Définition de : bouffer

  • bouffer
    • ■ Manger, manger beaucoup ; faire un repas, se nourrir ; ■ consommer : essence, l'oxygène ; ■ manger (au fig.) ; ■ lécher érotiquement (sexe oral) ; ■ subir : recevoir (un coup...), faire (des km), etc . ; □ idée de minimum vital (gagner de quoi b., donner à b.) ; □ être comestible
    • fréquence : 257
    • id : 2711

bouffer & à bouffer ; en bouffer ; se bouffer qqchose ; rebouffer ; se bouffer ; se faire bouffer v.tr.

Définition

■ Manger, manger beaucoup ; faire un repas, se nourrir ; ■ consommer : essence, l'oxygène ; ■ manger (au fig.) ; ■ lécher érotiquement (sexe oral) ; ■ subir : recevoir (un coup...), faire (des km), etc . ; □ idée de minimum vital (gagner de quoi b., donner à b.) ; □ être comestible

ALL : viel essen / ANG : to eat greedily ; to eat
fréquence : 257
registre ancien : 8 registre moderne : 7

synonyme : manger, nourrir famille : bouf- (manger, nourriture)

Chronologie

1794 1867 1876 1878 1886 1888 1888 1890 1891 1894 1896 1897 1897 1898 1899 1899 1899 1900 1901 1901 1903 1904 1904 1905 1905 1907 1908 1909 1911 1911 1914 1914 1914 1914 1915 1915 1915 1916 1916 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1918 1918 1914 1920 1921 1922 1924 1925 1925 1925 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1927 1928 1929 1930 1930 1932 1932 1933 1935 1935 1936 1936 1936 1937 1937 1937 1938 1939 1940 1942 1942 1943 1944 1945 1945 1945 1946 1948 1948 1949 1949 1950 1950 1950 1950 1951 1952 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1957 1957 1957 1959 1960 1960 1960 1961 1963 1963 1963 1963 1964 1965 1965 1965 1967 1967 1966 1969 1969 1969 1970 1971 1973 1973 1974 1975 1976 1976 1976 1976 1977 1977 1977 1978 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1980 1980 1980 1981 1981 1981 1982 1982 1982 1982 1983 1983 1983 1984 1984 1984 1984 1985 1985 1985 1986 1986 1987 1988 1988 1988 1988 1989 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1994 1994 1994 1995 1995 1995 1995 1995 1996 1997 1998 1998 1999 1999 1999 1999 2002 2002 2002 2002 2003 2003 2003 2003 2003 2004 2004 2004 2006 2006 2006 2007 2008 2009 2011 2011 2011 2012 2013 2015 2016 xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx

2711.jpg: 452x700, 107k (26 août 2014 à 02h32) 2711_bouffer_des_kilometres.jpg: 405x629, 125k (20 janvier 2018 à 03h04) 2711_c_est_chaud_vous_pouvez_bouffer.jpg: 545x768, 155k (03 octobre 2019 à 21h05)

Citations

<19 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

B.− Emploi trans., p. ext., p. réf. au gonflement des joues et avec l'idée dominante d'excès. 1. Pop. Manger avec avidité. Bouffer comme un loup à jeun, comme un ogre, comme un chancre. Synon. bâfrer : 2. − Comment, encore à bouffer! Eh bien! vous n'avez pas le trac! Quand on a soixante jours de prison dans la peau ce n'est pas pour qu'on emploie le temps à s'empiffrer comme des oies? Courteline, Le Train de 8 h 47,1888, IIIe part., 3, p. 237. SYNT. Bien, mal bouffer; avoir de quoi bouffer; ne penser qu'à bouffer. − En partic. [Le suj. désigne un bois, un meuble, un vêtement] Être bouffé aux vers, aux mites. P. métaph. : 3. − Ah! mon vieux, ça, alors, c'est un beau spectacle : le dogue de la maison Old England, le seul vrai, Hong-kong soi-même, il pourrit sur pied, il est bouffé aux vers! Malraux, Les Conquérants, 1928, p. 32. Rem. 1. Attesté dans les dict. gén. du XIXe et du XXes. à partir de Ac. Compl. 1842. Ne figure pas dans l'Ac. 2. Bouffer est le plus souvent empl. absol. mais on trouve aussi fréquemment des constr. avec compl. dir. d'obj. telles que bouffer de la charcuterie, de la conserve, son dîner, son pain, de la viande. 2. Expr. métaph. et fig., lang. arg. et pop. Bouffer qqc. ou qqn. a) [Avec l'idée d'une consommation très ou trop poussée] − Bouffer du fric, du pognon, la dot de sa femme. Dépenser sans discernement, dilapider. − [Le suj. désigne un piéton, un cycliste ou un automobiliste] Bouffer du, des kilomètre(s). Marcher ou rouler beaucoup, voire trop : 4. [le chauffeur :] − « Nous entrions à Moulins à deux heures (...) et nous étions partis à huit ! Jamais M. Xavier n'a bouffé tant de kilomètres en si peu de temps... P. Bourget, Un Drame dans le monde,1921, p. 235. − P. anal. [En parlant d'un véhicule] Bouffer dix litres au cent, bouffer de l'huile. Consommer abondamment. − Vouloir tout bouffer. Avoir des désirs immodérés. Ils avaient l'air de vouloir tout bouffer : on verrait jusqu'où ils iraient (Sartre, Le Sursis,1945, p. 30). c) 1re moitié XVIe s. « gonfler ses joues par excès d'aliments » et p. ext. « manger goulûment » (C. Marot, 2e Epist. du Coq a l'Asne, p. 205 dans Gdf. Compl.) qualifié de ,,pop.`` dans Boiste 1800 (tlfi:bouffer) /

  • Selon SAINXIX, bouffer a remplacé briffer et bâfrer parce qu'il exprime l'action d'une manière plus expressive que les deux autres (et remonte au XVIe) (SAINXIX)
  • de bouffer (gonfler ses joues) par le moy. franç. bouffard « gros mangeur » et bouffeur, même sens (GR)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • XIX (mil.) (mais 1535, Marot, « gonfler ses joues par excès d'aliments ») (GR) / 1re moitié XVIe s. « gonfler ses joues par excès d'aliments » et p. ext. « manger goulûment » (C. MAROT, 2e Epist. du Coq a l'Asne, p. 205 dans GDF. Compl.) qualifié de pop. dans BOISTE 1800 ; d'où 1867 p. métaph. arg., (A. DELVAU, Dict. de la lang. verte : Bouffer (se), Se battre [...] on dit aussi Se bouffer le nez) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.