languefrancaise.net

Citations relevées dans “Dans un fauteuil. Comédie en un acte. Représentée pour la première fois à Paris, au théâtre du Grand-Guignol, le 12 Décembre 1906”

  • –Le paroli, c'est épatant, mais ça ne réussit pas souvent. –Malheureusement. – (faire paroli)
  • Dame ! une congestion, vous savez, on ne sait jamais. Si les sinapismes ne prenaient pas, faites appel à un morticole, n'importe lequel… (Méprisante.) ils se valent tous. – (morticole)
  • –C'est une excellente cliente. –Pour l'herboristerie. –Mais non ! pour le Mutuel. –C'est vrai : à la minute, elle parlait de paroli… Alors, elle aussi fait aux petits chevaux ? – (Mutuel, faire paroli, 77443)
  • en tout cas son mari, lui, il ne fait rien. […] Il se pique le nez avec une régularité chronométrique. – (77444)
  • ils doivent avoir une combinaison pas bête : Depuis six qu'ils habitent la maison, ils se laissent vivre. – (combinaison, se laisser vivre)
  • Elle est d'une extrême prudence. Elle joue uniquement les pronostics du « Journal » placés, avec une petite progression en cas de perte. –Ah oui ! je la connais : des « favos » qui rapportent du six cinquante. –C'est plus sûr et moins trompeur que les outsiders à 300 francs qui gagnent chaque fois qu'il vous tombe un oeil. – (favo, quand il lui tombe un oeil)
  • –À propos, j'y pense : hier elle m'a demandé si je ne connaissais pas une bonne femme de ménage ; ça ferait peut-être votre affaire. –C'est gentil d'avoir pensé à moi. –Par les temps qui courent, une place, aussi petite soit-elle, c'est toujours une place. – (32965, par les temps qui courent)
  • Il est de fait que, depuis quelque temps, vous n'avez vraiment pas de chance. –Pas de chance, une guigne noire ! Vous devez le savoir, Madame Goyaud, puisque je ne joue que chez vous : Ce mois-ci, j'ai perdu 350 francs ! – (guigne)
  • Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux que ce soit des malheureux comme nous qu'aient la veine au lieu des rupins qui ne savent que faire de leur argent ? – (rupin)
  • –Ainsi, voyez Hurtaud, le boucher d'à côté, il est cousu d'or… –Avec la sale bidoche qu'il nous vend, il peut faire un sac ! – (cousu d'or, 77446)
  • –Eh bien, ma chère, chaque fois qu'il y a un « rapport » un peu conséquent au Mutuel il passe au guichet. –Hurtaud a de la veine, ça c'est vrai !… –Comme tous les cocus !… –Madame Calèche, vous exagérez ; pas tous ! – (37654, 36434, Mutuel, avoir une veine de cocu)
  • C'est un tuyau ? –Oh la la ! vous en avez de bonnes, Madame Goyaud. Vous savez bien que je ne coupe pas dans ces boniments-là : ça crève toujours. – (une bien bonne, couper dans, crever)
  • –Alors, vous croyez que « Brosse à reluire » ?… –En broutant, Madame Goyaud !… Dans un fauteuil !… – (dans un fauteuil, en broutant)
  • –Et vous dites que cette brute-là gagne aux courses ?… –Mais oui, très souvent. –Avec des inspirations venues de ses pieds ?… Et dire que moi qui me creuse le cerveau à étudier mon « Paris-Courses » et mon « Jockey » je me fouille !… C'est à désespérer de la science ! – (se creuser le cerveau, se fouiller)
  • Entre nous, malgré son inspiration et la foulure du cousin de Saint-Cloud, je considère que « Brosse à reluire » est dans les choux. –Est-ce qu'on sait jamais ?… –Voyons, raisonnons, ma chère Madame Goyaud : « Brosse à reluire » a couru à Enghien, mercredi dernier ; il n'a pas suivi le train avec soixante-six kilos ; aujourd'hui il en porte soixante-dix, le champ est plus relevé, la distance est plus longue ; il a un paturon qui ne tient plus, il est plus cornard que le boucher ; tout le monde sait ça, n'est-ce pas ? – (dans les choux, cornard)
  • Voilà deux mois qu'il ne pleut pas : le terrain est dur comme le coeur d'un huissier. – (77448)
  • Moi, à votre place, voilà un pari que je garderais pieusement. (Elle va au-dessus du comptoir.) C'est de l'argent fichu. –Évidemment, si j'étais sûre (Un moment d'hésitation.) Non, non, pas de bêtise, le boucher est trop veinard ! – (fichu)
  • –Vous avez tort. –Tant pis. – (74509)
  • il entre en coup de vent et reste un peu au fond. – (en coup de vent)
  • Tout jeune qu'il est, dix-sept ans à peine, il avait une petite amie jolie comme un coeur. – (joli comme un coeur)
  • Ah ! vous l'avez trouvé le fin tuyau, vous, madame Goyaud ! Prendre des paris, c'est moins bête que de parier ; ça doit rapporter gros ? – (tuyau, fin X)
  • Et vous n'avez jamais été « donnée » ? –Donnée ? –Vendue, dénoncée ? –Si, plusieurs fois ; mais les plaintes n'ont jamais eu de suite. – (être donné)
  • les plaintes n'ont jamais eu de suite. […] –Ah ! Est-ce que vous seriez de la « grand maison » ?… –Non, non… mon truc est moins compliqué ; mes meilleurs clients sont M. Pessaire… –Ah ! oui, le quart d'oeil du quartier. –… Et M. Boucle, son secrétaire. –Tout s'explique. – (Grande Maison, 77449)
  • Tous les matins, Félicie, la bonne de M. Pessaire, m'apporte le jeu de ces Messieurs. De plus, le chien du commissaire vient jouer presque chaque jour ; il m'apporte les mises des agents du poste. –Comment, les cognes aussi ? –Ah ! si peu… La purée ! Ils risquent une pièce de cent sous à quatre ou cinq. – (chien du commissaire)
  • Il est célibataire, et son secrétaire aussi. […] Oui, ils perdent tout ce qu'ils veulent ; il n'y a que le chien du commissaire qui touche souvent. –Il est tuyauté ? –Non ; seulement, il est marié – (70758, tuyauté, toucher)
  • –Il ponte ferme, M. Pessaire ? –Des fois. Ainsi, aujourd'hui, il a mis cinq louis sur un cheval qui partira à la cote de trente contre un. –Il a une chance ? –La même que vous. –Alors ? –Aussi j'ai étouffé le pari. –Étouffé ? –Au lieu de le donner à l'agence, je l'ai gardé pour moi… C'est tout profit. –Mais si le cheval gagnait, tout de même ? –Ne me parlez pas de ça ! si ça arrivait je serais nettoyée. – (ponter, ferme, étouffer un pari, nettoyé)
  • jamais je n'en fais, jamais [de paroli] ; mais la femme aux sinapismes a évoqué ce mot, il m'a frappée. Je vais essayer… Pour dix francs je n'en mourrai pas. – (68922)
  • Mettez-moi dix francs sur Montenlair, à reporter sur Crâneur, le tout dans la dernière sur… sur… je ne sais pas au juste. (Elle s'asseoit devant le comptoir pour étudier le « Jockey » avec une extrême attention.) –C'est un paroli ! –Oui, oui […] Je vais essayer… – (faire paroli)
  • Va, mon garçon ; aussitôt que tu auras le résultat de la première, grouille-toi. J'ai hâte de savoir. –Vous en avez étouffé un, Mame Goyaud ? –Veux-tu te sauver, polisson. – (étouffer un pari, m'âme)
  • –Dites donc, Madame Goyaud, comment il se nomme le canard qu'a joué le commissaire ? –Ça, madame Calèche, c'est le secret professionnel. –Ne vous fâchez pas ! C'est dans la première ? – (canard)
  • C'est dans la première ? –Oui ! –C'est ? –Pasiphaé ! –Pasiphaé, c'est un veau !… –Ça serait plutôt sa mère. –Ah ! oui, à cause du taureau. –On voit que vous connaissez votre mythologie : c'est elle qui a fait le Minotaure. –Je ne sais pas si elle a fait ce que vous dites. Mais je sais que, comme jument, c'est un chameau. Elle m'a fait passer trois fois au travers. – (veau, chameau, passer au travers)
  • Ça c'est ma veine : Mon poivrot de mari me fait des peurs bleues avec sa congestion… De plus, j'ai un tuyau, et je ne peux pas le jouer. – (peur bleue)
  • Voilà : En arrivant chez le docteur, pendant que j'attendais, la bonne en avait plein la bouche de ce cheval-là… Morticole par ci, Morticole par là. – (en avoir plein la bouche, X par-ci, X par-là)
  • –Ah ! c'est chez Poirot que vous êtes allée. En voilà qui n'a pas volé son nom. – (ne pas l'avoir volé)
  • Le docteur Poirot, dis-je, – m'a dit la bonne – soigne l'entraîneur de Morticole qui lui a conseillé de se déculotter sur la bête. –Et le docteur s'est déculotté ? –Oui, Madame. On a tellement confiance dans la maison que la bonne a mis un mois de ses gages à cheval sur l'animal. – (se déculotter sur, 77453)
  • Allez, donnez vos cent sous… c'est bien pour vous faire plaisir. (Mme Pige pose son filet près de la chaise au fond pour donner ses cinq francs puis redescend au comptoir.) (À part.) Encore une thune d'étouffée. – (thune, étouffé)
  • –Ce qui me donne particulièrement confiance c'est qu'en route j'ai rencontré Mme Choumelle, la boulangère… Elle l'a joué aussi. C'est ennuyeux, si tout le monde a le tube, ça ne va rien rapporter. – (tube)
  • Parbleu ! si vous croyez que son propriétaire est assez bête pour laisser gagner son cheval quand il part second favori. Il l'a fait « tirer », c'est évident. Aujourd'hui, il a de la cote, il doit gagner ! – (tirer)
  • Si c'est pas honteux ! Sa glace doit être complètement fondue. – (72331)
  • –Le jeu peut mener à tout. […] –À la condition d'en sortir avec du gain. – (mener à tout)
  • Que personne ne bouge ! […] Au nom de la loi, nous venons perquisitionner chez vous ! – (77454)
  • –Vous pensez bien, chère madame, que cette perquisition est pour la frime. –Oh ! avec vous, M. Pessaire, je n'étais pas inquiète. –J'ai été réquisitionné par un agent de la brigade des jeux pour venir chez vous. –J'ai été vendue ? –Sans aucun doute, quelque joueur grincheux. – (frime)
  • L'agent est venu me chercher, il y a plus d'une heure ; je l'ai fait mariner sous différents prétextes. – (mariner)
  • LE COMMISSAIRE, réjoui. –Dam ! cinq louis, c'est une somme ! MADAME GOYAUD, peloteuse. –Oh ! M. le commissaire n'est pas à ça près !… – (peloteur)
  • Mais si, mais si… on s'imagine que nous gagnons des mille et des cents ; on se trompe. Le traitement est très modeste… – (des mille et des cents)
  • Je ne touche pas souvent, j'en conviens, mais quand je touche !… Pasiphaé fait trente-cinq francs à la pelouse ! – (toucher, pelouse)
  • Pardonnez-moi, M. le commissaire, j'ai étouffé votre pari !… –Étouffé ? –Au lieu de donner les paris à l'agence, je les ai gardés. – (étouffer un pari)
  • Cré nom de Dieu !… Alors, je suis arrangé ! – (crénom de Dieu)
  • Voilà bien ma veine !… Pour une fois que je gagne, je suis roulé, moi, moi… un commissaire de police !… – (veine, roulé)
  • Vous vous foutez de moi, par-dessus le marché !… vous voulez me rembourser 600 francs par pièces de cent sous !… Vous en avez un estomac. – (par-dessus le marché, se foutre de, estomac)
  • Nous allons dresser un procès-verbal soigné… aux pommes. – (soigné, aux pommes)
  • C'est vraiment scandaleux et intolérable de laisser subsister ces maisons clandestines de paris où les honnêtes travailleurs viennent apporter le fruit de leurs économies et se faire voler comme dans un bois. – (volé comme dans un bois)
  • En apercevant l'écharpe du Commissaire il se sauve au pas de gymnastique – (au pas de gymnastique)
  • L'agent se penche sur le journal de Mme Calèche et se frotte les mains en signe de joie. – (se frotter les mains)
  • Dites donc, Boucle, croyez-vous que je possède la guigne : J'ai mis cinq louis sur Pasiphaé [le cheval qui vient de gagner] et cette vieille taupe (Il montre Mme Goyaud.) n'a pas joué le cheval ! – (guigne, taupe)
  • Moi, j'ai mis cent sous sur un canard qui n'a pas suivi le train ; j'ai perdu – (canard)
  • Vous l'aviez le fin tuyau sur Pasiphaé, Moi aussi, je l'avais ! –Vous l'avez joué ? –Probable ! avec un report sur Brosse à reluire qui gagne également en broutant. – (probable, en broutant)
  • C'est une maison sérieuse, on n'étouffe pas les paris… – (étouffer un pari)

<58 citation(s)>