Définition de : cavaler

cavaler & cavaller ; se cavaler ; se cavaller ; se la cavaler ; cavaler de l'avant ; □ cavaler après qqun ; cavaler aux fesses de qqun ; recavaler ; recavaller v. intr.

Définition

■ Se déplacer vite, courir, se presser, décamper, partir, aller (rapidement) ; aller vite (à pied, ou autre : à vélo) ; □ courir après qqun, poursuivre qqchose ; changer d'endroit, être en mouvement ; ■ s'enfuir, se sauver, fuir, s'évader ; (refaire un trajet fatigant)

ALL : entfliehen / ANG : to run away / IT : evadersi, fuggire
fréquence : 158
registre ancien : 9 registre moderne : 7

synonyme : fuir, s'enfuir, se sauver, s'échapper, s'évader, partir, s'en aller, presser (se), se dépêcher, courir, poursuivre, courir après

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1821.

1821 1828 1829 1829 1835 1836 1840 1840 1841 1841 1844 1844 1845 1846 1846 1847 1849 1861 1862 1863 1867 1870 1871 1872 1872 1872 1872 1877 1878 1885 1886 1888 1888 1889 1890 1894 1897 1897 1898 1899 1900 1901 1901 1901 1902 1903 1904 1905 1906 1907 1908 1909 1910 1911 1911 1912 1914 1914 1915 1915 1916 1916 1916 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1919 1920 1921 1921 1922 1925 1925 1925 1926 1927 1927 1928 1929 1930 1930 1931 1932 1934 1935 1935 1936 1937 1942 1947 1947 1949 1949 1949 1950 1951 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1957 1957 1960 1961 1963 1963 1963 1964 1965 1967 1968 1969 1969 1969 1970 1971 1973 1975 1975 1976 1977 1977 1978 1980 1981 1981 1982 1982 1982 1984 1985 2002 2003 2004 2009 2011 2012 xxxx xxxx xxxx xxxx

Citations

<27 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

CAVALER, verbe intrans. B. Fam., pop. ou arg. 1. a) Courir précipitamment. L'homme descend, tranquille, sans courir. « Mais grouille-toi donc ! hurle Floquard. Allume ! Cavale ! » (GENEVOIX, Les Éparges, 1923, p. 61). ... il [Judex] s'élança au pas de course. Nous le suivions en cavalant (P. VIALAR, La Mort est un commencement, Les Morts vivants, 1947, p. 99). Cavaler après qqn. Le poursuivre. Vous croyez qu'ils avaient mis pleins gaz, quand ils nous cavalaient après ? (MALRAUX, L'Espoir, 1937, p. 523). P. métaph. Le poursuivre de ses assiduités. C'était moi qui la cherchais [Blanche], moi qui lui cavalais après (GENEVOIX, L'Assassin, 1948, p. 127). Emploi trans., arg. Ennuyer, importuner (cf. courir, emploi trans.). Non, c'que t'es bassinant (...) tu vois donc pas qu'tu nous cavales? (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1901, p. 34). b) Partir promptement. Vous allez cavaler, hein ! ordonna-t-il, pris d'une soudaine colère (F. CARCO, L'Équipe, 1919, p. 135) : Je m'en vais, s'écria le père Soupe, je m'en vais !... C'est ça, dit Lahrier, cavalez ! je vous ai assez vu, mon bon. Tenez, voilà votre chapeau. COURTELINE, Messieurs-les-Ronds-de-cuir, 1893, 4e tabl., I, p. 132. Emploi pronom. Prendre la fuite, se sauver. [Les souteneurs,] à la vue des inspecteurs de police s'écrient : la rousse ! cavalons-nous ! (A. LUCAS, Des Dangers de la prostitution, 1841, p. 45). « Partez vite. Je vais me cavaler et presto » (PROUST, La Prisonnière, 1922, p. 154). En partic. S'évader. Je trouverai bien moyen de me cavaler (F. VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, t. 2, 1828-29, p. 15). Étymol. et Hist. 3. 1821 pop. « courir, filer » (ANSIAUME, Arg. en usage au bagne de Brest, § 38) (tlfi:cavaler)

  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • 1821 pop. « courir, filer » (ANSIAUME, Arg. en usage au bagne de Brest, § 38) (TLFi) / 1840 v. intr. première attestation du sens devenu fam. (Enckell1999) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.