gonze

gonze (tableau rapide)
gonze ■ Individu (masc.), individu quelconque, type, homme ; ■ homme qui n'est pas voleur, bourgeois facile à tromper, dupe, maître, victime, imbécile, niais ; ■ type (de qualité), homme (du milieu), garçon ; par ext. le chef de service
synonyme individu, type, quidam, dupe, pigeon, victime, homme
date 1684
fréquence 98

gonze

& gonce ; gonse ; gon ; gons ; gonz ; gonsse ; être gonze ; (gouze)

n.m., n.f., adj.

Définition

■ Individu (masc.), individu quelconque, type, homme ; ■ homme qui n'est pas voleur, bourgeois facile à tromper, dupe, maître, victime, imbécile, niais ; ■ type (de qualité), homme (du milieu), garçon ; par ext. le chef de service ALL : Individuum, Mann / IT : alocco, balordo

registre ancien : 10 registre moderne : 8

Synonyme : individu, type, quidam, dupe, pigeon, victime, homme Morphologie : n/u, ss/s/z

Citations
1757 Le bonhomme paiera les violons et nous danserons pour lui. Prends ce gonze-là, ma chère Javotte source : 1757. Mademoiselle Javotte - Ouvrage moral, écrit par elle-même et publié par une de ses amies
1981 Y'a un gonze mine de rien qu'a marié ma frangine source : 1981. Mon beauf
1954 Tu vois qui je veux dire ? –Elle ne se creusa pas longtemps les méninges : –Oui, oui, je vois… Un gonze qu'a toujours l'air de se foutre du populo ? source : 1954. Le soleil naît derrière le Louvre
1915 (vers) Tu peux pus t'appuyer c'gonc'-là… / C'est pas un garçon… C'est eun' vache ! source : 1915 (vers). Vache, dans Dans la rue - troisième volume - chansons et monologue
1828 Il y a, répondit-il, que j'ai trouvé mon maître, et que je suis la gonze source : 1828. Mémoires d'un forçat ou Vidocq dévoilé (tome premier)
1829 je serais bien gonze de lui faire cadeau de mes six louis. source : 1829. Mémoires d'un forçat ou Vidocq dévoilé (tome quatrième)
1853 de même [la société-mère] a divisé l'univers civilisé en deux classes, les grinches et les gonzes, c'est-à-dire les voleurs et ceux qui ne le sont pas. source : 1853. Argot, dans Dictionnaire de la Conversation et de la lecture
1821 Il faut être bon Pègre, car le gouze est Marloux. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
1953 j'repère un gonze habillé en Fritz, qui se baguenaudait, peinard, même que j'pense qu'i s'apprêtait à poser culotte et qu'i tâtait un coin pour ça source : 1953. Allons z'enfants
1880 Il m'expliqua que, la nuit, voulant dégringoler un poivrot (dévaliser un homme ivre), il l'avait fait aux gambettes (saisi par les jambes) ; que le gonse (l'homme) s'avait déglingué la poire (s'était fracassé le visage) source : 1880. Souvenirs de prison et de bagne
1911 Parce qu'on avait été un peu navrillot avec une gonzesse, ça ne voulait pas dire qu'on n'était pas d'attaque pour carder le cuir à un gonce… source : 1911. Le journal à Nénesse
1909 Je lève mon verre à ta santé et à celle des gonces et des gonzesses de la sociliété source : 1909. Ribouldingue se marie, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)
1912 Il devient canulant, le gonce poilu source : 1912. Les Pieds Nickelés ministres, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

GONZE, subst. masc.; A. − Gonze, subst. masc., arg. Homme en général, individu. Synon. pop. gars, mec, type.Quelque honnête chrétien, de ceux que les uns appellent un gonze, les autres un bon chaland (Nerval, Nouv. et fantais.,1855, p. 190).Lili avait vu Angelo et deux gonzes s'approcher du bar (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 79). Prononc. et Orth. : [gɔ ̃:z], fém. [-gɔ ̃zεs]. Formes gonce (cf. Queneau, Pierrot, 1942, p. 17), gonse (cf. Céline, Mort à crédit, 1936, p. 512) et gonsesse (cf. Huysmans, Marthe, 1876, p. 57). Étymol. et Hist. I. 1628 conce du castuz « homme qui vide les ordures de l'hôpital » (O. Chereau, Le Jargon ou Lang. de l'arg. réformé ds Sain. Sources t. 1, p. 193); 1684 gonze « gueux » (La Fontaine, Ragotin, IV, 1 ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 7, p. 355); 1753 « individu » (J.-J. Vadé, Le Bouquet du Roy, p. 21). (tlfi:gonze) /

Cf. parlers provinciaux : Languedoc, gonzo, coureuse ; Anjou, gonze, gamin, moutard et gonzesse, drôlesse ; faire le gonze, pleurnicher pour obtenir qque faveur (faire le bambin) ; gonse, gonce : jeune homme, individu quelconque, d'où le dérivé goncier : individu, homme et goncier de pain d'épice, individu sans valeur (SAINXIX) / Argot ital. gonzo (1561) d'orig. incertaine. P. Guiraud suggère le lat. conscius « confident, complice » (GR) / Empr. à l'ital. gonzo « individu stupide », attesté dep. av. 1561 (Bandello ds BATT.), d'orig. inc. (FEW t. 22, p. 14a) (TLFi) / Emprunt au fourbesque (FrançoisPléiade) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).