trimballer

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1790 registre moderne : 5 fréquence : 129

trimballer & trimbaler ; se trimballer ; se trimbaler ; se trimballer qqpart ; se trimballer qqchose ; se faire trimballer ; trimballer qqun v.tr.

Transporter, posséder sur soi, emporter, déplacer, conduire, mener, aller, se déplacer, marcher, se promener, faire du chemin en excès ; le mener partout avec soi ; (supporter) ALL : beförden, spazierengehen / ANG : To lead ; to drag about

Synonyme : aller, marcher, se promener, errer, transporter Famille : trimbal- (transporter)

2366.jpg: 333x511, 65k (06 juillet 2011 à 18h45)

1790 la marque crible au charron, bride la lourde de la longue, les mistringues aboulent, on me trimbale chez le cardeuil 1790. Le Rat du Châtelet 1955 je trimballe encore ma peau 1955. C'est à Hambourg 1936 Et trimballé sa vie de chien 1936. Quand on s'promène au bord de l'eau 1933 Quand je trimballais mes petits frères 1933. Prière de la Charlotte (poème de Noël) 1945 Il trimballe une valise pleine de milliards et mange de la langouste, d'après les feuilles. 1945. Mon journal depuis la Libération 1968 je trimbalais une espèce de neurasthénie aiguë 1968. Le terminus des prétentieux 1952 sur le coup, j'étais perdu. Je déplie un plan. Le fait est que je l'ai trimballée, ma cliente 1952. Mon taxi et moi 1961 –J'ai jamais buté personne, moi ! Même que je suis réformé. –Alors pourquoi tu te trimballes avec un calibre ? 1961. Des fruits, des fleurs et du plomb 1952 la première gaffe, ç'avait été d'aller s'asseoir, parce qu'ils en avaient marre de se trimballer 1952. Rencontre dans la nuit 2003 aucun lycée ne veut de moi. Je les comprends, avec le dossier que je trimballe ! 2003. Dans l'enfer des tournantes 1995 Laclope et moi, on lave les verres, on alimente le bac à glace, on se trimbale les caisses de bouteilles et on sert. 1995. Les pieds-bleus 1984 il y a des années que tout ce beau monde se fout de notre figure et se trimbale en toute impunité dans des voitures longues comme des jours sans pain. 1984. Boulevard des allongés 1976 il se trimbala à pied dans Saint-Georges, la nuit tombait 1976. Le petit bleu de la côte Ouest (Trois hommes à abattre) 1978 on l'a traîné devant un tribunal qui lui a infligé trois ans de prison avec sursis. […] Et, depuis, il trimballe un « casier », vit dans une peur permanente, se contente des emplois les plus mal payés et file doux, trop content qu'on « ferme les yeux ». 1978. L'établi 1978 Puis, ce furent les mutations : on le trimballa à l'emboutissage, au ponçage… En quinze jours, il fit cinq ou six postes différents, utilisé comme bouche-trou, enlevé à son travail dès qu'il commençait à s'y habituer. 1978. L'établi 1977 Lui, il prétend qu'on doit toujours se conformer aux coutumes locales, et il se trimbale en pagne. 1977. Faut pas rire avec les barbares <16 citation(s)>

Altér. de tribaler, 1532 ; p.-ê. var., d'après baller, de l'anc. franç. triboler «agiter, tourmenter» ; lat. tribulare, → Tribulation ; ou (Guiraud) de triqueballe, du normand triquer (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 613