Définition de : gonze

  • gonze
    • ■ Individu (masc.), individu quelconque, type, homme ; ■ homme qui n'est pas voleur, bourgeois facile à tromper, dupe, maître, victime, imbécile, niais ; ■ homme déclassé (violé en prison, devenu homosexuel passif) ; ■ type (de qualité), homme (du milieu), garçon ; par ext. le chef de service
    • fréquence : 103
    • id : 194

gonze & gonce ; gonse ; gon ; gons ; gonz ; gonsse ; être gonze ; (gouze) n.m., n.f., adj.

Définition

■ Individu (masc.), individu quelconque, type, homme ; ■ homme qui n'est pas voleur, bourgeois facile à tromper, dupe, maître, victime, imbécile, niais ; ■ homme déclassé (violé en prison, devenu homosexuel passif) ; ■ type (de qualité), homme (du milieu), garçon ; par ext. le chef de service

ALL : Individuum, Mann / IT : alocco, balordo
fréquence : 103
registre ancien : 10 registre moderne : 8

synonyme : individu, type, quidam, dupe, pigeon, victime, homme morphologie : n/u, ss/s/z langue : Italien

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1684.

1757 1799 1821 1827 1827 1828 1828 1829 1829 1829 1833 1835 1835 1836 1836 1840 1841 1844 1846 1846 1847 1849 1853 1859 1863 1867 1870 1872 1876 1877 1880 1881 1885 1885 1887 1889 1889 1894 1897 1899 1900 1900 1901 1901 1901 1903 1904 1905 1907 1908 1909 1910 1911 1911 1911 1912 1915 1917 1918 1918 1920 1935 1946 1947 1947 1951 1952 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1957 1957 1957 1960 1963 1963 1966 1967 1968 1969 1974 1975 1975 1976 1981 1981 1981 1982 1982 1989 2004 2007 2012 xxxx

Citations

<15 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

GONZE, subst. masc. ; A. − Gonze, subst. masc., arg. Homme en général, individu. Synon. pop. gars, mec, type. Quelque honnête chrétien, de ceux que les uns appellent un gonze, les autres un bon chaland (Nerval, Nouv. et fantais., 1855, p. 190). Lili avait vu Angelo et deux gonzes s'approcher du bar (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 79). Prononc. et Orth. : [gɔ ̃:z], fém. [-gɔ ̃zεs]. Formes gonce (cf. Queneau, Pierrot, 1942, p. 17), gonse (cf. Céline, Mort à crédit, 1936, p. 512) et gonsesse (cf. Huysmans, Marthe, 1876, p. 57). Étymol. et Hist. I. 1628 conce du castuz « homme qui vide les ordures de l'hôpital » (O. Chereau, Le Jargon ou Lang. de l'arg. réformé ds Sain. Sources t. 1, p. 193) ; 1684 gonze « gueux » (La Fontaine, Ragotin, IV, 1 ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 7, p. 355) ; 1753 « individu » (J.-J. Vadé, Le Bouquet du Roy, p. 21). (tlfi:gonze)

  • Cf. parlers provinciaux : Languedoc, gonzo, coureuse ; Anjou, gonze, gamin, moutard et gonzesse, drôlesse ; faire le gonze, pleurnicher pour obtenir qque faveur (faire le bambin) ; gonse, gonce : jeune homme, individu quelconque, d'où le dérivé goncier : individu, homme et goncier de pain d'épice, individu sans valeur (SAINXIX)
  • Argot ital. gonzo (1561) d'orig. incertaine. P. Guiraud suggère le lat. conscius « confident, complice » (GR)
  • Empr. à l'ital. gonzo « individu stupide », attesté dep. av. 1561 (Bandello ds BATT.), d'orig. inc. (FEW t. 22, p. 14a) (TLFi)
  • Emprunt au fourbesque (FrançoisPléiade)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • 1684 : gueux ; sens moderne : 1753 (GR) (mais : conce «valet d'hôpital», 1628) / 1628 conce du castuz « homme qui vide les ordures de l'hôpital » (O. CHEREAU, Le Jargon ou Lang. de l'arg. réformé ds SAIN. Sources t. 1, p. 193) ; 1684 gonze « gueux » (LA FONTAINE, Ragotin, IV, 1 ds Oeuvres, éd. H. Régnier, t. 7, p. 355) ; 1753 « individu » (J.-J. VADÉ, Le Bouquet du Roy, p. 21) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.