ne pas s'en faire

registre ancien : 6 registre moderne : 5 fréquence : 79

ne pas s'en faire & qui ne s'en fait pas ; t'en fais pas ; faut pas vous en faire ; y'a pas lieu d't'en faire ; faut pas s'en faire ; sans m'en faire ; s'en faire locution

Ne pas s'inquiéter, ne pas se faire de souci ; avoir la belle vie, ne pas faire d'effort, ne pas se donner de mal ; s'inquiéter, se soucier, se tourmenter ; (loc. fataliste d'usage général, et spécialement attribuée aux Poilus) ANG : don't worry ; to worry

Synonyme : soucier (se), soucier, tourmenter, insouciant Usage : militaire, guerre

16965.jpg: 700x484, 77k (25 juin 2012 à 20h43)

1932 elle m'a longuement raconté de troublantes histoires sur les comportements de nombreux notables et m'a renseignée sur la manière dont ils faisaient la « guerre » pendant les années terribles. Dame ! on « ne s'en faisait pas » dans les salons hospitaliers de la Grande Jeanne qui ont vu défiler, pendant les saturnales qu'elle organisait artistement, tout ce qui restait à Paris d'hommes d'État et de jolies filles 1932. Le pourrissoir 1927 on se tire toujours d'affaire. Nous l'avons bien prouvé. Faut pas nous en faire 1927. China-Town, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927) 1957 Il y en a qui ne s'en font pas, hein ? Regardez cette auto. Elle n'appartient sûrement pas à un pêcheur de la ligne 1957. Les eaux troubles de Javel 1917 Seul de son escouade, Dudule, morose, « s'en faisait » 1917. La guerre sous terre 1917 C'est le parfait philosophe ! Il est laid, velu, disgracieux. Qu'importe ? Il n'a pas de prétentions vis-à-vis des femmes : « y s'en fait pas ! » Toujours, partout, il oppose à la brutalité des choses […] la placidité de son humeur égale 1917. La cote 304 et Souvenirs d'un Officier de Zouaves - Guerre 1914-1917 1944 Qu'est-ce que c'est que ça ? On ne s'en fait pas ici. Qui vous a ouvert ? 1944. Dans les prisons de la milice - Un mois au château des Brosses 1944 Il tomba dans le piège. Il est maintenant pensionnaire aux Brosses, mais «il ne s'en fait pas». Il aurait tort, d'ailleurs, car il jouit, de la part des «inspecteurs», d'une confiance relative. 1944. Dans les prisons de la milice - Un mois au château des Brosses 1916 « Je ne m'en suis pas fait d'abord », dit Montigny, un des miens. 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1916 Il n'empêche que cette rencontre me réjouit : encore un camarade d'avant-guerre, gaillard jovial, «qui ne s'en fait pas» et le prouve. 1916. Sous Verdun (août-octobre 1914) 1914-1919 Ne vous en faites pas trop, l'orage est passé. Aujourd'hui, l'ennemi numéro un, ce n'est plus les Allemands, c'est la pluie et la boue. 1919. J'étais médecin dans les tranchées (2 août 1914-14 juillet 1919) 1917 Que faire alors ? Ne « pas t'en faire », comme nous disons, entre Poilus. 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1915 maintenant que ça marche de l'avant, pourquoi s'en faire, ça marche bien, c'est le principal 1915. (correspondance) Les cinq mois de campagne d'un ouvrier parisien (2) 1917 Il a gardé de son séjour sur la Butte Sacrée une conversation imagée avec un accent particulièrement savoureux. Sa philosophie se résume dans la puissante maxime «Ne pas s'en faire» 1917. Chignole (la guerre aérienne) 1917 Il ne s'en fait jamais, plus on est canonné, plus il rigole… 1917. Chignole (la guerre aérienne) 1925 on voisine, on fume, on chante, on mange, on boit, en un mot « on ne s'en fait pas » 1925. Souvenirs d'un médecin des prisons de Paris (1914-1918) 1914-1919 Gros nuage de poudre : blessés. La séance continue. Faut pas s'en faire, on les aura quand même. 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées 1978 je dois lancer à Mouloud un regard chaviré, il me dit : « T'en fais pas, va, c'est toujours un peu dur au début, repose-toi, laisse-moi faire. » […] « Ça ira mieux demain, va, faut pas t'en faire. » 1978. L'établi 1978 J'avais tort de m'en faire. Il n'est pas question de me mettre à la porte. 1978. L'établi 1963 T'en fais pas. Ya que la tripe de touchée. Je vais te faire une syrette de morphine. 1963. La 317e section <19 citation(s)>

Qui ne se fait pas de bile, de mauvais sang, de soucis.. (AYN) / Sous entendu : de la mousse (Dech1918) / Se faire de la bile ; date de vingt ans au moins (erreur de Sainéan qui le croit nouveau) (Dauzat1917MdF) / «Puis, comme elle était pâle et les yeux inquiets, il lui dit les trois mots, qui sont toute la philosophie des Parisiens, peut-être même de notre race, - les trois petits mots qui veulent dire : on n'est plus des gosses ; il y a des ressources ; tout n'est pas perdu ; tout sera peut-être gagné ; presque tout s'arrange ; la terre tourne tranquillement ; et Dieu ne pas être... méchant homme ; - il y avait tout cela mêlé dans la cervelle de Gaspard quand, avant de monter dans le train, il dit très tendrement : -Bibiche... t'en fais pas !» (Gaspard1915, p.224-255) / s'en faire : date de 20 ans au moins (erreur Sainéan) ; ne pas s'en faire, abrégement de ne pas se faire de bile, un des mots à succès popularisés par la guerre (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 411