lourde

lourde (tableau rapide)
lourde Porte ; porte de prison, porte de la salle de police ; □ fermer la porte, refermer la porte ; □ ouvrir la porte
synonyme porte
date 1628
fréquence 154

lourde

& (lourbe) ; □ fermer la lourde ; refermer la lourde ; boucler la lourde ; □ déboucler la lourde

n.f.

Définition

Porte ; porte de prison, porte de la salle de police ; □ fermer la porte, refermer la porte ; □ ouvrir la porte ALL : Tür / ANG : a door / IT : porta

registre ancien : 9 registre moderne : 8

Synonyme : porte Morphologie : b/d Famille : lourde (porte)

Citations
1844 Il y a des crapauds aux vanternes, impossible d'enquiller par là. Voyons la lourde source : 1844. Les vrais mystères de Paris
1790 la marque crible au charron, bride la lourde de la longue source : 1790. Le Rat du Châtelet
1929 Ferme la lourde, espèce d'enflé source : 1929. Je suis un geux
1918 Tango et Clou avaient tout simplement, à la scie, découpé un panneau entier de la « lourde » source : 1918. Loin de la rifflette
1975 le maton il avait même pas débouclé la grille je pouvais même pas faire la bise à X quand il a refermé la lourde le maton j'ai pleuré source : 1975. Souvenirs obscurs d'un Juif polonais né en France
1821 Il faut balancer la lourde pour arriver à la malouse. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
1821 La tournante ne débride la lourde, il faut la chomir. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
1725 À ton âge j'étois des poches le fléau. / Je savois débrider la lourde sans tournante source : 1725. Le Vice puni, ou Cartouche, poëme
1947 mais tout rappelait la prison, et surtout le guichet et le mouchard qui ornaient la « lourde ». source : 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises
1841 Le souteneur rendu plus furieux encore par son expulsion forcée, frappait à coups de pieds dans la porte en criant dans son langage familier : qu'il allait enfoncer la lourde source : 1841. Des dangers de la Prostitution ; par Aimée Lucas

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

LOURDE, subst. fém. Arg. Porte. Remuer, ouvrir, défoncer la lourde ; mettre, foutre à la lourde. Il se ramène, il bondit, il caracole jusque devant notre porte... Il attrape le bec de cane... Il secoue la lourde comme un pommier... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 535). Je bouclais la lourde et les fenêtres du rez-de-chaussée (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 26). Prononc.: []. Étymol. et Hist. 1628 « porte » (O. CHÉREAU, Le Jargon ou Lang. de l'arg. réformé, p. 14). Substantivation au fém. de l'adj. lourd* après ell. d'un subst. tel que porte. D'apr. ESN. il n'y aurait pas réf. à l'idée de poids, ou d'obstacle de la porte, mais au fait que cette dernière exclut sans charité d'apr. le sens « impoli » de l'adj. (cf. l'ex. de GUILLAUME DE DIGULLEVILLE cité s.v. lourd) ou qu'elle tourne d'apr. le sens « qui a le tournis » attesté surtout dans les dial., v. FEW t. 5, p. 467b et 468a. Bbg. SAIN. Arg. 1972 [1907] p. 75. (tlfi:lourde) /

  • Pop. au XIXe ; fém. de lourd (GR)
  • de l'argot des malfaiteurs, passé dans la LP (Dauzat1918)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • 1628 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).