Définition de : veine

  • veine
    • Chance, bonne fortune ; □ avoir de la chance, avoir de la réussite, période de chance ou de profit ; avoir la chance de ; □ coup de chance ; □ grande chance ; □ avec un peu de chance ; □ bravo, tant mieux !, expression de joie, de satisfaction ; □ une chance que ; ≠ ne pas avoir de chance, pas de chance ; □ expression de dépit (par antiphrase) ; □ ne pas avoir de succès, ne pas avoir de réussite ; (filon)
    • fréquence : 219
    • id : 4584

veine & avoir de la veine ; être en veine ; avoir la veine de ; □ coup de veine ; □ veine insolente ; □ avec un peu de veine ; □ veine ! ; quelle veine ! ; veine que ; c'te veine que ; une veine ; une veine que ; ≠ ne pas avoir de veine ; pas de veine ; □ c'est bien ma veine ; voilà bien ma veine ! ; c'est ma veine ; v'là ma veine ! ; ma veine ! ; □ être en mauvaise veine ; ne pas être en veine ; tenter la/sa veine ; porter la veine ; ce n'est pas de veine ; encore une veine n.f.

Définition

Chance, bonne fortune ; □ avoir de la chance, avoir de la réussite, période de chance ou de profit ; avoir la chance de ; □ coup de chance ; □ grande chance ; □ avec un peu de chance ; □ bravo, tant mieux !, expression de joie, de satisfaction ; □ une chance que ; ≠ ne pas avoir de chance, pas de chance ; □ expression de dépit (par antiphrase) ; □ ne pas avoir de succès, ne pas avoir de réussite ; (filon)

ANG : good luck, what luck ! (for good luck) no luck ! (for bad luck)
fréquence : 219
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : chance, avoir de la chance, chanceux, malchance, malchanceux famille : veine (chance) usage : Argot du jeu et de la triche

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1801.

1808 1828 1829 1834 1835 1841 1844 1862 1872 1880 1882 1884 1888 1889 1889 1889 1890 1891 1892 1892 1893 1894 1894 1896 1899 1899 1899 1899 1900 1900 1901 1901 1901 1901 1902 1903 1903 1903 1904 1905 1905 1905 1905 1906 1908 1909 1909 1910 1910 1911 1911 1911 1911 1912 1913 1914 1914 1915 1915 1915 1915 1915 1916 1916 1916 1916 1916 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1919 1919 1914 1919 1919 1919 1920 1921 1921 1921 1924 1925 1925 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1927 1927 1927 1927 1928 1929 1930 1930 1930 1931 1931 1932 1932 1933 1933 1935 1935 1935 1935 1935 1936 1937 1937 1938 1939 1939 1939 1941 1942 1942 1942 1943 1944 1945 1946 1946 1947 1947 1947 1947 1947 1948 1948 1949 1949 1950 1950 1950 1951 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1957 1957 1958 1958 1959 1960 1960 1961 1961 1963 1963 1965 1966 1967 1971 1973 1974 1974 1975 1977 1977 1979 1979 1981 1982 1982 1982 1985 1989 1997 1998 1999 2000 2002 2003 2004 2006 xxxx xxxx

Citations

<29 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

VEINE, subst. fém. C. Chance, fortune. 1. Vieilli. Bonne, heureuse, mauvaise veine. Une veine plus favorable s'ouvrit pour lui [Restif] en 1764; un de ses amis lui fit avoir la place de prote chez Guillau, rue du Fouarre (NERVAL, Illuminés, 1852, p. 247). En interj. Synon. chic, chouette2 (fam.). Monsieur Lepic : Tu ôteras ça demain, nous reviendrons. Poil de Carotte : Veine ! Pourvu qu'il fasse beau ! (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 77). Veine ! Ce vieux normalien racorni rythme la musique de Rameau avec sa tête (...) et paraît enchanté (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 153). En compos. Porte-veine. V. porte-. 2. Mod. Synon. arg. pop. bol2, pot1 ; anton. déveine, malchance. Avoir de la veine, un coup de veine, une sacrée veine ; avoir de la veine à (en) revendre ; avoir de la veine dans son malheur; avec deux sous de veine; ce n'est pas de veine ; ne pas avoir de veine ; c'est bien ma veine. Soudain, le petit point noir qu'on attendait: un avion boche. Le reste, c'était une question de sport et de veine. Tout pouvait être réglé en vingt minutes, retour au terrain compris (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 258). Expressions (Être) en veine. (Être) dans une période de chance, de réussite. Romero est si peu en veine, ce soir, que je suis forcé de jouer contre mon propre argent, afin de compenser mes pertes (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 293). Il n'y a de la veine que pour la crapule, la canaille. Il n'y a que les gens malhonnêtes qui ont de la chance. Il n'y a de la veine que pour la canaille, on a bien raison de le dire (COURTELINE, Vie mén., Peur des coups, 1895, p. 175). Une veine de cocu, de pendu, de + subst. à connotation péj. Chance insolente. J'avais pour me trouver dans des cas de ce genre une espèce de veine de chacal (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 460). Ce Respellière a une veine de cocu! (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 39). [Dans une exclam.] Chance exceptionnelle, extraordinaire. Aussitôt installé dans le train, il se disait : Mon Dieu quelle veine ! me voici libre ! (HUYSMANS, Oblat, t. 1, 1903, p. 10). ll n'y a pas eu de contrôle. À Lyon j'ai changé de train. Tu en as de la veine! (...) Les Boches deviennent négligents (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 279). Étymol. et Hist. 1640 trouver la veine « découvrir le secret d'une affaire » (OUDIN Curiositez) ; 1672 trouver une bonne veine « découvrir le secret d'une affaire, ce qui l'explique » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 500) ; 1689 « être dans une mauvaise veine de santé » « être indisposé » (ID., ibid., t. 3, p. 497) ; 1740 être tombé sur une bonne veine « avoir été favorisé par la chance » (Ac.) ; 1798 être en veine de bonheur « réussir dans tout ce qu'on entreprend » (Ac.) ; 1801 être en veine « gagner continuellement au jeu » (A. GOUFFÉ, La Bouillotte, in Les Dîners du Vaudeville, no 43, germinal an 9, p. 16 ds QUEM. DDL t. 19) ; 1832 avoir la veine « gagner continuellement au jeu » (RAYMOND). (tlfi:veine)

  • veine : 1835 ; être en veine « avoir de la chance au jeu », 1801 & avoir aucune veine « avoir de la chance », v. 1350) (GR) / 1740 être tombé sur une bonne veine « avoir été favorisé par la chance » (Ac.) ; 1798 être en veine de bonheur « réussir dans tout ce qu'on entreprend » (Ac.) ; 1801 être en veine « gagner continuellement au jeu » (A. GOUFFÉ, La Bouillotte, in Les Dîners du Vaudeville, no 43, germinal an 9, p. 16 ds QUEM. DDL t. 19) ; 1832 avoir la veine « gagner continuellement au jeu » (RAYMOND) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.