cafard

cafard (tableau rapide)
cafard Dépression, déprime, tristesse, mélancolie, morosité ; accès de déprime ; avoir des idées noires, être déprimé, découragé, démoralisé, mélancolique ; démoraliser, déprimer ; rendre gai, se débarrasser de sa déprime, boire pour chasser la mélancolie ; fort cafard
synonyme triste, déprimé, déprimer, démoraliser
date 1857
fréquence 141

cafard

& coup de cafard ; cafard noir ; cafard vert ; avoir le cafard ; foutre le cafard ; fiche le cafard ; mettre le cafard ; flanquer le cafard ; filer le cafard ; ficher le cafard ; foutre le cafard ; semer le cafard ; donner le cafard ; chasser le cafard ; secouer son cafard ; noyer son cafard ; se laisser pincer par le cafard ; hypercafard

n.m.

Définition

Dépression, déprime, tristesse, mélancolie, morosité ; accès de déprime ; avoir des idées noires, être déprimé, découragé, démoralisé, mélancolique ; démoraliser, déprimer ; rendre gai, se débarrasser de sa déprime, boire pour chasser la mélancolie ; fort cafard ALL : missmutig sein, traurig sein, (Trübsal blasen) / ANG : (coakreach) discouragement ; the blues

registre ancien : 6 registre moderne : 5

Synonyme : triste, déprimé, déprimer, démoraliser Famille : cafard (déprime) Usage : militaire, guerre

7138.jpg: 252x400, 22k (06 juillet 2011 à 18h50) 7138_cafard_sud_tunisie.jpg: 1024x662, 185k (15 octobre 2019 à 01h10) 7138_le_cafard_du_poilu.jpg: 385x600, 113k (02 février 2018 à 20h32)

Citations
2006 elle a demandé ce que voulait dire « avoir le cafard » […] –Ben c'est quand on a les idées noires et tout. source : 2006. Entre les murs
1927 rien de tel que le Français pour chasser le noir cafard source : 1927. Les Pieds-Nickelés en Amérique, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
1955 Ses yeux gris, brusquement soulignés d'un certe bistre, prirent le ton ardoisé d'un ciel de cafard source : 1955. Fièvre au Marais
1930 J'ai le cafard (titre, refrain) source : 1930. J'ai le cafard
1968 Plus d'ami, plus d'argent […] des tas de cafards qui roulaient dans ma tête. Qui allait s'occuper de ma solitude ? source : 1968. Le terminus des prétentieux
1968 Autant j'aime le soir, autant le petit jour me met le cafard source : 1968. Le terminus des prétentieux
1957 Ramenez-le moi, supplia-t-elle. Il doit s'agir d'un coup de tête, d'un coup de cafard source : 1957. Les eaux troubles de Javel
1952 Celui qui n'a jamais vu la rue des Saussaies, qui n'est déjà pas une rue particulièrement gaie, ne sait pas ce que c'est que le cafard source : 1952. Rencontre dans la nuit
1914-1919 De mon côté, j'essaie de réconforter Renaud, de Brest, qui a le cafard : –Mon vieux, quand je n'ai pas le moral, je compte par minute, par heure et par jour. source : 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919)
1916 l'ennui était entré en moi. Le « cafard » m'avait mordu. J'aspirais au repos sans avoir la force de m'y résoudre. source : 1916. Journal d'un simple soldat. Guerre-captivité 1914-1915
1947 Je te parerai dans les coups durs, et si tu as le cafard, préviens-moi, j'aviserai source : 1947. Mon journal dans la drôle de paix
1917 L'important, énonçait Gaillard, c'est de pas se laisser pincer par le cafard. source : 1917. L'évasion. Récit de deux prisonniers français évadés du camp d'Hammelbourg
1915 –Des copains ! L'était temps : j'avais déjà l'cafard. / Le fait est que l'autre convive n'avait pas l'air folichon. source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard
1915 J'croyais que l'cafard te travaillait jamais ! source : 1915. Les poilus de la 9e
1915 –C'est peut-être le cafard qui le travaille… –Un soldat ne doit pas avoir le cafard. –Dame ! mon lieutenant ça ne se commande pas… Y en qui sont plus sujets que d'autres à cette maladie. […] Y a bien des jours où j'ai la tête à l'envers source : 1915. Les poilus de la 9e
1971 Il n'y avait que dans les moments de cafard qu'on était vaches entre nous. source : 1971. Histoire de Michèle
1915 Le « cafard » me travaillait depuis samedi et devait être concomitant de la migraine. source : 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915
1914-1919 Le soir, nous faisons un concert avec le phonographe de notre proprio, qui est une brace femme. Seulement, le phono a un petit inconvénient : c'est qu'il vous donne le spleen ! Oh ! ce n'est pas le noir cafard source : 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées
1914-1919 Cafard immense. Il y a des moments où on souhaiterait presque « en prendre une en pleine poire ». Je suis dégoûté de tout. source : 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées
1931 un gosse qui s'était battu à cause d'une femme, avec un de ses camarades d'atelier, et qui venait d'apprendre par le dernier courrier que cette femme s'était mariée. Il ne gémissait pas, il disait simplement : –J'ai le cafard… source : 1931. Enfants du malheur !
1933 J'ai le cafard. Je reste de longs instants immobiles, la tête vide, ne pensant à rien. source : 1933. Puberté. Journal d'une écolière
1933 Déjà la crainte du départ, de la rentrée en classe, me donne le cafard. […] J'ai des idées noires aujourd'hui source : 1933. Puberté. Journal d'une écolière
1911 Dis donc, mon vieux, si t'as l'cafard, faut l'dire tout de suite source : 1911. Les Pieds Nickelés voyagent, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)

<23 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

B.− Au fig., rare au plur., fam. Tristesse lancinante accompagnée d'idées noires et d'un sentiment de profonde lassitude. Synon. bourdon (arg.) ; mélancolie, spleen (littér.) : 2. Le spleen de Londres, lent, mouvant, subtil, qu'est-il à côté du cafard de New-York combattu à coups de cocktails, de l'affaissement nerveux qui nous y guette? Un Européen résiste quelques mois. Le Newyorkais n'y échappe que par les départs. Le salut dans la fuite. Morand, New-York, 1930, p. 280. SYNT. Attraper, avoir, donner le cafard; un jour, une période, une crise de cafard. − En partic., fam. Cafard de + subst.Nostalgie sombre. Je savais quand ça le reprenait ce cafard des architectures, c'était surtout à la campagne (...) Il lui revenait un coup de souvenirs (Céline, Mort à crédit,1936, p. 444). − Loc., fam. Coup de cafard. Acte irréfléchi inspiré par le cafard : 3. Beaucoup de ces entreprises [les évasions], au début surtout, n'ont pas eu d'autre fondement qu'un « coup de cafard ». Décidées sur une impulsion et exécutées, sinon dans l'heure même comme cela s'est vu, du moins à bref délai et sans préparation, ... Ambrière, Les Grandes vacances, 1946, p. 219. Hist. 2. 1857 cafard « idées noires » (Baudelaire, Les Fleurs du mal, p. 196). Du sens « blatte » est issu le sens 2 également p. métaph. (cf. avoir le bourdon). (tlfi:cafard) /

Usuel et général ; courant dans les corps africains et coloniaux, généralisé par la guerre ; (cafard vert est le plus terrible, comme la manille verte est la manille la plus forte, celle d'atout) ; sématisme : insecte rongeur (Esnault1919)

  • Expression used by the poilus when they have the blues in their trenches (MAR)
  • Appellation métaphorique analogue à hannetons et araignée (SAIN-TRANCH)
  • De cafard = esprit dérangé (GR)
  • armée d'Afrique, avant la guerre (Dauzat1918)
  • 1857 Baudelaire (GR, TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).