pinard

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1616 registre ancien : 7 registre moderne : 6 fréquence : 142

pinard & pinar ; divin pinard ; coup de pinard ; au pinard ! ; pimard n.m.

Vin ; vin rouge ; vin ordinaire, bon marché, inférieur à l'aramon ALL : Wein / ANG : common wine, wine

Synonyme : vin Famille : pinard Usage : alcool, ivrognerie, boire, ouvrier

4695.jpg: 459x700, 84k (21 janvier 2013 à 23h48) 4695b.jpg: 477x700, 83k (06 mai 2015 à 12h40) 4695c.jpg: 700x463, 92k (06 mai 2015 à 12h53)

1965 Fernand, passe-moi la bouteille que je la finisse, malgré que j'ai pas l'habitude de boire du pinard de si bonne heure. Mais c'est pas demain qu'on le reverra, le pinard. L'autre coup, j'ai bu de la flotte pendant deux ans et demi. 1965. La débâcle 1935 Quand je vais réveiller les bâbordais, je m'aperçois qu'ils ont noyé leur angoisse dans le pinard. Ivres-morts, ils sont étendus à même le parquet du poste, ou sur les tables. Masson serre contre sa poitrine une carafe où reste un fond de gros rouge. 1935. Mer Noire 1982 Le vin, l'aristocratique, pas le pinard industriel, sied aux choses aimées aujourd'hui disparues 1982. La vapeur 1975 leur pinard et leur camembert c'est leur seule gloire à ces tarrés 1975. Hexagone 1937 Le pinard n'est jamais autre chose qu'inoffensif, anti-rachitique, hygiénique, gaulois, digestif, antiseptique, fortifiant, carburant de l'Intelligence 1937. Bagatelles pour un massacre 1918 Sa récompense était le pinard. 1918. Loin de la rifflette 1917 Some of the boys of our section who are not very strong in French, have anglicized Pinard's name and call him « Peanut ». 1917. American ambulance field service in France 1917 Qui est-ce qui m'offre un petit coup de pinard ? 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1917 –Bois donc du pinard autorisé, garanti, du pinard du gouvernement, ça n'a jamais soûlé personne. 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1917 les copains s'endorment, ronflent sur un dernier coup de pinard 1917. Chignole (la guerre aérienne) 1915 ils vident voluptueusement leurs verres. –Bon « pinard » !… fait l'un. / Nous partons tous d'un bruyant éclat de rire… Voilà nos Boches qui parlent argot, maintenant ! 1915. Les poilus de la 9e 1918 il chante les terribles souffrances des petits soldats, les délices du divin pinard, la douceur des « babillardes » 1918. Loin de la rifflette 1918 enchanté de l'entraînement des troupes qui bénéficièrent d'un quart de pinard supplémentaire. 1918. Loin de la rifflette 1945 Rien de tel pour vous retaper un bougre qu'une demi-boîte de singe, un coin de boule et un grand quart, ou deux, de ce bon gros pinard de l'Intendance qui arrache bien un peu, mais qui chauffe. 1945. Quelques-uns des chars. 1939-1940 <14 citation(s)>

PINARD, substantif Pop. Vin de qualité inférieure ou de consommation courante, généralement chargé en couleur et en tanin. Un coup de pinard. Je l'ai dit et je le répète : Qu'il soit du Vaud ou du Valais, Ton pinard ne vaut pas tripette, C'est le pire des reginglets (Ponchon, Muse cabaret, 1920, p.103). Nous hasarder à quitter les lignes ; la première fois, ce fut pour aller chercher du pinard supplémentaire (Vialar, Morts viv., 1947, p. 174). − P. ext. Vin de toute qualité. [Tracasse:] Qué pinard que vous préférez, les gars, Bordeaux ou Bourgogne? (L. Daudet, Ariane,1936, p.22).Il sait qu'ici l'on peut prendre le vin en carafe, (...) et que là on ne peut se permettre que le pinard à étiquette (Queneau, Enf. du limon,1938, p.59). Prononc. et Orth.: [pina:ʀ]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1886 (d'apr. Esn.). Issu, par substitution de suff., de pineau*. Fréq. abs. littér.: 43. (tlfi:pinard) /

Pineau + changement de finale (SAIN-TRANCH) / D'abord usité surtout dans les troupes coloniales, est devenu d'un usage général. Semble avoir origine lointaine car pineau (petit vin) se trouve dans Rabelais (Dech1918) / De pinot (cépage) : mot régional du XVIIe passé à Paris à la fin du XIXe (MCC) / P.-ê. var. pop, péj. de pineau, pinot (→ Pineau) ou, selon Guiraud, d'un dial. pine «siffler» (GR) / «je vois qu'un bon latiniste se surexcite les méninges pour trouver à ce mot une origine latine. Ne serait-il pas plus simple d'attribuer au pinard un naissance plus vraisemblable ? Pinard est, à mon avis, à mon avis un terme de métier. On greffe la vigne avec des ceps qui s'appellent des Pinot ou des Gamay (...) les soldats auront appelé pinard le jus divin qui vient du Pinot. (Garver1917) / dérivé du pineau, nom de cépage, avec suffixe péj. Le mot paraît bourguignon (Dauzat1917MdF) / terme spécial au XXe corps, a acquis une vogue universelle depuis la guerre ; mot à succès. terme spécial au XXe corps, a acquis une vogue universelle depuis la guerre. Mot à succès. Altération à valeur péj. créée par l'argot de caserne de pineau, pinaud, pinot, cépage très répandu, puis vin fourni par ce cépage. Il semble que c'est un terme de caserne qui s'est développé surtout en Champagne et en Lorraine, principal foyer de l'arg. mil. en temps de paix. Il est signalé comme employé assez longtemps avant la guerre. La date la plus ancienne pour l'armée est celle de 1886. Qques Parisiens pouvaient le connaître individuellement mais sauf exception il était ignoré à Paris. ceci exclut l'hypothèse que pinard pourrait venir du nom d'un marchand de vins de la place Maubert (Dauzat1918) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 548