¶ se barrer

se barrer & (se bârrer) ; barrer ; □ faire barrer ; □ barre-toi ! ; barrez-vous !

Définition de se barrer

Partir, s'en aller, s'enfuir, se sauver ; □ faire partir, éloigner ; □ va-t-en ; allez vous-en !

ANG : to skip
fréquence : 135 registre ancien : 8 registre moderne : 7

synonyme de se barrer : fuir, s'enfuir, se sauver, s'échapper, s'évader, partir, s'en aller, va-t'en

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1866.

1884 1888 1896 1898 1899 1901 1903 1904 1905 1911 1914 1914 1914 1914 1914 1915 1915 1917 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1919 1920 1921 1921 1925 1925 1925 1925 1927 1927 1927 1928 1928 1929 1930 1933 1935 1935 1936 1939 1945 1946 1947 1947 1947 1948 1949 1949 1950 1951 1952 1952 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1956 1956 1957 1957 1960 1960 1961 1963 1963 1965 1965 1965 1967 1966 1968 1969 1974 1976 1977 1977 1977 1978 1979 1979 1979 1979 1979 1980 1980 1980 1981 1981 1981 1982 1982 1982 1984 1985 1987 1988 1989 1989 1990 1995 1995 1998 1999 2000 2000 2001 2003 2004 2004 2008 2011 2011 2012 2012 2015 2016 xxxx xxxx

Citations (aide)

<16 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

− Argot Abandonner. Balanstique ta garce, barre-la sans secousse (A. Bruant, Dict. fr.-arg., 1905, p. 2). Emploi pronom. S'en aller : 14. Si tu l'avais vu se barrer avec sa patte amochée, je te jure qu'il était marrant. Dorgelès, Les Croix de bois ; 1919, p. 217. 4. 1866 arg. (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, p. 24 : Barrer. Abandonner son travail) ; l'éd. de 1867 précise ,,dans l'argot des marbriers de cimetière``; d'où 1866 pronom. se barrer « partir » (d'apr. Esn.); cf. 1867 (A. Delvau, loc. cit., p. 11). (tlfi:barrer)

  • S'effacer. (AYN)
  • Orig. incert. : soit de barrer « biffer, annuler », mais l'évolution n'est pas claire, effacer, par métaphore, correspondant à « tuer », non à « partir » ; soit par antiphrase, de barrer « fermer », hypothèse peu vraisemblable ; soit enfin par empr. à l'arabe algérien barra « va-t'en », ce qui supposerait un emprunt à l'impératif, non prouvé. (GR)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre. (Dauzat1918voc)
  • se barrer : 1866 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.