Définition de : frousse

  • frousse
    • Peur, anxiété ; □ avoir peur, effrayer ; □ faire peur ; □ n'avoir qu'une crainte ; □ s'effrayer
    • fréquence : 116
    • id : 3081

frousse & □ avoir la frousse ; avoir la frousse de ; se sentir la frousse ; □ foutre la frousse ; flanquer la frousse ; fiche, ficher la frousse ; donner la frousse ; faire la frousse ; □ se donner la frousse ; □ n'avoir qu'une frousse ; □ mangé par la frousse ; □ frousse bleue n.f.

Définition

Peur, anxiété ; □ avoir peur, effrayer ; □ faire peur ; □ n'avoir qu'une crainte ; □ s'effrayer

ALL : Angst
fréquence : 116
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : peur, avoir peur, craindre famille : frousse

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1858.

1876 1886 1887 1888 1888 1889 1894 1896 1896 1898 1900 1900 1901 1901 1902 1903 1904 1904 1905 1907 1908 1910 1910 1911 1911 1911 1912 1912 1914 1915 1915 1915 1916 1916 1917 1917 1917 1918 1914 1920 1925 1926 1927 1927 1928 1930 1930 1931 1932 1932 1932 1933 1933 1935 1935 1936 1937 1938 1939 1942 1942 1943 1943 1945 1945 1945 1946 1947 1947 1948 1949 1951 1952 1952 1952 1954 1954 1954 1954 1956 1957 1957 1958 1958 1960 1960 1961 1961 1963 1966 1967 1969 1969 1969 1970 1971 1977 1978 1979 1979 1981 1982 1982 1983 1985 1997 1997 1998 1999 2004 2007 2009 2013 xxxx xxxx xxxx

Citations

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

FROUSSE, subst. fém. Pop. ou fam. Peur extrême, souvent inconsidérée, due à la faiblesse ou la lâcheté. Avoir la frousse (de qqc.); faire qqc. par frousse. Synon. crainte, frayeur, pétoche (pop.), trouille (pop.). Je sens qu'il a la frousse et qu'au fond, en disant qu'il aime la bataille, il a une terreur du oh ! d'une salle soulevée de dégoût (Goncourt, Journal,1888, p. 835). Pour nous l'âme, c'était la frousse. Dans chaque piaule, la peur de manquer, elle suintait des murs (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 181): Quand j'étais très jeune, il m'arrivait souvent de me lancer, la nuit, dans d'effroyables cauchemars, dont je sortais tremblant et baigné de larmes. Puis, je ne sais ce qui s'est passé dans mon organisme, ni quelles glandes endocrines s'étant soudain mises à fonctionner différemment, le sentiment de frousse me déserta. Gide, Ainsi soit-il, 1951, p. 1200. SYNT. Être malade, plein, tremblant, vert de frousse; une frousse épouvantable, extrême, formidable, incurable, terrible; une sainte frousse. Prononc. : [fʀus]. Étymol. et Hist. 1858 (Larchey, Rev. anecdot., p. 523 ds Fr. mod., p. 203 : Frousse : Peur). Dér. du rad. onomatopéique frou- (v. frou-frou), allongé par une sifflante qui traduit l'effroi suscité par un bruit soudain; cf. prov. mod. frous « bruit strident » (Mistral). Fréq. abs. littér. : 75. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 644. (tlfi:frousse) /

  • Même sens dans les Vosges ; proprement onomatopée qui exprime un départ rapide (froust !), l'envolée subite d'un oiseau dans les branchages ; c'est proprement un terme de vénerie (froust en Champagne) (SAINXIX)
  • Ne s'emploie qu'avec article (RICH)
  • frousse est virousse en normand (AYN)
  • Orig. incert. ; p. -ê. onomat. ou du provençal frous « bruit strident » ; selon Guiraud, à rapprocher du lat. fluxa « flux », dont des dérivés en -r- sont attestés (GR)
  • 1858 Larchey (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.