épater

épater (tableau rapide)
épater ■ Éblouir, stupéfier, impressionner, étonner positivement ; prendre des grands airs, en mettre plein la vue ; faire de l'embarras, intimider ; susciter l'admiration, se faire admirer par ; ■ surprendre grandement, étonner ; (réprimander ; paniquer) ; □ impressionner le public
date 1835
fréquence 133
synonyme étonner, étonné, ébahir, ébahi, impressionner, impressionné

épater

& (épaté) ; épatter ; vous m'épatez ; s'épater ; □ épater le bourgeois ; □ épater la galerie ; □ épater la compagnie ; □ épater les populations

v.tr.

■ Éblouir, stupéfier, impressionner, étonner positivement ; prendre des grands airs, en mettre plein la vue ; faire de l'embarras, intimider ; susciter l'admiration, se faire admirer par ; ■ surprendre grandement, étonner ; (réprimander ; paniquer) ; □ impressionner le public ANG : to astonish ; you amaze me (astonishment)

registre ancien : 8 registre moderne : 6

1867 Soyez tranquilles, reprit Kakaousti, dans un mois je serai libre et alors j'aurai le sac (de l'argent). Il y a gras dans celui que je pige. Une fois requinqué, je me payerai bog en jonc et radin (montre en or et badine), ce sera mon tour d'épater les amars (camarades). source : 1867. Les Malfaiteurs
1863 Au billard, faut m'voir, j'épate / Les vrais amateurs ! source : 1862-1863. Les jeux de l'amour et du bazar
1982 Il a brûlé quatre mille cinq cents kilos en tout ? Même pas la force de s'en épater. source : 1982. La vapeur
1967 L'argot fait partie intégrante du personnage, au même titre que le vêtement et les cheveux. Il faut bien épater le bourgeois. C'est la sempiternelle recherche de l'anticonformisme. source : 1967. L'argot chez les mineurs délinquants
1935 Il vient d'être grièvement blessé au cours de son travail. –Ça m'épate, ce que vous dites-là. –On peut s'étonner, en effet, qu'il se soit blessé dans un travail aussi peu dangereux… –Non, ce qui m'épate, c'est qu'un chômeur qui n'est pas sorti de chez lui depuis hier à midi ait eu un accident dehors, ce matin. source : 1935. Viande à brûler
1905 c'lui qui m'aurait dit, hier, que j'coucherais cette nuit avec toi, y m'aurait épatée ! source : 1905. Un vieux bougre
1932 Si tu trouves des changements dans la maison, ne t'épate pas mais feins d'être épaté. Tu as compris ? source : 1932. Vidocq - Le roi des voleurs, le roi des policiers
1925 il leur faut des tas de chichis afin d'épater à tout prix Paris source : 1925. Mon anisette
1872 Je les ai rudement épatés, hein ? source : 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès
1896 J'y ai demandé douze sangsues et v'là ce qu'y m'donne ! Tiens ! qué drôles de p'tites bêtes et faut que je me mette ça sur l'estomac ! Eh ben ! là ! vrai ! il ne s'épate pas, l'major source : 1896. Le sapeur Camember
1918 vous n'ignorez pas qu'on s'habitue à tout et que l'on finit par ne plus s'épater de rien source : 1918. Guynemer l'as des as
1952 De savoir tout ça, on entravait mieux. On s'épatait plus quand y se mettait debout, à table, au garde à vous source : 1952. Émile et son flingue
1952 Avec Fleury, fallait s'épater de rien. Y vous offrait l'apéro de bon coeur et deux plombes plus tard, y vous traversait votre battue avec son tracteur, à rebrousse-poil, en se marrant. source : 1952. Émile et son flingue
1958 Il n'y a pas encore de quoi s'épater, répondit Charloun source : 1958. Millionnaires en herbe
1939 Paul Valéry m'a causé ensuite. Il n'envie pas le surnaturel. « Je n'aime pas ce qui épate » disait-il source : 1939. Journal de l'abbé Mugnier (1879-1939)
1917 –Ma femme est là ? –Oui, chef ; ça vous épate ? Vous avez bien tort, avec les femmes faut jamais s'étonner de rien. source : 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915
1898 À ce hourvari tempétueux […] Bistrouille croit un moment que sa permission est « dans le seau ». Mais, au régiment, il ne fait jamais s'épater. C'est ce qu'il se dit, maintenant qu'il a pris un peu d'expérience. source : 1898. Bistrouille en Cour d'Assises ou le cadavre ambulant. Contes du Petit Pioupiou (5e série)
1916 –Si ma bourgeoise me voyait là, ça lui tournerait les sangs. –Ferme ça ! –Non, mais tu crois que j'en ai peur, de tes Boches ? –Ferme ça, je te dis ! –Il faudrait d'autres types qu'eux pour m'épater, tu sais. source : 1916. Méditations dans la tranchée
1915 –T'as-t-il peur, si t'y retournes, d'être tué ? –Pensez-vous ? Gaspard tué ! Ça m'épaterait ! source : 1915. Les soldats de la guerre : Gaspard
1953 d'un pas ferme, droits comme des saints-cyriens, le torse gonflé, la tête haute, pour épater les bleus source : 1953. Allons z'enfants
1997 pas une fameuse pianiste, Colette, pour que je l'aie quasiment épatée, un soir, en massacrant la Pathétique sur son piano droit source : 1997. L'aveu différé
1918 pour ne pas faire comme tout le monde et épater les petits copains. source : 1918. Loin de la rifflette

<22 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Couper les pattes, couper bras et jambes (AYN) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).