¶ encaisser

  • encaisser
    • ■ Recevoir et supporter vaillamment qqchose ; ■ subir (au physique ou au moral) : recevoir un coup, un choc, une mauvaise nouvelle, une balle, un affront, coups de bite, etc., subir un coup au moral, subir des insultes, réprimande, etc. ; ■ subir et supporter, accepter ; □ supporter mal
    • fréquence : 114
    • id : 36701

encaisser & encaisser qqchose ; □ encaisser mal v.tr.

Définition

■ Recevoir et supporter vaillamment qqchose ; ■ subir (au physique ou au moral) : recevoir un coup, un choc, une mauvaise nouvelle, une balle, un affront, coups de bite, etc., subir un coup au moral, subir des insultes, réprimande, etc. ; ■ subir et supporter, accepter ; □ supporter mal

fréquence : 114
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : subir (temps, coups, etc.)

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1867.

1901 1911 1911 1914 1915 1916 1916 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1918 1918 1918 1919 1919 1919 1920 1921 1927 1927 1927 1928 1929 1930 1933 1933 1935 1935 1935 1935 1935 1937 1937 1938 1938 1944 1945 1947 1947 1948 1949 1950 1950 1950 1951 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1955 1955 1956 1957 1957 1957 1960 1960 1964 1964 1966 1967 1967 1968 1966 1968 1969 1970 1971 1972 1972 1974 1975 1976 1977 1977 1978 1979 1981 1982 1982 1982 1983 1984 1984 1984 1985 1987 1989 1990 1997 1997 1998 1998 1999 2000 2003 2004 2004 2006 2006 2007 2007 2007 2008 2008 2008 2009 2011 2012

Citations (aide)

<20 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

− Au fig., fam. Recevoir des coups. Diane, à cause de ses grands airs et de sa facilité à encaisser les torgnoles conjugales, était plus sévèrement jugée (L. Daudet, Am. songe,1920, p. 134): 3. ... elle [Nadine] a dû encaisser quelques gnons et coquards décochés heureusement d'une main sans précision et comme hébétée. Arnoux, Zulma l'infidèle,1960, p. 161. En emploi abs. ou accompagné d'un adv., SP. (notamment boxe). Bien encaisser, encaisser dur. Recevoir les coups de l'adversaire sans dommage. Clotilde, une superbe et lente Flamande, encaissa, donna, prit l'avantage sans effort [en boxant] (Carco, Jésus-la-Caille,1914, p. 136). − P. ext. Accepter, admettre, supporter. Encaisser des provocations. La situation a deux issues. Encaisser un outrage ou le rendre. Choisis (Giraudoux, Guerre Troie,1935, II, 5, p. 120): 4. Tel qui encaisse parfaitement un roman de Zola, comme la Terre, est écœuré dès qu'il lit un roman existentialiste... Sartre, L'Existentialisme est un humanisme,1946, p. 13. . fig. et fam. a) 1867 encaisser un soufflet (Delvau, p. 156); (tlfi:encaisser) /

  • 1867 (GR) / 1867, Delvau (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.