zig

zig (tableau rapide)
zig ■ Individu malin, compagnon fiable (parfois délinquant) ; ■ individu, homme, quidam (quelconque) □ bon garçon, brave type, qqun de bienveillant ; □ complice, camarade, ami, compagnon ; □ brave, courageux ; □ (en mauvaise part) type, individu, drôle de type, rigolo, individu peu sérieux ; □ (mes?) amis ; □ mal agir, être fauteur de trouble ; □ le type (péj.)
synonyme individu, type, quidam, ami, camarade
date 1835
fréquence 120

zig

& zigue ; cig ; □ bon zigue, être bon zigue (mauvais zigue) ; chouette zigue ; brave zigue ; □ franc zig ; vieux zig ; ziguesse (fém.) ; □ mésigues ; □ faire les zigues ; □ l'autre zigue

n.

Définition

■ Individu malin, compagnon fiable (parfois délinquant) ; ■ individu, homme, quidam (quelconque) □ bon garçon, brave type, qqun de bienveillant ; □ complice, camarade, ami, compagnon ; □ brave, courageux ; □ (en mauvaise part) type, individu, drôle de type, rigolo, individu peu sérieux ; □ (mes?) amis ; □ mal agir, être fauteur de trouble ; □ le type (péj.) ALL : Kamerad / ANG : a good hearted man / IT : compagno

registre ancien : 8 registre moderne : 7

Synonyme : individu, type, quidam, ami, camarade Morphologie : aphérèse Famille : zig(ue)

Citations
1887 Trois chemises de flanelle, chic ! Mouchoirs, un, deux, trois, quatre, cinq. Je t'en laisse un, pauvre vieux, dans le cas où tu t'enrhumerais. On est bon zigue, ou on ne l'est pas. Ah ! des fioles ! Madère, malaga, cassis, cognac. C'est rien chic ! À ta santé, bibi ! source : 1887. Le monde des prisons
1914 « On s'connaît d'chez l'père Cayenne, Goutte-Sale… On est des zigs et des bons… » […] –C'est des frèr's… j'sens ça ! murmura La Moukère en le poussant. source : 1914. La mère Croûte, dans Racaille et parias
1927 je croyais que c'étaient tous de baths zigues ? source : 1927. Les Pieds-Nickelés au Mexique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
1954 je regardais Lheureux et je pensais que c'était un drôle de zigue, et que Mme Lheureux devait être une drôle de ziguesse, et le ménage Lheureux un drôle de ménage source : 1954. Le soleil naît derrière le Louvre
1899 le millionnaire dont je parle, un zigue épatant source : 1899. Les Mémoires de M. Goron - Haute et basse pègre
1899 l'autre jour, j'ai rencontré trois zigs source : 1899. Les Mémoires de M. Goron – À travers le crime
1846 Je m'attendais à une plus forte peine, dit ce repris de justice ; les gerbiers ont été bons zigues ; à telle chambre, j'aurais eu une condamnation double. source : 1846. L'intérieur des prisons, réforme pénitentiaire, sytème cellulaire, emprisonnement commun ; suivis d'un Dictionnaire renfermant les mots les plus usités dans le langage des prisons, par Un Détenu
1948 Si j'osais, je lui demanderais de me prêter son journal. Il a l'air si bon zigue. source : 1948. Le client du Café du Commerce (Comédie en un acte pour jeunes gens)
1892 Seulement, ça ne m'empêche pas de faire un petit tour dans la caserne pour voir les amis. –T'es un zig, Servan ! source : 1892. Fricotard et Chapuzot (Pièce en trois Actes et cinq tableaux)
1878 Ah ! je me suis évadé de la prison de Dijon, où sont les zigues source : 1878. Le colporteur bandit
1835 J'avais rencontré un marchand de bestiaux ; il avait de la pièce, et il n'avait pas été difficile de le faire chanter. Le bon zigue coupa […] dans le pont […] et fila du carne source : 1835. Confessions de Jacques-Antoine Delcroix, dit Roquairol, lieutenant du capitaine Mandrin
1870 au moins t'es un zig, t'es pas fier avec les camaros source : 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être
1916 Il avise Max, le cambusier, un puissant lampeur de bière du haut Danube, un joyeux drille, rougeaud, ventru, […], une brute, mais un bon zigue. source : 1916. Journal d'un simple soldat. Guerre-captivité 1914-1915
1872 L'aminche est un zigue [bon garçon], il carmera ton fade. source : 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (1)
1915 –Quoi, l'curé ? L'a pas l'air d'un mauvais zig. source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard
1953 Tu parles d'un zigue, le prof. On va s'en payer avec lui source : 1953. Allons z'enfants
1835 C'est un tireur d'un certain renom, c'est un zig de talent, c'est le roi des charrieurs, c'est le soprano des chanteurs, vous dit un habitué de la cour, en vous désignant respectueusement tel ou tel personnage source : 1835. Lettres sur les prisons de Paris, dans F.V. Raspail, Réformes sociales
1835 Dans leur langage hostile et tout empreint d'inhumanité, ils ont une expression pour la sympathie, c'est un bon zig, c'est un excellent camarade source : 1835. Lettres sur les prisons de Paris, dans F.V. Raspail, Réformes sociales
1863 Oh ! oh ! bravo ! dirent plusieurs auditeurs, c'est un zig [il vient de voler qqchose pour le bien collectif] ! à la bonne heure ! Il rapporte sa pièce comme les camarades. source : 1863. Les bohèmes du drapeau. Types de l'armée d'Afrique
2011 Qu'est-ce que c'est que ces zigues ? Ils se croient où ? source : 2011. La nuit du vigile
1956 je me mets à dormir comme un bon zig qui revient du charbon sa journée finie… source : 1956. Fais gaffe à tes os
1965 Au Viet-nam, ce sont les Amerloques qui font les zigues ? –En grande partie, oui. –Alors, dans les semaines à venir, on a de grandes chances de se bagarrer contre notre ami Pedison ? source : 1965. Le Tigre entre en piste
1883 ils savent si vous êtes un cig ou un pante. source : 1883. Le Tableau de Paris

<23 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

ZIG, ZIGUE, subst. masc. Populaire A. Absolument 1. [Avec un jugement] a) [jugement favorable] (Bon) camarade, ami sympathique, bon vivant. Synon. copain, pote2. [Le surveillant] était un brave homme, un zigue, et qui ne voulait point nous faire de « mistoufles » (A. HUMBERT, Mon bagne, 1880, p. 125). Ajalbert me prenait à part: « Tu sais, mon vieux, » Antoine est un zigue. Nous soupons tous les soirs ensemble (L. DAUDET, Dev. douleur, 1931, p. 145). En partic. Compagnon de beuverie. On pouvait parler à Coupeau de Bec-Salé, dit Boit-sans-Soif, il dirait tout de suite: C'est un zig! Ah! cet animal de Coupeau! il était bien gentil, il rendait les tournées plus souvent qu'à son tour (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 530). b) [jugement défavorable] Individu, type. Synon. coco3 (v. ce mot B). Ça ne vaut pas l'autre zigue de la maison, Sabattier. Celui-là, alors, la garce! (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 222). En partic. Voleur qui prend des risques. Faut pas l'être, feignant, pour faire la cambriole. Les monte-en-l'air sont des zigs et j'en suis! (MÉTÉNIER, Lutte pour amour, 1891, p. 123). Faire le zig(ue). Parader. Synon. faire le mariole. Et les hommes, c'est la même chose. Ils ont toujours envie d'être malins, d'être chics, de faire les zigs (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p. 50). 2. [Sans jugement de valeur] Individu quelconque. Synon. type. Marie-Mence lui a chipé son chapeau [à un type]. C'est classique. Le zigue se jeta à sa poursuite (CENDRARS, Homme foudr., 1945, p. 369). B. [Précédé d'un adj.] 1. [mélioratif] Quant au marquis, c't' une vieille baderne, mais l'est bon zig comme pain bénit (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 148). Ce n'était qu'un bon vieux zigue très aimable, même goguenard, assez blagueur et souvent spirituel (MONTESQUIOU, Mém., t. 2, 1921, p. 167). En partic. Noceur, bon buveur, homme de plaisirs. Hé! camarade, lui dit Rocambole, es-tu bon zigue? je paye un canon... Ça va, dit le chiffonnier (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 5, 1859, p. 284). Tu es toujours le bon zig d'autrefois? (...) tu aimes toujours la joie et (...) les belles filles? (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Ami Patience, 1883, p. 1242). 2. [dépréc.] Drôle de zig(ue). C'était un mauvais zig (...). Marius, certain soir, lui cassa la caboche (TOULET, Vers inéd., 1920, p. 17). Prononc.: [zig]. Étymol. et Hist. 1835 zig ([RASPAIL], Réforme pénit., p. 1); 1835 zigue (,,pop.`` d'apr. ESN. 1966). Altér. de gigue2* avec substitution de zi- à gi- qui ironise un défaut de prononc. (v. FEW t. 16, p. 41a, note 7). Fréq. abs. littér.: 26. Bbg. MAT. Louis-Philippe 1951 p. 143. QUEM. DDL t. 32. (tlfi:zig) /

Probablt déformation de gigue (→ Gigot), au sens de « fille enjouée » (XVIIIe) ; « la substitution de zi à gi ironise un défaut de prononciation » (Bloch-Wartburg) (GR) / Vient sans doute de gigue, comme gigolo (Déch1918) / Altér. de gigue2* avec substitution de zi- à gi- qui ironise un défaut de prononc. (v. FEW t. 16, p. 41a, note 7) (TLFi) / Aphérèse de mézig (George, FM48) / On peut aussi penser en étant très imaginatif à un passage cigue = pièce d'or (cf. franc comme l'or) (improbable) (gb) / On trouve ce substantif [bon zigue] dans une complainte de tournure très originale, composée et chantée en avril 1848 (Furpille) / D'après la série mézigue ; Sainéan proposait dans l'Arg. anc. une forme provençale de gigue (gigo, prononcé dzigo) mais gigue est féminin, zigue masculin, et l'analogie de gnasse tranche la question (Dauzat1918) /

  • 1837 (GR) / 1835 zig ([RASPAIL], Réforme pénit., p. 1); 1835 zigue (,,pop.`` d'apr. ESN. 1966) (TLFi) / 1835 (George, FM48) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).