Définition de : tu parles !

tu parles ! (tableau rapide)
tu parles ! ■ Intensif, affirmatif : oui ; formule d'évidence, de confirmation, bien sûr, bien sûr que ; ■ formule d'intensité, quel X (exclamation), expressif ironique et méprisant ; ■ formule ironique, incrédule, dubitative, de contradiction, de mépris (foutaises !), expression de dépit ; non, refus
synonyme oui, bien sûr, évidemment, réponse affirmative, croire (ne pas), doute, incrédulité, quel (exclamation)
fréquence 186

tu parles !

& tu parles... ; vous parlez ! ; tu parles que X ; tu parles, que X ; vous parlez de X ; vous parlez que ; parlez que ; tu parles si ; vous parlez si ; tu parles comme ; tu parles de X ; vous parlez de X ; parlez de X ; X, tu parles !

locution

Définition

■ Intensif, affirmatif : oui ; formule d'évidence, de confirmation, bien sûr, bien sûr que ; ■ formule d'intensité, quel X (exclamation), expressif ironique et méprisant ; ■ formule ironique, incrédule, dubitative, de contradiction, de mépris (foutaises !), expression de dépit ; non, refus

registre ancien : 6 registre moderne : 5

Synonyme : oui, bien sûr, évidemment, réponse affirmative, croire (ne pas), doute, incrédulité, quel (exclamation)

Citations
2011 Accident tu parles. Ce qui s'est passé […] n'est autre que la conséquence directe […] de l'échec de notre entreprise. source : 2011. Je tue les enfants français dans les jardins / edit
1914 « Ah ! que vous avez eu tort de ne pas me suivre, hier ! » commença le célibataire. […] « N'y a encore que Paris, pour la rigolade ! –Tu parles ! », approuva M. de Bosnes-Calvaire. source : 1914. La grâce de Bichu, dans Racaille et parias / edit
1914 « Idiot que je suis ! » s'écria-t-il. Un gamin lui jeta au nez cette approbation qu'il n'attendait pas : « Tu parles ! » source : 1914. Le souffleur, dans Racaille et parias / edit
1965 Même qu'une fois le gouvernement il a mis un article sur les journaux pour expliquer qu'il devait retenir les flics de force tellement qu'ils avaient honte !… Les retenir de force, tu parles !… source : 1965. La débâcle / edit
1982 Il tend le bidon au Sergent, croit que celui-ci le tient, le lâche. Tu parles ! Floc ! Le bidon tombe, débouché, sur la plate-forme. source : 1982. La vapeur / edit
1949 Ah ! Le Meheu dis donc l'ordure ! Tu parles d'un phénomène de con ! source : 1949. Casse-pipe / edit
1925 Tu parles qu'il danse bien, c'mec là ! source : 1925. L'Equipe / edit
1925 Tu parles d'un vernis ! déclare Jo ; il viole une poule en Prussien, et il se retrouve marié avec elle en Américain source : 1925. La bonne vie / edit
1927 Il y a un zoiziau qui vient de s'oublier sur moi. Tu parles d'une sale bête source : 1927. A la revoyure - Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) / edit
1955 la rue Blottière, vous parlez si on s'en fout source : 1955. Les rats de Montsouris / edit
1956 Tu parles d'un blaze source : 1956. M'as-tu vu en cadavre ? / edit
1957 Le bon vent ? Tu parles ! Elle y croyait à peu près autant qu'aux balivernes qu'elle débitait à ses clients source : 1957. Les eaux troubles de Javel / edit
1957 je dormais encore, le lendemain, vers onze heures, lorsque les deux zigues s'amenèrent. Vous parlez d'un rince-cochon… source : 1957. Les eaux troubles de Javel / edit
1954 Maintenant qu'il a l'adresse d'ici, de la Centrale et de vos « boîtes à lettres » il veut faire piquer tout le système à la fois, et s'en charger lui-même pour palper la grosse prime. Vous parlez d'une salope ! source : 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville / edit
1904 on avait pris le tramway place de l'Etoile et on s'était amené à Saint-Germain vers huit heures. Ah ! vous parlez d'un temps !… Et un ciel ! pas un nuage. On était « schpil » tous les deux, avec le vent dans le nez, serrés l'un contre l'autre source : 1904. Les robes noires / edit
1938 Oh ! je ne lui jette pas la pierre ! À sa place, vous parlez si je me serais fait prier ! source : 1938. Moi, un nain / edit
1917 –Surtout qu'il pleut… –Tu parles, qu'il pleut ! source : 1917. La reprise du fort de Douamont / edit
1910 Tu parles que si l'colon, y nous rencontrait, y nous ferait coucher au trou ! source : 1910. Contes de l'étape / edit
1980 Tu parles d'un scandale si on se fait coincer source : 1980. Pour venger Pépère / edit
1941 Tu parles d'une joie d'aller promener des papiers sur les routes par un temps pareil source : 1941. Ceux de l'artillerie - 1939-1940 / edit
1959 Tu parles d'une vie, toi, je commence à en avoir marre source : 1959. La route mauve / edit
1929 porte l'estampille d'une Société Philanthropique fondée en 1780 et reconnue d'utilité publique (tu parles !) source : 1929. Je suis un geux / edit
1981 –J'ai été très occupé. –Tu parles ! Tu ne fais jamais rien source : 1981. Tiens, voilà du Bouddha ! / edit
1957 Tu parles comme ils s'en foutent de tes boniments ! Il n'y a que la soupe qui les intéresse… source : 1957. Deux ans sur les mines / edit
1917 Du bon riz au gras. Quéque chose de facile à cuire, et qui tient bien au corps, et qui réchauffe… Y a rien d'meilleur pour la tranchée. –Ça fait rien, t'sais, il est guère beau à voir, ton riz ; tu parles d'un mastic ! source : 1917. Nuits de guerre (Hauts de Meuse) / edit
1918 Tu es content ? –Vous parlez ! source : 1918. Au seuil des guitounes / edit
1921 Ma boule ? Ma boule de brichton ?… Non mais, sans blague ? Tu parles que j'allais m' la laisser faucher, ma boule de brichton ! source : 1921. La boue / edit
1915 Encore le canon ! Tu parles d'une vie, c'que ça m'dégoûte… source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard / edit
1915 bientôt la flotte commence à gicler entre les feuilles. Alors, vous parlez d'une douche ! source : 1915. Les poilus de la 9e / edit
1971 –On va chercher du boulot. –Tu parles, habillée comme ça, sans papiers. source : 1971. Histoire de Michèle / edit
1954 Ça leur était resté en travers du gosier pendant trois ou quatre ans, alors, tu parles s'ils se rattrapaient ! source : 1954. Les portes de l'aventure / edit
1954 Tu parles d'un charnier ! Ton trésor, il est plutôt avarié ! source : 1954. Les portes de l'aventure / edit
1947 J'ai dû, un'fois, rue de Lappe, m'appuyer soixante-dix types dans une soirée, un samedi. Tu parl' d'un sport ! Heureus'ment que j'étais costaud… source : 1947. Fleur-de-Poisse / edit
1895 Tu parles, si faut que j'en aye une [santé], pour rester de là, collé depuis plus de vingt berges avec une vieille peau pareille source : 1895. La cinquantaine, dans Théâtre II / edit
1931 Le patron m'a dit que, si je vous voyais, je vous laisse les clés. Il supposait bien que vous viendriez par ici aujourd'hui. –Tu parles ! D'ailleurs, on venait tous les dimanches. source : 1931. Mal loti / edit
1922 Après, pour me venger, je le disais, même quand c'était pas vrai pour qu'elle se fasse foutre une volée. Alors tu parles si j'étais heureux ! source : 1922. Au Lion Tranquille / edit
1997 Moi, alcoolique, tu déconnes, c'est faux. Je m'arrête quand je veux… Tu parles ! source : 1997. La Citouche. Regard sur « la Navale », dans Un militant, trois poules / edit
1936 vous admettez tout de même que l'idéal bolchevik est remarquable. Voilà des gens qui savent ce que c'est l'union des classes. –Tu parles… source : 1936. Hajde Prilep. Journal d'un poilu d'Orient / edit
1905 Ça donne confiance au miché, tu parles !… T'as l'air plombée, avec tes claquantes en moins !… source : 1905. Le Tigre & Coqueliquot / edit
1928 il a reçu, au creux de l'estomac, le gnon que les petites triqueuses désiraient pour Milord. […] Vous parlez d'un gnon ! source : 1928. La racaille / edit
1911 Le tout, c'est que ça l'estomaque et qu'il raque plus qu'il n'aurait voulu pour cueillir, dans une corbeille de cet acabit-là, les franchies passionnées (tu parles !) de ma petite frimousse… source : 1911. Le journal à Nénesse / edit
1975 C'est le cessez-le-feu le plus meutrier de l'histoire. –Cessez-le-feu, tu parles ! dit Charlotte. source : 1975. Les canards de Ca Mao / edit
1956 Il clape de la menteuse et balbutie : –J'ai soif ! –Ivrogne ! –C'est l'avion qui me barbouille, pleurniche-t-il. –Tu parles, ta mère t'a donné à téter une queue de morue ! source : 1956. Fais gaffe à tes os / edit
1976 il relut le télégramme. Tante Binet décédée hier – tombée falaise d'Étretat –courage. Le Vernis. « Non, il ne s'était pas trompé. Tombée de la falaise… tu parles… Sûr que Marcel était passé dans le coin et l'avait aidée à tomber. » source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza / edit

<44 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).

+Bob +Move +Régénérer

  • 178099 Rocardo, l'paillasse, hein, et l'homme serpent, l'vieux Philippe, hein, s'sont rentrés dans l'chou. Tu parles d'une dégelée, et fadée, hein, tu peux m'croire.
  • 178098 Tom, tu sais, Tom, l'p'tit cheval bai ; il s'est couronné c'matin à l'exercice.
  • 178097 Plus d'un soir, Pierre rencontra Willy et son inséparable qui venaient faire une « touche ».
  • 178096 Il y avait des fois où ces couples monstrueux aspiraient à s'unir les uns dans les autres, finissaient même par rejoindre leurs tronçons, à la queue leu leu, jusqu'à form
  • 178095 Chose curieuse, Pierre remarquait, au fur et à mesure, qu'il ne tentait plus le même type d'hommes. « J'ai changé d'touche », songeait-il.
Citation :
Source (id) :
Bob (id) :
Citation (id) :