Définition de : chialer

  • chialer
    • Pleurer, pleurnicher ; geindre ; pleurer abondamment ; > se plaindre, crier ; à en pleurer, triste ; en pleurer (de rire)
    • fréquence : 136
    • id : 2797

chialer& chialler ; chiâler ; (chiauler ; chiailler) ; chialer comme un gosse ; chialer pire qu'une gonzesse ; à en chialer ; en chialer v. intr.

Définition

Pleurer, pleurnicher ; geindre ; pleurer abondamment ; > se plaindre, crier ; à en pleurer, triste ; en pleurer (de rire)

ALL : weinen / ANG : to weep
fréquence : 136
registre ancien : 7 registre moderne : 7

synonyme : pleurer, pleurs famille : chialer (pleurer)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1847.

1840 1844 1847 1876 1886 1889 1894 1897 1899 1899 1900 1901 1901 1903 1904 1905 1907 1908 1909 1911 1914 1914 1915 1915 1915 1916 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1920 1921 1922 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1928 1930 1932 1932 1933 1935 1938 1939 1943 1944 1947 1948 1949 1950 1951 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1957 1957 1960 1960 1960 1961 1963 1963 1963 1964 1965 1965 1969 1969 1969 1970 1971 1973 1974 1975 1976 1976 1977 1977 1977 1977 1977 1979 1979 1979 1979 1980 1980 1980 1981 1981 1982 1982 1983 1984 1984 1985 1985 1986 1994 1996 1997 1998 1999 1999 2001 2003 2003 2004 2004 2006 2007 2008 2009 2011 2012 2015

Citations

1976 Il m'a raconté qu'il était architecte mais qu'il n'avait pas un rond et que le billet qu'il m'avait donné était le dernier. Parole, il disait des trucs à en chialer. source : 1976. Le nouveau visage de la prostitution
1975 C'est une histoire féroce qui fera pleurer les frangins, qui fera chialer les gosses source : 1975. Gueule d'aminche
1935 C'est un « dur », lui aussi. Il la « flaupe », bat, et elle « chiâle », pleure. source : 1935. Sous-soliloques des trottoirs de Paris
1977 Arrête une minute de chialer source : 1977. Adieu minette
1977 il chiale de temps en temps source : 1977. La bande à Lucien
1979 un vrai qui chiale et tout source : 1979. Ma gonzesse
1981 Je croyais qu'un mec en cuir ça pouvait pas chialer source : 1981. Manu
2001 On la faisait chialer à tous les cours. source : 2001. La philo ça prend la tête - Prof en cité
1963 Et une fois je t'ai même vu chialer source : 1963. Les Tontons Flingueurs
1840 Quand tout-à-coup Mandal, le premier, tombe en figure (face à face) avec le mizure (le maître), et sans se déconcerter, il lui pousse (lance) en fume (dans la figure) un léger coup de cadet pour l'empêcher de chiailler (crier) source : 1840. (récit de voleur), dans Un an de prison, ou Souvenirs de Sainte-Pélagie

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

CHIALER, verbe intrans. Pop. Pleurer. Se mettre à chialer. T'as chialé comme une Madeleine (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 695). Tout berlaud et imbécile à chialer (GENEVOIX, L'Assassin, 1948, p. 271) : ... vouf! la voilà qui fond en larmes (...) Elle chiale, elle se tient plus, elle se lève, elle se sauve, elle s'enfuit dans la cuisine. Je l'entends qui sanglote dans le couloir... CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 320. [Emploi trans. avec un compl. d'obj. interne] Dire en pleurant. « J'ai comme une espèce de fatigue générale », qu'i' chialait (BARBUSSE, Le Feu, 1916, p. 126). Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. chialerie. Action de pleurer. C'était complet : ridicule avec Fernande, j'ajoutais au bilan ma chialerie devant celle-ci (P. VIALAR, Risques et périls, 1948, p. 292). Prononc. et Orth. : [], (je) chiale []. Lar. Lang. fr. transcrit le verbe par [] post. GUÉRIN 1892 enregistre la vieille forme chiailler. Étymol. et Hist. 1. 1844 « crier (en parlant d'un chien) » (Dict. complet de l'arg., p. 26) ; 2. 1847 « pleurer » (Dict. d'arg. ou la Lang. des voleurs dévoilée, p. 222) ; 1882, 3 oct. chialler « id. » (Gaulois ds LARCH. Suppl. 1889, XXXI). Peut-être du m. fr. chiau « petit chien » 1552 (Ponthus de Thyard ds HUG.), a. fr. chaël, v. chiot, avec infl. probable de chier* des yeux, pop. « pleurer » (1616, Comedie des Proverbes ds Anc. théâtre fr., t. 9, p. 26) et peut-être de verbes d'orig. onomatopéique, d'aire wallonne, du type tschûler, choûler « pleurer » (FEW t. 13, 2, p. 378a). La forme chiailler (1878 ds ESN.) dont chialer serait issu d'apr. DAUZAT 1973, semble une altération de chialer. Fréq. abs. littér. : 37. DÉR. Chialeur, euse, adj. et subst. (Celui, celle) qui pleure, qui pleure facilement (cf. pleurard). Hurlant à pleine voix, le poupon, le chialeur international, qui hante les trains comme la punaise les lits (MONTHERLANT, La Petite Infante de Castille, 1929, p. 590). [], fém. [-ø:z]. Lar. Lang. fr., seul dict. à transcrire le mot, note [] post. 1res attest. 1883 chialleur « pleureur » (M[acé] ds LARCHEY, Dict. hist. d'arg., 2e suppl., p. 35), 1907 chialeur (FRANCE, p. 50); de chialer, suff. -eur2*. Fréq. abs. littér. : 1. BBG. SAIN. Lang. par. 1920, p. 7, 49, 197. (tlfi:chialer)

  • Idée de chier : chier des châsses (AYN)
  • De chiailler, dimin. de chier (GR)
  • Peut-être du m. fr. chiau « petit chien » 1552 (Ponthus de Thyard ds HUG.), a. fr. chaël, v. chiot, avec infl. probable de chier des yeux, pop. « pleurer » (1616, Comedie des Proverbes ds Anc. théâtre fr., t. 9, p. 26) et peut-être de verbes d'orig. onomatopéique, d'aire wallonne, du type tschûler, choûler « pleurer » (FEW t. 13, 2, p. 378a). La forme chiailler (1878 ds ESN.) dont chialer serait issu d'apr. DAUZAT 1973, semble une altération de chialer (TLFi)
  • 1847 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).