Définition de : merde !

  • merde !

merde ! & merde ; merde, merde, merde ! ; m... ; m ! ; M !... M !... Et M !... ; m.... ! ; merde et merde ! ; m.... ! alors ; m... alors ! ; de la merde ; ben, merde ! ; eh ben merde ! ; ah, ben, merde ! ; ben merde alors ; ben merde, alors ! ; hé bien, merde ; ah ben, merde alors ! ; merde alors ! ; merde de merde ! ; et merde ! ; et puis merde ; et merde pour

Définition

Interjection, exclamation de dépit, de surprise, d'étonnement, d'admiration, de déception, de contrariété, de mécontentement, d'impatience ; refus énergique, dénégation, non ; réponse quand on est sans argument

fréquence : 179
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : déception, dépit, expression de dépi, déçu, insatisfait, dépit

Chronologie

1862 1863 1875 1881 1889 1894 1895 1900 1903 1914 1914 1915 1916 1916 1917 1920 1921 1925 1929 1930 1932 1932 1935 1935 1935 1936 1937 1938 1942 1943 1945 1945 1945 1947 1947 1947 1948 1949 1949 1950 1950 1951 1952 1952 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1957 1957 1957 1957 1957 1960 1960 1961 1963 1963 1963 1964 1965 1965 1966 1966 1966 1967 1966 1968 1969 1969 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1976 1976 1976 1976 1977 1977 1977 1978 1978 1978 1978 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1980 1980 1980 1980 1981 1982 1982 1982 1982 1982 1983 1983 1984 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1989 1990 1990 1991 1993 1993 1993 1994 1994 1995 1995 1995 1995 1997 1997 1998 1998 1998 1999 1999 1999 1999 1999 2000 2000 2001 2001 2001 2002 2002 2003 2004 2004 2004 2006 2006 2007 2008 2009 2009 2011 2011 2011 2011 2012 2015 xxxx

Citations

  • 1914 –Ah ! vous devriez sortir de l'Élysée, à cette heure-ci ! –M... ! Pour la première fois de sa vie, sauf le temps de ses présences sous le drapeau, le malheureux défenseur de Bichu prononça le mot dont le brave Cambronne défia les bataillons anglais source : 1914. La grâce de Bichu, dans Racaille et parias
  • 1914 La Moukère ouvrit enfin la bouche : « Merde ! » dit-elle, condensant en un seul mot cette éternelle vérité que toute gloire est vaine, puisqu'il faut mourir un jour. Satisfait, l'écrivain nota, au lieu des cinq lettres, le nom du général qui les mit dans l'histoire ; car il opérait pour une feuille royaliste où la politesse est rigoureuse. source : 1914. L'exemple de "La Veuve", dans Racaille et parias
  • 1965 il y a déjà des batailles entre les Français et les Anglais. –Quoi ? Non ? C'est pas possible !… Qu'est-ce que vous nous sortez là !… –La flotte française s'était réfugiée à Oran, en Algérie. La flotte anglaise l'a attaquée et l'a détruite. –Ah ben, merde alors !… source : 1965. La débâcle
  • 1957 Ce putain de téléphone qui continue à sonner. Merde alors. Je décroche le bigophone et j'aboie. –Ouais ? source : 1957?. Dix ans de frigo
  • 1977 elle me dit : –Je suis plus pucelle. –Ben merde ! Tu y étais encore l'autre fois encore ! –Y en a un qui m'a pris à Paris, il m'a fait mal. –Oh ! j'ai dit, qu'à cela ne tienne. source : 1977. Une vie de cheval
  • 1979 –Qu'est-ce qu'ils foutent, merde ? s'énervait quelqu'un. source : 1979. Le désert de l'Iguane
  • 1965 « On les a perdus de vue dans le métro. Il y avait de l'affluence. […] […] » « Merde de merde !… […] » source : 1965. Le Tigre aime la chair fraîche
  • 1955 Un accident, haleta-t-il. Quelqu'un qui s'est jeté sous ma loco. Une bonne femme. Merde, merde et merde. Merde ! fis-je en écho source : 1955. Les rats de Montsouris
  • xxxx Merde merde ! Pas possible de trouver votre adresse. J'envoie la lettre à Décines [25/3/1957] source : xxxx. Lettres à Olga et Marc Barbezat
  • 1966 Mon premier « merde » eut un succès mitigé. Simone voulait me le faire répéter. « Dis-le encore mon chéri. Il est trop drôle ! » Corneille n'était pas de cet avis. Il fronçait les sourcils, hésitant à me faire un sermon que j'aurais mal pris source : 1966. Les cahiers du capitaine Georges - Souvenirs d'amour et de guerre (1894-1945)
  • 1969 Je lui dis : merde et je le repoussai hors de la cabine source : 1969. Les fous de Hong-Kong
  • 1947 –Pense à ta mère… –Merde. –Pense à tes filles… –Merde. –Pense à… Merde, merde et merde ! C'était fini tout ça source : 1947. Lettre à mon juge
  • 1982 Et merde pour le procès-verbal ! source : 1982. Qui vous parle de mourir ?
  • 1950 elle m'a dit : « Merde ! » avec l'accent de la sincérité. J'étais interloqué ; on ne m'avait jamais dit cela. source : 1950. Monsieur Paul
  • 1964 Quelqu'un manque quelque chose et dit : « Merde !… » source : 1964. Les rues de Levallois
  • 1995 « Merde, merde, saloperie de merde », je répète plusieurs fois. source : 1995. Les pieds-bleus
  • 1982 Sandra, arrête, merde ! Nous repartons. source : 1982. Autorut du soleil
  • 1995 –Merde, disait Lucien. Tu n'as pas besoin d'être tout nu pour installer une bibliothèque ! Ça t'avance à quoi, merde ? Mais bon sang, tu n'as donc jamais froid ? source : 1995. Debout les morts
  • 1916 résumant d'un mot nos sentiments à tous, il lui lança en pleine gueule : –Merde ! / Le sous-officier devint livide ; comme cinglé d'un coup de cravache, tous les beaux messieurs du fiacre s'étaient levés. source : 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre
  • 1980 Merde, la marche ! source : 1980. Ricky Banlieue
  • 1984 Mais grouillez-vous, merde ! source : 1984. Ricky VII
  • 1915 mais où leur stupéfaction est à son comble, c'est lorsque je leur apprends le nom de ce village. Il s'appelle Cambronne ! –Ah ! m.... ! alors, s'écrie Jollivet… pour le coup, ça leur aura pas porté bonheur aux Boches ! source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1971 Oh ! et puis merde… j'en ai marre de toutes ces conneries. source : 1971. Histoire de Michèle
  • 1984 elle actionna la culasse et une cartouche gicla dans l'habitacle. –Arrête ! cria son compagnon. Déconne pas ! […] Si tu tires, on va au tas tous les deux, merde ! source : 1984. Boulevard des allongés
  • 1921 Merde ! dit-il ; pas de veine ! Pour une fois où l'on rigolerait pour de bon voici un fouinard qui s'amène ! Malheur, va ! source : 1921. La femme aux chiens
  • 2000 Allons, c'est une ambassade, merde ! On ne va tout de même pas les leur livrer. Ils nous ont demandé l'asile politique ! source : 2000. Le portail
  • 2000 Paul ! reprenait le premier. C'est vrai ! La gravité de la situation ne peut pas t'échapper, merde ! Réagis ! Tire-toi avec tes hommes tout de suite, nom d'un chien ! source : 2000. Le portail
  • 2009 Merde de merde ! Quel fils de pute !!! Prends tas veste, on file à son dom', lança Duhamel source : 2009. Sang d'encre au 36
  • 1994 –T'as déserté ? –Oui. –C'est vrai qu't'es avec les fellouzes ? –C'est vrai. –Ben merde, alors ! Le gusse ne comprenait pas. source : 1994. La guerre des gusses
  • 1976 C'est vrai, merde, quoi. source : 1976. Le petit bleu de la côte Ouest (Trois hommes à abattre)
  • 1881 qui avons subi la torture de la correction […] Magnier et moi pour tentative d'évasion […] Küntz […] pour avoir répondu « m.... » à un surveillant. source : 1881. Annexe 3833. Rapport fait au nom de la commission d'enquête sur le régime disciplinaire des établissements pénitentiaires de la Nouvelle-Calédonie
  • 2004 Merde alors, ne cessait-il de répéter… nous sommes vernis… mais il nous faut retrouver les cadavres pour avoir les preuves… source : 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne
  • 1963 il baisse la tête et fouille dans ses poches. –Merde… Merde, merde, merde. J'ai même plus une cigarette. source : 1963. La 317e section
  • 1975 Est-ce qu'il y a une liaison entre Bac Lieu et Can Tho ? –Non, dit Talgy. –Merde, merde et merde ! Shit. source : 1975. Les canards de Ca Mao
  • 1977 le sentiment d'avoir fait une énorme connerie, l'une des pires qui soit : dormir pendant un tour de garde. Trop grave pour se le pardonner. Trop con de s'être fait choper. Je n'ai même pas conscience d'avoir dormi. M !... M !... Et M !... source : 1977. Faut pas rire avec les barbares
  • 1953 Fallait que ça finisse, évidemment, mais j'aurais pas voulu que ça soit de cette façon. Merde de merde, c'est quand même pas le pot ! source : 1953. Alors, pommadé, tu jactes ?
  • 1953 Et cet assassin en fuite qui m'a eu comme un collégien !… Merde ! Cent mille fois merde ! source : 1953. Alors, pommadé, tu jactes ?
  • 1956 –M..., dit sans chaleur mon interlocuteur, faut avouer que t'es pas manchot du ciboulot… source : 1956. Fais gaffe à tes os
  • 1976 –Tu vas répondre, oui ! La patience n'était pas son point fort au gros. « Réponds, merde ! » source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<39 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.