trimer

trimer ■ Travailler, et particulièrement travailler durement, péniblement (hors marche) ; travailler dur (où il faut marcher) ; ■ (intellectuellement) étudier, se donner du mal, se donner de la peine
date 1730
fréquence 69
synonyme travailler, faire un travail, étudier, étude

trimer

v. intr.

■ Travailler, et particulièrement travailler durement, péniblement (hors marche) ; travailler dur (où il faut marcher) ; ■ (intellectuellement) étudier, se donner du mal, se donner de la peine ALL : arbeiten, abplagen / ANG : to work hard

registre ancien : 8 registre moderne : 6

Famille : trimer (marcher, effort)

3569_si_je_ne_veux_pas_trop_y_trimer.jpg: 800x517, 83k (21 mars 2019 à 02h39)

1991 je vois trimer la bonne 1991. Ma chanson leur a pas plu (suite)
1937 C'est un pays ou l'on doit ramer, trimer, pour simplement vivre 1937. Bagatelles pour un massacre
1905 Trente ans ! pendant trente ans j'ai trimé comme un charretier, comme un forçat ! 1905. L'instinct, dans L'instinct - Marthe
1892 Tu ne veux pas toujours trimer. Il faut bien rire un peu 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique
1834 je le sais ; vous trimez assez du matin au soir pour abattre de la besogne [?? peut etre dans le sens de marcher et non celui de travailler] 1834. Les deux mansardes parisiennes, dans Paris ou le livre des cent-et-un
1955 dont la mère, une blanchisseuse à Montmartre, avait trimé toute son existence 1955. Les dessous de Paris - Souvenirs vécus par l'ex-inspecteur principal de la brigade mondaine Louis Métra
1916 Les images de ma campagne, où j'ai « trimé » et souffert comme je ne croyais pas qu'on pût « trimer » et souffrir, me passent par l'esprit 1916. Journal d'un simple soldat. Guerre-captivité 1914-1915
1927 il trima longtemps avant de toucher soixante-quinze francs par mois 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire
1862 heureux mortel qui, n'ayant jamais trimé de l'aviron sur la galère où nous enchaîne le génie, ne vois là que la source de quelques plaisirs grossiers 1862. Le dernier crime de Jean Hiroux
1999 Marcel. Nous avons fait équipe assez longtemps. Il m'a beaucoup appris. C'est un des piliers de la PJ. Nous avons trimé ensemble, mais nous avons aussi beaucoup ri. 1999. Deux frères - flic et truand, deuxième partie (Bruno) (le flic)
1922 Il m'entraîne dans sa cabine pour me montrer ses trésors. Des plumes d'aigrettes merveilleusement fines et blanches, des plumes de héron gris et de héron bleu ; des perles. Il est content de son voyage. Il a trimé dur [c'est un aventurier colporteur]. 1922. Le pot au noir
2011 J'ai bossé dur à la chaîne [ouvrier], j'ai fait le manoeuvre dans le bâtiment, j'ai trimé dans une fonderie, une fabrique de parpaings… mais là, ça me tue ! Ça me met hors de moi ! 2011. Un militant, trois poules (suivi de La Citouche)
1882 Mais, lorsqu'on fut obligé de se passer de domestiques, de tout faire par soi-même dans le ménage, elle retroussa ses manches et trima comme quatre, nullement attristée par ce revers de fortune 1882. Zola. Notes d'un ami

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

B. − Familier 1. Travailler très durement pour assurer sa subsistance; p. ext., faire des besognes pénibles. Synon. besogner, marner 1(pop.), peiner, turbiner2 (pop.). Le vieux Dominique songeait à la vie qui se faisait plus âpre chaque jour. On trimait toute sa chienne de vie pour amasser quatre sous et on n'y arrivait pas (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 4). On va, on pousse sa charrue, on trime, les jours se défont et on n'a pensé à rien (Aymé, Jument, 1933, p. 194). − [Dans une tournure factitive] Faire trimer qqn.V. bicot2ex. − Trimer à + inf.S'échiner à faire quelque chose. Moi, je trime toute la journée à porter du lait, à puiser de l'eau, à casser du bois (Labiche, Pied ds crime, 1866, III, 3, p. 417). 2. Étudier, travailler intellectuellement avec acharnement. Synon. bosser1, bûcher2.Il se plaignait avec amertume de ces écoles du gouvernement, où l'on trimait tant d'années, et qui n'assuraient pas même une position à tous ceux qu'elles jetaient sur le pavé (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 170).J'avais trimé trois ans, seul, les yeux fixés sur mon but; j'avais donné là tout l'effort d'intelligence, de volonté, d'application, dont j'étais capable (Martin du G., Souv. autobiogr., 1955, p. LVII). Prononc. et Orth.: [tʀime], (il) trime [tʀim]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 2. ca 1730 « travailler durement » (Caylus, Le Bordel ou le jean-foutre puni, 55 ds Aufsätze zur Sprachwissenschaft, 2, 1980, p. 37). Prob. issu de trumer « courir » (fin du xives., Eustache Deschamps, Œuvres, éd. Queux de Saint-Hilaire, t. 5, p. 292), qui appartient à la famille de trumel « jambe » (v. trumeau); le verbe aurait donc signifié littéral. « jouer des jambes ». Fréq. abs. littér.: 63. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 295. − Quem. DDL t. 1. (tlfi:trimer) /

Travailler : c'est le vrai sens du mot (VIR) / Aller sur le trimard (AYN) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).