frousse

frousse (tableau rapide)
frousse Peur, anxiété ; □ avoir peur, effrayer ; □ faire peur ; □ n'avoir qu'une crainte ; □ s'effrayer
synonyme peur, avoir peur, craindre
date 1858
fréquence 115

frousse

& □ avoir la frousse ; avoir la frousse de ; se sentir la frousse ; □ foutre la frousse ; flanquer la frousse ; fiche, ficher la frousse ; donner la frousse ; faire la frousse ; □ se donner la frousse ; □ n'avoir qu'une frousse ; □ mangé par la frousse ; □ frousse bleue

n.f.

Définition

Peur, anxiété ; □ avoir peur, effrayer ; □ faire peur ; □ n'avoir qu'une crainte ; □ s'effrayer ALL : Angst

registre ancien : 7 registre moderne : 6

Synonyme : peur, avoir peur, craindre Famille : frousse

Citations
1945 alors qu'ils tenaient la rue et que les grands bourgeois tremblaient de frousse. source : 1945. Mon journal depuis la Libération
1942 Triste odeur surette de mensonge, de suée de caleçon, de frousse aux fesses. source : 1942. Le bouquet
1938 si je la revoyais, eh bien, je vous jure que je lui ferais la frousse avec un tas de sous-entendus source : 1938. Moi, un nain
1952 Elle comprenait très bien, mais la frousse la mangeait source : 1952. Rencontre dans la nuit
1932 à la nuit, un rien vous fiche la frousse… source : 1932. Allo ! Danton police ! (Pièce en un acte)
xxxx Qu'est-ce qui t'a prise d'entrer ici en trombe et de nous ficher pareille frousse ? source : xxxx. Moustache (Pièce en un acte)
1927 Fichu temps ! La frousse partout source : 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire
1915 Ah ! c'est pas pour dire, mais ils manquent de « coeur »… Ils ont la frousse et n'osent pas s'aventurer sous bois… source : 1915. Les poilus de la 9e
1914-1919 Je n'ai qu'une frousse, c'est qu'ils aillent chez nous. source : 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées
1928 C'est toute une affaire, cette marmaille-là, surtout qu'il y en a deux, sept ans et neuf ans, qui prennent des attaques de nerfs, et qui restent longtemps par terre, en ouvrant les yeux et la bouche à vous ficher la frousse. source : 1928. La racaille
1977 La plus terrible des frousses, celle qui paralyse les jambes et le cerveau, celle de la nausée de l'existence, du chaos de la vie. Je ne tremble pas, mais ça va venir. source : 1977. Faut pas rire avec les barbares

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

FROUSSE, subst. fém. Pop. ou fam. Peur extrême, souvent inconsidérée, due à la faiblesse ou la lâcheté. Avoir la frousse (de qqc.); faire qqc. par frousse. Synon. crainte, frayeur, pétoche (pop.), trouille (pop.). Je sens qu'il a la frousse et qu'au fond, en disant qu'il aime la bataille, il a une terreur du oh ! d'une salle soulevée de dégoût (Goncourt, Journal,1888, p. 835). Pour nous l'âme, c'était la frousse. Dans chaque piaule, la peur de manquer, elle suintait des murs (Céline, Mort à crédit,1936, p. 181): Quand j'étais très jeune, il m'arrivait souvent de me lancer, la nuit, dans d'effroyables cauchemars, dont je sortais tremblant et baigné de larmes. Puis, je ne sais ce qui s'est passé dans mon organisme, ni quelles glandes endocrines s'étant soudain mises à fonctionner différemment, le sentiment de frousse me déserta. Gide, Ainsi soit-il,1951, p. 1200. SYNT. Être malade, plein, tremblant, vert de frousse; une frousse épouvantable, extrême, formidable, incurable, terrible; une sainte frousse. Prononc. : [fʀus]. Étymol. et Hist. 1858 (Larchey, Rev. anecdot., p. 523 ds Fr. mod., p. 203 : Frousse : Peur). Dér. du rad. onomatopéique frou- (v. frou-frou), allongé par une sifflante qui traduit l'effroi suscité par un bruit soudain; cf. prov. mod. frous « bruit strident » (Mistral). Fréq. abs. littér. : 75. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 644. (tlfi:frousse) /

Même sens dans les Vosges ; proprement onomatopée qui exprime un départ rapide (froust !), l'envolée subite d'un oiseau dans les branchages ; c'est proprement un terme de vénerie (froust en Champagne) (SAINXIX) / Ne s'emploie qu'avec article (RICH) / frousse est virousse en normand (AYN) / Orig. incert. ; p. -ê. onomat. ou du provençal frous « bruit strident » ; selon Guiraud, à rapprocher du lat. fluxa « flux », dont des dérivés en -r- sont attestés (GR) /

  • 1858 Larchey (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).