Définition de : frusque

frusque & frusques (pl.) ; frucques ; fruscqs n.m., n.f.

Définition

Habits, vêtements, effets ; plutôt péj. : vieux vêtements, usagés, en mauvais état, hardes, de peu de valeur

ALL : Kleidung / ANG : Clothes ; old clothes / IT : abito, vestito
fréquence : 123
registre ancien : 9 registre moderne : 7

synonyme : habit, vêtement famille : frusqu- (vêtement) usage : vestimentaire

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1790.

1790 1799 1800 1800 1815 1821 1829 1830 1830 1833 1834 1835 1836 1836 1840 1841 1844 1846 1846 1847 1847 1849 1850 1853 1857 1863 1866 1867 1870 1871 1871 1871 1877 1884 1885 1886 1889 1889 1889 1894 1897 1899 1899 1899 1899 1900 1901 1901 1901 1902 1903 1904 1905 1907 1908 1909 1910 1911 1911 1911 1912 1914 1915 1915 1915 1915 1915 1916 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1920 1921 1922 1923 1924 1926 1927 1927 1927 1927 1928 1929 1929 1930 1935 1936 1946 1947 1949 1949 1950 1951 1952 1954 1954 1955 1955 1956 1957 1957 1957 1960 1960 1969 1975 1976 1979 1981 1982 1998 2007 2011 xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx

Citations

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

FRUSQUES, subst. fém. plur. Pop. Vêtements, en partic. vêtements en mauvais état. Décamper avec ses frusques; un entassement de vieilles frusques; des frusques déchirées. Synon. fringues, hardes, nippes. Demain, va falloir (...) nettoyer ses frusques (...) rien qu'ma capote. (...) C'est pus une capote. C'est une doublure d'une manière de cuirasse (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 93). Permettez-moi de vous débarrasser de vos frusques (il [M. de Guermantes] trouvait à la fois bon enfant et comique de parler le langage du peuple) (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 416). [Avec un sens mélioratif] Et ça ne vous faisait pas gros coeur quand vous rencontriez dans le Quartier Latin un de vos Labadens bien nippé en belles frusques, avec des filles de luxe (BOURGET, Actes suivent, 1926, p. 11). REM. Frusquer, verbe, pop. Habiller, vêtir. a) En emploi pronom. réfl. Il se rasa, se frusqua (ARNOUX, Paris, 1939, p. 241). J'ai profité d'un moment d'inattention pour me frusquer en Espagnol et filer à l'anglaise (MORAND, Flagell. Séville, 1951, p. 279). b) Au part. passé [Fréq. dans un sens mélioratif] Elle est venue nous voir au passage, deux fois de suite, frusquée, superbe, comme une princesse et heureuse de tout (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 65). On les enviait aussi [les gendarmes] parce qu'ils étaient bien frusqués et que ces vaillants de l'arrière n'en foutaient pas une datte (CENDRARS, Main coupée, 1946, p. 261). Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. 1. 1790 sing. frusque subst. masc. « habit » (Le Rat du Châtelet, 14) [subst. masc. jusqu'en 1845 d'apr. ESN.]; 2. 1800 plur. frusques « vêtements » (P. LECLAIR, Hist. brig. et assass. Orgères, p. 134); 1867 fém. frusques boulinées (DELVAU). Dér. régr. de frusquin*, le mot frusques a dû être influencé en genre et en nombre par hardes, nippes ou peut-être il est devenu fém. à cause de la finale en e (v. DAUZAT Ling. fr., p. 38, 39). Fréq. abs. littér. : 41. Bbg. CHAUTARD (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 358. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 39. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 53, 281, 313. (tlfi:frusque) /

  • De feuilles vertes, « frisques », fraîches : par ext., parure des bois, qui s'en dépouillent à l'automne (AYN)
  • Dér. régressif de frusquin (GR)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • 1800 au pluriel mais frusque, au sing. en 1790 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).