiatique – (33244)
  • Ils ne ressentent rien directement, et n'assimilent que peu de chose en profondeur... d'où ces enculages infinis de mouches, ce plurifouillage tout en bluff, ces forcenées didactiques – (enculage de mouche)
  • Ils ne ressentent rien directement, et n'assimilent que peu de chose en profondeur... d'où ces enculages infinis de mouches, ce plurifouillage tout en bluff, ces forcenées didactiques – (33246)
  • ces forcenées didactiques, ces analysmes effrénés, tout ce pompeux masturbage doctrinaire – (33247)
  • ces forcenées didactiques, ces analysmes effrénés, tout ce pompeux masturbage doctrinaire – (33248)
  • Ils seraient à plaindre, s'ils n'étaient pas si emmerdants – (emmerdant)
  • Ils sont plutôt bûches que violons, malgré tout ce décarcassage frénétique, universel, toujours en train de nous bluffer encore, de nous démontrer tout le contraire – (plutôt bûche que violon)
  • Ils sont plutôt bûches que violons, malgré tout ce décarcassage frénétique, universel, toujours en train de nous bluffer encore, de nous démontrer tout le contraire – (décarcassage)
  • je serai complètement démarqué, maquillé, revendu, vulgarisé sous leurs plumes – (33251)
  • je serai complètement démarqué, maquillé, revendu, vulgarisé sous leurs plumes – (maquillé)
  • Le processus bouliphagique juif complet – (33252)
  • Quelle ignoble involution dans l'inertie et dans la chiasse – (chiasse)
  • Rien n'est plus odieux de nos jours, humainement plus odieux, plus humiliant que de regarder un Français moderne dit lettré, dépiauter narquoisement un texte, un ouvrage – (dépiauter)
  • S'il a obtenu son bachot alors il n'est même plus approchable. Le paon n'est plus son cousin – (le paon n'est pas son cousin)
  • Il ne retrouve tout son entrain, toutes ses boutades, ses brosses à reluire, son figarotisme, toute sa tradition de pirouettes, sa frivolité piquante, toutes ses contorsions mignardes de cul surbouché qu'au moment de flatter – (brosse à reluire)
  • Il ne retrouve tout son entrain, toutes ses boutades, ses brosses à reluire, son figarotisme, toute sa tradition de pirouettes, sa frivolité piquante, toutes ses contorsions mignardes de cul surbouché qu'au moment de flatter – (33255)
  • Il ne retrouve tout son entrain, toutes ses boutades, ses brosses à reluire, son figarotisme, toute sa tradition de pirouettes, sa frivolité piquante, toutes ses contorsions mignardes de cul surbouché qu'au moment de flatter – (33256)
  • Tout ce qui mijote de mielleux au fond de sa carcasse trouillotière lui jaillit sous la plume, d'un coup – (trouillotier)
  • Bien sûr ! Bien sûr ! Durandin ! – (33258)
  • Quand tes maîtres juifs, la prochaine fois, te donneront l'ordre de leur passer une fière languetouse dans le creux des miches – (languetouse)
  • Quand tes maîtres juifs, la prochaine fois, te donneront l'ordre de leur passer une fière languetouse dans le creux des miches – (miches)
  • Quand tes maîtres juifs, la prochaine fois, te donneront l'ordre de leur passer une fière languetouse dans le creux des miches... de bien mastiquer la fondante – (fondante)
  • Mais t'es antisémite ma vache ! C'est vilain ! C'est un préjugé ! – (vache (ma))
  • c'est contre le racisme juif que je me révolte, que je suis méchant, que je bouille, ça jusqu'au tréfonds de mon benouze ! – (bénouze)
  • C'est leur alibi gigantesque ! C'est la grande tarte à leur crème ! – (tarte à la crème)
  • On me retirera pas du tronc qu'ils ont dû drôlement les chercher les persécutions ! – (tronc)
  • ils ont dû drôlement les chercher les persécutions ! foutre bite ! Si j'en crois mes propres carreaux ! – (carreau)
  • S'ils avaient fait moins les zouaves sur toute l'étendue de la planète, s'ils avaient moins fait chier l'homme ils auraient peut-être pas dérouillé ! – (faire le zouave)
  • S'ils avaient fait moins les zouaves sur toute l'étendue de la planète, s'ils avaient moins fait chier l'homme ils auraient peut-être pas dérouillé ! – (dérouiller)
  • Ils ont prospéré tant et mieux, ils tiennent tout le haut du pavé… On a été avec eux libéraux – (haut du pavé)
  • Une bande de rats vociféroces, intraitables, implacables ennemis – (33264)
  • C'est un bidon phénoménal ce grand martyr de la race juive – (bidon)
  • toujours jobards et dindonnants, enthousiastes cocus – (dindonnant)
  • Une fois bien grimpés sur nos os, une fois ramollis nos bons coeurs, une fois bien sûrs qu'ils nous possèdent jusqu'aux derniers – (os)
  • ils s'en sont pas trop mal tirés, la preuve, ils ont jamais trop pâti, ils l'ont jamais eue si mauvaise que ces billes d'Aryens – (33266)
  • ils s'en sont pas trop mal tirés, la preuve, ils ont jamais trop pâti, ils l'ont jamais eue si mauvaise que ces billes d'Aryens – (bille)
  • les youtres, aussitôt qu'ils ont commandé, ils ont pas mis beaucoup de mitaines pour décimer les Aryens – (mettre des mitaines)
  • Les Juifs n'aiment pas voir couler le sang ? Des clous ! Pas le leur bien sûr ! – (des clous)
  • Ils ne sont pas les seuls racketers… Cette bonne musique – (musique)
  • Évidemment, les chrétiens riches ils se soignent aussi énormément ! Ils se précipitent à toute berzingue sur tous les bonis du désastre ! – (se soigner)
  • Évidemment, les chrétiens riches ils se soignent aussi énormément ! Ils se précipitent à toute berzingue sur tous les bonis du désastre ! – (à tout berzingue)
  • Ils se précipitent à toute berzingue sur tous les bonis du désastre ! Bien sûr ! Bien sûr !… Chacals comme personne ! – (chacal)
  • Ils se bernent de vaines illusions ! Ils n'iront pas au bonheur ! Ils ne sont qu'otages ! – (aller au bonheur)
  • entraîner les autres, la horde, au couteau, le torrent des viandes à buter, bêlantes, pagaïeuses, brouteuses de conneries – (pagaïeux)
  • C'est un spectacle de grande lâcheté que de les voir, ces écœurants, se mettre en branle, s'offrir une poigne bien sournoise à votre bonne santé, profiter de votre pauvre ouvrage, pour se faire reluire, paonner pour l'auditoire – (poigne)
  • C'est un spectacle de grande lâcheté que de les voir, ces écœurants, se mettre en branle, s'offrir une poigne bien sournoise à votre bonne santé, profiter de votre pauvre ouvrage, pour se faire reluire, paonner pour l'auditoire – (se faire reluire)
  • C'est un spectacle de grande lâcheté que de les voir, ces écœurants, se mettre en branle, s'offrir une poigne bien sournoise à votre bonne santé, profiter de votre pauvre ouvrage, pour se faire reluire, paonner pour l'auditoire – (paonner)
  • paonner pour l'auditoire, camouflés, soi-disant « critiques » ! – (13623)
  • Les torves fumiers ! C'est un vice ! – (33273)
  • C'est un vice ! Ils peuvent jouir qu'en dégueulant, qu'en venant au renard sur vos pages – (renard)
  • ils sortent exprès de leurs rubriques pour se filer un rassis, chaque fois que je publie un ouvrage – (rassis)
  • Ils se poussaient au rouge-blanc, les énergumènes ! Ah ! les petits Passionistes ! – (33274)
  • de ces délires anathémiques, il se dégageait malgré tout, de cette cacophonie extrême, en haines surpressées, une certaine rengaine tonique – (33275)
  • il se dégageait malgré tout, de cette cacophonie extrême, en haines surpressées, une certaine rengaine tonique – (33276)
  • l'appel qui les rassemble tous, qui les fait droper tous ensemble, qui les fait foncer corps et âmes à la curée de l'Univers – (droper)
  • Voici le pharamineux dada, le grand destrier de toute la race youtre ! – (dada)
  • Voici le pharamineux dada, le grand destrier de toute la race youtre ! – (faramineux)
  • Tout le surplus immense des mots, le vrombissant verbiage socialitico-humanitaro-scientifique, tout le cosmique carafouillage de l'impératif despotique juif n'est que l'enrobage mirageux, le charabia fatras poussif – (33277)
  • Tout le surplus immense des mots, le vrombissant verbiage socialitico-humanitaro-scientifique, tout le cosmique carafouillage de l'impératif despotique juif n'est que l'enrobage mirageux, le charabia fatras poussif – (33278)
  • la sauce orientale pour ces enculés d'Aryens – (enculé)
  • ivrognes rampants, intouchables, qui s'en foutrent à bite que veux-tu, s'en mystifient, s'en bâfrent à crever – (à X que veux-tu)
  • ivrognes rampants, intouchables, qui s'en foutrent à bite que veux-tu, s'en mystifient, s'en bâfrent à crever – (bâffrer)
  • une arrivée sur nos os – (vos os)
  • au moins un million de fonctionnaires avec les rejetons, les houris, les mendigots, les hommes de main, les derviches, leurs lèpres, leurs tranchomes – (mendigot)
  • les derviches, leurs lèpres, leurs tranchomes – (33281)
  • Ça sera une telle bousculade, une ruée tellement farouche vers tous les nougats que ça sera des « écrasements de terre » dans les frontières où ils passeront – (nougat)
  • J'ai l'air de vaticiner, de déconner à grand plaisir, sur des « visions », de plus reconnaître que des sémites, chaque coup que je me promène, mais foi de branleur ! je vous assure ! que jamais j'avais tant vu de Juifs dans un aussi petit espace – (33282)
  • Et comme ils étaient messianiques ! Crépus ! myopes ! anathémateux ! – (33283)
  • Et puis pressés, trépignateurs, à faire s'écrouler toute la voûte – (33284)
  • il était campé sur l'estrade, il dominait le bacchanal, il s'égosillait au-dessus des contradicteurs – (bacchanal)
  • je vois encore ses [un petit noir, genre curé] bananes, immenses, plus larges que sa tête, ses panards qui passaient le rebord, il avait tout du Charlot – (33285)
  • je vois encore ses bananes, immenses, plus larges que sa tête, ses panards qui passaient le rebord, il avait tout du Charlot – (panard)
  • je vois encore ses bananes, immenses, plus larges que sa tête, ses panards qui passaient le rebord, il avait tout du Charlot, mais alors un Charlot sinistre, salvateur et râleux – (charlot)
  • il avait tout du Charlot, mais alors un Charlot sinistre, salvateur et râleux – (33286)
  • Il en écumait le « Réglisse »... se débattant, s'écartelant, pour convaincre – (33287)
  • «Vous êtes pas mural !» qu'il hurlait... «Vous êtes pas mural ! Vous comprenez rien du tout ! au sens des Révolutions ! Vous êtes pas mural ! Vous êtes pas mural ! Camarades !» – (mural)
  • Les dignitaires Juifs de Culture, dont Cassou le grand Poète-Inspecteur-Damné-de-la-Terre (100.000 francs par an) ils se fendaient quand même la prune derrière le Bureau… – (se fendre la prune)
  • je suis pas réactionnaire ! pas pour un poil ! pas une minute ! – (pas pour un poil)
  • Pas né dans la bourgeoisie… jamais mis une heure au lycée… de la communale au tapin ! – (tapin)
  • 22 patrons Monsieur, 22… Ils l'ont tous foutu à la porte ! – (foutre à la porte)
  • Il s'est caché dans les chiots, il avait l'air d'aller se poigner, pour préparer ses examens – (se poigner)
  • Quand j'entends des piafs installer, parler de leurs inouïes épreuves, de leurs effroyables aventures ! – (installer)
  • Plats superficieux petits crabes! Si moi je voulais causer – (33294)
  • Plats superficieux petits crabes ! Si moi je voulais causer – (crabe)
  • Si moi je voulais causer… Quels papiers je pourrais montrer ! Quels passeports m'ont sorti du Bain – (être dans le bain)
  • aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain... » Vous connaissez ce mirliton ? – (mirliton)
  • Ce qu'on appelle communisme dans les milieux bien avancés, c'est la grande assurance-nougat, le parasitisme le plus perfectionné des âges – (33296)
  • par le système bolchevique, farci superfasciste, boulonnage international – (farci)
  • pour faire remonter sur le trône d'autre fous semi-nègres encore mille fois pires, plus incapables, plus jacasseurs, mille fois plus criminels encore que ceux qu'on vient de perdre ! – (jacasseur)
  • Je suis le plus grand partageux qu'on aura jamais connu – (partageux)
  • et je vous fous mon billet qu'il me faut pas beaucoup pour vivre – (foutre son billet)
  • Quelle fracasserie de tambours pour saluer la chute au papier du plus piteux de ces faux étrons! – (33297)
  • Quelle fracasserie de tambours pour saluer la chute au papier du plus piteux de ces faux étrons ! Quel carafouillage de trompettes ! – (33277)
  • Je n'aperçois partout, au plus loin dans ces déserts de la Promesse que piètres jonchées de brosses à reluire – (brosse à reluire)
  • Avec quel cosmique culot s'est-on poussé du rose au rouge ! au blanc ! au « sur-moi » plus que rouge ! – (33274)
  • Ce pourrait être un grand motif comique de l'époque, la déconfiture spirituelle des écrivains de la gauche – (déconfiture)
  • M. Orloff possède la tête de bourreau la plus angoissante, la plus froncée qu'on puisse découvrir dans cette ville où pourtant le patibulisme se porte énormément – (33298)
  • Voilà qui est net, je sais où je vais mettre les pieds, je me fais miser, ou je me tire – (savoir où l'on met ses pieds)
  • Voilà qui est net, je sais où je vais mettre les pieds, je me fais miser, ou je me tire – (miser)
  • Avec les Juifs c'est tout sirop… tout manigances – (33300)
  • Avec les Juifs c'est tout sirop… tout manigances… insinuances – (33301)
  • Avec les Juifs c'est tout sirop... tout manigances... insinuances... gonzesseries – (gonzesserie)
  • c'est tout sirop... tout manigances... insinuances... gonzesseries... cancans..., frotti-frotta – (frotti-frotta)
  • Avec les Juifs c'est tout sirop... tout manigances... insinuances... gonzesseries... cancans..., frotti-frotta... boomerang, harach-loucoums – (33304)
  • « Débrouillard » est mort comme « Crédit ! » – (crédit est mort)
  • visites, revisites... rautobus... endoctrinage partout... discours... croquette finalement – (croquette)
  • Puis il enchaîne, bafouilleur, enthousiaste et brouillageux – (33307)
  • Pas plus marin que de beurre au cul – (pas plus de X que de beurre)
  • Pas plus d'avantages ouvriers que d'ablettes au Sahara – (pas plus de X que d'ablettes au Sahara)
  • Je peux pas trouver d'adjectifs qui soient vraiment assez glaireux, assez myriakilogrammiques en chiasse, en carie de charogne verdoyeuse pour vous représenter ce que cela signifie – (33310)
  • Je peux pas trouver d'adjectifs qui soient vraiment assez glaireux, assez myriakilogrammiques en chiasse, en carie de charogne verdoyeuse pour vous représenter ce que cela signifie – (33311)
  • c'est la question d'être le plus bas, le plus en retard, le plus con têtard qu'on aura jamais foutriqué sous la calotte de tous les cieux – (têtard)
  • c'est la question d'être le plus bas, le plus en retard, le plus con têtard qu'on aura jamais foutriqué sous la calotte de tous les cieux – (foutriqué)
  • par derrière leur baragouin socialistico-communiste ? – (baragouin)
  • Qu'on aille se faire buter pour eux, que ce soit nous qu'on reprenne leurs crosses – (prendre les crosses de)
  • qu'on aille, nous, faire les guignols devant les mitrailleuses d'Hitler – (faire le guignol)
  • L'Idée ! comme ils appellent, c'est une fantasmagorie, une entourloupe pire que le pucelage de la Sainte-Vierge! – (7788)
  • Qui descendra non-juif, dans l'arène, y laissera sûrement sa barbaque et ne remontera rien du tout – (laisser sa barbaque)
  • cabotins canailles, fielleux, vendus, pourvendus aux Juifs – (33317)
  • On a massacré la moitié de la France, la plus jeune, la plus virile pour ravigoter les basses moelles de quatre magots anatomiques – (magot)
  • nous serons projetés, embrasés, dépiautés, éparpillés dans la mitraille – (dépiauté)
  • nous serons projetés, embrasés, dépiautés, éparpillés dans la mitraille, tout vifs, avant d'avoir tiqué d'un oeil... – (33319)
  • Il est tellement farci d'ordures maçonniques et de vinasse, il a les tripes en tel état d'enjuivement et de cirrhose qu'il croule en loques dans les chiots – (33320)
  • je lui en ferais tellement chier, je lui ferais apprendre des telles bonnes manières, que je lui ferais regretter la Commune, les Jésuites, les Incas, les Huns, le suicide par les bêtes fauves – (en chier)
  • ils crèvent de trouille dans le fond de leur froc – (trouille)
  • Ils sont nés dans la traîtrise, ils crèveront de même… dans la panne et dans la tractation – (panne)
  • Pour la gloire des Bourses ! des Valeurs et du Commerce ! et des Bidoches ! [sens de bidoche incertain ; gb] – (bidoche)
  • ils broient du noir, ces malheureux, là-bas, ils souffrent, ils s'ennuient – (broyer du noir)
  • pendant que vous chichitez encore devant la porte du charnier – (chichiter)
  • elles sont aussi impatientes de vous mener gare de l'Est que Lizok, Lévy, Yubelkrantz… de vous propulser au casse-pipe – (se propulser)
  • elles sont aussi impatientes de vous mener gare de l'Est que Lizok, Lévy, Yubelkrantz… de vous propulser au casse-pipe – (casse-pipe)
  • La femme, surtout la Française, raffole des crépus, des Abyssins, ils vous ont des bites surprenantes ! – (crépu)
  • Ils viendront sur vos charniers, dégueuler le dimanche, on s'enculera sur votre martyr – (enculer)
  • L'Angleterre alliée ? mes burnes ! Encore une fameuse balancelle ! – (mes burnes !)
  • L'Angleterre alliée ? mes burnes ! Encore une fameuse balancelle ! – (balancelle)
  • Ils iront molo je vous assure ce coup-ci… encore bien plus mou qu'à l'autre – (mollo)
  • Nous serons déjà tous asticots quand débarqueront dans les Flandres les premiers invertis d'Oxford – (inverti)
  • Mais pour la corrida cosmique, c'est nous qui fournirons la casse – (casse)
  • Les empotés preux d'Oxford, délicats énergumènes, se donneront en manifestes et en conférences – (empoté)
  • Avec eux pas de flan ! pas de grimaces. Ça sera goupillé le premier jour ! Ils feront pas semblant ! – (flan)
  • Avec eux pas de flan ! pas de grimaces. Ça sera goupillé le premier jour – (goupillé)
  • Ils se donneront du péritoine, de la baïonnette, je vous assure, de la grenade, du médiastin – (se donner du péritoine)
  • C'est pour eux toute la riflette, pas une seule discussion possible – (riflette)
  • Les motifs dont se servent les Juifs pour nous pousser à présent à la riflette sont tout aussi nuls, aussi cons – (riflette)
  • où qu'ils seront ?... nos frénétisants, nos excellents youtres ?... nos rats ? – (rat)
  • trop vieux, trop longs, trop gras, trop myopes, trop bigles, panards, systoliques, albumineux – (bigle)
  • trop vieux, trop longs, trop gras, trop myopes, trop bigles, panards, systoliques, albumineux – (panard)
  • Tu les connais pas les francecailles ! Un coup de clairon et hop ! ils s'envolent ! Ils foncent tous comme un seul homme !... Les voilà poitrines en avant ! superbes ! dressés devant l'ennemi – (francecaille)
  • C'est Bidasse… C'est bien Lidoire et Vandenput, et encore dix millions comme ça qui vont se faire crever – (bidasse)
  • C'est Bidasse... C'est bien Lidoire et Vandenput, et encore dix millions comme ça qui vont se faire crever – (Lidoire)
  • Il suffira de quinze jours de radio, de presse, et de fanfare pour qu'ils se ruent tous, bien vinasseux, se faire hacher dans les barrages, c'est enfantin comme mécanisme – (vinasseux)
  • ni médecin, ni brancardier, ni artilleur, ni sapeur, ni scribe, ni aviateur, ni commissaire politique, ni garde-mites, ni chauffeur, ni camoufleur – (garde-mites)
  • ni médecin, ni brancardier, ni artilleur, ni sapeur, ni scribe, ni aviateur, ni commissaire politique, ni garde-mites, ni chauffeur, ni camoufleur – (33332)
  • tout retrait même à vingt mètres de la ligne de feu devient pour le Juif une planque admirable, une occasion immédiate de faire agir ses relations – (planque)
  • une occasion immédiate de faire agir ses relations, le premier pas vers les guitounes, la rue de Grenelle, les Loges, et le courant d'air – (courant d'air)
  • tous les Juifs en première ligne ! pas de billevesées, pas d'estouffades ! – (33334)
  • si l'aventure tourne mal, comme c'est en somme assez probable, il faut pas que nos Juifs se débinent – (se débiner)
  • Il faut qu'ils payent toute la casse, il faut qu'ils dégustent jusqu'au bout. Il faut qu'ils deviennent otages – (payer la casse)
  • il faut qu'ils dégustent jusqu'au bout – (déguster)
  • qu'ils garantissent de leurs peaux cette émancipation humaine dont ils parlent toujours – (peau)
  • C'est le moment qu'ils nous régalent, je veux les voir illuminer moi, en première ligne ! – (régaler)
  • Pas cave pour un signe je promets de lever le rideau personnellement – (cave)
  • Pas cave pour un sigue je promets de lever le rideau personnellement, d'y rester tant qu'il faudra pour voir enfin tous les youtres sauter le parapet – (pas X pour un sigue)
  • voir enfin M. Blum tomber la bavette et puis les «Benda Brothers» monter à l'assaut, nous méprisant à tout rompre, avec mille baïonnettes dans le cul ! – (33337)
  • À cet égard un jeu d'enfants ! de régaler toute la coterie ! – (coterie)
  • Participation de plus certaine (que les Juifs rendent de plus en plus certaine avec leurs manières « pousse au crime »…) – (pousse-au-crime)
  • Quand il faut payer de sa barbaque, les pires frénétiques « Risquetout » s'interrogent – (barbaque)
  • Quand il faut payer de sa barbaque, les pires frénétiques « Risquetout » s'interrogent – (Risquetout)
  • Les Juifs ils sont à leur aise dans la dégonflette – (dégonflette)
  • on découvrirait tout soudain, qu'ils sont vraiment impossibles, irrespirables, ces asiates ! – (Asiate)
  • ils sont vraiment impossibles, irrespirables, ces asiates ! défécatoires… stercophages, mongoloïdes à dégueuler, qu'on aurait jamais dû laisser des affreux pareils nous distraire – (dégueuler)
  • il faut les bouter promptement, qu'ils aillent tous se faire carrer derrière les Murailles... Kirgizes, Mandchous, Papaoutjans – (se faire carrer)
  • il faut les bouter promptement, qu'ils aillent tous se faire carrer derrière les Murailles... Kirgizes, Mandchous, Papaoutjans ! – (33342)
  • On étudierait en détails la collaboration des classes... les syndicats ententophiles – (33343)
  • ils monteront tous à la riflette, et eux d'abord, et eux premiers dès l'instant de la première gâchette, de la première salve et puis en ligne jusqu'au dernier, jusqu'au bout du dernier Juif, pipe inclus – (33344)
  • Pour moi c'est du kif au semblable – (du kif au semblable)
  • Tous les Français « à tour de bras » échappés de tous les ghettos – (à tour de bras)
  • Les jeunes soufflés de maçonnisme ne voient rien – (33347)
  • je me suis trouvé pendant quatre ans titulaire d'un petit emploi à la S.D.N., secrétaire technique d'un Juif, un des potentats de la Maison – (Maison)
  • C'était un drôle de boulot, assez marrant, faut bien le dire, mais pour la douillance assez terne, pas très généreux. Pas de quoi se régaler du tout – (douillance)
  • Les places notables, les vrais nougats sont occupés, là comme ailleurs, par les Juifs et les « maçons » – (nougat)
  • J'ai vu travailler les grands Juifs dans les coulisses de l'Univers, préparer les gros fricots – (33350)
  • Depuis le Secrétaire Général jusqu'au dernier journaliste il faut avoir une drôle d'odeur pour faire florès dans la tôle – (faire florès)
  • Il faut «en être» quoi ! il faut en être !... Tout ce qu'est pas youpin ou «mascaille» est assez vite éliminé – (mascaille)
  • Il faut « en être » quoi ! il faut en être !... Tout ce qu'est pas youpin ou « mascaille » est assez vite éliminé – (en être)
  • Ma carrière administrative elle a quand même duré quatre ans. C'est un bail – (un bail)
  • Les plus grands « maçons » de la planète, les plus inquiets, les plus arrogants, les plus endurcis, les plus emmerdants, les plus mégalophraseurs – (33353)
  • Il faut entendre comme ça cafouille tout ce petit monde... J'avais appris aussi moi, la chinoiserie des Commissions... la dialectique des compromis – (cafouiller)
  • Il faut entendre comme ça cafouille tout ce petit monde… J'avais appris aussi moi, la chinoiserie des Commissions… la dialectique des compromis – (chinoiserie)
  • Si les voyages forment l'âge mûr, je peux dire que je suis bien fait. Craquelure ! comme j'ai voyagé ! – (33355)
  • Comme j'en ai vu des hôpitaux, comparé des laboratoires ! épluché les comptes des nurseries – (éplucher)
  • Comme j'en ai vu des savants, barbus. chauves, postillonneux, bigles – (33356)
  • des fins cliniciens ventropètes, des hygiénistes si convaincus – (33357)
  • J'en ai vu des cardiologistes ! – (33358)
  • J'en ai vu des cardiologistes ! des endocriniens éperdus ! – (33359)
  • des physiopathes sympatologues, et des encore bien plus étranges, plus péremptoires, confusionnistes – (33360)
  • et des encore bien plus étranges, plus péremptoires, confusionnistes, superspicaces les uns que les autres – (33361)
  • quel tourment ! quelle engeance ! Tous les néo-Diafoirus du Progrès moderne ils se sont donné rendez-vous pour éberluer ma pauvre gomme – (33362)
  • quel tourment ! quelle engeance ! Tous les néo-Diafoirus du Progrès moderne ils se sont donné rendez-vous pour éberluer ma pauvre gomme – (ma gomme)
  • toujours à se prendre, se déprendre... se perdre un peu, s'entortiller... se faire «venir» sur un glaviot, sur une pelure de lentille, sur un poil pénien, une sottise, un mot, des heures encore pour une virgule, dans tous les sens – (33364)
  • Comme c'est bavard, puéril et fat, étroit, râleux, boudah, inquiet, mégalomane, persécutant, un humble chercheur – (33286)
  • Comme c'est bavard, puéril et fat, étroit, râleux, boudah, inquiet, mégalomane, persécutant, un humble chercheur – (boudah)
  • Comme c'est bavard, puéril et fat, étroit, râleux, boudah, inquiet, mégalomane, persécutant, un humble chercheur !… Le pire des cabots, un Sacha, c'est encore qu'une pâle violette auprès d'un loucheur en « micro », d'un effileur de pipettes – (cabot)
  • Comme c'est bavard, puéril et fat, étroit, râleux, boudah, inquiet, mégalomane, persécutant, un humble chercheur !... Le pire des cabots, un Sacha, c'est encore qu'une pâle violette auprès d'un loucheur en «micro», d'un effileur de pipettes – (33366)
  • Le pire des cabots, un Sacha, c'est encore qu'une pâle violette auprès d'un loucheur en « micro », d'un effileur de pipettes – (une pâle violette)
  • Le pire des cabots, un Sacha, c'est encore qu'une pâle violette auprès d'un loucheur en « micro », d'un effileur de pipettes – (33368)
  • Les pires « m'as-tu-lu » du monde, les plus susceptibles cabotins, les plus irascibles vedettes c'est dans les « Congrès » qu'on les trouve, dans les bagarres de vanité – (m'as-tu-lu)
  • Faut entendre alors ces gueulements ! faut observer ces tours de vache ! Ils sont prêts à tous les crimes pour voir leur blaze en compte rendu élogieux – (gueulement)
  • Faut entendre alors ces gueulements ! faut observer ces tours de vache ! Ils sont prêts à tous les crimes pour voir leur blaze en compte rendu élogieux – (tour de vache)
  • Faut entendre alors ces gueulements ! faut observer ces tours de vache ! Ils sont prêts à tous les crimes pour voir leur blaze en compte rendu élogieux – (blaze)
  • Moi, mon petit afur personnel, ça consistait à l'aider dans le cours de sa politique, l'approche, la diplomatie, l'art de faire plaisir à tout le monde – (affure)
  • À travers ces bilieux ingrats au possible… les échecs tournent en vinaigre, en instantanées ruptures, en vexations considérables, diplomatiques – (tourner au vinaigre)
  • C'est pas, croyez, une petite pause que de rassurer un savant, de bien lui ancrer dans le cassis, que c'est bien lui le premier du monde – (pause)
  • C'est pas, croyez, une petite pause que de rassurer un savant, de bien lui ancrer dans le cassis, que c'est bien lui le premier du monde – (cassis)
  • C'est la question de vie ou de mort, de se rappeler ce qu'on a dit. La moindre gaffe c'est la bascule ! – (bascule)
  • les savants doivent jubiler d'un bout à l'autre des Etats, des 48, pas une seconde de répit pour leur passer des pommades – (passer de la pommade)
  • Il pigeait parfaitement l'astuce. Il délirait pas dans sa glace – (33371)
  • il était erratique comme tous les vrais prépucés, il tenait pas en place – (33372)
  • il tenait pas en place. Il fallait qu'il trace, qu'il revendique – (tracer)
  • Et puis floc ! je le voyais jaillir ! un matin ! je le retrouvais d'un seul coup ! derrière son bureau – (floc !)
  • Pour réfléchir, il s'arrêtait, derrière ses binocles, il oscillait en avant… tout doucement sur ses tatanes… des vrais bateaux… comme le pendule – (tatane)
  • Pour réfléchir, il s'arrêtait, derrière ses binocles, il oscillait en avant... tout doucement sur ses tatanes... des vrais bateaux... comme le pendule – (bateau)
  • On aurait bien pu penser : cette agitation est grotesque, ce n'est que de la dispersion, du « pas sérieux », de l'étourderie. Cet homme travaille du grelot – (travailler du grelot)
  • Regardez un peu les fourmis comment elles s'agitent… elles font pas toutes vraiment quelque chose, elles transportent pas toutes une bricole – (bricole)
  • elles reviennent… elles se dépêchent… elles lambinent – (lambiner)
  • Promettre… flatter en traçant… réveiller le zèle ou la haine… qui s'attardent, s'affaiblissent, se perdent… Relancer ! Quel tam-tam – (tam-tam)
  • Lui qui se montrait dans la vie le plus éclectique des youtres, jamais froissé de rien du tout, ce coup-là quand même, il s'est mordu... Il a fait une petite grimace... Il a jamais oublié – (se mordre)
  • Quel est l'animal, je vous demande, de nos jours plus sot ?... plus épais qu'un Aryen ? – (épais)
  • Il m'avait en sympathie, malgré mes petits défauts… ma tête de cochon – (tête de cochon)
  • Il voulait que je m'initie à tous les maniements de ficelles, les grosses goupilles du métier, les fines astuces, qui font marcher les Assemblées, les Commissions – (goupille)
  • Il voulait que je m'initie à tous les maniements de ficelles, les grosses goupilles du métier, les fines astuces, qui font marcher les Assemblées, les Commissions, 2e, 3e, 4e, 5e... les têtes de pipes et les Finances – (33379)
  • Les micros ne sont pas faits pour les chiens – (pas fait pour les chiens)
  • La vieillesse c'est tout féminin, ça se déglingue, ça se débroquille, ça se débine tout en cancans – (déglinguer)
  • La vieillesse c'est tout féminin, ça se déglingue, ça se débroquille, ça se débine tout en cancans – (se débroquiller)
  • La vieillesse c'est tout féminin, ça se déglingue, ça se débroquille, ça se débine tout en cancans – (se débiner)
  • La vieillesse c'est tout féminin, ça se déglingue, ça se débroquille, ça se débine tout en cancans – (cancan)
  • C'est mauvais les harangues rentrées… Ils rongent leur frein dans le coin de leur chaise, ils préparent les pires vacheries – (ronger son frein)
  • Ils rongent leur frein dans le coin de leur chaise, ils préparent les pires vacheries… des vitriols infernals pour assaillir ceux qui gardent comme ça tout le crachoir – (tenir le crachoir)
  • Au bout d'une heure à peu près de ces effrénés jacassages, des délégués « tous contre tous », ils savent même plus où ils se trouvent – (jacassage)
  • Ils savent même plus de quoi il retourne... La question elle est dans les pommes... dans les gueulements, les hoquets... dans les fumées – (dans les pommes)
  • Haletants, fourbus, ravagés, sur les boulets, ils s'écroulent – (ravagé)
  • Je la glisse au président, le pire radoteur de la bande, le plus éperdu de tous – (radoteur)
  • alors ils viennent au pied... ils se rendent ils «adoptent» !... dans une allégresse ! ... éjaculant à qui mieux mieux... L'orgasme ! – (venir au pied)
  • Tous ces petits verbeux, hagards, diffus, chiffonnés, ils montent au plaisir tous ensemble – (33385)
  • Tous ces petits verbeux, hagards, diffus, chiffonnés, ils montent au plaisir tous ensemble – (monter au plaisir)
  • Il faisait alors un grand effort de myope, pour me toiser sous ses carreaux – (carreaux)
  • Il faut avoir bien compris, Ferdinand, bien observé de près les phases de cette divaguerie cafouilleuse – (divaguerie)
  • La pire des épreuves pour les grands « Céphalo-Bills », c'était le moment des adieux – (33388)
  • Quand ils avaient secoué leurs marottes, saccadé, branlé leurs osselets, comme ça, pendant huit, dix séances – (branler les osselets)
  • Quand ils avaient secoué leurs marottes, saccadé, branlé leurs osselets, comme ça, pendant huit, dix séances – (33390)
  • Quand ils avaient secoué leurs marottes, saccadé, branlé leurs osselets, comme ça, pendant huit, dix séances, fuité leurs derniers lécithines, ils retrouvaient plus la comprenette – (33391)
  • Quand ils avaient secoué leurs marottes, saccadé, branlé leurs osselets, comme ça, pendant huit, dix séances, fuité leurs derniers lécithines, ils retrouvaient plus la comprenette – (comprenette)
  • Ils se ratatinaient encore plus… Ils en devenaient… vieux… vieux… vieux… C'était la débâcle des carcasses – (ratatiner)
  • Ils faisaient amis !... amis !... bien gentiment aux voyageurs, à tout le monde autour, avec leurs petites menottes – (faire ami-ami)
  • à propos de la même broutille, d'une finesse circonlocutoire – (circonlocutoire)
  • À la fin il m'avait dressé, je rédigeais, super-malin, amphigourique comme un sous-Proust, quart-Giraudoux, para-Claudel – (super-X)
  • je m'en allais circonlocutant, j'écrivais en juif, en bel esprit de nos jours à la mode – (33394)
  • je m'en allais circonlocutant, j'écrivais en juif, en bel esprit de nos jours à la mode... dialecticulant... elliptique, fragilement réticent – (33395)
  • elliptique, fragilement réticent, inerte, lycée, moulé, élégant comme toutes les belles merdes, les académies Francongourt et les fistures des Annales – (33396)
  • Il connaissait, le petit sagouin, tous les secrets du métier – (sagouin)
  • fallait qu'on lui ramène des chiffres... rudement positifs... de la substance contrôlable, pas des petites suppositions... des conjectures aventureuses, des élégants subterfuges... des fins récits miragineux... ça ne passait pas... des chiffres d'abord ! – (33397)
  • Des faits basés sur des « espèces » … en dollars… en livres si possible… Pas des « courants d'air » – (courant d'air)
  • Les brouillards, les jeux de phrases… c'était pour les autres – (33398)
  • Forcer l'homme toujours escroc, le meilleur, le plus pur, la dupe, bon de son brouillard avant qu'il vous enveloppe de même – (bon)
  • Pas des « courants d'air » ... Que ce soit de Chicago, dont il s'agisse, ou de la Chine, de Papworth ou de Mauritanie... fallait pas qu'on lui en raconte – (33399)
  • Forcer l'homme toujours escroc, le meilleur, le plus pur, la dupe, bon de son brouillard avant qu'il vous enveloppe de même – (envelopper)
  • les salaires du personnel… nourri… pas nourri… le prix du fricot – (fricot)
  • Voici du sérieux ! du solide !… Tout le reste n'est que batifoles, bulles… entourloupes et mouvements de pompe – (bulle, 33401)
  • Voici du sérieux ! du solide !... Tout le reste n'est que batifoles, bulles... entourloupes et mouvements de pompe... Gidisme, hypothèses, poésies – (33402)
  • Quand un pays, si moche soit-il, si cave, si pauvre, si perclus qu'il se trouve, au terme de quelque grand désastre – (cave)
  • on file au peuple, pour qu'il s'émeuve et qu'il douille, des grands coups de trompette échotissimes – (33403)
  • Mais il faut partir de la bonne jambe !... faut pas faire les « Champignoles »... Il s'agit en quelques mois de faire tomber les statistiques, de présenter au monde entier quelque chose de très convenable – (faire les Champignoles)
  • parer au plus urgent, de dégarnir les hôpitaux toujours encombrés, dans les époques calamiteuses, les asiles… de soulager les caisses de secours « raplaplas » – (raplapla)
  • C'est l'A. B. C. du métier de « Reconstructeur du Peuple » – (A. B. C.)
  • ne tendent, en définitive qu'à l'accroissement prodigieux du nombre de parasites de l'Administration centrale, où, déjà, ils surfoisonnent – (33406)
  • Mais la lutte antivénérienne représente économiquement l'urgence même, surtout aux époques de chaos, de panique, d'émeutes, où tout s'enfile à la sauvette, un coup dans le ventre ! – (enfiler)
  • la lutte antivénérienne représente économiquement l'urgence même, surtout aux époques de chaos, de panique, d'émeutes, où tout s'enfile à la sauvette, un coup dans le ventre ! ni vu ! ni connu ! pots pourris ! je t'embrouille – (ni vu, ni connu)
  • la lutte antivénérienne représente économiquement l'urgence même, surtout aux époques de chaos, de panique, d'émeutes, où tout s'enfile à la sauvette, un coup dans le ventre ! ni vu ! ni connu ! pots pourris ! je t'embrouille – (pot)
  • le grand enculage en couronne ! la grande sarabande des véroles, petites pustules et grosses gonos – (gono)
  • Les êtres qui composent cette énorme troupe vénérienne appartiennent en général aux âges moyens de l'existence, à la période productive. Ils pourront, « blanchis », reprendre rapidement toutes leurs habitudes, leurs occupations – (blanchi)
  • Ils pourront, presque sans dommage, se livrer aux jeux d'amour, promener leurs panais dans les fentes – (panais)
  • Ils pourront, presque sans dommage, se livrer aux jeux d'amour, promener leurs panais dans les fentes – (fente)
  • Et puis, foutrement fort chacal, celui qui viendra s'en dédire ! – (chacal)
  • jamais, j'en suis sûr, aucun vétérinaire de régiment n'aurait permis, même pour un soir, l'hébergement d'un escadron, dans un casernement-taudis, déjeté pareil – (déjeté)
  • Un hôpital dont les ruines valent certainement pour le décor les simulacres de Potemkine… quant à l'illusionnisme… le semblant, la frime… – (frime)
  • le déluge enfin de plans abracadabrants, tous plus pharamineux, bouleversatiles les uns que les autres – (33410)
  • Il aura très tôt compris le caviardeux pèlerin, il répétera très vite, et sur tous les tons, la bonne leçon bien apprise des vrais amis de l'U.R.S.S. – (33411)
  • Enfin la culottée salade, toute l'entourloupe, propagandique, le brouillard à l'eau d'avenir – (33412)
  • la culottée salade, toute l'entourloupe, propagandique, le brouillard à l'eau d'avenir, que dégueulent tous les Juifs du monde quand on les refile au pied du mur – (refiler)
  • la culottée salade, toute l'entourloupe, propagandique, le brouillard à l'eau d'avenir, que dégueulent tous les Juifs du monde quand on les refile au pied du mur – (dégueuler)
  • Il comprenait bien l'apoloche... Tous les dix mots environ, entre les explications, entre les détails de technique, il s'interrompait brusquement et il se mettait à crier très haut, très fort, en baryton – (apoloche)
  • mais quelle crasse ! ... bon Dieu ! quels débris ! quel grandgousien chiot moisi – (33414)
  • Cependant le mélange de tant de hideurs… c'est trop ! … Quelle fiente désespérée, quel prodigieux ramassis de puants guignols ! – (guignol)
  • Banale question d'ambiance au fond… nul besoin de rien forcer, de fabriquer le trémolo – (trémolo)
  • Raskolnikoff ? mais pour les Russes c'est du Bouboule ! ... ce « damné » doit leur paraître somme toute assez courant, assez vulgaire, aussi spontané, aussi fréquent, ordinaire, que Bouboule ! – (33416)
  • J'ai tout vu, je pense, bien tout vu, tout senti, depuis le cagibi des piqûres, jusqu'aux oubliettes tabétiques, de la crèche aux essaims de mouches, jusqu'aux quartiers pour hérédos – (hérédo)
  • il se fendait la pêche, ce confrère est un des rares Russes que j'ai vu rire pendant mon séjour à Leningrad – (se fendre la pêche)
  • Mais le meilleur de cette visite c'était pour la fin ! Les traitements gynécologiques !… la spécialité de Touvabienovitch, le bouquet ! – (c'est le bouquet)
  • Pas un broc, un trépied, une sonde, pas le moindre bistouri, la plus courante pince à griffes, de cette répugnante quincaille rien qui ne date au moins des Tzars – (quincaille)
  • des vraies ordures, un fouillasson bien déglingué de saloperies innommables – (fouillasson)
  • des vraies ordures, un fouillasson bien déglingué de saloperies innommables – (déglingué)
  • saloperies innommables, tessons rongés, sublimés, pourris de permanganate à ce point qu'aux « Puces » personne n'en voudrait – (les Puces)
  • aux « Puces » personne n'en voudrait… les rabouins refuseraient sans appel… pas la valeur du transport en voiture à bras – (rabouin)
  • Toutvabienovitch, dans cette zone, il était aux anges... C'était sa consultation ! le moment de son art ! – (zone)
  • il s'agissait de farfouillages, de décollages des replis de grands suintements du vagin – (farfouillage)
  • Toutvabienovich s'en donnait... toujours cordial... bien pétulant... haut de verbe... à son affaire gaillardement – (s'en donner)
  • Il m'en promenait plein la vue… c'est vrai qu'il était habile… il manipulait fort crânement avec une rude dextérité tous ces attirails en déroute – (en mettre plein la vue)
  • un petit jet de permanganate et floutt ! … Je te plonge dans une autre motte… la moitié du bras – (motte)
  • Quand il a eu trifouillé comme ça des douzaines de vulves, j'ai fini par lui demander – (trifouiller)
  • Il profitait du voisinage pour regarder un petit peu dans le trou du cul… Il cherchait là aussi les gonos en bringue dans le pot de lentilles – (gono)
  • Il profitait du voisinage pour regarder un petit peu dans le trou du cul… Il cherchait là aussi les gonos en bringue dans le pot de lentilles – (bringue)
  • Il cherchait là aussi les gonos en bringue dans le pot de lentilles, les petits replis de l'anus – (pot de lentilles)
  • Et puis tout de suite, immédiatement, il refilait dans la prochaine vulve – (refiler)
  • les choses pondérables… qu'il faut savoir pour pas baver… pour pas perdre son temps – (baver)
  • J'aime pas assez les hôpitaux pour y passer quatre heures pour rien de ma garce de vie et puis m'en retourner comme un sale con calfaté – (33423)
  • c'était besoin au minimum d'un budget de 12 à 16 millions de roubles pour étaler tant bien que mal – (étaler)
  • Toutes, sauf les théâtres, la police, les militaires, les commissaires, la Propagande... à la même mégoterie crasseuse, à la même contraction au 1/10e du budget normal – (mégoterie)
  • il faut apprendre à percer, déterminer, au fond de toutes les ombres, à travers tous ces dédales phrasouilleurs – (33426)
  • cette furie colonisatrice juive, de moins en moins soucieuse des ressentiments et des réactions indigènes, plus avérée, plus clamoreuse chaque jour, à mesure que l'indigène plus soumis – (33428)
  • Foules ! Pour la paix juive, vous irez demain porter vos tripes aux quatre coins du monde… C'est ainsi cuit ! – (cuit)
  • Qu'il est bien prouvé, bien net, tout classique, […] que l'enculailleur irrésolu poitrineux Prout-Proust, la «Miche juive aux Camélias» prendra le même rang d'éminence en tout et partout, dans les manuels et les esprits qu'Honoré de Balzac ! – (enculailleur)
  • Qu'il est bien prouvé, bien net, tout classique, […] que l'enculailleur irrésolu poitrineux Prout-Proust, la «Miche juive aux Camélias» prendra le même rang d'éminence en tout et partout, dans les manuels et les esprits qu'Honoré de Balzac ! – (33430)
  • C'est brandi ! C'est triomphal ! C'est à prendre ou se la tordre ! comme je vous l'affirme ! – (33431)
  • Tâchez de pas faire les zigotos ! de bien franchement vous faire ouvrir ! – (faire le zigoto)
  • Vive la Bible ! Bordel de dieu ! le Monde est un lupanar juif ! – (bordel de Dieu !)
  • Pour le peuple un Juif c'est « un homme comme un autre »… ça lui suffit 100 pour 100 comme explication – (cent pour cent)
  • Il crève comme il a vécu, jamais détrompé, cocu jusqu'aux tripes – (jusqu'aux tripes)
  • Il n'existe dans la nature que quelques rares espèces d'oiseaux pour se démontrer aussi peu instinctifs, aussi cons, aussi faciles à duper que ces enfiotés d'Aryens – (enfioté)
  • que le Français ne reconnaît le Juif, en train de goinfrer, saccager, carambouiller, dissoudre son propre patrimoine – (se goinfrer)
  • que le Français ne reconnaît le Juif, en train de goinfrer, saccager, carambouiller, dissoudre son propre patrimoine – (carambouiller)
  • même grotesque insouciance, même placidité infecte, même méninge butée de sale piaf – (méninges)
  • L'Occidental, représente la dupe idéale, toute cuite, absolument offerte aux Juifs... au prismatisme juif ! – (33434)
  • L'Occidental, représente la dupe idéale, toute cuite, absolument offerte aux Juifs... au prismatisme juif ! à la dialectique brouillamineuse, prophétisante du Juif... son verbiage socialistico-oraculo-communiste ! – (33435)
  • Idéologiquement l'Aryen est le cocu, l'alouette immanquable de toutes les entreprises youpines – (alouette)
  • Dans n'importe quel bobard à la sauce scientifico-progresso-socialisante juive, l'Aryen fonce ! Il est sinoqué d'avance, frit – (sinoqué)
  • Dans n'importe quel bobard à la sauce scientifico-progresso-socialisante juive, l'Aryen fonce ! Il est sinoqué d'avance, frit – (frit)
  • admirablement préparé, notons-le, par toute son hérédité… absolument racorni par toutes les sales habitudes hypermesquines du passé paysan – (hyper)
  • L'Aryen ne voyage jamais, il est bouzeux, provincial, ragotier de tradition, de constitution, incurablement. Il ne sait rien, il ne lit rien – (bouseux)
  • L'Aryen ne voyage jamais, il est bouzeux, provincial, ragotier de tradition, de constitution, incurablement. Il ne sait rien, il ne lit rien – (ragotier)
  • c'est se faire classer irrémédiablement, à l'instant même, parmi les plus infréquentables fieffés cancreux tardigènes, absolument irrespirables, de l'univers ! obtus, immobiles à tout progrès – (33440)
  • c'est se faire classer irrémédiablement, à l'instant même, parmi les plus infréquentables fieffés cancreux tardigènes, absolument irrespirables, de l'univers ! obtus, immobiles à tout progrès – (33441)
  • opaques fonds de poubelles glaireux, navrants tessons tout enfientés de préjugés raciaux puants – (33442)
  • Leur juiverie n'est plus leur tare, c'est tout leur orgueil au contraire, leur culot suprêmissime, leur hystérie – (33443)
  • Le « Mythe des Races », c'est pour nous ! le mensonge préjudicieux ! pour nous le foutre dans le cul ! – (33444)
  • Il faut être cul comme un Aryen pour ne pas avoir pigé ces caractéristiques pourtant extrêmement évidentes – (cul)
  • Le Juif possède le goye jusqu'à la racine des entrailles, jusqu'aux vertèbres, immanquablement, sans effort, par la vanité, par la muflerie – (goye)
  • Il s'inquiète, il s'angoisse de n'être pas suffisamment à la page, moderne, libéral, international – (à la page)
  • pratiquement parlant, assez bien orienté assez profondément, tenacement, par les youtres possédé, tétaré, loti, fourgué, transpiré, négrifié dans chaque poil des sourcils – (33445)
  • pratiquement parlant, assez bien orienté assez profondément, tenacement, par les youtres possédé, tétaré, loti, fourgué, transpiré, négrifié dans chaque poil des sourcils – (33446)
  • laissent à l'infini derrière eux, pitoyables, mineux, la broutille, le rebut des castes indigènes ! – (33447)
  • prétendant grotesques hi ! hi ! hi ! cannibales, cancaniers, baladins, pitres morveux et tristes, engeances salement dégénérées – (cancanier)
  • prétendant grotesques hi ! hi ! hi ! cannibales, cancaniers, baladins, pitres morveux et tristes, engeances salement dégénérées – (pitre)
  • La France matérialisée, rationalisée, parfaitement muflisée, parfaitement subjuguée, par la bassesse juive – (33449)
  • alcoolisée jusqu'aux moelles, mesquinement resquilleuse – (jusqu'à la moelle)
  • le rassemblement de mille congrès encore plus surchauffés de revendications juives, dégoulinants de fiévreuses pleurnicheries juives, l'envol de cent mille autres pétitions – (pleurnicherie)
  • l'envol de cent mille autres pétitions, enfin tout le hurlement, sarabande, empapaoutage, terriblement, tous les jeux d'orgue sursoufflés de l'éternelle jérémiade juive – (33451)
  • Inutile ! miteux ! vous ne serez jamais entendu ! – (miteux)
  • la grande confusion de toutes les valeurs, le cosmique carambouillage, vient de là, de l'universel tam-tam des youtres, escrocs, pervers, fracasseurs et stériles – (carambouillage)
  • la grande confusion de toutes les valeurs, le cosmique carambouillage, vient de là, de l'universel tam-tam des youtres, escrocs, pervers, fracasseurs et stériles – (tam-tam)
  • Les sentiments les plus nobles, les plus purs et sans doute les plus précieux aux sociétés humaines […] ont été au cours des âges tellement souvent, par tous les Juifs, cabotinisés – (cabotinisé)
  • abusés, agiotés, bafoués, escroqués, violés, vendus, survendus de cent mille manières, qu'ils ont perdu tout cours – (33453)
  • ces anciens sentiments ne sont plus aux yeux du monde qu'autant de piteuses ou burlesques supercheries, dissimulant à coup certain quelque espèce d'immonde intention, quelque nouvelle canaillerie, manigance criminelle – (canaillerie)
  • La petite histoire lamentable du persécuté juif, la jérémiade juive, le « Chaplinisme » le fait toujours mouiller – (33454)
  • La petite histoire lamentable du persécuté juif, la jérémiade juive, le « Chaplinisme » le fait toujours mouiller – (mouiller)
  • Les siens s'ils viennent se plaindre un peu, ses propres frères de race, de quelque malheur bien aryen… comment qu'il les envoie rebondir ! – (comment que)
  • Les siens s'ils viennent se plaindre un peu, ses propres frères de race, de quelque malheur bien aryen… comment qu'il les envoie rebondir ! Il les exècre immédiatement pour leurs plaintes – (envoyer rebondir)
  • Le récit de ces « horreurs » le trouve sans méfiance, sans résistance, sans scepticisme. Il avale tout. Les malheurs juifs font partie de la légende… la seule légende d'ailleurs à laquelle croit encore l'Aryen – (avaler)
  • C'est sûrement un Juif pris la main dans le sac, qui nous a valu le Déluge, tous les Déluges – (la main dans le sac)
  • Le peuple ne voit pas ses Juifs, pas plus qu'à la guerre les troupiers ne fréquentent les généraux. Et pourtant ce sont bien eux, les généraux, qui les font monter à la pipe – (monter à la pipe)
  • Le peuple ! ses tripes sont déjà percluses, grevées de milliards d'hypothèques, tous les abatis du peuple sont numérotés, promis, jurés, solennel ! à tous les Juifs de la terre – (numéroter ses abatis)
  • Et pour faire mieux valser les choses, on fera donner toute la musique !…l'Impulsion, la bonne cadence – (valser)
  • on fera donner toute la musique !… l'Impulsion, la bonne cadence… Celle qui semble au mieux provoquer, pimenter, inciter le fond de la viande… précipiter dans la horde le terrible Instinct de Mort… les « Chevaux de bois » de la grande boucherie – (33457)
  • Le principal c'est que ça tourne... que ça bondisse et que ça ronfle... Que les affaires ne traînent pas, se déplacent, que le monde sursaute – (ronfler)
  • Je la reconnais parfaitement ! Quel piquant ! quelle allure ! quels pieds ! – (piquant)
  • Ainsi plus d'équivoque, plus de faux-blases, de noms qui dissimulent… Des matricules ! – (blaze)
  • On nous va rebattant les oreilles depuis des années avec ces fameuses 200 familles. Encore un flan fantastique ! Il n'y a qu'une grande famille, bien plus puissante que toutes les autres – (du flan)
  • C'est une drôle de guerre quand même la guerre d'Espagne !… On y entre, on en sort comme dans un moulin… Les vraies guerres sont celles dont on ne sort pas – (comme dans un moulin)
  • Déjà, les « délégations parlementaires » au front ? déjà ? déjà les petites casquettes « poincarillées » ? – (33460)
  • Mais en artistes bien préparés, spectateurs, ne confondons pas. Tout pour le vago-tonique ! ... et rien dans la culotte ! – (rien dans la culotte)
  • La race des pousse-au-crime est toujours semblable à elle-même, « va-t-en-guerre » bourgeois, « pousse-au-crime » communiste, du kif absolument ! – (va-t-en-guerre)
  • La race des pousse-au-crime est toujours semblable à elle-même, « va-t-en-guerre » bourgeois, « pousse-au-crime » communistes, du kif absolument ! – (du kif)
  • Il se peut fort bien qu'à brève échéance, les meneurs révolutionnaires soient obligés d'assassiner, obligés ? de faire assassiner les personnes de l'opposition avant qu'eux-mêmes on les repasse – (repasser)
  • Mais combattre, n'est-ce pas, pour le fameux idéal ou sans idéal… c'est une tout autre paire de burnes… tout à fait différente – (c'est une autre paire de burnes)
  • Troupes régulières allemandes, par exemple, et parfaitement au point, parfaitement armées… La vraie bigorne en somme… Pas d'amateurisme – (bigorne)
  • La vraie bigorne en somme... Pas d'amateurisme... Alors ? ... à qui la musette ? – (musette)
  • Répandre, éparpiller des conseils, des ordres, des manifestes rageurs, stimuler le moral, émoustiller les abattoirs... tout cela c'est du joujou... du frisson de la tricherie – (du joujou)
  • La seule épreuve dans les choses de l'idéal, c'est la dérouillade personnelle, sans phrases, sans spectateurs, au petit matin – (dérouillade)
  • La seule épreuve dans les choses de l'idéal, c'est la dérouillade personnelle, sans phrases, sans spectateurs, au petit matin… sortir du couvert, comme un condamné à mort, amener sa viande aux « barbelés » – (amener sa viande)
  • Le culte des héros c'est le culte de la veine – (veine)
  • Etes-vous d'accord ?... Avez-vous l'âme en face des trous ?... au bout de chacun de vos gestes ?... oui ? Je ne crois pas... J'ai l'impression que vous voyez faux... que vous vivez faux – (avoir l'âme en face des trous)
  • L'embusquage comme la mitrailleuse a fait des progrès énormes, à ce que je découvre, on se planque, on se superplanque à présent des années d'avance – (embusquage)
  • L'embusquage comme la mitrailleuse a fait des progrès énormes, à ce que je découvre, on se planque, on se superplanque à présent des années d'avance – (planquer)
  • Le matuvuisme le plus exorbitant, le plus indécent est à la base, au fond de tous les grands mouvements d'Idées actuels, inséparable – (matuvuisme)
  • Le monde était en 14 beaucoup plus simpliste, plus nature, plus sincère, beaucoup moins ficelle, moins vicieux qu'aujourd'hui – (ficelle)
  • En 37, le cabotinage, le phrasage s'étale partout, domine tout, mine tout, même le peuple, hélas ! lui-même déjà très faisandé, bien avancé en pourriture cabotine – (33469)
  • Je me souviens d'être monté en rifle avec des combattants bretons. Ils ne savaient pas lire, ni écrire, brigadiers compris... Ils inspiraient une confiance absolue, qui ne s'est jamais démentie ! – (monter en rifle)
  • Voici qui promet beaucoup de travail à la Prévôté… Elle ne chômera guère. Elle sera sur les dents derrière tous ces « spectateurs » – (être sur les dents)
  • Tous amplement appointés, je dirai même parfaitement opulents, une centaine de damnés absolument douillets, effrontément, grassement parasitaires, une moyenne de 100.000 francs annuels chacun – (douillet)
  • Ils ne sont pas Juifs !... Il ne faut pas qu'ils confondent, qu'ils se perdent dans le train ! Ils sont marqués pour la pipe, ce sont des retours d'émigrants – (monter à la pipe)
  • Ils vont connaître le fond des choses… Ils rembourseront largement… Veni, Vidi, Clabotit – (claboter)
  • où l'on se demande à longueur de chapitre ce qui va finir par se décider après tant de « chèvre et choutage » – (33472)
  • le Français se fout éperdument du livre !… dans son ensemble et son particulier… Rien à chiquer, noir sur blanc – (y a pas à chiquer)
  • le Français se fout éperdument du livre !… dans son ensemble et son particulier… Rien à chiquer, noir sur blanc – (noir sur blanc)
  • Bien plus amusant que tragique… aussi gaillardement qu'il est énoncé. Pas de quoi fouetter un chat – (il n'y a pas de quoi fouetter un chat)
  • Culottées niaiseries, foutrissures dévergondées ! Les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne possèdent dix fois autant que nous autres de tous ces genres de distractions! et regardez comme ils continuent à lire – (33068)
  • Culottées niaiseries, foutrissures dévergondées ! Les Etats-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne possèdent dix fois autant que nous autres de tous ces genres de distractions! et regardez comme ils continuent à lire – (foutrissure)
  • Bénin Duhamel l'endormeur, ému très mesurément, par tout le bruit qu'autour du livre on mène, à travers Revues et Congrès, vient à son tour chichiter, gominer un peu la sentence, troufignoliser quelques pertinents adjectifs, adverbialiser l'agonique – (chichiter)
  • Bénin Duhamel l'endormeur, ému très mesurément, par tout le bruit qu'autour du livre on mène, à travers Revues et Congrès, vient à son tour chichiter, gominer un peu la sentence, troufignoliser quelques pertinents adjectifs, adverbialiser l'agonique – (troufignoliser)
  • les critiques raffolent du mot « boûquin », cela sonne familier, mais tout de même respectueusement admiratif, tendre, filial – (bouquin)
  • Sur l'égrotant il s'épanche, Bénin Duhamel, en deux cents pages fignolées, le voici qui se donne en tendresses moulées… s'évertue en mille cursives guimauves – (guimauve)
  • Rien ne va plus ! Quelle crise, mes empereurs ! Mais on se navre à la fin ! – (mon empereur !)
  • Mais on se navre à la fin !... d'être si peu demandé ! de se mourir en flanelle ! – (33476)
  • Où s'en va donc ? Où se disperse ? Je vous interroge ? le petit plâtre ?… le petit pognon des clients ? – (plâtre)
  • Où s'en va donc ? Où se disperse ? Je vous interroge ? le petit plâtre ?… le petit pognon des clients ? – (pognon)
  • où se dissipent les petits frics de nos clients, nos chers clients si mesurés, si fins, si français si subtils si nuancés – (fric)
  • Mais Duhamel, cher illustre, vous donnez pas mal à la tête ! mon cher Dumouton, mais c'est bien simple, tout facile, élémentaire, tout leur pognon part à la vinasse ! – (se donner mal à la tête)
  • Mais Duhamel, cher illustre, vous donnez pas mal à la tête ! mon cher Dumouton, mais c'est bien simple, tout facile, élémentaire, tout leur pognon part à la vinasse ! – (33478)
  • Mais Duhamel, cher illustre, vous donnez pas mal à la tête ! mon cher Dumouton, mais c'est bien simple, tout facile, élémentaire, tout leur pognon part à la vinasse ! – (vinasse)
  • Sur la question du casse-poitrine, il est donc absolument officiel, tangible, palpable, que le Français ne craint personne – (casse-poitrine)
  • C'est bien simple, aucun nordique, aucun nègre, aucun sauvage, aucun civilisé non plus n'approche et de très loin le Français, pour la rapidité, la capacité de pompage vinassier – (33479)
  • C'est bien simple, aucun nordique, aucun nègre, aucun sauvage, aucun civilisé non plus n'approche et de très loin le Français, pour la rapidité, la capacité de pompage vinassier – (pompage)
  • Seule la France pourrait battre ses propres records de vinasse, ses descentes de picton – (descente)
  • Seule la France pourrait battre ses propres records de vinasse, ses descentes de picton – (picton)
  • Mais qu'il se démontre, sans faiblir jamais, en toute occasion, où on le met en ligne, et depuis 50 ans bientôt, aussi platement, infailliblement galette, infantile, en n'importe quel sport – (galette)
  • Cette énorme, infinie quantité de vestes sportives trouble un peu l'assurance, la naturelle jactance du peuple français – (veste)
  • vieux preux lui-même, chevronné, de l'abrutissement des masses, par le zinc, le bavardage et le jus de grappe à la chimie – (zinc)
  • vieux preux lui-même, chevronné, de l'abrutissement des masses, par le zinc, le bavardage et le jus de grappe à la chimie – (jus de grappe)
  • La France est entièrement vendue, foie, nerfs, cerveau, rognons aux grands intérêts vinicoles – (rognon)
  • le picrate lui aussi ne possède que des vertus, des références unanimement, suprêmement favorables une bonne fois pour toutes, c'est entendu ! – (picrate)
  • Le pinard n'est jamais autre chose qu'inoffensif, anti-rachitique, hygiénique, gaulois, digestif, antiseptique, fortifiant, carburant de l'Intelligence – (pinard)
  • Rendons cependant justice au pinard. Rien ne saurait le remplacer pour pousser les masses au crime et à la guerre, les abrutir au degré voulu – (30153)
  • Le peuple ? Jamais tant de loisirs, jamais tant picolé… Jamais les affaires de la limonade n'ont été si encourageantes, jamais les grands apéritifs n'ont connu pareille prospérité – (picoler)
  • Le peuple ? Jamais tant de loisirs, jamais tant picolé… Jamais les affaires de la limonade n'ont été si encourageantes, jamais les grands apéritifs n'ont connu pareille prospérité – (limonade)
  • Ils le livrent aux Juifs, aux généraux le peuple, moulu, roteur, titubant, dégueulasse, parfaitement consentant à toutes les galères, à tous les massacres – (galère)
  • jamais les spéculateurs en Bourse, agioteurs de tous poils, en matières premières, juifs ou enjuivés n'avaient connu de période semblable aussi magnifiquement fructueuse – (de tout poil)
  • les « grands vinicoles et distillateurs », doivent la plus merveilleuse des chandelles au gouvernement « Boom Bloum » pour les miraculeuses quarante heures et l'accroissement inouï des pouvoirs vinassiers des foules – (devoir une chandelle)
  • les «grands vinicoles et distillateurs», doivent la plus merveilleuse des chandelles au gouvernement " Boom Bloum " pour les miraculeuses quarante heures et l'accroissement inouï des pouvoirs vinassiers des foules – (33183)
  • les «grands vinicoles et distillateurs», doivent la plus merveilleuse des chandelles au gouvernement «Boom Bloum» pour les miraculeuses quarante heures et l'accroissement inouï des pouvoirs vinassiers des foules – (33479)
  • Qu'ont-ils tenté nos grands révoltés de la grande gueule, nos mirifiques pourfendeurs de toutes les iniquités pour assainir un peu la rue ? – (grande gueule)
  • Personne n'est au courant ?… Personne ne moufte ?… Pas un simple boeuf mais un Himalaya sur la langue des grands Juifs ! – (moufter)
  • Personne n'est au courant ?... Personne ne moufte ?... Pas un simple boeuf mais un Himalaya sur la langue des grands Juifs ! – (avoir un boeuf sur la langue)
  • à côté, on vous file de la folie, du crime, du gâtisme à plein comptoir, sur la longueur de quatre cent mille zincs et personne ne tique – (30099)
  • « Le bong vaing de nos pères ! »… Nos pères qui ne buvaient eux, en vérité, ces simples, que d'innocentes « petites bières » familiales et de naïves piquettes – (piquette)
  • « Le bong vaing de nos pères ! »… Nos pères qui ne buvaient eux, en vérité, ces simples, que d'innocentes « petites bières » familiales et de naïves piquettes – (ce n'est pas de la petite bière)
  • Jamais ils n'ont soupçonné l'existence même, ces aïeux, de nos terribles casse-poitrine, de nos poisons farcis, de ces vitriols d'étiquettes, de nos Elixirs d'Asile – (33484)
  • Cette imbibition, ce massacre alcoolique de la race entière n'est d'ailleurs pas l'une des moindres causes à ce fléchissement général – (33485)
  • cette très grande anémie, stérilité, banalité, ennui, à cette carence de toute inspiration, efféminisation, rabâchage, ragotage vétilleux, mesquinement vindicatif – (ragotage)
  • Ils savent bien qu'une dictature en France ne peut tenir, ne peut durer que dans l'énorme imbibition, la trempette, le colossal ahurissement vinassier de tous les individus – (33485)
  • Ils savent bien qu'une dictature en France ne peut tenir, ne peut durer que dans l'énorme imbibition, la trempette, le colossal ahurissement vinassier de tous les individus – (trempette)
  • De quelle manière, les Chinois, je vous le demande, furent-ils en définitive, absolument détroussés, conquis annihilés, dissous, affalés ? – (12715)
  • Et les Peaux-Rouges ? eux qui dérouillaient si splendidement tout d'abord les Yankees partout où ils les rencontraient – (dérouiller)
  • Le conquérant doit être sûr de ses esclaves en tous lieux, toujours en mains, sordidement soumis, il doit être certain de pouvoir les lancer, au jour choisi, parfaitement hébétés… dociles… jusqu'aux os… gâteux de servitude – (jusqu'à l'os)
  • mais tout se passe encore bien mieux, bien plus admirablement […] quand les organisateurs peuvent amorcer, préparer, bercer le grand sacrifice dans les buées de quelques philtres […] pour nous Français, notre vinasse... Alors, c'est du plein billard ! – (du billard)
  • D'un côté l'abattoir, on le pomponne et l'apprête – (33488)
  • vous fermez tous vos sales gueules puantes de cabotins torves, parce que vous avez peur, une trouille infernale des distillateurs vos maîtres – (trouille)
  • Staline lui, n'est pas si fou… Il laissera toujours malgré tout, quelques roubles à ses moujiks pour qu'ils puissent, n'importe comment se noircir, en dépit de toutes leurs misères, bien profondément la gueule – (se noircir)
  • Celui d'abord, qui n'est pas de tout temps, plus ou moins saoul, « entre deux vins », ne sera jamais ici, ou là-bas, qu'un pâle citoyen, pointilleux con – (entre deux vins)
  • Encore un effronté mensonge, un credo pour gueules vinasseuses, une culottée d'infamie – (vinasseux)
  • Il faudrait que le peuple s'arrache un jour violemment, furieusement, la mite des cils pour se rendre compte que son « Internationale » de gueule, sa fameuse tonitruelle, c'est encore qu'un autre bidon – (mite)
  • Il faudrait que le peuple s'arrache un jour violemment, furieusement, la mite des cils pour se rendre compte que son « Internationale » de gueule, sa fameuse tonitruelle, c'est encore qu'un autre bidon – (33490)
  • c'est encore qu'un autre bidon, un autre disque bien tordu, bien gondolé, l'énorme fantastique fumisterie de ses meneurs attitrés – (fumisterie)
  • pas plus d'« Internationale » pour les « damnés de la Terre » que de beurre au balcon – (pas plus de X que de beurre)
  • Il a joliment réussi ! – (joliment)
  • Ces peuples qui se cherchent pour s'étreindre, se rejoindre par-dessus les frontières maudites... empêchés qu'ils sont les malheureux de se presser cœur à cœur par les méchants capitalistes... Quelle effroyable turlutaine ! – (turlutaine)
  • Dans les Congrès, mais oui ! sans doute ! dans les palabres et les bavures, bien sûr ! – (bavure)
  • Dans les Congrès, mais oui ! sans doute ! dans les palabres et les bavures, bien sûr ! – (palabre)
  • On trinque ! on remet ça ! on se promet !... et comment qu'on fustige !... à hure que veux-tu ! – (à X que veux-tu)
  • tous les profiteurs des Régimes, les iniquités, les exploiteurs, les organisants de la « Rareté » ah ! ah ! cette bonne craque ! – (craque)
  • les gavés de par-ci… les repus féroces de cela – (gavé)
  • comment qu'ils foncent à la police, exiger, supplier qu'on renforce les restrictions, sévérise l'immigration, tourne la vis ! – (33493)
  • comment qu'ils foncent à la police, exiger, supplier qu'on renforce les restrictions, sévérise l'immigration, tourne la vis ! – (serrer la vis)
  • Sus aux pouilleux !… Sus aux communistes « de fait » ! – (pouilleux)
  • Autant de pays, autant de « standards » d'existence et férocement défendus, je vous prie de le croire, par ceux qui se régalent… et fébrilement enviés par ceux qui la sautent – (la sauter)
  • Allez donc vous essayer, vous, prolétaire, tourneur, coiffeur, modiste, dactylo, barbouilleur quelconque, de gagner un peu votre croûte aux États-Unis ! – (gagner sa croûte)
  • Allez donc vous essayer, vous, prolétaire, tourneur, coiffeur, modiste, dactylo, barbouilleur quelconque, de gagner un peu votre croûte aux Etats-Unis !… en Angleterre, en Suède, en Hollande… comme ça, au flan… tout nature ! – (flan)
  • de marner donc un peu moins tout en se faisant payer plus – (marner)
  • vous allez voir un petit peu, comme vous allez rebondir ! et séance tenante ! sans discussion… éliminé à grands coups de lattes – (envoyer rebondir)
  • vous allez voir un petit peu, comme vous allez rebondir ! et séance tenante ! sans discussion… éliminé à grands coups de lattes – (latte)
  • naïf croyant, pour déguster les fruits de la promesse, l'excellente chose fraternelle, tant vantée, hurlée, la grande participation dont on parle dans tous les congrès, à tous les échos du monde, alors comment qu'on se fait étendre ! – (étendre)
  • On vous fait voir, dès la frontière, une de ces triques implacables, une de ces matraques « embouties fer », qui vous précipite d'autor dans la niche dont vous sortez – (d'autor)
  • dans la pratique des esclaves, chacun sa galère – (galère)
  • ceux qui viennent nager le long des bonnes coques comment qu'on les rebute ! à grands coups de mandrins plein la fiole ! – (fiole)
  • qu'ils aillent au fond ces saloperies ! se faire gonfler ! – (aller se faire gonfler)
  • Pas de resquille ! Les envieux ! – (resquille)
  • Pas de resquille ! Les envieux ! les pougnasses, aux chiots ! – (pougnasse)
  • Pas de resquille ! Les envieux ! les pougnasses, aux chiots ! – (aux chiottes)
  • le bel accueil qui vous attend tous les prolétaires du monde ! « ICI C'EST COMPLET »… Voilà ! c'est pesé ! – (enlevez c'est pesé)
  • Allez pas vous imaginer pour vous faire une explication, que ce sont spécialement les « gros », les « deux cents familles », qui refoulent les truands d'ailleurs – (gros, 80983)
  • ça leur ferait plutôt plaisir… les « exploiteurs » d'en recevoir des quantités ! des « peigne-cul » des autres hémisphères ! […] Ils auraient qu'à y gagner… Main-d'œuvre moins coûteuse… clients plus nombreux… Pour leur gueule tout bénéfice ! – (sa gueule)
  • Il faut en découdre de ces billevesées affectueuses qu'on déconne à plein tube – (en découdre)
  • Il faut en découdre de ces billevesées affectueuses qu'on déconne à plein tube, à longueur de parlotes – (à plein tube)
  • N'importe quel « Trade-Union » anglais, américain, danois, etc… est infiniment plus charogne envers les travailleurs « maigres » des autres pays, que tous les patrons possibles ensemble réunis – (charogne)
  • Tous les faits de toutes les frontières contractées devant nous, prouvent absolument l'opposé, dans la pratique de la «croque», la seule qui entre en ligne de compte, «ouvrièrement parlant» – (33499)
  • Les hommes ils se mettent en quart terrible tant qu'ils peuvent, ils y tiennent plus qu'à l'honneur, à ces bonnes richesses du sol... Ils les défendent à vrai dire, comme la prunelle de leurs yeux – (se mettre en quart)
  • ils y tiennent plus qu'à l'honneur, à ces bonnes richesses du sol… Ils les défendent à vrai dire, comme la prunelle de leurs yeux – (comme la prunelle des yeux)
  • Tout le reste n'est que batifoles, pitreries, marxeries – (marxerie)
  • Pour les prolétariats cossus, les autres n'ont qu'à se démerder ou tous crever dans leur fange – (se démerder)
  • C'est mérité… C'est des ennemis… ennemis de la même « classe » sur la terrible question du boeuf – (boeuf)
  • Galériens sans doute ! Tous ! Mais ne pas confondre galères et galères !… Celles qui râlent au banc d'avirons, celles qui bondissent au mazout, les « à voiles » et les « à vapeur » – (galérien)
  • Ils sont tout de suite adoptés, adaptés, choyés, dopés, rencardés à fond – (dopé)
  • Ils sont tout de suite adoptés, adaptés, choyés, dopés, rencardés à fond – (rancardé)
  • Mais nous, les simples boulots, les frustes taquins, que nos seules mains recommandent et nos petites astuces… qu'est-ce qu'on va foutre, nous dans l'aventure ? – (boulot)
  • Mais nous, les simples boulots, les frustes taquins, que nos seules mains recommandent et nos petites astuces... qu'est-ce qu'on va foutre, nous dans l'aventure ? – (33504)
  • Ça lui apprendra ce cave, à répéter les ritournelles, des choses qu'il peu pas comprendre – (cave)
  • L'amende, les interrogatoires, la fouille, les quarantaines dégueulasse, c'est tout pour lui... tout le brelan des humiliations policières, crasseuses et prophylactiques – (brelan (tout le - de))
  • lui enlever et pour toujours l'idée de revenir… de repiquer au petit truc, le guérir de l'aventure – (repiquer au truc)
  • Évidemment, comprenons bien que le bas youtre, le fias, l'« unichemise » qui sort tout juste de son souk… du fond de son ghetto roumain, il trouve une sérieuse différence, un drôle de changement quand il voit la place Pigalle – (fias)
  • comprenons bien que le bas youtre, le fias, l'« unichemise » qui sort tout juste de son souk... du fond de son ghetto roumain, il trouve une sérieuse différence, un drôle de changement quand il voit la place Pigalle – (33506)
  • Tous ces magasins, ces torrents d'ampoules, ces pyramides de bricoles, ça lui en jette plein les mires... toutes ces petites vendeuses bien suçantes ça lui plaît énormément – (en jeter plein les mires)
  • Tous ces magasins, ces torrents d'ampoules, ces pyramides de bricoles, ça lui en jette plein les mires... toutes ces petites vendeuses bien suçantes ça lui plaît énormément – (suçante)
  • Il se trouve à l'instant, ravi, transposé, sinoqué, lui qui depuis 14 siècles, arrête pas de ruser, de tressaillir d'un choléra dans l'autre – (sinoqué)
  • lui qui depuis 14 siècles, arrête pas de ruser, de tressaillir d'un choléra dans l'autre, d'un typhus dans trente-six massacres, de chier du sang de la déroute – (chier)
  • Faut pas s'étonner qu'il délire... qu'il se prenne rapidement pour un pape – (33509)
  • Faut pas s'étonner qu'il délire… qu'il se prenne rapidement pour un pape… Mais nous faudrait pas qu'on déraille, qu'on déclare que c'est arrivé… La réalité c'est tout autre ! – (croire que c'est arrivé)
  • C'est un pays ou l'on doit ramer, trimer, pour simplement vivre – (trimer)
  • C'est un pays ou l'on doit ramer, trimer, pour simplement vivre – (ramer)
  • Si les natifs extravaguent, ils tardent pas à la sauter – (la sauter)
  • Pas plus de terre « bénie des dieux » que de sucre au balcon... Les régions bénies des dieux sont l'Amérique, l'Angleterre (et colonies), les Scandinaves (à cause de leur situation), la Hollande et quelques autres – (pas plus de X que de sucre au balcon)
  • 300 millions d'Hindous en loques et d'autres exploités frimards, lui font bien plaisir, demi-animaux, demi-humains, épars au fond de l'univers – (frimard)
  • demi-animaux, demi-humains, épars au fond de l'univers, fellahcieux, Incas à plumes, coolies, benibouffes, anthropogans, cafres rouges, orthocudes, Karcolombèmes, tout à fait d'avis que tous ces misérables la sautent, là-bas, la fument, la tortillent – (33511)
  • demi-animaux, demi-humains, épars au fond de l'univers, fellahcieux, Incas à plumes, coolies, benibouffes, anthropogans, cafres rouges, orthocudes, Karcolombèmes, tout à fait d'avis que tous ces misérables la sautent, là-bas, la fument, la tortillent – (33512)
  • demi-animaux, demi-humains, épars au fond de l'univers, fellahcieux, Incas à plumes, coolies, benibouffes, anthropogans, cafres rouges, orthocudes, Karcolombèmes, tout à fait d'avis que tous ces misérables la sautent, là-bas, la fument, la tortillent – (33513)
  • demi-animaux, demi-humains, épars au fond de l'univers, fellahcieux, Incas à plumes, coolies, benibouffes, anthropogans, cafres rouges, orthocudes, Karcolombèmes, tout à fait d'avis que tous ces misérables la sautent, là-bas, la fument, la tortillent – (la fumer)
  • demi-animaux, demi-humains, épars au fond de l'univers, fellahcieux, Incas à plumes, coolies, benibouffes, anthropogans, cafres rouges, orthocudes, Karcolombèmes, tout à fait d'avis que tous ces misérables la sautent, là-bas, la fument, la tortillent – (33516)
  • tout à fait d'avis que tous ces misérables la sautent, là-bas, la fument, la tortillent, la faminent, se cassent le cul tous pour lui – (se casser le cul)
  • Allez donc vous renseigner si vous pouvez pas débarquer… vous chercher à Londres un petit boulot… quelque chose un peu dans vos cordes – (dans les cordes (de qqun))
  • Si vous avez jamais valsé de votre pénible existence, vous allez apprendre en moins de deux… Vous serez soufflé, volatilisé dans les atmosphères tellement vous provoquerez, violente, leur indignation – (valser)
  • Si vous avez jamais valsé de votre pénible existence, vous allez apprendre en moins de deux… Vous serez soufflé, volatilisé dans les atmosphères tellement vous provoquerez, violente, leur indignation – (en moins de deux)
  • Si vous voulez du pétrole, du coton, du cuivre, prolétaire d'ici, mon ami, il faut d'abord, éclairer, engraisser, un petit peu et sérieusement les copains, les prolos d'en face – (éclairer)
  • Si vous voulez du pétrole, du coton, du cuivre, prolétaire d'ici, mon ami, il faut d'abord, éclairer, engraisser, un petit peu et sérieusement les copains, les prolos d'en face – (prolo)
  • Il faut d'abord payer la dîme à ton frère de classe, mieux partagé que ta pomme par la naissance, le sol, la chance – (ta pomme)
  • Dans la pratique, les frères de classe, une fois qu'ils ont franchi leur douane, qu'ils sont rentrés des parlotes, qu'ils ont séché la salive, deviennent parfaitement patriotes – (33518)
  • Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau – (came)
  • Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau – (rab)
  • Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau – (fourguer)
  • Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau – (bousiller)
  • Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau… ça leur ferait mal – (faire mal)
  • Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau… ça leur ferait mal… Textuel… – (textuel !)
  • Arrière ! Hors d'ici! sales calamités ! crassouillants, morpionneux, faisandés ! – (crassouillant)
  • Arrière ! Hors d'ici ! sales calamités ! crassouillants, morpionneux, faisandés ! – (33522)
  • Arrière ! Hors d'ici ! sales calamités ! crassouillants, morpionneux, faisandés ! – (faisandé)
  • humanitaires certes à perte de vue, redresseurs de torts infinis, tant que ça coûte pas un petit croc, pas un plus petit ressort de confort, de sommier, de la super-radio – (croc)
  • ils se foutent en transe, en tétanos... Y a pas de quoi se frapper, vociférer au scandale, c'est humain, c'est bien naturel – (33523)
  • ils se foutent en transe, en tétanos... Y a pas de quoi se frapper, vociférer au scandale, c'est humain, c'est bien naturel – (33524)
  • ils se foutent en transe, en tétanos… Y a pas de quoi se frapper, vociférer au scandale, c'est humain, c'est bien naturel – (se frapper)
  • si l'on se met à fonctionner, au petit bonheur, à crédit, à la providence des oiseaux, alors c'est la fin des amours ! – (à la providence des oiseaux)
  • On peut s'attendre à un réveil, qui n'est pas dans une musette quand on se laisse prendre par l'absurde, qu'on outrepasse les moyens qu'on se met à flamber les réserves – (ne pas être dans une musette)
  • On peut s'attendre à un réveil, qui n'est pas dans une musette quand on se laisse prendre par l'absurde, qu'on outrepasse les moyens, qu'on se met à flamber les réserves… qu'on pète plus haut qu'on a l'oignon – (péter plus haut que le cul)
  • se retrouver un beau matin avec ses boulets si lourds, tellement pesants après les pompes qu'on est esclave de tous les autres – (pompe)
  • Toute la pouillerie des sous-esclaves qui laissent leurs os un peu partout – (pouillerie)
  • Yves Gandon, soi-disant critique, armé d'une forte brosse à reluire, passait en revue, avec quel soin ! pour l'admiration des lecteurs, quelques textes les mieux choisis, de quelques grands contemporains – (brosse à reluire)
  • l'analyse intuitive, très « proustageuse », de quelques textes particulièrement chargés de génie – (33526)
  • Trépassé de beauté !... de Beauté phrasuleuse ! – (33527)
  • C'est trop ! Tant de perfection verbatile... pour un seul adulateur... C'est la damnation ! – (33528)
  • O les encrières meurtrières délectations phrasiformes ! – (33529)
  • A quels paroxysmes atroces ! épargnés aux vulgaires, n'entraînez-vous point Purismologie ! – (33530)
  • Brutes béates!… accroupies dans les consonances !… De cuirs en velours vous monterez au ciel ! – (cuir)
  • Brutes béates!... accroupies dans les consonances !... De cuirs en velours vous monterez au ciel ! – (velours)
  • Mais lui Gandon n'appartient pas à la race des officiants à peu-près-istes… qui montent des textes en abat-jour… C'est un janséniste, Mordieu ! foutrement impeccable – (33532)
  • Il ne veut notre salut que par l'extase... et pas une extase roupilleuse... Une extase palpitante ! – (roupilleux)
  • Ah ! mordez ce trait singulier… ces deux conjonctions… qui s'affrontent – (mordre)
  • Moi, dans tout ceci, qu'il admire Gandon, je ne trouve pas un pet de lapin, je devrais peut-être avoir honte ! mais j'ai beau m'écarquiller, les clartés ne m'arrivent pas… Je dois être bien opaque – (ne pas valoir un pet de lapin)
  • Dans aucun de ces gens-là, et puis non plus dans tous les autres de la même vendange – (de la même vendange)
  • C'est un fait… qu'on a beau prétendre le contraire, c'est loupé… ça flanche… ça découle – (loupé)
  • Et plus ils se décarcassent, se malmènent la pauvre traguitte, plus ils sonnent affreusement factices de tous leurs organes et tambours – (se décarcasser)
  • Et plus ils se décarcassent, se malmènent la pauvre traguitte, plus ils sonnent affreusement factices de tous leurs organes et tambours – (33535)
  • Ils ne parlent que de créations comme les femmes frigides ne parlent entre elles que de sexe... à perte de vue, babilleuses, idiotes, vipérines, moralisantes – (babilleux)
  • Ils ont jamais joui non plus, les grands artistes de nos grands styles... Ce sont les plus mauvaises affaires qui passent leur temps à juger, prétendre, modifier, les affaires du sexe et des arts – (bonne affaire)
  • Ce sont les pires pelures du livre qui nous font chier… interminable avec les ressources de leur style – (faire chier)
  • Ils ont fait la route en auto, les mômes de la communale, à pompes – (à pompes)
  • Encroûtés, sclérosés, onctueux, bourgeoisés, supériorisés, muflisés dès les premières compositions, ils gardent toute leur vie un balai dans le trou du cul – (encroûté)
  • Encroûtés, sclérosés, onctueux, bourgeoisés, supériorisés, muflisés dès les premières compositions, ils gardent toute leur vie un balai dans le trou du cul – (33539)
  • Encroûtés, sclérosés, onctueux, bourgeoisés, supériorisés, muflisés dès les premières compositions, ils gardent toute leur vie un balai dans le trou du cul – (33540)
  • Encroûtés, sclérosés, onctueux, bourgeoisés, supériorisés, muffisés dès les premières compositions, ils gardent toute leur vie un balai dans le trou du cul – (33449)
  • Encroûtés, sclérosés, onctueux, bourgeoisés, supériorisés, muflisés dès les premières compositions, ils gardent toute leur vie un balai dans le trou du cul – (en avoir plein les bottes)
  • À part les tortures formalistes et les scrupules rhétoriciens, ils resteront fortement bouchés, imperméables aux ondes vivantes – (bouché)
  • Ils resteront affublés, ravis, pénétrés, solennels encuistrés de toutes leurs membrures, convaincus, exaltés de supériorité, babilleux de latino-bobarderie – (33542)
  • Ils resteront affublés, ravis, pénétrés, solennels encuistrés de toutes leurs membrures, convaincus, exaltés de supériorité, babilleux de latino-bobarderie – (babilleux)
  • Ils resteront affublés, ravis, pénétrés, solennels encuistrés de toutes leurs membrures, convaincus, exaltés de supériorité, babilleux de latino-bobarderie – (bobarderie)
  • cette fausse humilité, cette fantastique friperie gratuite, prétentieux roucoulis de formules, abrutissant tambourin d'axiomes – (33544)
  • abrutissant tambourin d'axiomes, maniée, brandie d'âge en âge, pour l'abrutissement des jeunes par la pire clique parasiteuse, phrasuleuse, sournoise, retranchée, politicarde – (33545)
  • abrutissant tambourin d'axiomes, maniée, brandie d'âge en âge, pour l'abrutissement des jeunes par la pire clique parasiteuse, phrasuleuse, sournoise, retranchée, politicarde – (33527)
  • abrutissant tambourin d'axiomes, maniée, brandie d'âge en âge, pour l'abrutissement des jeunes par la pire clique parasiteuse, phrasuleuse, sournoise, retranchée, politicarde – (politicard)
  • la pire clique parasiteuse, phrasuleuse, sournoise, retranchée, politicarde, théorique vermoulue, profiteuse, inextirpable, retorse, incompétente, énucoïde, désastrogène, de l'Univers: le Corps stupide enseignant – (33546)
  • la pire clique parasiteuse, phrasuleuse, sournoise, retranchée, politicarde, théorique vermoulue, profiteuse, inextirpable, retorse, incompétente, énucoïde, désastrogène, de l'Univers: le Corps stupide enseignant – (33547)
  • Les versions latines, le culte des Grecs, les balivernes prétentieuses et tendancieuses, enjuivées des Alain, des PluriBendas... auront toujours raison dans l'esprit du bachelier contre l'expérience directe – (33548)
  • Il est inverti du « sympathique » le bachelier, dès la « sixième » et c'est encore plus grave que les premières branlettes et les inversions « d'oigne » – (branlette)
  • Il est inverti du « sympathique » le bachelier, dès la « sixième » et c'est encore plus grave que les premières branlettes et les inversions « d'oigne » – (oigne)
  • Tout ce qu'ils élaborent par la suite, au cours de leurs « œuvres » ne peut être que le rafistolage d'emprunts, de choses vues à travers un pare-brise – (rafistolage)
  • C'est toujours le toc, le factice, la camelote ignoble et creuse qui en impose aux foules, le mensonge toujours ! jamais l'authentique – (toc)
  • C'est toujours le toc, le factice, la camelote ignoble et creuse qui en impose aux foules, le mensonge toujours ! jamais l'authentique – (camelote)
  • Nous y sommes... Plus besoin d'avoir une âme en face des trous pour s'exprimer humainement – (avoir l'âme en face des trous)
  • Ils grandissent avec leur cuirasse ... Ils crèvent avec leur cuirasse, dans leur cuirasse, étreints, bandagés, saucissonnés au plus juste, bouclés – (33550)
  • Ils grandissent avec leur cuirasse… Ils crèvent avec leur cuirasse, dans leur cuirasse, étreints, bandagés, saucissonnés au plus juste, bouclés – (saucissonné)
  • Il n'émane des pertuis de leur armure, des fissures de ces robots « d'élite » que quelques gerbes, bouquets graciles, d'infinis minuscules glouglous, leurs bulles qui remontent à l'air libre – (glouglou)
  • Ils se relèvent toujours très mal... très meurtris, très douloureux, sous les caresses de la lampe, de ces boyscouteries tragiques, de ses descentes aux origines – (33552)
  • Que d'amour encore plus d'amour pour que leur pétoche bien massée, adorablement caressée, les relâche un peu aux tripes – (pétoche)
  • Que ne font-ils strictement carrière dans le « Beadeker » amusant, dans le goncourtisme descriptique, le farfouillage objectif à toute force, le Zolaïsme à la 37 – (33553)
  • Que ne font-ils strictement carrière dans le «Beadeker» amusant, dans le goncourtisme descriptique, le farfouillage objectif à toute force, le Zolaïsme à la 37 – (33554)
  • le farfouillage objectif à toute force, le Zolaïsme à la 37, encore plus scientifico-judolâtre, dreyfusien, libérateur – (33555)
  • ou la très minusculisante analyse d'enculage à la Prout-Proust, « montée-nuance » en demi-dard de quart de mouche ? – (33556)
  • ou la très minusculisante analyse d'enculage à la Prout-Proust, «montée-nuance» en demi-dard de quart de mouche ? – (33427)
  • Sans atrocement gaffer, ils ne peuvent se risquer, se mêler de la moindre reproduction émotive – (gaffer)
  • Indécents, grossiers, pétardiers, ils s'ensevelissent instantanément sous une avalanche de balourdises et d'obscénités – (pétardier)
  • Indécents, grossiers, pétardiers, ils s'ensevelissent instantanément sous une avalanche de balourdises et d'obscénités – (balourdise)
  • N'importe quel châtré, n'importe quel mastic, youtre en délire d'imposture s'y porte de soi même au pinacle – (mastic)
  • Le truc n'est pas tombé dans l'oreille d'un Juif sourd – (ne pas tomber dans l'oreille d'un sourd)
  • achèvent à présent, en pleine forme, sous le même étendard, leur conquête du monde l'écrasement monstrueux, l'avilissement, annihilement systématique et total, de nos plus naturelles émotions de tous nos arts essentiels – (33557)
  • A la porte du sur-réalisme, frémissants depuis longtemps d'impatience, d'objectivisme, à tous les degrés, de dépouillerie, tous nos écrivains, ou à peu près, n'arrêtent plus de se dépouiller infiniment à perte de « grelot » – (33558)
  • par l'accumulation des frénésies creuses, des simulacres parasymboliques, le frénétique branlochage frauduleux – (33559)
  • les continuateurs des classiques, sont à tel point avachis, parvenus à force de constipation styliforme, à un tel degré d'affaiblissement par grattage – (33560)
  • boursouflés de tels anasarques en fadeurs, insignifiances bullomateuses, qu'ils se ressemblent maintenant tous horriblement, gisants sur toutes les paillasses – (33561)
  • Ils sortent tous de la même vaisselle, de la même rincette infinie... de l'insignifiance goncourtisane – (sortir de la même vaisselle)
  • Ils sortent tous de la même vaisselle, de la même rincette infinie... de l'insignifiance goncourtisane – (de la même rincette)
  • Ils sortent tous de la même vaisselle, de la même rincette infinie... de l'insignifiance goncourtisane – (33564)
  • de l'insignifiance goncourtisane, du Zolasime putassier recrépit, de la même lessive surmenée, de la même plonge des choses molles, opaques, sournoises et médusoïdes ! – (33565)
  • de l'insignifiance goncourtisane, du Zolasime putassier recrépit, de la même lessive surmenée, de la même plonge des choses molles, opaques, sournoises et médusoïdes ! – (33566)
  • Les « bébés compliqués Goncourt », peuvent tenir encore parfaitement toutes les notes et tous les concours, il suffit qu'on les « freudise » avec un peu de soin – (33567)
  • M. Giraudoux, c'est un fait bien pertinent, fignolise quand il s'y donne, tout aussi bien que Prout-Proust – (33568)
  • M. Giraudoux, c'est un fait bien pertinent, fignolise quand il s'y donne, tout aussi bien que Prout-Proust – (33427)
  • M. Giraudoux, c'est un fait bien pertinent, fignolise quand il s'y donne, tout aussi bien que Prout-Proust – (donner (s'y))
  • M. Paul des Cimetières Valéry mousse, picore, disparaît dans les vagues, beadekerinne, unanimise, surréalise s'il le faut comme un Romain – (33570)
  • M. Paul des Cimetières Valéry mousse, picore, disparaît dans les vagues, beadekerinne, unanimise, surréalise s'il le faut comme un Romain – (33571)
  • M. Paul des Cimetières Valéry mousse, picore, disparaît dans les vagues, beadekerinne, unanimise, surréalise s'il le faut comme un Romain – (33572)
  • reparaît au bord comme Maurras, revient en Barrès, se perd encore, bergsonise, entesté, nous nargue de petits riens – (33573)
  • Hochets, batifoles, parpaillotes, vernis « Vermot », baedekertises, et trou du cul – (33574)
  • Hochets, batifoles, parpaillotes, vernis « Vermot », baedekertises, et trou du cul. Pas de quoi faire bouillir l'eau de la vaisselle – (pas de quoi faire bouillir l'eau de vaisselle)
  • Groupignoteux falots mélangés, croûtons de manuels édulcorés, latiniseries bigoudineuses, poulets « traduction » sauce « mesure » le tout carton-farci nuancé – (33576)
  • Groupignoteux falots mélangés, croûtons de manuels édulcorés, latiniseries bigoudineuses, poulets «traduction» sauce «mesure» le tout carton-farci nuancé – (33577)
  • Groupignoteux falots mélangés, croûtons de manuels édulcorés, latiniseries bigoudineuses, poulets «traduction» sauce «mesure» le tout carton-farci nuancé – (33578)
  • Groupignoteux falots mélangés, croûtons de manuels édulcorés, latiniseries bigoudineuses, poulets «traduction» sauce «mesure» le tout carton-farci nuancé – (33579)
  • Insignifiance au myriacube – (33580)
  • grosse caisse, bidon, lanterne, vessie, plus trempettes et lamelles prépuces reconcis ! – (33581)
  • Rien de toutes ces velléités, de ces effrontés racolages, qui n'ait été au moins cent fois rafistolé, sur toutes les faces, à la bonne franquette des réminiscences lycéennes – (rafistolé)
  • Ce ne sont qu'autant d'alibis, de petits prétextes d'arrivisme, de consolidation de carrière, de pétulants prurits académiques, ornementaleries pour caveaux – (33583)
  • Elle si benoîte, tellement passive, d'habitude, parfaitement prête à passer des « fourrées » d'un mètre dans toutes les fentes qu'on lui propose, estampillées juives... se crispe en quart, immédiat, au moindre rappel du fond émotif aryen – (33584)
  • Elle si benoîte, tellement passive, d'habitude, parfaitement prête à passer des « fourrées » d'un mètre dans toutes les fentes qu'on lui propose, estampillées juives... se crispe en quart, immédiat, au moindre rappel du fond émotif aryen – (fente)
  • Elle si benoîte, tellement passive, d'habitude, parfaitement prête à passer des « fourrées » d'un mètre dans toutes les fentes qu'on lui propose, estampillées juives... se crispe en quart, immédiat, au moindre rappel du fond émotif aryen – (se mettre en quart)
  • Elle sursaute. Elle flaire qu'on va l'étrangler elle et tous les enjuivants négroïdes – (33585)
  • L'authentique la tue c'est bien simple, elle le sait indéniablement, elle s'en gourre de manière horrible, elle possède le flair du péril, de la catastrophe, comme tous les rats flairent le naufrage – (se gourer)
  • parchemins, maniérismes, mandarinades, examinines et plutacrottes de Dictionnaires – (33586)
  • parchemins, maniérismes, mandarinades, examinines et plutacrottes de Dictionnaires – (plutacrotte)
  • Ils sont tout à fait exaucés, s'ils ont pu en train de vagir, agripper le bicorne à plumes, l'épée chatouillante et puis surtout, comble des combles, se faire graver en plein oigneul, la belle creuse épitaphe eunuque : « Tout en ce monde a été dit » – (oigneul)
  • Le vent tourne d'un jour à l'autre, elle pourtant si balourde, la critique si prosaïque, si parfaitement obtuse à tout ce qui n'est pas son habituel ronron-ragotage, ne se connaît plus d'anglomanie – (balourd)
  • la critique si prosaïque, si parfaitement obtuse à tout ce qui n'est pas son habituel ronron-ragotage, ne se connaît plus d'anglomanie – (ronron)
  • la critique si prosaïque, si parfaitement obtuse à tout ce qui n'est pas son habituel ronron-ragotage, ne se connaît plus d'anglomanie, d'enthousiasme, pour les plus essorés navets de l'anglo-judéo-saxonie – (navet)
  • Elle se met à vaticiner, tout éperdue de reconnaissance, elle si naphtalinée, si parfaitement « orme du mail »… casanière a en vivre « en bière ! » – (naphtaliné)
  • Nos plus chevronnés poncifiants zolateux, « durs de durs » naturalistes, « théâtre-libristes » de la première heure foncent balbutier en cures d'attendrissement chez « Miss Baba » – (33589)
  • Nos plus chevronnés poncifiants zolateux, « durs de durs » naturalistes, « théâtre-libristes » de la première heure foncent balbutier en cures d'attendrissement chez « Miss Baba » – (33590)
  • Mais je suis quand même trop vieux, trop avancé, trop salope sur la route maudite du raffinement spontané… après une dure carrière « de dur dans les durs » pour rebrousser maintenant chemin ! – (dur)
  • Nos plus chevronnés poncifiants zolateux, « durs de durs » naturalistes, « théâtre-libristes » de la première heure foncent balbutier en cures d'attendrissement chez « Miss Baba » – (dur)
  • Nos plus chevronnés poncifiants zolateux, « durs de durs » naturalistes, « théâtre-libristes » de la première heure foncent balbutier en cures d'attendrissement chez « Miss Baba » – (33591)
  • ils ne fleurissent plus qu'en épithètes bonbonneuses de campagne anglaise printanière – (33592)
  • Mais s'il s'agit de psycholodrames, alors ils ne jurent plus que par les audaces du transbouleversant génial Lawrence – (33593)
  • Mais s'il s'agit de psycholodrames, alors ils ne jurent plus que par les audaces du transbouleversant génial Lawrence – (33594)
  • de ses déboires trans-médullaires... ses retournements matrimoniaux – (33595)
  • de ses prémonitions mondio-rénovatrices... de ses tortures inspirationnelles... de ses déboires trans-médullaires – (33596)
  • Enfin tout le tabac juif, la charabiade publicitaire, intimiaire, hollywoodienne, qui porte d'autant mieux sur les cons, que la marchandise est plus vaine – (même tabac)
  • Enfin tout le tabac juif, la charabiade publicitaire, intimiaire, hollywoodienne, qui porte d'autant mieux sur les cons, que la marchandise est plus vaine – (33597)
  • Enfin tout le tabac juif, la charabiade publicitaire, intimiaire, hollywoodienne, qui porte d'autant mieux sur les cons, que la marchandise est plus vaine – (33598)
  • les braguettes sans bites ! les sphincters mous ! les faux nichons, toutes les saloperies d'impostures – (nichon)
  • N'importe quelle croulante charognerie peut devenir à l'instant l'objet d'un culte, déclencher des typhons d'enthousiasme – (charognerie)
  • On se croit enculé d'un petit centimètre, on l'est déjà de plusieurs mètres – (enculé)
  • à qui mieux mieux plus tendancieux, plus nuls, plus plagiaires, plus truqueurs, plus « génie », plus démarqueurs, salisseurs, sournois, vicieux, méprisants, voraces, pleurnichards, humoristes ou sentencieux les uns que les autres – (truqueur)
  • à qui mieux mieux plus tendancieux, plus nuls, plus plagiaires, plus truqueurs, plus « génie », plus démarqueurs, salisseurs, sournois, vicieux, méprisants, voraces, pleurnichards, humoristes ou sentencieux les uns que les autres – (démarqueur)
  • à qui mieux mieux plus tendancieux, plus nuls, plus plagiaires, plus truqueurs, plus « génie », plus démarqueurs, salisseurs, sournois, vicieux, méprisants, voraces, pleurnichards, humoristes ou sentencieux les uns que les autres – (pleurnichard)
  • Annoncés tous bien entendu, lancés, consacrés, soufflés, sursoufflés, à grands renforts de jurys – (lancé)
  • Annoncés tous bien entendu, lancés, consacrés, soufflés, sursoufflés, à grands renforts de jurys – (33602)
  • Si tous les auteurs traduits ne sont pas juifs, ils sont pour le moins soigneusement enjuivés, épouseurs de juives, projuifs, dévotement, insatiablement... proyoutres, plus que youtres, otages – (33603)
  • Si tous les auteurs traduits ne sont pas juifs, ils sont pour le moins soigneusement enjuivés, épouseurs de juives, projuifs, dévotement, insatiablement... proyoutres, plus que youtres, otages – (proyoutre)
  • se tape indistinctement, de la même fringale, se régale admirablement de tous les navets de M. Sacha, des éculeries de M. Bernstein – (33605)
  • se régale admirablement de tous les navets de M. Sacha, des éculeries de M. Bernstein, des salsifis de M. Maurois, des fricassettes de la Comédie, des épluchures de M. Cocteau – (33606)
  • Nos snobs avalent tout aussi bien les dos Passos que les Sinclair Lewis – (avaler)
  • même mouture, même graissage, même insignifiant jacassage, abrutissant ronron – (33607)
  • Traduits ou pas traduits, ils restent identiques, absolument, à eux-mêmes, boursouflerie, muflerie, mêmes tambourins, même carambouille, même inutilité – (33608)
  • Traduits ou pas traduits, ils restent identiques, absolument, à eux-mêmes, boursouflerie, muflerie, mêmes tambourins, même carambouille, même inutilité – (carambouille)
  • la critique juive, évidemment, donne à fond (elle n'existe que dans ce but, pour cet office) insiste, encense, pontifie, acclame, proclame... Phrasibule d'or toutes ces vessies – (33609)
  • la critique juive, évidemment, donne à fond (elle n'existe que dans ce but, pour cet office) insiste, encense, pontifie, acclame, proclame... Phrasibule d'or toutes ces vessies – (vessie)
  • qui se permettent d'ici, de là... de jeter un peu d'eau sur ces ferveurs... de ne pas absolument trouver que tout ce qui est juif, n'est pas absolument, transfiguramment divin – (33611)
  • Faut pas croire que je m'égare, que je déconne pour le plaisir, j'ai fait un petit détour, mais je reviens à mon dada – (dada)
  • Dans ce grand dégueulant, plasmatique dégoulinage, cette mélasserie phrasibole, tout en filaments moisis, en fourres de bigoudis rhétoriques resucés, les Juifs ne restent pas inactifs – (33612)
  • Dans ce grand dégueulant, plasmatique dégoulinage, cette mélasserie phrasibole, tout en filaments moisis, en fourres de bigoudis rhétoriques resucés, les Juifs ne restent pas inactifs – (dégoulinage)
  • Dans ce grand dégueulant, plasmatique dégoulinage, cette mélasserie phrasibole, tout en filaments moisis, en fourres de bigoudis rhétoriques resucés, les Juifs ne restent pas inactifs – (33614)
  • Dans ce grand dégueulant, plasmatique dégoulinage, cette mélasserie phrasibole, tout en filaments moisis, en fourres de bigoudis rhétoriques resucés, les Juifs ne restent pas inactifs – (33615)
  • Vermiculaires, persuasifs, enlaçants, envahissants plus que jamais, ils filent le train derrière Prout-Proust les Picassos, les Sachas, les Cézannes – (filer)
  • La « taichnique » de cette conquête du monde par le cloaque juif, de la consécration de l'Impérialisme juif, l'apothéose du Juif, spirituelle et matérielle, n'a rien d'occulte, de secret – (33616)
  • Il est excellent que Mr. Faulkner, Mlle Baum, Mr. Cohen, Mr. Lévy, Mr. Juif Genialstein, copient à longueur de carrière triomphale plagient, fouillent, démarquent nos plus chenus éculés naturalistes, nous les rebèctent au goût « tough » américain sec – (rébecter)
  • On lui revend fort cher, à la foule aryenne des copies de son patrimoine, bien conchiées, souillées, salopées de toutes les façons – (salopé)
  • On lui revend fort cher, à la foule aryenne des copies de son patrimoine, bien conchiées, souillées, salopées de toutes les façons… Mais c'est un nougat fantastique ! – (nougat)
  • Il n'a d'yeux et de cœur que pour son petit 4 pour 100 ! que les Juifs étouffent aussi d'ailleurs, par la même aubaine – (étouffer)
  • Miracle juif ! Il rachète ses propres tripes au juif. Shylock revend à Ducon sa propre livre de barbaque, après l'avoir bien salopée – (Ducon)
  • (Grande victoire des coucous sur les cocus.) – (33181)
  • Durand fait le jeu des Juifs, tout ce qui peut encore mieux l'abrutir, l'invertir, le pervertir plus profondément, gâcher sa sensibilité, fausser son jugement, et surtout son rythme émotif, Durant l'adule – (33618)
  • pour louanger, encenser, porter aux nues tout ce qui facilite, prépare, achève l'imbibition des masses par ces saloperies, les chiasses publicitaires juives – (chiasse)
  • C'est elle qui plante tous les jalons, qui fignole toutes les étapes de la conquête mondiale juive – (fignoler)
  • Le serpent juif, comme dans les oracles, aurait enfin fait le tour de la terre et tout dilacéré, englué, perverti, charognisé sur son passage – (33619)
  • Tout travail non frelaté, non putinisé jusqu'au tréfonds, jusqu'aux suprêmes cordes – (33208)
  • Il y flaire immédiatement sa perte, tout le châtiment de son cosmique effroyable battage, de la phénoménale, cataclysmique imposture juive – (battage)
  • Il macère la moindre des littératures comme les plus grands empires, même « Art et Taichnique », à la satanerie, aux venins, aux plagiats – (33620)
  • Il n'a guère le Juif, d'autre talent, mais celui-là, il le possède jusqu'à la racine du prépuce – (jusqu'à racine du concombre)
  • Le plus obtus, le plus glaireux, le plus gaffeur des Juifs possède quand même ultimement ce sens d'alerte pour tout ce qu'il peut saisir – (gaffeur)
  • le plus gaffeur des Juifs possède quand même ultimement ce sens d'alerte pour tout ce qu'il peut saisir, ce qui doit entrer dans ses cordes, culbuter dans sa tinette, à pourrir avec ses autres rapines, dans sa cuve aux maléfices – (dans ses cordes)
  • le plus gaffeur des Juifs possède quand même ultimement ce sens d'alerte pour tout ce qu'il peut saisir, ce qui doit entrer dans ses cordes, culbuter dans sa tinette, à pourrir avec ses autres rapines, dans sa cuve aux maléfices – (33622)
  • Le reste, tout ce qu'il ne peut absorber, pervertir, déglutir, saloper standardiser, doit disparaître – (saloper)
  • le tout standard, avec énormément de tam-tam d'imposture et de snobisme – (tam-tam)
  • Toutes ces vedettes : scénaristes, musiciens, modernes, de la moderne pacotille, tous démarqueurs, pilleurs (de folklores et de classiques), à qui mieux mieux, angoissés de bluffer et de plaire et de mentir, putassiers jusqu'aux fibres – (putassier)
  • angoissés de bluffer et de plaire et de mentir, putassiers jusqu'aux fibres, se créent, se détruisent, s'effacent absolument au moindre gré de l'or et de la publicité du moment – (jusqu'aux fibres)
  • Les auteurs de faux, de camelote, de factice, de bigophoneries modernes, tout l'art moderne, en truquages sur-réalisés, fignolés, sauce drame, humour ou rigolade, ne seront jamais redoutables pour leurs maîtres tyrans juifs – (bigophonerie)
  • Ce ne seront jamais que des employés, des larbins de pouvoir, lèche-culs, esclaves suceurs du despotisme juif – (lèche-cul)
  • Le recrutement est infini. Le lecteur moyen, l'amateur rafignolesque, le snob cocktailien, le public enfin, la horde abjecte cinéphage, les abrutis-radios, les fanatiques envedettés – (33625)
  • Le recrutement est infini. Le lecteur moyen, l'amateur rafignolesque, le snob cocktailien, le public enfin, la horde abjecte cinéphage, les abrutis-radios, les fanatiques envedettés – (33626)
  • Le recrutement est infini. Le lecteur moyen, l'amateur rafignolesque, le snob cocktailien, le public enfin, la horde abjecte cinéphage, les abrutis-radios, les fanatiques envedettés – (33627)
  • Le recrutement est infini. Le lecteur moyen, l'amateur rafignolesque, le snob cocktailien, le public enfin, la horde abjecte cinéphage, les abrutis-radios, les fanatiques envedettés – (33628)
  • Le public moderne dégoûté soigneusement par la science, l'objectivisme et le Juif de toute authentique émotion, inverti jusqu'aux moelles, ne demande qu'à se régaler de merde juive – (jusqu'à la moelle)
  • À l'appel, au battage (le sémite, nègre en réalité, n'est qu'une perpétuelle brute en tam-tam) – (tam-tam)
  • à présent nous basculons définitivement dans la merde, nous voici tombés, déchus au sous-rang des sous-prousteries, dans l'invertébré, l'insensible à force de bourgètes analyses – (33629)
  • à présent nous basculons définitivement dans la merde, nous voici tombés, déchus au sous-rang des sous-prousteries, dans l'invertébré, l'insensible à force de bourgètes analyses – (33630)
  • déchus au sous-rang des sous-prousteries, dans l'invertébré, l'insensible à force de bourgètes analyses, de discipleries, d'objectivisme désinvolte – (33631)
  • d'objectivisme désinvolte, de « plus près des faits et des causes », de scientificologie émasculante, de jacasseries effrontées, de scénarios superbranleurs – (33632)
  • d'objectivisme désinvolte, de « plus près des faits et des causes », de scientificologie émasculante, de jacasseries effrontées, de scénarios superbranleurs – (jacasserie)
  • d'objectivisme désinvolte, de « plus près des faits et des causes », de scientificologie émasculante, de jacasseries effrontées, de scénarios superbranleurs – (33634)
  • l'immense débâcle spirituelle, organique, aux grandes averses de mufleries, à l'écroulement confusionniste, au déluge juif, communisard – (33635)
  • Pour s'imposer au goût, à l'admiration des foules les plus abruties, des spectateurs, des électeurs les plus mélasseux, des plus stupides avaleurs de sornettes, des plus cons jobardeurs frénétiques du Progrès, l'article à lancer doit être encore plus con – (33636)
  • Pour s'imposer au goût, à l'admiration des foules les plus abruties, des spectateurs, des électeurs les plus mélasseux, des plus stupides avaleurs de sornettes, des plus cons jobardeurs frénétiques du Progrès, l'article à lancer doit être encore plus con – (jobardeur)
  • Cette espèce de crétins scientificolâtres, matérialistiques, « cosy-cornériens », prolifie, pullule depuis la Renaissance – (33638)
  • Cette espèce de crétins scientificolâtres, matérialistiques, «cosy-cornériens», prolifie, pullule depuis la Renaissance – (33639)
  • Cette espèce de crétins scientificolâtres, matérialistiques, «cosy-cornériens», prolifie, pullule depuis la Renaissance – (33640)
  • Cette espèce de crétins scientificolâtres, matérialistiques, « cosy-cornériens », prolifie, pullule depuis la Renaissance – (33641)
  • De plus fabriqué, de plus vain, bêtement bêlant ?… de plus sottement vicelard ? – (vicelard)
  • De plus fabriqué, de plus vain, bêtement bêlant ?... de plus sottement vicelard ? gaffeusement « tranche de vie » ? – (33642)
  • Fadasseries « montées force », outrances gratuites « montées délires », ressassages de nos plus désuets naturalistes, des plus cartonnées, des plus éculées « mea âneries », resservies, travesties, « sauce gangster » ? – (33643)
  • Je les connais un petit peu tous ces personnages éminents de l'art hébraïque anglo-saxon, « damnés » de Bloomsbury, néo-murgériens du « Village », la plus foutue clique en vérité de petits larbins de Juifs – (foutu X)
  • Je les connais un petit peu tous ces personnages éminents de l'art hébraïque anglo-saxon, « damnés » de Bloomsbury, néo-murgériens du « Village », la plus foutue clique en vérité de petits larbins de Juifs, imposteurs esthétiformes qui se puisse imaginer – (33644)
  • le plus éculé brelan de mystifiants petits fantoches cocaïno-littéraires rassemblé à baver – (brelan)
  • le plus éculé brelan de mystifiants petits fantoches cocaïno-littéraires rassemblé à baver, tortiller, sous la calotte des juives pissotières de copies – (33646)
  • Copier, plagier, comme ils s'en donnent !... Toutes nos bibliothèques grincent, gémissent, d'être tant pillées à tort, à travers – (s'en donner)
  • Copier, plagier, comme ils s'en donnent !… Toutes nos bibliothèques grincent, gémissent, d'être tant pillées à tort, à travers… Mais transposer directement la vie, c'est une autre paire de couilles ! – (c'est une autre paire de couilles)
  • Etablis, émigrés, pillants, imposteurs, sous nos cieux, dépaysés, désaxés, ils singent nos réactions, gesticulent, ratiocinent, enculent mille fois et mille fois la mouche – (enculer la mouche)
  • enculent mille fois et mille fois la mouche avant de commencer à vaguement comprendre, ce qu'un Aryen pas trop abruti, pas trop alcoolique, pas trop vinassier, saisit au vol, une fois pour toutes en vingt secondes... émotivement, silencieusement – (33479)
  • L'extrême rareté des poètes juifs, tous d'ailleurs resuceurs de lyrisme aryen – (resuceur)
  • Il ne sauve les apparences qu'à coup de perpétuelles pitreries, simulacres, grimaces, imitations, parodies, poses, « cinégéisme », photographies, bluff, arrogance – (33650)
  • Système nerveux «expédié», rançon de la précocité, il ne peut aller bien loin – (expédié)
  • Le Juif demeure, en dépit de tant de contorsions au bout de toutes ces pitreries, beaucoup plus bûche que violon... désastreusement impénétrable à toutes les ondes de l'intuition, aux enthousiasmes impersonnels, une buse avide – (plutôt bûche que violon)
  • Le Juif demeure, en dépit de tant de contorsions au bout de toutes ces pitreries, beaucoup plus bûche que violon... désastreusement impénétrable à toutes les ondes de l'intuition, aux enthousiasmes impersonnels, une buse avide – (buse)
  • En dépit de ce gigantesque labeur, il demeure après tant de siècles, l'insurpassable gaffeur des cinq continents – (gaffeur)
  • Il est en fait extrêmement difficile de découvrir parmi les plus abrutis alcooleux, déjetés Aryens bouzeux, quelque individu qui puisse être comparé question de « gaffe », au plus « raffiné » des Juifs – (33652)
  • Il est en fait extrêmement difficile de découvrir parmi les plus abrutis alcooleux, déjetés Aryens bouzeux, quelque individu qui puisse être comparé question de « gaffe », au plus « raffiné » des Juifs – (déjeté)
  • Il est en fait extrêmement difficile de découvrir parmi les plus abrutis alcooleux, déjetés Aryens bouzeux, quelque individu qui puisse être comparé question de « gaffe », au plus « raffiné » des Juifs – (bouseux)
  • Il est en fait extrêmement difficile de découvrir […] quelque individu qui puisse être comparé, question de « gaffe », au plus « raffiné » des Juifs – (gaffe)
  • En toutes circonstances un peu délicates, vous reconnaîtrez le Juif à ce qu'il se précipite littéralement pour gaffer – (gaffer)
  • Cette supériorité biologique le vexe intimement l'humilie, l'irrite au possible, l'enfurie bien plus que toutes les résistances pondérables qu'il lui arrive de soupçonner – (33653)
  • Les Juifs, eux, foncent, raflent et nous expulsent. C'est pour nous les dosages « pour et contre », les enfioteries pusillanimes – (33654)
  • La publicité pour bien donner tout son effet magique, ne doit être gênée, retenue, divertie par rien. Elle doit pouvoir affirmer, sacrer, vociférer, mégaphoniser les pires sottises, n'importe quelle himalayesque, décervelante, tonitruante fantasmagorie – (33655)
  • Évidemment que les Juifs, au départ, avaient grand intérêt à choisir les auteurs judéo-anglo-saxons pour mener à bien leur standardisation mondiale littéraire, même tabac que pour les films – (même tabac)
  • l'auteur anglais deviendra cependant un auteur « très connu », d'un « immense talent » par tirage décuplé, donc gavé de droits et de ristournes, tandis que le pauvre auteur français végète ou crève littéralement de misère – (végéter)
  • dont on nous bassine interminablement à longueur de Revues enthousiastes atteignent avec un peu de snobisme et de gonflage publicitaire des renommées fantastiques ! – (33656)
  • Les Juifs, pour nous les imposer, comptent énormément sur le snobisme et la jacasserie des petites cliques dites « d'avant-garde »... judéo-artistico-enculagaillantes-communisardes et ne se trompent guère – (33657)
  • Les Juifs, pour nous les imposer, comptent énormément sur le snobisme et la jacasserie des petites cliques dites « d'avant-garde »… judéo-artistico-enculagaillantes-communisardes et ne se trompent guère – (clique)
  • mettre peu à peu leurs propres ouvrages juifs au niveau des classiques, et puis éliminer les classiques, les sacquer, le Folklore de même, tout à fait, vous verrez – (saquer)
  • Vinasser, ragoter encore, beloter, affûter les panoplies, lancer de nouveaux défis – (vinasser)
  • Vinasser, ragoter encore, beloter, affûter les panoplies, lancer de nouveaux défis – (beloter)
  • par les ragots interminables, leur mesquinerie délirante « ménagère », « l'espionnite des bignolles », la rage, l'hystérie de tout médiocriser, de tout juger, de tout ravaler au plus bas – (33659)
  • par les ragots interminables, leur mesquinerie délirante « ménagère », « l'espionnite des bignolles », la rage, l'hystérie de tout médiocriser, de tout juger, de tout ravaler au plus bas – (bignole)
  • par les ragots interminables, leur mesquinerie délirante « ménagère », « l'espionnite des bignolles », la rage, l'hystérie de tout médiocriser, de tout juger, de tout ravaler au plus bas – (33660)
  • À la vénération du super-confort, des superproductions, des super-branlées platitudes youtres, aux super-smokings, super-cocktails, super-bagnoles, enfin toute la super-connerie mécanisante et robotisante des salles obscures – (33661)
  • On s'en foutra nous aussi, plein la gueule ! on les enculera vos putains – (s'en foutre plein la gueule)
  • Les Juifs vous attendent au détour, abrutis dévergondés ! pour vous sonner drôlement les cloches, pour l'incarcération finale, le passage définitif des menottes, du tabac, au moment précis – (sonner les cloches à qqun)
  • Les Juifs vous attendent au détour, abrutis dévergondés ! pour vous sonner drôlement les cloches, pour l'incarcération finale, le passage définitif des menottes, du tabac, au moment précis – (tabac)
  • vous voterez tous comme des robots, pour les ceusses qui remonteront vos mécaniques, toutes vos pendules, qui vous fourniront tout le courant : les Juifs – (ceusses)
  • la petite production artistique française, déjà si maigrichonne, si peu rayonnante, est en train bel et bien de crever – (maigrichon)
  • les Juifs furent toujours bien aidés dans leur œuvre de destruction, d'asservissement spirituel par les maniérismes « façon noble, renaissant » et puis ensuite pusillanimes, bourgeois officiels, enfin toute la châtrerie académique – (33662)
  • les maniérismes « façon noble, renaissant » et puis ensuite pusillanimes, bourgeois officiels, enfin toute la châtrerie académique, puristique, désespérément obtuse dont succombent nos arts dits français – (33663)
  • Ce qui nous gêne le plus dans les Juifs, quand on examine la situation, c'est leur arrogance, leur revendicarisme, leur perpétuelle martyrologo-dervicherie, leur sale tam-tam – (33664)
  • Ce qui nous gêne le plus dans les Juifs, quand on examine la situation, c'est leur arrogance, leur revendicarisme, leur perpétuelle martyrologo-dervicherie, leur sale tam-tam – (33665)
  • Pour le moment je préfère encore écrire en français… Je trouve l'anglais trop mou, trop délicat, trop chochote – (chochotte)
  • Nous ne sommes pas très nombreux, parmi les auteurs français de la « classe internationale ». Voilà le plus triste. Cinq ou six, je crois... tout au plus, qui pouvons étaler – (étaler)
  • Personnellement, il me sera possible, sans doute, de me défendre encore pendant quelque temps, grâce à mon genre incantatoire, mon lyrisme ordurier vociférant, anathématique – (33666)
  • Un seul numéro de cet U.I. nous apprend beaucoup plus de choses essentielles sur la marche du monde, que toute notre presse trahisonnante, pour esclaves, pendant tout un mois – (33667)
  • Magnifique !... sublime... Prenez ici le Juif en flagrant délit de disculpation, de propagande communiste oblique... « Quelques ! »... « Déjudaïsés ! »... Délicieux ! Adorable ! Suprême !... A s'en tordre la synagogue ! – (33668)
  • Il se trouve toujours quelques héros, parmi tant de velléitaires, enculomanes, pluriproustiens, gidois bordeauxlaids – (33669)
  • Il se trouve toujours quelques héros, parmi tant de velléitaires, enculomanes, pluriproustiens, gidois bordeauxlaids – (33670)
  • Il se trouve toujours quelques héros, parmi tant de velléitaires, enculomanes, pluriproustiens, gidois bordeauxlaids – (33671)
  • Je n'aime pas voilà, les défis, l'imposture, les faux blases. Tous ces gens qui installent, me choquent et m'excèdent – (installer)
  • Toute la critique est bien en quart, à la porte de chaque librairie pour empêcher qu'on m'achète – (se mettre en quart)
  • Le lecteur éventuel se trouve soigneusement prévenu, la critique bien enjuivée (de droite comme de gauche, je répète) extrêmement virulente pour débiner ma camelote – (débiner)
  • Le lecteur éventuel se trouve soigneusement prévenu, la critique bien enjuivée (de droite comme de gauche, je répète) extrêmement virulente pour débiner ma camelote – (camelote)
  • Huit jours encore avant « Mort à Crédit » pas un seul journal de la « gôche » qui ne soit venu par envoyé spécial, me passer une petite liche bien fourrée – (passer une liche fourrée)
  • Huit jours encore avant « Mort à Crédit » pas un seul journal de la « gôche » qui ne soit venu par envoyé spécial, me passer une petite liche bien fourrée – (liche)
  • Ah ! les saloperies fumières ! – (fumier)
  • Ah ! comme ils sont tous vils et fiotes ! Comme Gide a bien fait, Nom de Dieu, de bien tous les enculer – (fiotte)
  • Je connais deux cents autres manières et des bien moins fatigantes pour trouver mon boeuf – (gagner son boeuf)
  • Tous ces bigleux mangeront de la merde que je me taperai des vraies grives encore – (bigleux)
  • Tous ces bigleux mangeront de la merde que je me taperai des vraies grives encore – (se taper)
  • Ah ! s'ils peuvent courir vraiment aussi vite que je les emmerde comme ils vont le gagner le Grand Prix ! – (courir aussi vite qu'on emmerde)
  • quand il parle d'amour, alors il déconne à pleine bourre, il se met à peser d'un seul coup plusieurs tonnes de merde gaffeuse – (à pleine bourre)
  • C'est vous dire que je suis bignolle, pas délicat pour un rond – (bignole)
  • C'est vous dire que je suis bignolle, pas délicat pour un rond – (pas X pour un rond)
  • que cela palpite qu'on ne me vante pas tel pauvre cadavre en froufrous babillards – (frou-frou)
  • Question de « littérature » je ne me donne donc pas pour modèle, nenni ! – (nenni)
  • Je suis le papa de bien des petits enfants, à maigres couillettes – (couillettes)
  • qui font à mes frais les petits farauds, les petits inspirés, les petits fiévreux prophètes, d'une petite « sauterie » dans une autre à droite, au centre et surtout à gauche – (sauterie)
  • les papas savent bien qu'il faut s'effacer, que c'est le plaisir des enfants de faire leurs petits crâneurs – (crâneur)
  • C'est malheureux, en fait, en somme, qu'ils aient pas plutôt continué à écrire poli « goncourtien »... Ça vient tout seul chez les mufles, ce genre goncourtien – (33678)
  • Quand on a pris le temps d'étudier si bien l'adjectif convenable, au moment qu'il monte à la plume, c'est qu'on est sec comme un coup de trique – (sec comme un coup de trique)
  • Notre belle littérature néo-classique, goncourtienne et proustophile n'est qu'un immense parterre de mufleries desséchées, une dune infinie d'osselets frétillants – (33680)
  • Tels romantiques et classiques dès qu'ils se sentaient bafouilleux, fourvoyés un petit peu en traître terrain, prenaient à rescousse Dieu le père – (33681)
  • Voici la terrible « technique » où la plupart des écrivains s'effondrent, mille fois plus ardue que l'écriture dite « artiste » ou « dépouillée », « standard » moulée, maniérée, que l'on apprend branleux en grammaire de l'école – (33682)
  • se vouer aux bonnes manières, de faire carrière en « dépouillerie » en élégante concision, sobriété délicate, finement tremblotante, colettisme – (33683)
  • Vous ne serez jamais découvert, le monde, si bourbeux, si porc, tellement irrémédiablement bas du cul, ses « chiots » toujours si près des talons, ne se torche que de papillottes, pasteurisées – (bas du cul)
  • Supposons qu'elles se laissent aller... quel déballage ! – (déballage)
  • Les écrivains, comme les écrivaines, pareillement enfiotés de nos jours, enjuivés domestiqués jusqu'aux ventricules depuis la Renaissance, n'ont de cesse, s'évertuent, frénétiques au «délicat», au «sensible», à «l'humain» – (enfioté)
  • Les écrivains, comme les écrivaines, pareillement enfiotés de nos jours, enjuivés domestiqués jusqu'aux ventricules depuis la Renaissance, n'ont de cesse, s'évertuent, frénétiques au «délicat», au «sensible», à «l'humain» – (jusqu'aux ventricules)
  • Ils en ont plein les babines ces croulants dégénérés maniéreux cochons de leur « Amour !» – (33685)
  • Ils en ont plein les babines ces croulants dégénérés maniéreux cochons de leur «Amour !» – (33686)
  • C'est en écrivant d'Amour à perte d'âme, en vocabulant sur mille tons d'Amour, qu'ils s'estiment sauvés – (33687)
  • Chaque lettre de chacun de ces mots suaves pèse sa bonne demi-tonne de chiasse exquise – (chiasse)
  • Racine ? Quel emberlificoté tremblotant exhibitionniste ! Quel obscène, farfouilleux pâmoisant chiot ! – (33688)
  • Racine ? Quel emberlificoté tremblotant exhibitionniste ! Quel obscène, farfouilleux pâmoisant chiot ! – (33689)
  • la servitude des races commence, s'achève par l'amour, les « tournois », les émois, les sussurages de l'Amour – (33690)
  • vautrés dans leurs arguties, dans leurs arabesques d'Amour, ils exultent !... C'est leur paille ! – (33691)
  • L'effrénée putasserie des sentiments et des mots doit se payer en définitive très cher, se solder par de très cruels supplices – (putasserie)
  • Aux hordes avachies, « amorosées », les infinies servitudes ! – (33693)
  • Toutes les prostitutions du cul ne sont que vétilles auprès de ce « niagaresque » dégueulé de « doux murmures » de « sentiments brûlants », « d'ineffables ivresses » – (dégueulé)
  • Toutes les prostitutions du cul ne sont que vétilles auprès de ce « niagaresque » dégueulé de « doux murmures » de « sentiments brûlants », « d'ineffables ivresses »... tout ce déluge d'enfioteries dont on nous submerge pour notre décadence – (33654)
  • La veulasserie des choses de l'âme nous confectionne plus d'abrutis – (33695)
  • La littérature se met au niveau, il faut bien, des plus accablants scénarios, des plus surbranlés – (33696)
  • Elle ne végète plus qu'à ce prix, ne sait plus comment s'enjuiver davantage, plaire par conséquent, s'envaser encore un peu plus, renchérir dans la sentimentalerie – (33697)
  • Messieurs, Mesdames, le peuple vous renverra aux gogs un de ces trois matins ! – (gogues)
  • Messieurs, Mesdames, le peuple vous renverra aux gogs un de ces trois matins ! – (un de ces quatre matins)
  • Nous n'en sommes encore qu'au dernier stade de la décrépitude naturaliste, maniérée, cosmétiquée, napolitanisée, persuasive, flagornante, hurleuse – (33699)
  • On pourrit l'esclave aryen, on le prépare de toutes les manières ! et tant qu'il peut s'en goinfrer ! – (se goinfrer)
  • Si quelque petit Juif s'amène, d'aventure détenteur d'une nouvelle façon de miner, d'ahurir encore mieux l'Aryen, plus intimement – (miner)
  • Il ne faut à Hollywood que trois semaines de publicité mondiale intensive pour transmuter le plus grêle, frelaté, en train de surir normalement, rance ulcéromateux petit fifre de youtre en épatantissime Phénix – (33701)
  • Il ne faut à Hollywood que trois semaines de publicité mondiale intensive pour transmuter le plus grêle, frelaté, en train de surir normalement, rance ulcéromateux petit fifre de youtre en épatantissime Phénix – (épatantissime)
  • Ayant drainé au passage, repassage sur toutes les routes du monde, toute la subsistance spirituelle et tout le flouze des cons d'Aryens, abrutis, cocus, avinés, fanatisés par ces merdes – (flouse)
  • toutes les « caresses et les aveux » !… le dépotoir des longs baisers… l'indignité… l'énorme dégueulis « d'Amour ! » – (dégueulis)
  • Le théâtre va culbuter, un soir, bientôt, tout entier, sans faire un gros plouf dans le cinéma !... étron tortilleur ! – (33703)
  • Vous observerez que le courant de vedettes (tous grands génies évidemment, théâtreux et cinéatiques), se fait de plus en plus animé, intensif, ces derniers mois entre Hollywood, Moscou et les capitales d'Europe – (33704)
  • frémissant de leur rapporter encore une autre ficelle émotive, volée aux arts autochtones – (ficelle)
  • Trafic des plus belles, des plus désirables petites Aryennes bien suceuses, bien dociles, bien sélectionnées, par les khédives négrites juifs d'Hollywood – (suceuse)
  • des plus désirables petites Aryennes bien suceuses, bien dociles, bien sélectionnées, par les khédives négrites juifs d'Hollywood « Metteurs en scène » (!) écrivains (?) gouines de pachas, machinistes… banquiers assortis – (gouine)
  • Les petits culs d'Aryennes, les plus tendres, bien juvéniles, et mignons, tout ce qu'il y a de mieux dans le cheptel, absolument tout premier choix, pour les gros vielloques – (vielloque)
  • Juif partout ! au cul ! de tout ! et dans la pipe !... le bon foutre juif! ... Tu les boufferas les hémorroïdes du gros paneux, suiffeux fameux youtre, haineux pacha, petite soeur de race – (33706)
  • Juif partout ! au cul ! de tout ! et dans la pipe !… le bon foutre juif!… Tu les boufferas les hémorroïdes du gros paneux, suiffeux fameux youtre, haineux pacha, petite soeur de race – (foutre)
  • Tu les boufferas les hémorroïdes du gros paneux, suiffeux fameux youtre, haineux pacha, petite soeur de race – (33707)
  • Ils en raffolent des chichis fourrés ! Tu n'as pas seize ans pour les prunes ! – (33708)
  • Ils en raffolent des chichis fourrés ! Tu n'as pas seize ans pour les prunes ! – (pour des prunes)
  • Tu veux être Reine de l'Univers juif ! Minute !... Attends un petit peu d'abord... frémissante ! À la pipe enfant !... Tu crois qu'il suffit d'être belle ?... Ouvre d'abord ton gentil ventre – (33709)
  • Tu crois les journaux de cinéma ?… Tu n'as pas fini ! Tu veux passer souveraine, petite garce ? – (garce)
  • suce tout doucement le lourd paquet… qu'il t'éprouve !… Assez de phrases ! là !… Ne crève rien de tes quenottes ! – (quenotte)
  • Il possède, chères postulantes ! toutes les photographies déjà bien en place, sur son grand bureau directorial... Il mouille – (mouiller)
  • Le Parc aux Cerfs ? Abdul-Hamid ? Rio-Janeiro ? Primitives bordelleries ! – (33711)
  • La sélection française des petits tendrons de beauté se trouve particulièrement guettée par les grands chacals juifs de Californie – (tendron)
  • Une magnifique réputation de suceuses, de très mignoteuses putains précède les Françaises partout – (suceuse)
  • Une magnifique réputation de suceuses, de très mignoteuses putains précède les Françaises partout – (33712)
  • Le nombre de mignonnes qui se présentent pour se faire calcer rien qu'à la furtive perspective d'un engagement pour Hollywood – (calcer)
  • Le nombre de mignonnes qui se présentent pour se faire calcer rien qu'à la furtive perspective d'un engagement pour Hollywood… ou même un petit rôle d'essai aux environs de Paris… Complètement affriolées ! C'est par douzaines que ça radine ! – (radiner)
  • Complètement affriolées ! C'est par douzaines que ça radine ! plus mignonnes les unes que les autres pour sucer la bite du monsieur… et sa chaude-pisse et sa vérole – (chaude-pisse)
  • plus mignonnes les unes que les autres pour sucer la bite du monsieur… et sa chaude-pisse et sa vérole… Et pas des blèches, je vous assure ! rien que des tendrons !… toutes présentées par leurs familles, et même des pucelles – (blèche)
  • Et l'Abyssin horrible en plus ! laid, vieux et sale, lourdingue et con, une vraie ordure, en tout et partout… une vraie dégueulure de ghetto – (lourdingue)
  • Et l'Abyssin horrible en plus ! laid, vieux et sale, lourdingue et con, une vraie ordure, en tout et partout... une vraie dégueulure de ghetto – (33714)
  • Jamais il avait de résistance… Il se les farcissait toutes… à l'espérance, au mirage juif, au bon mot ! Ah! Don Juan ! quel causeur ! – (se farcir)
  • Il tenait un petit carnet pour numéroter les pucelages... parfois 25 dans un mois... Il était sadique comme 36 chats de Perse – (sadique comme 36 chats de Perse)
  • il avait même, celui-là, tout spécialement, pour son service, un vrai commissaire de police attaché à sa personne pour le dépêtrer… quand ça fumait un peu fort – (fumer)
  • On réveillait même la nuit le Préfet dans sa Préfecture, pour qu'il donne des ordres… pour qu'on lui ramène ses mignonnes, quand elles se faisaient la valise… absolument comme sous Louis XV – (faire la valise)
  • On réveillait même la nuit le Préfet dans sa Préfecture, pour qu'il donne des ordres… pour qu'on lui ramène ses mignonnes, quand elles se faisaient la valise… absolument comme sous Louis XV… quand sa queue l'empêchait de dormir – (queue)
  • Vous petite cloche, vous cave d'Aryen, vous vous feriez drôlement sonner s'il vous prenait la fantaisie de jouer comme ça les petits satyres – (cloche, sonner, cave)
  • on vous ferait passer vite le goût... Vous auriez même pas le coup de Bastille ! Vous auriez droit aux « castagnettes » – (coup de Bastille)
  • on vous ferait passer vite le goût… Vous auriez même pas le coup de Bastille ! Vous auriez droit aux « castagnettes » – (33719)
  • on vous ferait passer vite le goût... Vous auriez même pas le coup de Bastille ! Vous auriez droit aux «castagnettes»... Pfoui ! la raclure d'indigène ! qui pisse à présent partout ! – (33720)
  • Vous auriez même pas le coup de Bastille ! Vous auriez droit aux « castagnettes »... Pfoui ! la raclure d'indigène ! qui pisse à présent partout ! Le sale coyote ! – (33721)
  • Pfoui ! la raclure d'indigène ! qui pisse à présent partout ! Le sale coyote ! La débranlure ! à la niche ! infect... couché ! – (coyote)
  • Pfoui ! la raclure d'indigène ! qui pisse à présent partout ! Le sale coyote ! La débranlure ! à la niche ! infect... couché ! – (33723)
  • on ne nous montre jamais le Juif avide, vorace, larvaire et vautour, arrogant ou limande, tel qu'il se transforme, se frégolinise inlassablement – (plat comme une limande)
  • on ne nous montre jamais le Juif avide, vorace, larvaire et vautour, arrogant ou limande, tel qu'il se transforme, se frégolinise inlassablement – (33725)
  • cette ruée gigantesque des rats youtres sur l'univers, inassouvibles voraces en délire – (33726)
  • Du grotesque en cataclysme aux plus déchirantes grandes guignoleries... de tout ! – (guignolerie)
  • débrider un peu cet anthrax : la Conjuration juive… son infiltration, l'accaparement par la youtrerie de tous les ressorts, de tous les leviers et commandes du monde – (youtrerie)
  • Ces mêmes foudres d'humour, ces impitoyables scalpels, ces dramaturges supervibrants, s'attendrissent – (33728)
  • L'on nous sert encore un coup, les « privilèges de la naissance »... les « préjugés nobiliaires », les « jalousies criminelles », les « amours » contrariées – (servir)
  • tout le théâtre Bernstein... international... l'antique friperie surmenée, la foire des fantômes abusifs, délavés, écheveaux de nouilles dramatulantes – (33729)
  • tout le théâtre Bernstein... international... l'antique friperie surmenée, la foire des fantômes abusifs, délavés, écheveaux de nouilles dramatulantes – (33730)
  • Qu'attendent-ils pour se gâter ces fins bistouris, ces violoncelles supervibrants de l'humour et de la tragédie ? – (33728)
  • En humour comme à la guerre, ceux qui commandent doivent trinquer en tout premier lieu ! Mais c'est élémentaire ! justice immanente ! – (trinquer)
  • Le magnifique Louis XIV (et toute sa cour de fripouilles) en entendait de fort roides et de toutes les couleurs ! et se faisait gloire de les écouter – (en entendre de toutes les couleurs)
  • Et comme ils doivent être renseignés ! aux premières loges ! C'est le moment d'être objectifs ! fulgurants ! « tranche de vie ! » – (tranche de vie)
  • Nous montrer sans façon, le Juif en train de nous secouer notre blé – (blé)
  • Nous montrer sans façon, le Juif en train de nous secouer notre blé – (secouer)
  • Nous montrer sans façon, le Juif en train de nous secouer notre blé… de se faire reluire dans nos conneries… de bien enlacer nos gonzesses – (gonzesse)
  • Nous montrer sans façon, le Juif en train de nous secouer notre blé… de se faire reluire dans nos conneries… de bien enlacer nos gonzesses… de se torcher le fias dans nos rideaux – (fias)
  • Chiche qu'on ne verra jamais ça ! – (chiche !)
  • l'analyse suprêmement poussée... l'arabesque idéologique... prophétologiquement transposée – (33733)
  • Examinez de près, chers cocus... comme tous les Marxs, ces Chaplins, ces Cantors... etc..., se foutent de notre pauvre tranche – (se foutre de la tranche de)
  • voué corps et âme au rachat de nos dépravations infinies, de nos sanguignolents accès, de nos frénésies de pithécanthropes incurables – (33735)
  • Ton cul ! Boule à merde ! Jamais on ne nous le représente tel qu'il est le Juif, en implacable petit choléra raciste polluant, relié par chaque filament de son être de larve juive à tous les maléfices de tous les âges et de tout l'univers – (boule à merde)
  • Si quelque audacieux non-juif s'aventure dans le cinéma, il devra donner de ces preuves de servilité absolue… que ça relèvera du génie dans la brosse à reluire ? – (brosse à reluire)
  • il faudra qu'il en ajoute, tellement sans cesse et sans fin... de l'enjuivage qu'il se fasse enrouter si fort... si profondément ! d'une manière ! qu'il s'ouvre !... super-ouvre les derrières ! – (33737)
  • il faudra qu'il en ajoute, tellement sans cesse et sans fin… de l'enjuivage qu'il se fasse enrouter si fort… si profondément ! d'une manière ! qu'il s'ouvre !… super-ouvre les derrières ! – (enrouter)
  • S'il n'arrive pas à donner cent mille et cent mille autres preuves de limacerie éperdument gluante, très irréfutable, il n'ira pas à Hollywood – (33738)
  • il nous mande de bien rester à genoux... de prier... d'attendre... bien mignons dociles... Qu'on sera tous enfouraillés... qu'on en aura chacun son tour ! – (enfouraillé)
  • qu'il nous mettra jusqu'au cœur !… Enfin toutes les espérances qu'on a besoin dans nos pots, si tristes… si vides – (pot)
  • bijoutiers, haute couture, banque, snobs, fourreurs, putanat…, etc… – (putanat)
  • Ces gens parlent d'une drôle de manière spécieuse, réticente... prédicante par instant... et puis empapaoutante – (empapaoutant)
  • Pas plus de « sozial » dans toutes cette aventure que de beurre au cul ! impossible ! – (pas plus de X que de beurre)
  • L'indigène pur 100 pour 100, de la guerre dernière et de la prochaine, il a eu des clous pour ses miches, pour se les blinder, et puis le droit de passer son fric dans les tourniquets payants – (des clous)
  • L'indigène pur 100 pour 100, de la guerre dernière et de la prochaine, il a eu des clous pour ses miches, pour se les blinder, et puis le droit de passer son fric dans les tourniquets payants – (fric)
  • Tout ça parfaitement enyoutré, autant par les architectes que par toute l'Ecole des Beaux-Arts, ce bon pavillon soviétique – (enyoutré)
  • encore plus de Paix, du Progrès Sozial, de plus de « Clarté »... de « Lumière »... de « Franchise »... de « Justice »... « d'Humanité »... de « Découvertes »... enfin de youtrerie... de Djiboukerie messianique – (33743)
  • Je veux bien que c'était tout cuit, que les Juifs n'ont eu en France qu'à se baisser pour prendre le pouvoir – (tout cuit)
  • Nos bourgeois aryens sont accroupis, vagissants, mille fois plus méprisables encore que les youtres les plus fétides... bien plus rampants, crougnoteurs, sournois, resquilleurs, matérialisés, immobiles, rances cupides, anti-artistes, anti-lyriques – (crougnoteur)
  • Nos bourgeois aryens sont accroupis, vagissants, mille fois plus méprisables encore que les youtres les plus fétides… bien plus rampants, crougnoteurs, sournois, resquilleurs, matérialisés, immobiles, rances cupides, anti-artistes, anti-lyriques – (resquilleur)
  • bien plus rampants, crougnoteurs, sournois, resquilleurs, matérialisés, immobiles, rances, cupides, anti-artistes, anti-lyriques, déchansonnés, mufles kératinisés parfaitement – (33745)
  • Une tourbe extraordinairement abjecte de paysans anarchiques, désaxés, dépravés, débauchés jusqu'aux glaires, bouffeurs tournés boyaux, effrénés de basses prudences – (33746)
  • débauchés jusqu'aux glaires, bouffeurs tournés boyaux, effrénés de basses prudences, délirants de tractations louches, de chiasse et de trahison – (bouffeur)
  • être marrants, nous procurer de bons moments avec leurs turlutaines racistes, leur manège incessant de martyrs, leur jactance, leurs époustouflettes, leurs paranoïaques entreprises – (époustouflette)
  • Ils vendraient le soleil et la terre, et tous les innocents dessus pour s'ajouter un petit nougat, pour se préserver un coupon – (33748)
  • C'est drôle que les Juifs, toujours si « prognostiqueurs », si « oraculants » pour mieux dire, se soient comme ça, pour une fois, complètement ratatinés, déconcertés – (33749)
  • C'est drôle que les Juifs, toujours si «prognostiqueurs», si «oraculants» pour mieux dire, se soient comme ça, pour une fois, complètement ratatinés, déconcertés – (33750)
  • C'est drôle que les Juifs, toujours si « prognostiqueurs », si « oraculants » pour mieux dire, se soient comme ça, pour une fois, complètement ratatinés, déconcertés – (ratatiner)
  • C'est tout dérisoire, insipide, «postiche et moumoute» une Exposition à l'époque actuelle. C'est suranné – (moumoute)
  • Le trèpe a déjà vu tout ça dans les films mirobolants, tout entendu dans la radio jacasseuse – (trêpe)
  • Le trèpe a déjà vu tout ça dans les films mirobolants, tout entendu dans la radio jacasseuse – (mirobolant)
  • Le trèpe a déjà vu tout ça dans les films mirobolants, tout entendu dans la radio jacasseuse – (jacasseur)
  • C'était bon sous Félix Faure, « À la descente de l'Omnibus », maintenant ça fait spectacle paumé, bizarrement cracra, une foire de chef-lieu agricole – (paumé)
  • C'était bon sous Félix Faure, « À la descente de l'Omnibus », maintenant ça fait spectacle paumé, bizarrement cracra, une foire de chef-lieu agricole – (cracra)
  • on est surpassé, la science est devenue trop bluffeuse, du côté Barnum c'est tout cuit, ça peut plus couvrir les frais – (bluffeur)
  • C'est fini, on est surpassé, la science est devenue trop bluffeuse, du côté Barnum c'est tout cuit, ça peut plus couvrir les frais – (cuit)
  • Mais pour faire du sensationnel ! pour en jeter plein la musique, que ça soye vraiment dans la mesure et à l'échelle de notre temps, gigantissime, fallait montrer des grands travaux – (en jeter plein la musique)
  • pour en jeter plein la musique, que ça soye vraiment dans la mesure et à l'échelle de notre temps, gigantissime, fallait montrer des grands travaux... des vrais labeurs pharamineux, mammouthéens, des entreprises titanesques – (33752)
  • fallait montrer des grands travaux... des vrais labeurs pharamineux, mammouthéens, des entreprises titanesques... qu'ils en rotent alors des oursins – (en roter des oursins)
  • des vrais labeurs pharamineux, mammouthéens, des entreprises titanesques... qu'ils en rotent alors des oursins... que la langue leur en pendrait aux bizus des quatre hémisphères – (33754)
  • des vrais labeurs pharamineux, mammouthéens, des entreprises titanesques... qu'ils en rotent alors des oursins... que la langue leur en pendrait aux bizus des quatre hémisphères – (33755)
  • Pas des ébauches, des cafouillettes architectiques... non ! non ! Des vraies merveilles dans la Ligne... dans le plan super-orgueilleux – (33756)
  • Pas des ébauches, des cafouillettes architectiques... non ! non ! Des vraies merveilles dans la Ligne... dans le plan super-orgueilleux – (33757)
  • Mais à quoi riment, je vous le demande, ce pisseux grotesque ramassis de ternes, friables, venteuses ! bicoques ? – (pisseux)
  • Mais à quoi riment, je vous le demande, ce pisseux grotesque ramassis de ternes, friables, venteuses ! bicoques ? – (bicoque)
  • tout cet infiniment minable, précaire, croulant, prétentieux agglomérat de fausses splendeurs ?... Quelle confiance peuvent inspirer ! quelle vénération ? ces pauvres amas de carambouilles plâtreuses ? – (carambouille)
  • L'esclave, observez-le, redouble en ces parterres, de sarcasmes, de gouaille et de saucissonage... Ce n'est point sérieux ! – (gouaille)
  • L'esclave, observez-le, redouble en ces parterres, de sarcasmes, de gouaille et de saucissonage... Ce n'est point sérieux ! – (saucissonnage)
  • ils ne se sont pas aperçus, les Juifs, que la plupart de tous ces édicules, chétifs pavillons, qu'ils ont mijotés tant de mois, feraient tout juste des bons petits chiots, sans flaflas, dans n'importe quel Chicago ? – (chiots)
  • ils ne se sont pas aperçus, les Juifs, que la plupart de tous ces édicules, chétifs pavillons, qu'ils ont mijotés tant de mois, feraient tout juste des bons petits chiots, sans flaflas, dans n'importe quel Chicago ? – (faire du flafla)
  • Puisque c'est la Tour Eiffel qu'est toujours le clou, eh bien Citroën pour l'esbrouffe il en tirait bien davantage ! – (clou)
  • Puisque c'est la Tour Eiffel qu'est toujours le clou, eh bien Citroën pour l'esbrouffe il en tirait bien davantage ! – (esbrouffe)
  • Il en obtenait des effets… des véritables incendies… absolument, vraiment superbes… que ceux-ci sont pas foutus… rien de comparable ! – (foutu)
  • Quant à leurs feux d'artifices... Nogent-le-Routrou les ferait pâlir ! On doit bien se fendre dans les campagnes ! – (se fendre)
  • En somme nos fantastiques khédives du Front Populaire, récapitulons, ils ont réussi qu'une seule chose, c'est de nous produire la plus sale foire, la plus toc et la plus coûteuse que le peuple aura jamais vue – (toc)
  • la plus sale foire, la plus toc et la plus coûteuse que le peuple aura jamais vue… Oui, c'est bien une frime sans excuse, une loupaille abracadabrante – (frime)
  • la plus sale foire, la plus toc et la plus coûteuse que le peuple aura jamais vue... Oui, c'est bien une frime sans excuse, une loupaille abracadabrante – (loupaille)
  • Si nous parlons de mécanique, mais leur Palais de la Découverte, il arrive pas au petit dixième de l'ancienne Galerie des Machines. C'est un berlingot truqué – (33762)
  • Tout ça, je n'en disconviendrai, a coûté sans doute des milliards, qui ne sont pas perdus pour tout le monde, mais le peuple il est arrangé, il n'en a pas pour ses chaussures – (arrangé)
  • Tout ça, je n'en disconviendrai, a coûté sans doute des milliards, qui ne sont pas perdus pour tout le monde, mais le peuple il est arrangé, il n'en a pas pour ses chaussures – (ne pas en avoir pour ses chaussures)
  • mais le peuple il est arrangé, il n'en a pas pour ses chaussures, à part l'asperge bien entendu, qui l'enfouine du Trocadéro – (33765)
  • mais le peuple il est arrangé, il n'en a pas pour ses chaussures, à part l'asperge bien entendu, qui l'enfouine du Trocadéro – (33766)
  • à part l'asperge bien entendu, qui l'enfouine du Trocadéro, le supermirliton des youtres, la Bite-Blum, que c'est vraiment la seule chose, vraiment mémorable – (33767)
  • Je voudrais pas donner de conseils ! mais enfin si c'était moi-même, j'aurais attaqué d'autor quelque gigantesque boulot – (d'autor)
  • Je décréterais davantage, il faut amplifier le trafic direction la mer d'une manière très monstrueuse ! léviathane ! – (33768)
  • Ça valait un petit peu mieux que toute cette soukerie crouleuse, cette calamiteuse carambouille de bistrots et de « Je-sais-tout-tisme » – (33769)
  • Ça valait un petit peu mieux que toute cette soukerie crouleuse, cette calamiteuse carambouille de bistrots et de «Je-sais-tout-tisme» – (33770)
  • Ça valait un petit peu mieux que toute cette soukerie crouleuse, cette calamiteuse carambouille de bistrots et de «Je-sais-tout-tisme» – (carambouille)
  • Ça valait un petit peu mieux que toute cette soukerie crouleuse, cette calamiteuse carambouille de bistrots et de « Je-sais-tout-tisme » – (bistrot)
  • Ça valait un petit peu mieux que toute cette soukerie crouleuse, cette calamiteuse carambouille de bistrots et de «Je-sais-tout-tisme» – (33771)
  • Ça existerait comme travail et comme résultat. Ça serait plus des djiboukeries – (33743)
  • Paris, puisque nous en sommes là, est une ville qu'on ne peut plus reconstruire, même plus aménager, d'une façon d'une autre. Les temps des rafistolages, des bricoles, des petites malices, des affûteries sont révolus – (33772)
  • Paris, puisque nous en sommes là, est une ville qu'on ne peut plus reconstruire, même plus aménager, d'une façon d'une autre. Les temps des rafistolages, des bricoles, des petites malices, des affûteries sont révolus – (rafistolage)
  • La mer seule assez puissante, assez généreuse, pour assainir quotidiennement ce terrible infernal ramassis, cet effrayant conglomérat de pourritures organiques, inhalantes, expirantes, chiatiques, fermenteuses, fébricilantes, virulogènes – (chiatique)
  • La mer seule assez puissante, assez généreuse, pour assainir quotidiennement ce terrible infernal ramassis, cet effrayant conglomérat de pourritures organiques, inhalantes, expirantes, chiatiques, fermenteuses, fébricilantes, virulogènes – (33774)
  • Il utilisait des chevaux pour le transporter, cet homme, qu'étaient harnachés comme des clebs, avec un collier de même, qui les étranglait au trot, c'était pas pratique – (clebs)
  • C'est pas difficile de comprendre que Paris est plus habitable. Regardez un peu les gens riches, ils y habitent presque plus. Quand ils y passent deux mois par an, c'est le bout du monde ! – (c'est le bout du monde)
  • Regardez un peu les gens riches, ils y habitent presque plus. Quand ils y passent deux mois par an, c'est le bout du monde !… Paris manque à présent de tout, ils le savent bien les michés – (miché)
  • Il n'est que ces sous-fienteux, déboulinants de leurs « wagons pommes », le cul encore tout empaillé des étables du bled natal, pour s'égosiller d'enthousiasme – (fienteux)
  • Il n'est que ces sous-fienteux, déboulinants de leurs « wagons pommes », le cul encore tout empaillé des étables du bled natal, pour s'égosiller d'enthousiasme – (débouliner)
  • Il n'est que ces sous-fienteux, déboulinants de leurs «wagons pommes», le cul encore tout empaillé des étables du bled natal, pour s'égosiller d'enthousiasme – (33778)
  • Vous seriez peut-être moins ardents... beaucoup moins férus, moins « bardiques » sur les délices parisiens – (33779)
  • Toujours la même banale raison... pour tous ces Credos dégueulasses... ces flagorneries urbanitaires... pour toutes ces jactances imbéciles : l'aveuglement – (33780)
  • C'est ça le ronron adulateur des éberlués de « leur province » – (ronron)
  • Ce n'est pas extrêmement grave que ces petits croquants déconnent, ils ont pas grande voix au chapitre – (croquant)
  • « Toute la Franscaille à vos guidouilles ! Tous les hommes du péritoine sur le pont ! » – (francecaille)
  • «Toute la Franscaille à vos guidouilles ! Tous les hommes du péritoine sur le pont !» – (33781)
  • «Toute la Franscaille à vos guidouilles ! Tous les hommes du péritoine sur le pont !» – (33782)
  • Il précise très notablement les paroles de sa Grâce Samuel. Il nous met les points sur les i – (points sur les i)
  • précieux, réticent, sucé, onctueux, sur-duhamélisé, sirupeux, enculeux, un vrai lambeau d'Harach-loucoum, ce que les Français du lycée invertis, négrifiés de même, appellent le Beau Style – (33783)
  • précieux, réticent, sucé, onctueux, sur-duhamélisé, sirupeux, enculeux, un vrai lambeau d'Harach-loucoum, ce que les Français du lycée invertis, négrifiés de même, appellent le Beau Style – (33784)
  • Ah ! comme il écrit bien notre Bloum ! – (33785)
  • Comme il est intelligent ! Ah ! l'Orient ! avec une grosse longue guiguite bien prousteuse à souhait ! – (guigui)
  • Comme il est intelligent ! Ah ! l'Orient ! avec une grosse longue guiguite bien prousteuse à souhait ! – (33786)
  • avec une grosse longue guiguite bien prousteuse à souhait ! bien youtre !... Pour tes sales foireuses miches fondantes de croquant torve – (foireux)
  • deux chirurgiens juifs associés, qui se sont mis en cheville, M. Samuel et M. Bloum, pour pousser le patient au billard… pour l'amener, persuasifs, à se faire ouvrir – (billard)
  • Pas plus de démocratie, de libération des peuples dans toute cette histoire, en tous points fétide, que de vives truites au Bas-Meudon – (pas plus de X que de vives truites au Bas-Meudon)
  • Celui qui se montre assez fol pour se mettre à dos les banques juives, peut dire adieu pour toujours au Pouvoir, à tous les Pouvoirs ! – (à dos)
  • Il n'existe qu'une seule chose sérieuse au fond de toutes les politiques : la conjuration mondiale juive, tout le reste n'est que babillage, sucettes, ronrons, confetti ! – (33788)
  • La France est une nation femelle, toujours bonne à tourner morue – (morue)
  • Écoutez les femmes à Victor, comment qu'elles jaspinent à vide sur toutes les courbes de trottoir, dans tous les coins de chiots, à jacter de menues conneries, à s'en faire crever – (jaspiner)
  • Écoutez les femmes à Victor, comment qu'elles jaspinent à vide sur toutes les courbes de trottoir, dans tous les coins de chiots, à jacter de menues conneries, à s'en faire crever – (chiots)
  • Écoutez les femmes à Victor, comment qu'elles jaspinent à vide sur toutes les courbes de trottoir, dans tous les coins de chiots, à jacter de menues conneries, à s'en faire crever – (jacter)
  • Dans le milieu, examinez les vieilles mômes : elles finissent toutes par les nègres, bien contentes, bien ivrognes, bien régalées, bien enculées, bien battues – (môme)
  • Savez-vous que toutes les guerres, et pas seulement la dernière, sont préméditées par les Juifs, réglées par eux longtemps d'avance, comme papier à musique ? – (réglé comme du papier à musique)
  • Le prophète Daniel (Lévitique XXVI) ne prédisait-il pas pour l'année 1914 « le Grand Bouleversement mondial, le commencement de la fin des empires goyes ? » Bafouillages d'illuminé ? – (illuminé)
  • Mais le « Sanhédrin »… Napoléon en est précisément crevé ! Ce fut le « Sanhédrin » bel et bien qui sucra Napoléon ! Pas Wellington ! Pas Nelson ! – (sucrer)
  • C'est par le Sanhédrin, ce grand Consistoire juif que fut sauvagement sabotée la suprême tentative d'unification aryenne de l'Europe – (saboté)
  • Toujours les Juifs ont miné, déconfit, salopé, carambouillé très rapidement par leurs tractations, et quelles tractations ! – (carambouiller)
  • pourquoi votre presse est muette et pourquoi vous vous trouvez tout en bas de la mélasse et pourquoi vous en crèverez – (mélasse)
  • Pourquoi les pamphlétaires et les frondeurs de la gauche enragent à nous les montrer les Académiciens dans leurs revues et satires plus incontinents, plus « sucrotteurs » que jamais ? – (33790)
  • Pourquoi les festivités juives, les grandes youstrikades 37, semblaient sonner le glas funèbre de l'Académie – (33084)
  • Ah ! que ne s'est-elle un peu davantage grouillée, pendant qu'il était temps encore, que n'a t-elle vivement fait monter chez elle MM. Bernstein – (se grouiller)
  • Pourquoi ses journaux l'abandonnent ?… Parce que son compte est bon – (compte est bon)
  • Très antique vieille croulerie ribaude veut à présent fermer son cul ? – (33791)
  • Voilà des chichis impossibles ! Des offusquements très burlesques ! Des tartes ! Elle doit crever la vieille ordure, par les nègres, comme elle a vécu, le fias énormément ouvert – (33792)
  • Voilà des chichis impossibles ! Des offusquements très burlesques ! Des tartes ! Elle doit crever la vieille ordure, par les nègres, comme elle a vécu, le fias énormément ouvert – (fias)
  • Très antique vieille croulante ribaude veut à présent fermer son cul ! Barricader son pourri ? – (pourri)
  • Voilà des chichis impossibles ! Des offusquements très burlesques ! Des tartes ! Elle doit crever la vieille ordure, par les nègres, comme elle a vécu, le fias énormément ouvert – (33794)
  • ils ne peuvent plus sur leur propre sol par châtrerie, désarmement systématique, former autre chose qu'un cheptel amorphe entre les mains des Juifs – (33662)
  • vous serez butés, chefs ! vous tout d'abord ! Aux premières pipes ! C'est indispensable ! – (33795)
  • N'avez-vous jamais pressenti à travers les mielleries juives, tout leur mépris, l'extraordinaire écœurement des Juifs pour « l'intouchable », insupportable fanfaron, sapajou idiot que vous êtes ? – (miellerie)
  • N'avez-vous jamais pressenti à travers les mielleries juives, tout leur mépris, l'extraordinaire écœurement des Juifs pour « l'intouchable », insupportable fanfaron, sapajou idiot que vous êtes ? – (26509)
  • Vous aurez mené, imbéciles, frivoles ou roués, futés resquilleurs de mégots, vos hordes jusqu'à l'abattoir – (resquilleur de mégot)
  • Vous ne savez pas à quel point vous leur portez sur les nerfs ! – (porter sur les nerfs)
  • Dès les Soviets instaurés, fondront sur nous du Comitern, tout un terrible brelan de corbeaux mystiques, des milliers de Juifs djibouks implacables, commissaires du nouvel ordre atroce – (brelan)
  • Il est parfaitement écrit dans les astres, que c'est vous qui garnirez les premiers poteaux, avec vos propres barbaques larbines – (larbin)
  • Vous y entrerez dans le nouvel ordre ! les pieds devant !… suppliciés par vos propres troupes ! – (les pieds devant)
  • Ah ! le Juif, quand il se déboutonne, il est curieux à écouter, il est plus du tout casuistique… C'est pas midi à quatorze heures ! C'est franco ! – (déboutonner)
  • Ah ! le Juif, quand il se déboutonne, il est curieux à écouter, il est plus du tout casuistique… C'est pas midi à quatorze heures ! C'est franco ! – (chercher midi à quatorze heures)
  • Puisqu'ils possèdent tout l'or du monde en vertu de quelle sophistiquerie les Juifs ne tendraient-ils pas à prendre le pouvoir ? – (33799)
  • Au petit bonheur, je vous livre ce petit pataquès, prélevé dans « Paris-Soir » – (pataquès)
  • Mais de quoi fouetter un chat ? Non ! Je vous l'accorde ! – (il n'y a pas de quoi fouetter un chat)
  • Tout ce très mauvais goût nous arrive de la brousse aux calebasses, par des voies très frénétiques, très ardentes, très anciennes et tarabiscotées, ne l'oublions jamais – (16187)
  • Le seul fait d'aller dans le monde dénote déjà chez le bonhomme une impudeur de cochon... une sensibilité de bûche – (bûche)
  • Toutes ces vedettes, putains surplâtrées dont les salaires astronomiques d'une seule journée de grimaces surpassent bien souvent ceux que touchent plusieurs familles ouvrières misérables – (33801)
  • Le cinéma, toujours si éminemment juif, devait nous donner pour la circonstance, quelques œuvres très probantes, très remarquables, une apologie du Juif extrêmement pépère – (pépère)
  • Jusqu'à une époque récente, cette propagande s'effectuait par symboles… insinuations… allusions… coïncidences… par la bande – (par la bande)
  • bien faire entrer dans tous ces cassis d'ivrognes, que le Juif et l'ouvrier aryen sont exactement créés, mis au monde, pour s'entendre, pour se lier l'un à l'autre par un pacte à la vie à la mort, absolument indissoluble – (cassis)
  • D'habitude les films projuifs (ils le sont tous), opèrent, trafiquent, trifouillent l'opinion publique par allusions, suggestions, comparaisons – (trifouiller)
  • La « Grande Illusion » complète admirablement l'exposition juive, la grande Youstricade 37 – (33084)
  • Au départ, il a tout contre lui ce petit nabab pour jouer les rôles de rédempteur : dégaine, verbiage, figure… Il a tout du « puant »… l'exact produit surconcentré de la classe abominable… Tout pour être honni, sifflé, pendu recta par le peuple – (puant)
  • Au départ, il a tout contre lui ce petit nabab pour jouer les rôles de rédempteur : dégaine, verbiage, figure… Il a tout du « puant »… l'exact produit surconcentré de la classe abominable… Tout pour être honni, sifflé, pendu recta par le peuple – (recta)
  • Parasite absolu, torve produit superjuif, c'est un enfant Stavisky, un cousin Barmat. Il représente intégralement l'abject gibier de réverbère – (gibier de réverbère)
  • « Le Juif est un homme plus qu'un autre » ! Voilà ce qu'il convient de jacasser désormais !… Perroquets aryens que je vous entende – (jacasser)
  • Pervers, monstrueux égocentriques ! Quels saligauds ! – (saligaud)
  • Vous avez joliment bien fait de nous condamner à mort ! Comme c'est tapé !… Ah ! nous ne l'avons pas volé ! – (tapé)
  • Ah ! comme il est salutaire, absolument impérieux pour le bonheur du genre humain, que nous y passions – (y passer)
  • Ces simiesques ou fragiles matamores, tout entichés de préjugés bien rances – (65171)
  • le « Pindare » de cette aventure, on nous le présente dès le début, rendu déjà en tel état de futilité, de gâtisme précoce, d'inconsistance, de rabâchage bulleux, qu'il se dissipe tout seul dans le cours du film – (33803)
  • Cette « Grande Illusion » nous célèbre donc le mariage du simple, fruste, petitement démerde ouvrier aryen, confiant tourlourou devenu monteur, avec le petit Juif, djibouk, milliardaire, visqueux Messie – (démerde)
  • Le Sinaï vient de tonitruer pour la troisième fois : « Pelure de Goye, quitte plus ton youtre ! […] » – (pelure)
  • Pelure de Goye, quitte plus ton youtre ! Ou ça va chier horriblement ! Le Juif, c'est ton ange gardien ! – (ça va chier)
  • Mordez ce pilote d'aviation qui ne sait même plus lire une carte du moment où le petit Juif prend le commandement ! l'est-ce suffisamment symbolique ? – (mordre)
  • Que restez-vous là, planté ?… Vous attendez peut-être un rôle ? – (être planté)
  • Sachez finir bellement !… Il est temps !… Il est « moins cinq » juif ! – (moins cinq)
  • « Au revoir, vieille noix ! », répond vigoureusement l'autre – (vieille noix)
  • la formidable myriacube stratosphère d'Illusion ! – (33580)
  • La plus suprêmifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! – (33805)
  • La plus suprêmifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! – (faramineux)
  • La plus suprêmifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! – (têtard)
  • La plus suprêmifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! – (fourgué)
  • La plus suprêmifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! – (bacchanal)
  • La plus suprêmifique illusion du plus pharamineux Têtard qu'on aura jamais fourgué pour la surfusion des pyrites dans la prochaine Bacchanale ! L'Idéofournaise Mongo-youtre 1940 ! – (33806)
  • Les Américaines yankees, qu'on entend pousser de tels cris, créer de tels raffuts, d'universels hurlements (lynchages, pétitions, procès, etc.) dès qu'un nègre les encule (en public !) comment qu'elles se marient aux Juifs ! – (raffut)
  • comment qu'elles se marient aux Juifs ! et à toute berzingue ! – (à tout berzingue)
  • comment qu'elles se marient aux Juifs ! et à toute berzingue ! et tant que ça peut ! et plein les miches ! – (miches)
  • Les Juifs font prime comme épouseurs aux Etats-Unis. Le Juif est vicieux, le Juif est riche, le Juif bourre bien – (bourrer)
  • Encore un flan très prodigieux cette fameuse barrière des races U.S.A. ! – (du flan)
  • Les nègres en bringue, ils iront voir, ils feront danser les blancs pour eux, la « blanc-boula » – (bringue)
  • Juifs, dervicheurs, prophètes, hermétistes, incantateurs, initiés, talmudistes, féticheurs, khabalistes, mages, francs-maçons, messies, gris-gris, djibouks, etc., toute la sauce – (toute la sauce)
  • Ils se trompent, mais souvent ils tombent pile – (pile)
  • Il avait doté son petit trachomateux peuple, pas fait pour voir clair du même côté que nous, de très curieuses armes – (33808)
  • les mystères Khabalistes ne sont peut-être pas tous aussi vains, charabiatiques et phrasuleux que le prétendent nos petits malins « expérimentalistes », athées, positifs, dupés et cocus de toujours – (charabiatique)
  • les mystères Khabalistes ne sont peut-être pas tous aussi vains, charabiatiques et phrasuleux que le prétendent nos petits malins « expérimentalistes », athées, positifs, dupés et cocus de toujours – (33527)
  • Un petit sortilège qui vous culbute successivement l'Empire Égyptien, l'Empire Romain, la Monarchie Française – (culbuter)
  • dont on se gausse à première lecture, tellement à première vue elles relèvent par le ton, le fond, le style du tétanisme, de la fumisterie d'Asile, des farces de P.G., des écrits de « camisole » – (33810)
  • dont on se gausse à première lecture, tellement à première vue elles relèvent par le ton, le fond, le style du tétanisme, de la fumisterie d'Asile, des farces de P.G., des écrits de « camisole » – (fumisterie)
  • Les auteurs de cette reproduction n'emportèrent pas leur audace en paradis – (ne pas emporter en paradis)
  • Tout ceci colle, concorde, je le pense admirablement avec les événements en cours – (coller)
  • M. Rothschild et M. Marx auparavant séparés, se retrouvent tout à fait d'accord, admirablement d'accord pour nous filer au casse-pipe – (filer)
  • M. Rothschild et M. Marx auparavant séparés, se retrouvent tout à fait d'accord, admirablement d'accord pour nous filer au casse-pipe – (casse-pipe)
  • Pas un petit fifrelin de doute n'est permis à cet égard – (fifrelin)
  • La parade de la haine à mort, entre Juifs, c'est un bidon pour nous les cocus… pour Durand… pour le caporal Peugeot – (bidon)
  • Lénine de son vrai blase Oulianoff (1/2 juif) – (blaze)
  • Il se dégage de tout ceci, nous nous pressons d'en convenir, un certain relent « d'Ambigu »… de carbonarisme à la manque… de complots farciformes – (à la manque)
  • Il se dégage de tout ceci, nous nous pressons d'en convenir, un certain relent « d'Ambigu »... de carbonarisme à la manque... de complots farciformes... de prolongements gris muraille – (33812)
  • juste le minimum… la simple politesse… qu'ils ont d'autres chats à fouetter – (avoir d'autres chats à fouetter)
  • Les Loges maçonniques comptent toujours parmi leurs adhérents un très grand effectif de « frères pougnassons », simples petits êtres anxieux d'améliorer leur petit boeuf... leur consistance matérielle – (33814)
  • Les Loges maçonniques comptent toujours parmi leurs adhérents un très grand effectif de «frères pougnassons», simples petits êtres anxieux d'améliorer leur petit boeuf... leur consistance matérielle – (gagner son boeuf)
  • Evidemment l'on ne saurait demander à ces pleutres, ces crouilleux petits maquereaux déroutés, autre chose que le salivage « tout venant », la bulleuse jactance électorale – (33815)
  • Évidemment l'on ne saurait demander à ces pleutres, ces crouilleux petits maquereaux déroutés, autre chose que le salivage « tout venant », la bulleuse jactance électorale – (maquereau)
  • Evidemment l'on ne saurait demander à ces pleutres, ces crouilleux petits maquereaux déroutés, autre chose que le salivage « tout venant », la bulleuse jactance électorale – (33816)
  • la bulleuse jactance électorale... le dégueulage des formules démagogiques, toutes chiées pour Robots saouls – (33817)
  • le dégueulage des formules démagogiques, toutes chiées pour Robots saouls – (chié)
  • Ce n'est plus là l'un de ces petits clans de minces truands sournois, resquilleurs, néo-jésuites, sursoufflés, surfaits, comme il en grouille – (sursoufflé)
  • Ce n'est plus là l'un de ces petits clans de minces truands sournois, resquilleurs, néo-jésuites, sursoufflés, surfaits, comme il en grouille, c'est fatal, au fond de toutes les Loges... Alouettes mirouettées – (33820)
  • Peu de facteurs, plus de loufiats, de terrassiers, de capitaines de pompiers, d'instituteurs, parmi ces éminences – (loufiat)
  • pour la France toujours plus libre et plus heureuse, eh bien vous vous précipiterez !… Le premier rigodon, comme d'habitude mon ami, c'est pour votre thorax de cocu ! – (rigodon)
  • Ah ! Si nous avions encore en France, un tout petit peu de couilles… notre petit mot à dire – (avoir des couilles)
  • Nous irions ramper à genoux… la corde au cou… jusqu'au Consistoire… le plus humblement du monde… implorer qu'on nous épargne… encore une année… 18 mois… qu'on nous foute la paix une bonne fois pour toutes – (foutre la paix)
  • Qu'on n'oublie pas le Consistoire dans la bigorne générale – (bigorne)
  • Je ne me régalerai pas de quelques comparses et de quelques raclures apeurées… entités fuyantes, boucs émissaires… fondantes Têtes de turc – (tête de Turc)
  • Je trouve qu’ils ont les mains trop sales, beaucoup trop sales, les mains, les Juifs, même pour étrangler nos repus – (33822)
  • Les Juifs en l'air !… et eux d'abord !… et au désert !… avec les chacals ! – (en l'air)
  • Eux qui raffolent des discussions nos youtrissimes dialectiques... qui se feraient périr pour des palabres – (youtrissime)
  • Leur nez, leur «toucan» d'escroc, de traître, de félon, ce nez Stavisky, Barmat, Tafari... de toutes les combinaisons louches, de toutes les trahisons – (toucan)
  • s'il vous restait au fond des veines le moindre soupçon d'instinct, s'il vous passait autre chose dans la viande et la tête, qu'une tiède pâte rhétorique, farcie de fifines ruselettes, le petit suint tout gris des formules ronronnées, marinées d'alcool – (33826)
  • s'il vous restait au fond des veines le moindre soupçon d'instinct, s'il vous passait autre chose dans la viande et la tête, qu'une tiède pâte rhétorique, farcie de fifines ruselettes, le petit suint tout gris des formules ronronnées, marinées d'alcool – (33827)
  • Tu ne sursautes même plus d'effroi à la vue de tels monstres ! Tu ne vois pas ta torture et ta mort inscrites, ravinées sur ces hures ? – (hure)
  • Je ne suis pas payé par Goering. Ni par Musso, ni par Tardieu !… – (Musso)
  • Nos enfants n'auraient plus besoin D'aller supplier, quémander... Aux Juifs... francs-maçons... et autres bouliphages Ténias – (33829)
  • Ohé ! Oyez la Juiverie ! la Mascaille ! – (mascaille)
  • Et couvrez-moi d'ordures ! Je vous entends branler ! fouiller ! foutriquer vos poubelles ! Que vous êtes loursingues et cons ! – (foutriquer)
  • Et couvrez-moi d'ordures ! Je vous entends branler ! fouiller ! foutriquer vos poubelles ! Que vous êtes loursingues et cons ! – (loursingue)
  • Que vous êtes loursingues et cons ! Plus souffleux ! Plus lâches! Plus vils que le banc des rhinos dans la fiente en panique ! – (33832)
  • Que vous êtes loursingues et cons ! Plus souffleux ! Plus lâches! Plus vils que le banc des rhinos dans la fiente en panique ! – (rhino)
  • Beau dire ! Beau crosser ! Beau faire ! – (crosser)
  • Beau dire ! Beau crosser ! Beau faire ! « Princes ! » Beau tuer ! Bourriques ! Loufes ! Popes de la trahison ! – (loufe)
  • Compagnons ! Gueule au charron ! Ding ! Ding ! Dong ! Que vous l'avez dans le cul ! – (l'avoir dans le cul)
  • À présent la bonne grosse tranche de ce beau Thorez… sur sa couverture « Ma vie »… bonne grosse bouille bien offerte – (tranche)
  • À présent la bonne grosse tranche de ce beau Thorez… sur sa couverture « Ma vie »… bonne grosse bouille bien offerte – (bouille)
  • Quelle splendide pièce à promener dans la cage aux vampires ! Quel propice, savoureux dindon ! Pauvre innocent super-guignolet ! – (33837)
  • contre la clique des maquignons politiques, diplomates, « gris-gris », commissaires juifs, la plus rusée, la plus perverse, la plus complexe, la plus faisandée, maléfiante, torve, vénéneuse, scorpionique imaginable ! – (33838)
  • contre la clique des maquignons politiques, diplomates, « gris-gris », commissaires juifs, la plus rusée, la plus perverse, la plus complexe, la plus faisandée, maléfiante, torve, vénéneuse, scorpionique imaginable ! – (33839)
  • le plus complet, le plus blindé, le mieux assorti, le plus raciste, le plus effronté de la planète, bonneteurs avérés – (blindé)
  • le plus complet, le plus blindé, le mieux assorti, le plus raciste, le plus effronté de la planète, bonneteurs avérés – (bonneteur)
  • le plus complet, le plus blindé, le mieux assorti, le plus raciste, le plus effronté de la planète, bonneteurs avérés, chevronnés, sorcelleux, officieux, officiels, vertigineux, de l'intrigue maléfique – (33840)
  • vertigineux, de l'intrigue maléfique, magique, à centuple fond, de l'esquive, des cent mille passe-passes asiates, des tarots qui assassinent, des déserts miragineux... des cadvres sans tête – (33397)
  • Insurpassables virtuoses pour tous dédales et pertes casuistiques... acrobates inimaginables pour tous catacombes et toutes oubliettes... La quintessence même des plus infinies vicieuses gangstériques crapules de l'Univers – (33841)
  • Et puis alors pour nous défendre ?... nos os, nos pauvres « carrés »... Qui ? Ce Cadum ?... Merde ! – (Cadum)
  • Et puis alors pour nous défendre ?... nos os, nos pauvres « carrés »... Qui ? Ce Cadum ?... Merde !... Ça va mal !... Ça va très mal !... Ils en feront qu'un coup de glotte les youtres – (33843)
  • Et puis alors pour nous défendre ?... nos os, nos pauvres « carrés »... Qui ? Ce Cadum ?... Merde !... Ça va mal ! – (33844)
  • Je ne sais plus quel empoté de petit youtre (j'ai oublié son nom, mais c'était un nom youtre) s'est donné le mal, pendant cinq ou six numéros d'une publication dite médicale – (empoté)
  • s'est donné le mal, pendant cinq ou six numéros d'une publication dite médicale […], de venir chier sur mes ouvrages et mes « grossièretés » au nom de la psychiatrie – (chier sur)
  • Il en écumait d'insultes, cet infect, dans son charabia psycholo-freudien, délirant, pluricon – (33846)
  • Il en écumait d'insultes, cet infect, dans son charabia psycholo-freudien, délirant, pluricon – (33847)
  • Cet imbécile d'après son verbiage, sa marotte, son pathos, devait être aliéniste. Les aliénistes sont presque tous idiots, mais celui-ci donnait l'impression d'un véritable tétanique en « sottise », d'un super critique en somme – (marotte)
  • Je ne sais plus par quelles tares, mentales et physiques, par quelles abjectes perversions, monstrueuses dispositions, obsession très cadavérique, pourriture d'âme, ce sous-enculé de la cuistrerie expliquait tous mes livres – (sous-enculé)
  • jamais crapaud pustuleux (ma pomme) tout dégoulinant de fiente vénéneuse ne fut plus hideux, plus insupportable aux regards de la blanche, parfaite colombe (lui-même) – (ma pomme)
  • le Freudisme a fait énormément pour les Juifs de la médecine et de la psychiatrie. Il a permis à tous ces sous-nègres grotesques, diafoireux, dindonnants du Diplôme, de donner libre cours à toutes leurs lubies, vésanies, rages saccageuses – (diafoireux)
  • le Freudisme a fait énormément pour les Juifs de la médecine et de la psychiatrie. Il a permis à tous ces sous-nègres grotesques, diafoireux, dindonnants du Diplôme, de donner libre cours à toutes leurs lubies, vésanies, rages saccageuses – (33850)
  • Mais ici nous prenons, nous, la bamboula des médecins, juifs pires négrites oniriques pour argent comptant ! – (bamboula)
  • J'en chie un tous les matins moi, de critique juif, et ça ne me fait pas de mal au fias ! – (fias)
  • Mais d'où tiennent ils tous ces canaques tant d'insolence ? Qui fera rentrer sous paillotte tous ces gris-gris en rupture ? – (canaque)
  • Qui fera rentrer sous paillotte tous ces gris-gris en rupture ?... tous ces bouffons négroïdes, « tam-tameurs » dépravés du Parchemin ? – (33851)
  • Quelle chicotte remettra du plomb dans les charniers de tous ces singes ? – (chicotte)
  • Quelle chicotte remettra du plomb dans les charniers de tous ces singes ? les fera ramper dans leurs tanières ? fermer leurs gueules à manioc, garder un peu leurs ordures – (fermer sa gueule)
  • C'est le coup de grâce ! Plus bas que macaques nous voici ! – (macaque)
  • Plus bas que macaques nous voici ! Foireux au cul des singes ! Demander l'avis, la permission de la merde même, pour respirer ! – (foireux)
  • mais tu me remplis les oreilles... C'est pas la peine de seriner. Tu nous casses avec tes salades – (remplir les oreilles)
  • mais tu me remplis les oreilles… C'est pas la peine de seriner. Tu nous casses avec tes salades – (seriner)
  • mais tu me remplis les oreilles... C'est pas la peine de seriner. Tu nous casses avec tes salades – (casser qqun)
  • mais tu me remplis les oreilles… C'est pas la peine de seriner. Tu nous casses avec tes salades – (salade)
  • Moi non plus, je ne peux pas les sentir, cependant, je m'en accommode… Il faut vivre avec son mal – (ne pas pouvoir sentir)
  • C'est bien pour sa gueule, c'est tout ce qu'il mérite ! – (sa gueule)
  • Ça se « naturalise » comme ça pisse un petit Juif... C'est syndiqué de tous côtés, ça embolise toutes les Loges – (33855)
  • C'est la « taichnique » de l'invasion... le « coucouisme » médical – (33856)
  • même l'archevêque ils le tiennent par les grands Juifs... Rien comme un Juif dit converti pour retaper les Églises – (33857)
  • Pour la résistance ?… notre armée ?… enjuivée jusqu'à la garde ! – (jusqu'à la garde)
  • Tous les généraux ? dans la fouille ! et la Police ?… Mais voyons – (dans la fouille)
  • Le peuple ne fredonne, ne mange, ne boit, ne lit, n'admire, n'entend parler, ne vote que du juif… Alors toi mironton ! radoteux tordu petit scribouillant, que viens-tu nous emmerder ? – (mironton)
  • Le peuple ne fredonne, ne mange, ne boit, ne lit, n'admire, n'entend parler, ne vote que du juif... Alors toi mironton ! radoteux tordu petit scribouillant, que viens-tu nous emmerder ? – (radoteux)
  • Le peuple ne fredonne, ne mange, ne boit, ne lit, n'admire, n'entend parler, ne vote que du juif... Alors toi mironton ! radoteux tordu petit scribouillant, que viens-tu nous emmerder ? – (scribouillant)
  • Le peuple ne fredonne, ne mange, ne boit, ne lit, n'admire, n'entend parler, ne vote que du juif… Alors toi mironton ! radoteux tordu petit scribouillant, que viens-tu nous emmerder ? – (emmerder)
  • Alors toi mironton ! radoteux tordu petit scribouillant, que viens-tu nous emmerder ?... que viens-tu nous étourdir avec tes marottes ? – (étourdir)
  • que viens-tu nous emmerder ?... que viens-tu nous étourdir avec tes marottes ?... Je te demande un petit peu ? dis chapelure ? – (chapelure)
  • Mais ils vont te résoudre ! mon ami ! sais-tu les Juifs ?... Tu les connais pas encore... Mais non... mais non... pas encore – (33863)
  • Tu les connais pas encore… Mais non… mais non… pas encore… Raconte, ils t'ont pas des fois soulevé une gonzesse ?… dis, Rhumatisme ? – (soulever)
  • Tu les connais pas encore... Mais non... mais non... pas encore... Raconte, ils t'ont pas des fois soulevé une gonzesse ?... dis, Rhumatisme ? – (33864)
  • Il vinassait dur Gustin, mais quand même il voyait juste – (vinasser)
  • Il vinassait dur Gustin, mais quand même il voyait juste – (dur)
  • Ils sont un million de Juifs en France répartis... deux millions peut-être, si l'on compte les enjuivés... les « mascailles » – (mascaille)
  • Ils font comme ils veulent au fond... d'opposition ? y en a pas !... les « Colonels »... les « Doriots »... c'est des simples divertisseurs – (33865)
  • c'est des simples divertisseurs... c'est pas sérieux... c'est des Terreurs à la morphine... Ils ne seront dans la Tragédie que les comparses d'un moment – (33866)
  • Que le colon en ait croqué ?... La belle importance !... Aucune ! mon petit !... bagatelle!... Il ne parle jamais des youtres le colonel ! dès lors, il peut dire tout ce qu'il veut – (33867)
  • Celui qui ne parle pas des Juifs, qui n'a pas dans son programme de les mettre en l'air, avant tout… il cause pour causer – (mettre en l'air)
  • ou bien c'est un terrible con... encore mille fois plus dangereux... quelque présomptueux aveugle... C'est un fourvoyeur des masses – (33868)
  • ou bien c'est un terrible con… encore mille fois plus dangereux… quelque présomptueux aveugle… C'est un fourvoyeur des masses… Même tabac pour l'autre Jacques – (même tabac)
  • Même tabac pour l'autre Jacques... des « banquistes »... je te dis, des agents de voyages – (banquiste)
  • Tous ces Judex fabulaires absolument anodins, ils font partie du grand programme… des amusements pour la galerie – (pour la galerie)
  • Tous ces Preux de la gueule, ces redresseurs de salive, sont faits tout juste pour s'effondrer – (33869)
  • Ils n'auront qu'un mot à dire, les grands Juifs, les Warburg, les Rothschild, pour dissoudre tous ces cabotins, à l'heure choisie du Kahal, comme ils ont vaporisé tous les autres pantins de même, les bavardeurs – (33870)
  • Ils n'auront qu'un mot à dire, les grands Juifs, les Warburg, les Rothschild, pour dissoudre tous ces cabotins, à l'heure choisie du Kahal, comme ils ont vaporisé tous les autres pantins de même, les bavardeurs – (pantin)
  • Ils n'auront qu'un mot à dire, les grands Juifs, les Warburg, les Rothschild, pour dissoudre tous ces cabotins, à l'heure choisie du Kahal, comme ils ont vaporisé tous les autres pantins de même, les bavardeurs – (33871)
  • Il faudrait pour nous libérer un véritable Sinn-Finn… un instinct de race implacable… Mais nous n'avons pas la « classe » des Sinn Finners ! – (classe)
  • Mais nous n'avons pas la « classe » des Sinn Finners !... Beaucoup trop enfiotés déjà avinés, avilis, efféminés, enjuivés, maçonnisés, mufflisés de toutes les manières – (enfioté)
  • Beaucoup trop enfiotés déjà avinés, avilis, efféminés, enjuivés, maçonnisés, muflisés de toutes les manières – (33872)
  • Beaucoup trop enfiotés déjà avinés, avilis, efféminés, enjuivés, maçonnisés, muflisés de toutes les manières – (33449)
  • Pour vaincre, s'affranchir du Juif, il faudrait pouvoir, avant tout lui annoncer en plein pif : « Toi, ton puant, pourri pognon, tu peux te le filer dans la fente, et puis maintenant trisse ! infect ! ou je te bute !… » – (pif)
  • Toi, ton puant, pourri pognon, tu peux te le filer dans la fente, et puis maintenant trisse ! infect ! ou je te bute ! – (filer)
  • Toi, ton puant, pourri pognon, tu peux te le filer dans la fente, et puis maintenant trisse ! infect ! ou je te bute ! – (fente)
  • Toi, ton puant, pourri pognon, tu peux te le filer dans la fente, et puis maintenant trisse ! infect ! ou je te bute ! – (trisser)
  • Toi, ton puant, pourri pognon, tu peux te le filer dans la fente, et puis maintenant trisse ! infect ! ou je te bute ! – (buter)
  • Qui c'est qui peut causer comme ça ?... c'est pas notre cheptel... Ivrogne, mégotier, resquilleur, vénal, imbécile, et survendu – (mégotier)
  • Qui c'est qui peut causer comme ça ?... c'est pas notre cheptel... Ivrogne, mégotier, resquilleur, vénal, imbécile, et survendu – (33453)
  • Pourquoi tous ces pauvres chichis ?... Veaux vous êtes ?... Veaux ?... oui ou flûte ? – (oui ou flûte)
  • Tu vas voir un peu les martyrs ! Comment ils vont se mettre en quart... comment ils vont rappliquer !... T'as chié à présent sur tout le monde ! tu vas payer ! bulleux crabe ! – (se mettre en quart)
  • Tu vas voir un peu les martyrs ! Comment ils vont se mettre en quart… comment ils vont rappliquer !… T'as chié à présent sur tout le monde ! tu vas payer ! bulleux crabe ! – (chier sur)
  • Tu vas voir un peu les martyrs ! Comment ils vont se mettre en quart… comment ils vont rappliquer !… T'as chié à présent sur tout le monde ! tu vas payer ! bulleux crabe ! – (payer)
  • Tu vas voir un peu les martyrs ! Comment ils vont se mettre en quart... comment ils vont rappliquer !... T'as chié à présent sur tout le monde ! tu vas payer ! bulleux crabe ! – (33803)
  • Tu vas voir un peu les martyrs ! Comment ils vont se mettre en quart… comment ils vont rappliquer !… T'as chié à présent sur tout le monde ! tu vas payer ! bulleux crabe ! – (crabe)
  • Tu peux plus compter sur personne… T'es tout seul !… C'est méchant, tu sais, les martyrs… Tu vas te faire drôlement étendre… Et puis t'iras même pas au ciel – (étendre)
  • La bourgeoisie tout en gueuletons, cupide, crétine et cancaneuse, est à foutre en avant, derrière ! – (33874)
  • Elle sait plus où tendre ses vieilles miches pour se faire enculer quand même !… toujours !… davantage !… se faire fourrer en sauvette par la première bite qui régale ! – (fourrer)
  • La noblesse, cette vieille imposture, se roule et quémande des sursis – (quémander)
  • La noblesse c'est un lupanar pour youtres... une basse tribu sous-juive, quelque chose comme des Ouednaïls toujours à la traîne des Bat. d'Af – (33875)
  • La noblesse c'est la vraie capote des youtres à travers les âges, tellement les youtres s'en sont filé des vierges de nobles sur le panais – (panais)
  • La noblesse française a sucé plus de foutre nègre qu'il n'en faut pour noyer la plaine d'Azincourt – (foutre)
  • La noblesse française a sucé plus de foutre nègre qu'il n'en faut pour noyer la plaine d'Azincourt… Ce sont les gloutons du prépuce – (glouton)
  • Vers le Trois ou Quatrième siècle, maman la Reine, quelque part… a bien dû se faire régaler, un tout petit peu… par quelque joli Commissaire… Judéo-chrétien… bolchévique d'alors – (régaler)
  • Ils ont pas de préjugés du tout… Ils font jamais la petite bouche du moment que la personne éclaire – (faire la fine bouche)
  • Ils ont pas de préjugés du tout… Ils font jamais la petite bouche du moment que la personne éclaire – (éclairer)
  • Ils font jamais la petite bouche du moment que la personne éclaire. Ils vont bénir des ascenseurs... les souris de l'Abbé Jouvence... bien d'autres petites reliquettes... Ils demandent qu'à faire plaisir – (33876)
  • Quant au peuple, je vais t'expliquer… Bonnard, dupe, lui, toujours cocu, farci de meneurs, pourvu qu'on le divise par pancartes, qu'on lui refile un coup de fanfare, il ira vinasseux à tordre, où l'on voudra – (bonnard)
  • Bonnard, dupe, lui, toujours cocu, farci de meneurs, pourvu qu'on le divise par pancartes, qu'on lui refile un coup de fanfare, il ira vinasseux à tordre, où l'on voudra ! toupillonner ! se faire résoudre dans les rafales – (33877)
  • Bonnard, dupe, lui, toujours cocu, farci de meneurs, pourvu qu'on le divise par pancartes, qu'on lui refile un coup de fanfare, il ira vinasseux à tordre, où l'on voudra ! toupillonner ! se faire résoudre dans les rafales – (33863)
  • il ira vinasseux à tordre, où l'on voudra ! toupillonner ! se faire résoudre dans les rafales… C'est son destin… C'est sa bonne chance !… A la bonne fortune des riflettes ! – (riflette)
  • pour la marrante magie des mots ! pour le plus grand stupre d'Israël !... Israël Shylocratique, démocratique, allié à mort de la Cité – (33878)
  • C'est bien écrit dans les astres, c'est absolument gagné ! La pente est savonnée comme tout – (c'est gagné)
  • on voit des ouvriers, par les temps qui courent, devenir assez vicieux, se livrer à des petits calculs qui manquent d'élégance, pousser dur et sauvagement à la « pipe » – (monter à la pipe)
  • Ce n'est pas joli joli… Ce n'est pas aimable – (joli joli)
  • Qu'espèrent-ils ces petits futés ?... pour la prochaine ?.. Encore être les petits gâtés ?... les petits marioles sursitaires ?... les « tombeurs d'usines ? » – (33881)
  • Faut pas oublier les choses… Seulement peut être qu'ils jouent de travers les frères de l'usine – (frère)
  • Peut être qu'ils se gourent... qu'ils visionnent... Les Juifs promettent certaines choses – (33882)
  • Les chiens blancs monteront à la rifle ! tous les chiens blancs... sans exception !... Le cheptel n'est plus abondant, on l'a énormément razzié de 14 jusqu'en 18 – (33883)
  • Les chiens blancs monteront à la rifle ! tous les chiens blancs... sans exception !... Le cheptel n'est plus abondant, on l'a énormément razzié de 14 jusqu'en 18 – (monter en rifle)
  • Dans un entonnoir vous laisserez à tremper vos tripes… dans l'autre vous tournerez la soupe, le grand rata des gadouilles avec vos moignons – (rata)
  • Dans un entonnoir vous laisserez à tremper vos tripes… dans l'autre vous tournerez la soupe, le grand rata des gadouilles avec vos moignons – (gadouille)
  • C'est même le seul endroit, ce marbre, de nos jours, que les Juifs essayent pas de truster – (33885)
  • Tu n'exigerais quand même ! délirant ! qu'on aille semer dans la gadouille le Sel de la Terre ? – (gadouille)
  • Sais-tu qu'en ce moment présent, dans la prévision des événements, qui se rapprochent… on « épure » ferme et à tour de bras, tous les bureaux de tous les Ministères de la Guerre – (ferme)
  • Assure tes cornes ! Tu devrais prévoir !... Flairer un peu le sens des vapes. Tu vas les payer tes « vacances » ! prolétaire maudit ! – (flairer le sens des vapes)
  • que ça soye Hitler qui remporte ou son cousin Staline… ça sera du pareil au même… la façon qu'on sera têtards, nous – (têtard)
  • il s'est battu, révolutionné, embouti dans tous les panneaux pour s'approprier la terre – (tomber dans le panneau)
  • Maintenant il veut les usines... une fois qu'il les aura prises, il en voudra plus, c'est fatal !... Il voudra autre chose – (fatal)
  • Il passe que des enfantillages dans son pauvre cassis, des éberluteries d'éméchés, des petits caprices de vieillards, jamais un ferme propos – (33889)
  • Il passe que des enfantillages dans son pauvre cassis, des éberluteries d'éméchés, des petits caprices de vieillards, jamais un ferme propos – (éméché)
  • Pourtant faut l'avouer tout de suite, les guerres, toutes les guerres, que les Juifs veulent nous faire faire valent pas un pipi de douanier… une demi-couille d'amiral, un schako de pantomime, la quille pourrie d'un bateau-mouche – (ne pas valoir un pipi de douanier)
  • Pourtant faut l'avouer tout de suite, les guerres, toutes les guerres, que les Juifs veulent nous faire faire valent pas un pipi de douanier... une demi-couille d'amiral, un schako de pantomime, la quille pourrie d'un bateau-mouche – (demi-couille d'amiral (ne pas valoir une -))
  • Pourtant faut l'avouer tout de suite, les guerres, toutes les guerres, que les Juifs veulent nous faire faire valent pas un pipi de douanier... une demi-couille d'amiral, un schako de pantomime, la quille pourrie d'un bateau-mouche – (ne pas valoir un schako de pantomime)
  • Pourtant faut l'avouer tout de suite, les guerres, toutes les guerres, que les Juifs veulent nous faire faire valent pas un pipi de douanier... une demi-couille d'amiral, un schako de pantomime, la quille pourrie d'un bateau-mouche – (ne pas valoir la quille pourrie d'un bateau-mouche)
  • moi je m'en fous énormément qu'Hitler aille dérouiller les Russes. Il peut pas en tuer beaucoup plus, dans la guerre féroce, que Staline lui-même en fait buter, tous les jours, dans la paix libre et heureuse – (dérouiller)
  • qu'il s'envoye donc toutes les Ukraines Hitler ! en veine de conquête ! – (s'envoyer)
  • Pourvu qu'il écroule pas ma crèche ! – (crèche)
  • C'est leurs crosses et leurs ambitions... C'est pas du tout, du tout les nôtres – (prendre les crosses de)
  • On a beau me salader à bloc, c'est bien les Juifs et eux seulement, qui nous poussent aux mitrailleuses – (salader)
  • On a beau me salader à bloc, c'est bien les Juifs et eux seulement, qui nous poussent aux mitrailleuses – (à bloc)
  • Il aime pas les Juifs Hitler, moi non plus !… Y a pas de quoi se frapper pour si peu… C'est pas un crime qu'ils vous répugnent – (se frapper)
  • Eh bien ça ne me gêne pas du tout que les nègres dominent Libéria et la Palestine... Pourvu que moi on me transforme pas en esclave des Libériens tartarifiés, russifiés – (33895)
  • Ils peuvent pas concevoir, ces experts, plus immonde, plus dégradante, plus infernale, torturante enculade, qu'une tyrannie youtro-mongole – (enculade)
  • Ils peuvent pas concevoir, ces experts, plus immonde, plus dégradante, plus infernale, torturante enculade, qu'une tyrannie youtro-mongole – (youtro-mongol)
  • Lui et toute sa clique d'Abyssins, dans la même brouette, ses girons, son Consistoire – (dans la même brouette)
  • et ils le hurlent de temps à autre que c'est entre nous une haine à mort, entre noirs et blancs, ça leur part du cœur... Il suffit de retenir les mots. Nous aurions tort de chichiter – (chichiter)
  • Si je les paume avec leurs charades, en train de me pousser sur les lignes, je les buterai tous et sans férir et jusqu'au dernier ! – (paumer)
  • cent vingt-cinq mille Einsteins, debout, tout dérétinisants d'effarante gloire rayonnante – (33899)
  • un seul ongle de pied pourri, de n'importe quel vinasseux ahuri truand d'Aryen, vautré dans son dégueulage, vaut encore […] cent vingt-cinq mille Einsteins – (dégueulage)
  • Ils ont peut-être l'avenir pour eux, Ferdinand... à travers tous leurs charognages... C'est peut être pour l'avenir qu'ils travaillent – (33900)
  • C'est bien dans les temps présents que les Juifs s'engraissent ! eux !… qu'ils font « coucous » dans nos afurs – (affure)
  • Ils te disent : « Trisse salope indigène ! va te laver ! con de cocu ! » – (allez vous lavez)
  • Ils te disent : « Trisse salope indigène ! va te laver ! con de cocu ! » Ils se beurrent les Juifs au présent !… pas d'Avenir ! – (se beurrer)
  • Ils m'excèdent… J'en ai plein mon page… Je me tourne, j'en écrase… Je m'en gratte dans la vie – (page)
  • Je peux plus ouvrir un cancan, sans retrouver leurs traces de bave – (cancan)
  • Un jeune poète évanissime... Un escroc si financier qu'il est plus grand que mille honnêtes – (33903)
  • C'est plus du tout une existence... C'est un « reptarium » fantastique ! – (33904)
  • Une affiche : « l'Humanité »... Pour la « France libre et heureuse ! » Leur tarte pour cons à la crème – (tarte à la crème)
  • Et puis le camarade Lipchitz, quand il s'épanche en pleine forme, la façon qu'il nous avertit. « Si les Français sont pas contents, nous les ferons sortir. » Je trouve pas ça du tout raisonnable !... Je trouve ça grossier, préjudicieux – (33444)
  • Si l'on me retrouve un de ces matins avec un petit porte-manteau... Inutile de faire semblant d'avoir l'air de chercher... – (porte-manteau)
  • Il s'est tout à fait fâché !... Il s'est foutu en quart affreux... Il est parti dans une crise ! une vraie colère de maudit – (se mettre en quart)
  • Nom de Dieu t'es saoul !… T'es noir à rouler, ma parole, t'es qu'un sale buveur « habituel » – (noir)
  • Nom de Dieu t'es saoul !… T'es noir à rouler, ma parole, t'es qu'un sale buveur « habituel » – (à rouler)
  • Nom de Dieu t'es saoul !… T'es noir à rouler, ma parole, t'es qu'un sale buveur « habituel » – (ma parole !)
  • T'iras, là-bas, médire des Juifs comme tu les appelles… dans un joli cabanon… Je te ferai faire une camisole exactement sur mesure – (cabanon)
  • Voilà le grand bobard gode ! pour nous !… à nous filer dans la bagouze – (gode)
  • Voilà le grand bobard gode ! pour nous !… à nous filer dans la bagouze… le « mythe des races. » ! – (bagouse)
  • Les Juifs, eux leur métissage, leur faux-bamboula, ils en sont pas fiers comme d'une race !… Fiers comme Artaban. Ils en ont pas honte eux d'être Juifs ! – (fier comme Artaban)
  • Le Front Populaire n'a jamais menti... C'est une berlue, c'est une chimère... un détraquement de la vision... bien navrante, une déconfiture de tes pauvres sens d'onaniste – (berlue)
  • C'est une berlue, c'est une chimère... un détraquement de la vision... bien navrante, une déconfiture de tes pauvres sens d'onaniste! une véritable idéorrhée – (33907)
  • une déconfiture de tes pauvres sens d'onaniste ! une véritable idéorrhée... une perte de substance lécithique... Tu t'es trop poigné Ferdinand – (se poigner)
  • Ça y est, il venait de me remonter, il venait d'effleurer le sujet où je suis cataleptique… Je redevenais intarissable… volubile… incoercible – (remonter)
  • Ils sont myopes ! tes sémites ! panards !... bas de cul ! ils puent le nègre... est-ce exact ? – (panard)
  • Ils sont myopes ! tes sémites ! panards !… bas de cul ! ils puent le nègre… est-ce exact ? – (bas du cul)
  • Ont-ils les énormes nougats d'avoir poulopé dans les sables, si tant, si fort… et les bédouinages… dans les sables… à la chasse aux dattes, aux vieilles urines de chameaux… des siècles et des siècles ? – (nougats)
  • Ont-ils les énormes nougats d'avoir poulopé dans les sables, si tant, si fort… et les bédouinages… dans les sables… à la chasse aux dattes, aux vieilles urines de chameaux… des siècles et des siècles ? – (pouloper)
  • Ces feuilles des écoutes en moulin… les panards palmés, je dis : juifs – (feuille)
  • les panards palmés, je dis : juifs !... l'odeur ! et les lunettes donc !... Ces vieux granulômes !... les suites... les séquelles miteuses – (33910)
  • Je lui montrai tout de suite, les siens « de transat », qu'étaient vraiment d'amplitude ! pour sa taille si brève... […] d'avoir les pieds un peu trop «forts» – (transat)
  • C'est pas des dattes qu'ils se tapaient tes cons d'Aryens pères... C'était de la catafouine de renne ! de la vraie mouscaille bien fondante ! – (catafouine)
  • C'est pas des dattes qu'ils se tapaient tes cons d'Aryens pères… C'était de la catafouine de renne ! de la vraie mouscaille bien fondante ! – (mouscaille)
  • Des vrais mangeurs de choses immondes… Voilà ce que tu crânes ? – (crâner)
  • Toi aussi t'as plein de paille au train… De quoi tu te plains ?… et pas encore de si longtemps ! – (33913)
  • Mais alors, dis donc, M. Blum ? tu le trouves petit lui ?… bas du cul ? Ah ! Ah ! Bisque !… Bisque ! – (bas du cul)
  • Mais alors, dis donc, M. Blum ? tu le trouves petit lui ?... bas du cul ? Ah ! Ah ! Bisque !... Bisque !... Il marquait un point – (bisque ! bisque !)
  • Ah ! mais lui c'est une autre gomme ! il est de Genève et de Lausanne ! – (une autre gomme)
  • –Tu crois ?… –Positif ! – (positif)
  • Les Croisades et la Réforme, ça leur a très bien réussi, seulement le Patriotisme, je voudrais bien qu'ils le prennent dans le cul, ça me rendrait service – (33917)
  • C'est nous les vampés ! pas eux, saladés, transis de mensonges, cocus, croulants dupés, sous toutes les oppressions juives – (33918)
  • C'est nous les vampés ! pas eux, saladés, transis de mensonges, cocus, croulants dupés, sous toutes les oppressions juives – (33919)
  • toujours en train d'en remettre, délirer, de comploter d'autres calvaires pour nos viandes... d'autres abracadabrants massacres, d'en puruler ! – (33920)
  • toujours agioteurs ! voyeurs ! bandocheurs ! effrénément... c'est leur vie ! – (bandocheur)
  • C'est pas très vif, comme esprit, Ferdinand… pour un Aryen t'es assez lourd ! – (lourd)
  • Jabote toujours garde mobile !… C'est nous les Sels de la terre ! – (jaboter)
  • Voilà le vocable dont je sursaute !... Je voulais lui rentrer dans la glotte... Il venait de provoquer encore mon humeur la plus intraitable ! – (rentrer dans la glotte)
  • Ah ! Sage de Sion !... Ah ! macchabée... Ah ! Grimace ! – (macchabée)
  • Ah ! macchabée… Ah ! Grimace !… Ah ! alors, elle est indicible !… mais foutriquet de burnes de taupes ! – (foutriquet)
  • Ah ! macchabée... Ah ! Grimace !... Ah ! alors, elle est indicible !... mais foutriquet de burnes de taupes ! – (grimace)
  • Vous effondrez !... Au vice ! A l'estampe ? des Titans ! – (33924)
  • Au vice ! A l'estampe ? des Titans !... Au « travail loyal » comme vous dites ! devant votre frêle intérieur... des Faisans !... des faux féticheurs sursoufflés ! – (sursoufflé)
  • des Faisans !... des faux féticheurs sursoufflés !... pas même des loufiats !... des éponges !... des vrais chiftirs, vous prenez tout ! – (33925)
  • des Faisans !… des faux féticheurs sursoufflés !… pas même des loufiats !… des éponges !… des vrais chiftirs, vous prenez tout ! – (chiftir)
  • Tout autant vous Juifs ! pauvres merdures rêches ! tout épuisés du chromosome, tout filasseux – (33926)
  • T'auras le monde entier contre toi, figure de légume ! – (figure de légume)
  • tes frères de race, comme tu les nommes, ils te chient sur le tronc – (chier sur le tronc de qqun)
  • Au contraire, « Y a de la joie ! » qu'ils chantent… Tu comprends « y a de la joie » de se faire enrouter ! – (enrouter)
  • Regarde comme ils sont heureux tes « Français de race » d'avoir si bien reçu les Romains… d'avoir si bien tâté leur trique… si bien rampé sous les fourches… si bien orienté leurs miches… si bien avachi leurs endosses – (endosse)
  • Toute la Sorbonne en jubile !… Ils en font tout leur bachot de cette merveilleuse enculade ! – (bachot)
  • Toute la Sorbonne en jubile !... Ils en font tout leur bachot de cette merveilleuse enculade ! – (enculade)
  • Ils en font tout leur bachot de cette merveilleuse enculade ! Ils reluisent rien qu'au souvenir ! – (reluire)
  • Ils reluisent rien qu'au souvenir !… d'avoir si bien pris leur pied… avec les centurions bourrus… d'avoir si bien pompé César – (prendre son pied)
  • Ils reluisent rien qu'au souvenir !… d'avoir si bien pris leur pied… avec les centurions bourrus… d'avoir si bien pompé César – (pomper)
  • d'avoir avec le dur carcan, si étrangleur, si féroce, rampé jusqu'à Rome, entravés pire que les mulets, croulants sous les chaînes… sous les chariots d'armes… de s'être bien fait glavioter par la populace romaine – (glavioter)
  • Ah ! qu'on s'est parfaitement fait mettre !… Ah ! la grosse ! énorme civilisation !… On a le cul crevé pour toujours – (mettre)
  • Ah ! mon popotas !... fiotas ! fiotum !... Ils s'en caressent encore l'oigne... de reconnaissance... éperdue... Ah ! les tendres miches ! – (popotas)
  • Ah ! mon popotas !... fiotas ! fiotum !... Ils s'en caressent encore l'oigne... de reconnaissance... éperdue... Ah ! les tendres miches ! – (33930)
  • Ah ! mon popotas !... fiotas ! fiotum !... Ils s'en caressent encore l'oigne... de reconnaissance... éperdue... Ah ! les tendres miches ! – (33931)
  • Ah ! mon popotas !… fiotas ! fiotum !… Ils s'en caressent encore l'oigne… de reconnaissance… éperdue… Ah ! les tendres miches ! – (oigne)
  • avec d'autres pafs ! Le paf de youtre c'est bas, j'admets ! dans la série animale, mais enfin quand même, ça bouge – (paf)
  • Puisque c'est le destin des Français de se faire miser dans le cours des âges... puisqu'ils passent d'un siècle à l'autre... d'une bite d'étrusque sur une bite maure – (miser)
  • puisqu'ils passent d'un siècle à l'autre… d'une bite d'étrusque sur une bite maure… sur un polard de ritain – (polard)
  • puisqu'ils passent d'un siècle à l'autre... d'une bite d'étrusque sur une bite maure... sur un polard de ritain – (33932)
  • Une youtre gaule ou une saxonne ?… Ça fait pas beaucoup de différence – (gaule)
  • Elles foncent toutes, remarque, littéralement sur le Juif, sur le crépu, sur le «toucan» – (crépu)
  • Elles foncent toutes, remarque, littéralement sur le Juif, sur le crépu, sur le «toucan» – (toucan)
  • Le crépu c'est le Roi du jour… Il monte… Le blanc descend… C'est lui qui a tous les honneurs !… C'est pour lui qu'on se met dans les frais – (se mettre en frais)
  • C'est le beau môme d'aujourd'hui ! le Juif ! le Juif dans tous les films, légèrement crépu, bas du pot, panard, un peu myope ! – (môme)
  • C'est le beau môme d'aujourd'hui ! le Juif ! le Juif dans tous les films, légèrement crépu, bas du pot, panard, un peu myope ! – (bas du pot)
  • C'est le beau môme d'aujourd'hui ! le Juif ! le Juif dans tous les films, légèrement crépu, bas du pot, panard, un peu myope ! – (panard)
  • Toutes les gonzesses aux Abyssins ! La race plein les miches ! ... Elles en ont le panier en compote ! – (panier)
  • Toutes les gonzesses aux Abyssins ! La race plein les miches !… Elles en ont le panier en compote ! – (en compote)
  • Elles en ont le panier en compote ! elles peuvent plus s'asseoir tellement elles ont le fias enjuivant – (fias)
  • elles peuvent plus s'asseoir tellement elles ont le fias enjuivant… Ah ! comme ils baisent fort… ces frisés ! – (baiser)
  • elles peuvent plus s'asseoir tellement elles ont le fias enjuivant… Ah ! comme ils baisent fort… ces frisés ! – (frisé)
  • C'est des vrais cœurs d'amants ! … Cette bonne Philomène ! Tu penses comme tous les nègres ! Braquemards faits hommes ! – (braquemard)
  • Ils « mettent » un peu les girons, mais c'est pour la plaisanterie ! – (girond)
  • Ils « mettent » un peu les girons, mais c'est pour la plaisanterie !… pour la bonne franquette… pour mieux encore assimiler – (à la bonne franquette)
  • Si les Allemands avaient gagné […] la guerre de 14, eh bien les Français du sol, ils en auraient joliment joui ! ils auraient pris leur pied pépère avec les Fritz – (pépère)
  • Si les Allemands avaient gagné […] la guerre de 14, eh bien les Français du sol, ils en auraient joliment joui ! ils auraient pris leur pied pépère avec les Fritz – (Fritz)
  • ils auraient pris leur pied pépère avec les Fritz… Les grenadiers de Poméranie, les cuirassiers blancs !… Ah ! alors ça c'est des beaux mecs ! – (mec)
  • Pourvu qu'un mâle bien cruel les enfouraille jusqu'au nombril ils s'estiment joliment heureux – (enfourailler)
  • C'est qu'une très longue succession, notre histoire, depuis les Gaulois, de cruels enfourailleurs – (enfourailleur)
  • Mais plus on se fait foutre… plus on demande – (foutre)
  • Et puis voilà qu'on leur promet aux Français, des bourreaux tartares !... C'est pas des choses à résister... Mais c'est une affriolance !... Comment voudrais tu qu'on les retienne ? – (33936)
  • « Des vrais de vrais ! » plus que sauvages !… Des tortureurs impitoyables !… Pas des sous-raclures d'Abyssins ! – (raclure)
  • Que des tripières sur-calibrées ! en cornes d'Auroch ! Tu vois ça d'ici ! – (33938)
  • Que des tripières sur-calibrées ! en cornes d'Auroch ! Tu vois ça d'ici !... Ce voyage dans la Potosphère ! Ah ! comme ils vont nous faire souffrir ! – (Potosphère)
  • Et puis des Mongols !... encore plus haineux !... plus bridés !... Qui croquent la terre et les vermines... Ah ! comme ils vont nous transverser ! – (33940)
  • Et puis d'autres, plus chinois encore ! plus jaunes !… plus verts… Toujours plus acharnés au pot… Ah ! Ils vous entament ! Ils nous étripent !… C'est la Croix dans le plein du cul ! – (pot)
  • Plus ils sont étranges... plus c'est fou !... Plus ils dilatent... plus ils s'enfoncent ! C'est la vie des anges par le pot !... Ils nous tuent – (33941)
  • J'ai connu un agonique, tiens je vais te faire tout comprendre… dans ma clientèle, un garçon qui s'en allait… jeune, un artiste, et homme du monde – (s'en aller)
  • Quand on lui passait le thermomètre, qu'on lui laissait un peu à demeure... ça lui redonnait des sensations... ça le faisait encore bandocher – (bandocher)
  • C'est pour te dire, ma chère langouste, que dans les choses du sentiment, la raison n'a jamais de place – (33944)
  • tous ces vices après tout me débèctent – (débecter)
  • Mais je peux pas partir comme une fleur... Je veux pas tomber à la charge des Irlandais... Je sais ce qu'il en retourne... Il me faut un petit viatique – (comme une fleur)
  • Elle pourra chier tant qu'elle voudra, la Critique… Je l'ai conchiée bien plus d'avance ! Ah ! je l'emmerde, c'est le cas de le dire ! – (conchier)
  • Elle pourra chier tant qu'elle voudra, la Critique… Je l'ai conchiée bien plus d'avance ! Ah ! je l'emmerde, c'est le cas de le dire ! – (je t'emmerde)
  • Je le connais Français moyen, regardant, objectif, vindicatif… Il en veut plus que pour son plâtre – (plâtre)
  • Il faut d'abord situer les choses, que je vous raconte un petit peu comment c'est superbe Leningrad... C'est pas eux qui l'ont construit les « guépouistes » à Staline... Ils peuvent même pas l'entretenir – (33947)
  • Et puis celui de la Marine, féroce, mastoc, fonce en plein firmament – (mastoc)
  • Et puis cette horde à ramper, discontinue, le long des rues… poissante aux trottoirs… rampe encore… glue le long des vitrines… faces de glaviots… l'énorme, visqueux, marmotteux, grouillement des misérables – (glaviot)
  • Et puis cette horde à ramper, discontinue, le long des rues... poissante aux trottoirs... rampe encore... glue le long des vitrines... faces de glaviots... l'énorme, visqueux, marmotteux, grouillement des misérables – (33948)
  • l'énorme langue d'Asie lampante au long des égouts… englue tous les ruisseaux, les porches, les coopératives. C'est l'effrayante lavette éperdue de Tatiana Famine – (lavette)
  • Imaginez un petit peu... quelque « Quartier » d'ampleur immense... bien dégueulasse... et tout bondé de réservistes... un formidable contingent... toute une armée de truands en abominable état – (Quartier)
  • Imaginez un petit peu… quelque « Quartier » d'ampleur immense… bien dégueulasse… et tout bondé de réservistes… un formidable contingent… toute une armée de truands en abominable état – (bondé)
  • toute une armée de truands en abominable état… encore nippés en civil… en loques… tout accablés, guenilleux… efflanqués – (nippé)
  • toute une armée de truands en abominable état... encore nippés en civil... en loques... tout accablés, guenilleux... efflanqués – (33950)
  • tout accablés, guenilleux… efflanqués… qu'auraient passé dix ans dans le dur… sous les banquettes à bouffer du détritus… avant de parvenir – (dur)
  • tout accablés, guenilleux… efflanqués… qu'auraient passé dix ans dans le dur… sous les banquettes à bouffer du détritus… avant de parvenir – (bouffer)
  • qu'arriveraient à la fin de leur vie… tout éberlués… d'un autre monde… qu'attendraient qu'on les équipe… en bricolant des petites corvées – (bricoler)
  • Une immense déroute en suspens… Une catastrophe qui végète – (végéter)
  • Peut-être faut-il à présent, à ce moment du récit, que j'éclaire un peu ma lanterne… que je vous raconte en détail ce qui s'est passé – (éclairer sa lanterne)
  • Tous les sportifs de Leningrad, toutes les familles de «commissaires» au grand complet, plein les gradins... Et papoti... et papota – (33951)
  • Déjà fin août, je vous assure qu'on la grelotte à Leningrad – (la grelotter)
  • Comme babillage aux alentours, ces demoiselles des « bonnes familles », elles avaient de ces caquets ! – (avoir un caquet)
  • le costaud pancrace de grande classe… ample et fourni… du creux, du coffre, de l'abatage – (coffre)
  • le costaud pancrace de grande classe… ample et fourni… du creux, du coffre, de l'abatage – (abattage)
  • le costaud pancrace de grande classe... ample et fourni... du creux, du coffre, de l'abatage – (33954)
  • la « cinquantaine »… de la brioche… du bourlaguet, du foie gras… une vareuse à la Poincaré – (brioche)
  • la «cinquantaine»... de la brioche... du bourlaguet, du foie gras... une vareuse à la Poincaré – (33955)
  • humblement khaki, ultra sévère… toute la « quincaille » au balcon, les motifs d'émail « soleil », les ordres plaqués au nichon – (nichon)
  • humblement khaki, ultra sévère... toute la «quincaille» au balcon, les motifs d'émail «soleil», les ordres plaqués au nichon – (quincaille)
  • humblement khaki, ultra sévère… toute la « quincaille » au balcon, les motifs d'émail « soleil », les ordres plaqués au nichon – (balcon)
  • humblement khaki, ultra sévère… toute la « quincaille » au balcon, les motifs d'émail « soleil », les ordres plaqués au nichon… toutes les « bananes » de Lénine – (banane)
  • et puis tout à fait insolite ! les moustagaches, deux houpettes bien cosmétiquées – (moustagache)
  • Enfin vraiment un curieux mélange… Je le bigle de quart… encore un peu… comme ça tout en brinquebalant – (bigler)
  • Enfin vraiment un curieux mélange... Je le bigle de quart... encore un peu... comme ça tout en brinquebalant – (33957)
  • Enfin vraiment un curieux mélange… Je le bigle de quart… encore un peu… comme ça tout en brinquebalant… Les pavés sont abominables – (33958)
  • Sûrement ce badour c'est un ténor de l'Aventure... C'est un homme qui a profité dans le Communisme... il est beau !... Voici un superbe hasard ! – (badour)
  • Depuis Catherine, certainement, c'est les mêmes « bossus » qui pavent… et je vous assure qu'ils sont cruels – (bossu)
  • C'est ça le vrai charme de cette ville... elle reste un musée dans son jus – (dans son jus)
  • Faut voir les Russes au travail. Ils rappellent le régiment, au poil – (au poil)
  • Enfin voici un Russe qui cause… qu'est drôle… en plus… et qu'a l'air tout déboutonné… à plaisir ! – (déboutonné)
  • Enfin voici un Russe qui cause... qu'est drôle... en plus... et qu'a l'air tout déboutonné... à plaisir !.. qu'en rajoute ! c'est étonnant ! qu'a pas un barillet dans le cul ! – (avoir un barillet dans le cul)
  • Enfin voici un Russe qui cause… qu'est drôle… en plus… et qu'a l'air tout déboutonné… à plaisir !… qu'en rajoute ! c'est étonnant ! qu'a pas un barillet dans le cul !… qu'a pas l'air de se gratter du tout ! – (ne pas se gratter pour)
  • Nathalie se recroqueville dans le coin opposé… elle me fait du genou – (faire du genou)
  • une terrible débâcle de cloches... effroyablement anémiques... chlorotiques... flapis... une vraie retraite de Russie... décavés jusqu'aux ratamoelles – (flapi)
  • une terrible débâcle de cloches… effroyablement anémiques… chlorotiques… flapis… une vraie retraite de Russie… décavés jusqu'aux ratamoelles – (décavé)
  • une terrible débâcle de cloches... effroyablement anémiques... chlorotiques... flapis... une vraie retraite de Russie... décavés jusqu'aux ratamoelles – (ratamoelles)
  • moi même avec Nathalie, tout en flambant des sommes orgiaques, on arrivait à se nourrir qu'avec des galtouses bien suspectes – (flamber)
  • moi même avec Nathalie, tout en flambant des sommes orgiaques, on arrivait à se nourrir qu'avec des galtouses bien suspectes – (galtouse)
  • on arrivait à se nourrir qu'avec des galtouses bien suspectes... à vous couper net le sifflet... des brouets si équivoques... des petits arrière-goûts si sûris – (à couper le sifflet)
  • Si je parlais tant de boustifaille, dont je me fous énormément, c'est parce que là-bas, n'est-ce pas, ils se proclament matérialistes – (boustifaille)
  • là-bas, n'est-ce pas, ils se proclament matérialistes, « tout pour la gueule » – (gueule)
  • C'est leur gloriole le matérialisme… Alors je faisais des remarques matérialistes… qu'étaient dans la note – (15238)
  • C'est leur gloriole le matérialisme… Alors je faisais des remarques matérialistes… qu'étaient dans la note – (dans la note)
  • Alors je faisais des remarques matérialistes... qu'étaient dans la note... des choses que devait comprendre ce beau sénateur bonzoïde – (33966)
  • Il se fendait même les babouines de m'entendre avec mes sarcasmes... persifleux... Il se tamponnait de rigolade dans le fond du bahut – (se fendre les babouines)
  • Il se fendait même les babouines de m'entendre avec mes sarcasmes... persifleux... Il se tamponnait de rigolade dans le fond du bahut – (33968)
  • Il se fendait même les babouines de m'entendre avec mes sarcasmes… persifleux… Il se tamponnait de rigolade dans le fond du bahut – (bahut)
  • Il se fendait même les babouines de m'entendre avec mes sarcasmes... persifleux... Il se tamponnait de rigolade dans le fond du bahut – (se tamponner de rigolade)
  • Ça n'avait pas l'air de le froisser. Nathalie n'en menait pas large – (n'en mener pas large)
  • Il se fendait de mieux en mieux... – (se fendre)
  • On s'est serré la louche en force... c'était plus la peine de prétendre – (serrer la louche)
  • Ah ! Ah ! Ah ! ... (Il se ramponnait la brioche) – (se ramponner la brioche)
  • –Vrai de vrai ?... –Je crache !... – (cracher)
  • Ils n'ont pas tout écrabouillé quand même !… tout réduit en poudre infâme ! – (écrabouiller)
  • «Dame de Pique» mélodique vieille garce… Lutine sorcière, trumeau faisandé – (trumeau)
  • les plus bruyants, hauts de verbe, hystériques du Régime... par rangs entiers, fébriles... dopés... exhibitionnistes... pas très bien blairés, semble-t-il par les autres – (blairé)
  • Dans l'ensemble des « Saisons », beaucoup de fours en somme ! – (four)
  • Mes poèmes ?… s'ils allaient eux, ces Russes, s'en éprendre ?… Sait-on jamais ?… Échec à Paris… peut-être succès en Russie… L'un de mes « ours » – (ours)
  • salon fort bien préservé dans son jus – (dans son jus)
  • Je suis théâtre, orchestre, danseuses ! tous les « ensembles » à la fois... moi tout seul !... Je fais l'œuf !... je sautille, je jaillis hors de ma chaise ! – (33972)
  • m'élance encore… Ah ! et puis net ! stop !… cambré… tourbillonne !… enchaînant, repars… débouline… dans les méandres de l'intrigue – (débouliner)
  • En attitude ! je pique ! Sarabande... J'atterris en grande «cinquième» ! – (33973)
  • En attitude ! je pique ! Sarabande... J'atterris en grande « cinquième » ! – (33974)
  • Dans le fredonnement aérien d'une valse... encore deux « fouettés »... très en dehors... je m'évade... intrigue... me dérobe... volte ! – (33975)
  • Ah ! et puis net ! stop !... cambré... tourbillonne !... enchaînant, repars... débouline... dans les méandres de l'intrigue... souligne au passage mille grâces du thème... en demi-pointes... en relevés... Très bien ! – (33976)
  • Enfin je les ai « décidés » !… la glace est rompue !… Ces bonzes se dégèlent – (la glace est rompue)
  • Enfin je les ai «décidés» !... la glace est rompue !... Ces bonzes se dégèlent – (bonze)
  • Quel don !… quel essor !… L'esprit !… L'envol !… Taglione !… Ils sont aux anges !… C'est visible ! – (aux anges)
  • Et puis d'autres conseils... éviter comme le choléra... comme trente-six mille pestes ! – (éviter qqchose comme le choléra)
  • Et puis d'autres conseils… éviter comme le choléra… comme trente-six mille pestes ! – (trente-six)
  • Plus de ces gigoteries en Parnasse mythologique ! – (gigoterie)
  • Au seuil du Temple je m'effondrais… Je me faisais saquer, par les connaisseurs parfaits, comme un cotillon miteux – (saquer)
  • Tous alors, devant ma mine déconfite, changèrent à l'instant de ton… Redressement à toute vapeur ! – (à toute vapeur)
  • Je suis prompt à me requinquer… un petit compliment me suffit… me rambine comme une strychnine – (requinquer)
  • Je suis prompt à me requinquer... un petit compliment me suffit... me rambine comme une strychnine – (rembiner)
  • Je me tétanise... Je me trouve à l'instant reprêt... aux plus rebutantes performances – (33980)
  • Je me trouve à l'instant reprêt… aux plus rebutantes performances… en un clin d'oeil – (en un clin d'oeil)
  • 487 millions ! d'empalafiés cosacologues ! – (33981)
  • 487 millions ! d'empalafiés cosacologues ! – (33982)
  • 487 millions ! d'empalafiés cosacologues ! Quid ? Quid ? Quod ? Dans tous les chancres de Slavie ! – (33983)
  • Dans tous les chancres de Slavie ! Quid ? de Baltique slavigote en Blanche Altramer noire – (33984)
  • Visqueux ! Ratagan ! de concombres !... mornes ! roteux ! de ratamerde ! Je m'en pourfentre – (33985)
  • Visqueux ! Ratagan ! de concombres!... mornes ! roteux ! de ratamerde ! Je m'en pourfentre – (33986)
  • Visqueux ! Ratagan ! de concombres!... mornes ! roteux ! de ratamerde ! Je m'en pourfentre – (33987)
  • Je m'en pourfentre... Je m'en pourfoutre ! Gigantement ! – (33988)
  • Je m'en pourfentre... Je m'en pourfoutre ! Gigantement ! – (33989)
  • Barbatoliers ? immensément ! Volgaronoff ! – (33990)
  • Barbatoliers ? immensément ! Volgaronoff !... mongomoleux Tartaronesques ! – (33991)
  • Barbatoliers ? immensément ! Volgaronoff !... mongomoleux Tartaronesques ! – (33992)
  • Volgaronoff !... mongomoleux Tartaronesques !... Stakhanoviciants !... Culodovitch ! – (33993)
  • Quatre cent mille verstes myriamètres... de steppes de condachiures, de peaux de Zébis-Laridon ! – (33994)
  • Quatre cent mille verstes myriamètres… de steppes de condachiures, de peaux de Zébis-Laridon ! – (peau de zébie)
  • Ventre Poultre ! Je m'en gratte tous les Vésuves ! – (ventre poultre)
  • Ventre Poultre ! Je m'en gratte tous les Vésuves ! – (33996)
  • Je m'en gratte tous les Vésuves !... Déluges !... fongueux de margachiante !... Pour vos tout sales pots fiottés d'entzarinavés ! – (33997)
  • Pour vos tout sales pots fiottés d'entzarinavés ! – (33998)
  • Pour vos tout sales pots fiottés d'entzarinavés ! – (33999)
  • Pour vos tout sales pots fiottés d'entzarinavés !... Stabiline ! Vorokchiots ! Surplus Déconfits ! – (34000)
  • Pour vos tout sales pots fiottés d'entzarinavés !... Stabiline ! Vorokchiots ! Surplus Déconfits ! – (34001)
  • Vorokchiots ! Surplus Déconfits !... Transbérie ! – (34002)
  • Les vocaliser sur vingt et cent autres gammes... Dominus !... m'en rompre les cordes... m'en faire éclater les bronches... Et exploser pour eux […] Je répondrai tout comme l'autre ! de tout mon creux – (33954)
  • Gueules salophages ! Tenez-vous pour interdites ! – (34003)
  • De la Protection des Kalmouks à la Réserve du Bidjean ! Fixe ! De Gourgoulie en Tartarêve ! – (34004)
  • De la Protection des Kalmouks à la Réserve du Bidjean ! Fixe ! De Gourgoulie en Tartarêve ! – (34005)
  • Tabétique fumant !... Gonocolose ! Gravelle ! Lâche trou d'ignoble ! – (34006)
  • C'est pas drôle les rues de Leningrad, les gens sont minables… désolants… je l'ai dit… les boutiques de même… Autant de pauvres guitounes, décrépites… mal rafistolées – (guitoune)
  • encore vaguement décorés de cornes d'abondance... d'altières armoires à rayons... décoration « petits bouquets » et flots rubanneux – (34007)
  • Leur camelote ?… Un immense fatras de rogatons infiniment déjetés… absolument insoldables partout ailleurs qu'en Russie – (déjeté)
  • tout l'invendable pathétique des très vieilles merceries de village… comme on en trouvait en France encore vers 1910 au cours des « manœuvres »… Je me souviens… Mais là-bas c'est le dernier cri – (dernier cri)
  • Quand je dis que leur came aux Soviets c'est de la pauvre ordure, je sais ce que j'avance. Je les ai faites toutes leurs boutiques, des grandes rues, avec Nathalie – (came)
  • Et c'est pas donné ! Faut savoir !... Faut des roubles à la brouette pour se payer du très médiocre – (à la brouette)
  • Et puis nous fourguer en latrines quand on nous aura tout pompé, torturés de millions de manières – (fourguer)
  • Quant à la croque à Leningrad, c'est encore pire que l'habillage si possible… Leurs boucheries, presque toutes en sous-sol, en contre-bas de la rue, au fond, grottes sous les immeubles… bien puantes – (croque)
  • Le peuple dans le ruisseau séjourne… il attend son tour… la « queue » massée devant le rideau des mouches… dense… ondoyant… tout bleu – (12356)
  • L'une après l'autre, la concierge, la commère en bottes, la « baba » emmitouflée, la petite fille à lunettes, plongent dans le caveau – (34009)
  • J'écoute bien attentivement… Elle m'en avait jamais parlé, qu'elle en touchait merveilleusement du piano – (en toucher de qqchose)
  • Ça faisait trois semaines au moins que chaque jour sur les midi je traversais toute l'avenue… pour lui présenter mes devoirs… et puis cancaner un petit peu… casser du sucre – (cancaner)
  • Ça faisait trois semaines au moins que chaque jour sur les midi je traversais toute l'avenue… pour lui présenter mes devoirs… et puis cancaner un petit peu… casser du sucre – (casser du sucre)
  • Là, sur ma chaise, je mouftais pas… l'écoutant… J'ai tout entendu – (moufter)
  • Au bout d'un moment, je suis parti, comme j'étais venu, sur les pointes – (sur les pointes)
  • je voulais pas lui en parler de cette indiscrète audition... et puis je suis bavard à me faire pendre – (pendre (à me faire -))
  • J'ai risqué quelques allusions… enfin je l'ai félicitée… qu'elle touchait l'ivoire en virtuose… et même infiniment mieux ! – (en toucher de qqchose)
  • enfin je l'ai félicitée... qu'elle touchait l'ivoire en virtuose... et même infiniment mieux !... Sans aguicheries, sans clinquant, sans bouffées de pédales – (34013)
  • Je vous trouve à tout extrême, pour quelques niaises taquineries... Pfoui !... Quelques fredaines de cloportes – (cloporte)
  • Elle avait bien vu, Nathalie, toute la guerre civile… et puis ensuite les Kaoulaks pourris d'or ! – (pourri de X)
  • les Kaoulaks pourris d'or !... Elle avait dansé avec eux... foiriné... mené fusiller des dizaines et des dizaines – (foiriner)
  • Et puis ensuite les privations, encore, toujours, d'autres privations... biennales, décennales, triquennales, «quinquennales» – (34016)
  • Il lui passait par les doigts, à « l'Intourist », les plus curieux hurons de la Boule – (huron)
  • Il lui passait par les doigts, à « l'Intourist », les plus curieux hurons de la Boule – (boule)
  • Elle était butée qu'en un point, mais alors miraculeusement, sur la question du Communisme – (31573)
  • jamais jugés, assassinés bel et bien, massacrés, absolument sans défense dans la cave de Sibérie... après quels transbahutages ! – (34018)
  • L'intimité des morts… les pires salopes, avant de crounir… ça regarde plus personne – (crounir)
  • Toutes les saturnales révolutionnaires d'abord puent le nègre, à plein bouc, le Juif et l'Asiate – (34019)
  • c'est la même horreur qui surgit… Tout ça c'est la même sauce dans le fond… ça suinte de la même barrique – (la même sauce)
  • Pourquoi ?… Pourquoi ?… qu'elle ressautait… Elle voulait pas, la carne, comprendre – (ressauter)
  • Pourquoi ?… Pourquoi ?… qu'elle ressautait… Elle voulait pas, la carne, comprendre – (carne)
  • Ils l'ont buté finalement dans la cave, avec tous ses gnières ! à coups de crosse ! – (gnière)
  • Elle était insultante, la garce !… Je me suis monté au pétard… Je suis buté comme trente-six buffles, quand une gonzesse me tient tête – (en pétard)
  • Elle était insultante, la garce !… Je me suis monté au pétard… Je suis buté comme trente-six buffles, quand une gonzesse me tient tête – (trente-six)
  • mais elle rebiffait, terrible. Elle voulait pas du tout admettre… la petite arrogante saloperie – (se rebiffer)
  • C'est dire si j'étais en furie… C'était de sa faute ! Je voulais la virer de la bagnole !… Je me sentais plus ! de brutalité – (ne plus se sentir)
  • Il fallut que le chauffeur il ralentisse… il arrête… qu'il intervienne, qu'il nous sépare… on se bigornait… Elle a pas voulu remonter ! – (bigorner)
  • Elle a pas voulu remonter ! elle était têtue... elle a fait tout le retour jusqu'à Leningrad à griffe – (à griffe)
  • ils m'auraient tous haï à la mort ! Ils n'auraient pensé qu'à cela… me faire la peau… me résoudre… semaine et dimanche – (faire la peau)
  • il me serait tombé sur la gueule quelque chose comme affreuses bombes ! Des pluies ! mon ami, des averses ! des déluges des plus terribles grenades !... des «fulminants» de tous calibres – (fulminant)
  • fugaces espoirs de me réduire très prochainement en bouillie, en pâtée sanglante sous les débris de mon magnifique carrosse – (en bouillie)
  • ils m'auraient tous haï à la mort ! Ils n'auraient pensé qu'à cela... me faire la peau... me résoudre... semaine et dimanche – (33863)
  • Mes sujets surhaineux n'auraient jamais eu le temps, eux, de penser à ces sottises, à ces catastrophes ! – (34025)
  • Voilà ce qu'elle avait trouvé… Du coup, je la possédais… Je reprenais tout l'avantage – (posséder)
  • Du coup, je la possédais… Je reprenais tout l'avantage. Elle était collée, malhabile, sur la question du «caprice» – (être collé)
  • Elle était bien incapable de me définir, de me citer un bon exemple de caprice… Je la mettais en boîte avec son « caprice »… je la faisais enrager – (mettre en boîte)
  • je la faisais enrager… Un jour quand même, sur la fin, elle a demandé « pouce » – (pouce !)
  • Je me tapais plusieurs fois par jour la grimpette du Mont-Boron – (se taper)
  • Je me tapais plusieurs fois par jour la grimpette du Mont-Boron – (grimpette)
  • lubies d'une clientèle « high-life », la plus extravagante d'Europe, des « cercleux » les plus fantasques, des Reines du Boudoir – (cercleux)
  • Mais il fallait que je fasse vinaigre, que je drope drôlement dans la côte… pour revenir au magasin le plus vite possible – (faire vinaigre)
  • Mais il fallait que je fasse vinaigre, que je drope drôlement dans la côte… pour revenir au magasin le plus vite possible – (droper)
  • C'est délicat pour un vendeur, quand on réfléchit, d'observer comme ça les mains… Il peut pas tout faire… Il doit rester, lui, tout sourires. Il doit faire le joli coeur au-dessus du guéridon – (faire le joli coeur)
  • Il doit faire le joli cœur au-dessus du guéridon… tout prévenant… tout désinvolte… Il doit pas loucher vers les poignes – (loucher sur)
  • Il doit pas loucher vers les poignes... C'est pas une manière... C'était moi le bigleur... le lynx... Je connaissais tous les clients – (bigleur)
  • les Russes, les plus huppées aristocrates... y en avait des drôles parmi... des piqueuses friponnes ! – (piqueur)
  • les Russes, les plus huppées aristocrates... y en avait des drôles parmi... des piqueuses friponnes !... taquines !... C'était leur vice d'estoufarès une petite parure – (estouffarès)
  • Ah ! les « manchettes » c'était la mort… Je gafais… je voyais venir… À l'instant… Pssss !… où ça filait dans le manchon – (gaffer)
  • quand elles étaient belles les clientes… assises… froufroutantes… je prenais des jetons terribles, je regardais les jambes – (jeton)
  • je prenais des jetons terribles, je regardais les jambes. Je m'hypnotisais… Ah ! le moulé des cuisses… Ah ! ce que je me suis bien branlé – (branler)
  • Ah ! ce que je me suis bien branlé… Ah ! ces divines poignes ! Ah ! ça je peux bien l'avouer sur toutes les Reines de l'époque je me suis taillé des rassis – (poigne)
  • Ah ! ce que je me suis bien branlé… Ah ! ces divines poignes ! Ah ! ça je peux bien l'avouer sur toutes les Reines de l'époque je me suis taillé des rassis – (rassis)
  • Pour toute cette confiance, cet alpinisme aux livraisons, cette lynxerie préventive et puis le ménage de la boutique (ouverture et fermeture avec le garçon), je gagnais 55 francs par mois – (lynxerie)
  • Avec les pourliches, j'arrivais très bien – (pourliche)
  • Elles me faisaient pas 15 jours, mes chaussures, tellement je poulopais – (pouloper)
  • Vite on lui amène les objets… des plateaux entiers… y en avait pour des fortunes… C'était pas du toc chez Corème – (toc)
  • À pleines poignes, alors, il fauche tous les bracelets sur la table… Il s'en remplit son pardessus… plein ses poches – (faucher)
  • Il va rentrer dans la boutique… Bamm !… il se refout un grand coup dans le chambranle ! – (refoutre)
  • quelques porte-faix se moquent… lutinent les parfumeuses… chipent aux cigarières… au passage… plongent dans les barils pleins de « carottes » – (carotte)
  • Dans un coin, dans un angle de ce hangar, un réduit… Le spectateur verra l'intérieur de cette cahute: le Bureau de l'Armateur – (cahute)
  • Les Français toujours si avares, ils engraissent quand même très bien, tous leurs maquereaux du pouvoir. A présent que c'est le tour des youtres, leur suprême triomphe, ils vont finir raides comme des passes – (raide comme un passe)
  • Au moment qu'on sort des formules, qu'on s'amène gueule enfarinée, naïf croyant, pour déguster les fruits de la promesse, l'excellente chose fraternelle, tant vantée, hurlée, la grande participation dont on parle dans tous les congrès – (gueule enfarinée)

<1860 citation(s)>