Définition de : trimer

Définition

■ Travailler, et particulièrement travailler durement, péniblement (hors marche) ; travailler dur (où il faut marcher) ; ■ (intellectuellement) étudier, se donner du mal, se donner de la peine

ALL : arbeiten, abplagen / ANG : to work hard
fréquence : 073
registre ancien : 8 registre moderne : 6

synonyme : travailler, faire un travail, étudier, étude famille : trimer (marcher, effort)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1730.

1834 1859 1861 1862 1866 1880 1882 1886 1889 1889 1890 1892 1892 1893 1894 1895 1899 1901 1901 1904 1904 1905 1907 1908 1911 1915 1916 1916 1916 1917 1917 1917 1918 1920 1923 1924 1926 1927 1928 1929 1930 1930 1932 1933 1937 1938 1942 1949 1951 1953 1953 1954 1955 1965 1969 1973 1979 1981 1985 1990 1991 1999 1999 2000 2000 2001 2003 2006 2008 2008 2009 2011 2016

3569_si_je_ne_veux_pas_trop_y_trimer.jpg: 800x517, 83k (21 mars 2019 à 02h39)

Citations

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

B. − Familier 1. Travailler très durement pour assurer sa subsistance; p. ext., faire des besognes pénibles. Synon. besogner, marner 1(pop.), peiner, turbiner2 (pop.). Le vieux Dominique songeait à la vie qui se faisait plus âpre chaque jour. On trimait toute sa chienne de vie pour amasser quatre sous et on n'y arrivait pas (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 4). On va, on pousse sa charrue, on trime, les jours se défont et on n'a pensé à rien (Aymé, Jument, 1933, p. 194). − [Dans une tournure factitive] Faire trimer qqn.V. bicot2ex. − Trimer à + inf.S'échiner à faire quelque chose. Moi, je trime toute la journée à porter du lait, à puiser de l'eau, à casser du bois (Labiche, Pied ds crime, 1866, III, 3, p. 417). 2. Étudier, travailler intellectuellement avec acharnement. Synon. bosser1, bûcher2.Il se plaignait avec amertume de ces écoles du gouvernement, où l'on trimait tant d'années, et qui n'assuraient pas même une position à tous ceux qu'elles jetaient sur le pavé (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 170).J'avais trimé trois ans, seul, les yeux fixés sur mon but; j'avais donné là tout l'effort d'intelligence, de volonté, d'application, dont j'étais capable (Martin du G., Souv. autobiogr., 1955, p. LVII). Prononc. et Orth.: [tʀime], (il) trime [tʀim]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 2. ca 1730 « travailler durement » (Caylus, Le Bordel ou le jean-foutre puni, 55 ds Aufsätze zur Sprachwissenschaft, 2, 1980, p. 37). Prob. issu de trumer « courir » (fin du xives., Eustache Deschamps, Œuvres, éd. Queux de Saint-Hilaire, t. 5, p. 292), qui appartient à la famille de trumel « jambe » (v. trumeau); le verbe aurait donc signifié littéral. « jouer des jambes ». Fréq. abs. littér.: 63. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 295. − Quem. DDL t. 1. (tlfi:trimer) /

  • Travailler : c'est le vrai sens du mot (VIR)
  • Aller sur le trimard (AYN)
  • 1730, Caylus (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.