Définition de : gourde

  • gourde
    • Imbécile, idiot ; naïf, bête, niais ; personne dupée ; homme pâteux, paysan mal dégrossi, qui n'est pas déluré ; (en n.f. plus souvent appliqué à une femme qu'à un homme)
    • fréquence : 095
    • id : 3127

gourde & petite gourde ; être gourde ; quelle gourde ! n.f., adj.

Définition

Imbécile, idiot ; naïf, bête, niais ; personne dupée ; homme pâteux, paysan mal dégrossi, qui n'est pas déluré ; (en n.f. plus souvent appliqué à une femme qu'à un homme)

ANG : (gourd) a stupid person ; stupid fellow, nut ; idiot
fréquence : 095
registre ancien : 6 registre moderne : 5

synonyme : niais, pas déluré, imbécile, idiot, bête

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1895.

1888 1894 1895 1899 1899 1900 1900 1901 1901 1903 1904 1905 1905 1905 1905 1907 1908 1910 1911 1911 1911 1912 1914 1914 1914 1915 1915 1915 1916 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1918 1918 1920 1921 1925 1926 1927 1927 1927 1932 1932 1933 1933 1935 1935 1935 1935 1937 1938 1939 1940 1942 1945 1947 1947 1948 1948 1948 1949 1951 1952 1952 1953 1953 1953 1954 1955 1955 1955 1956 1957 1958 1959 1960 1960 1960 1960 1964 1967 1968 1971 1981 1984 1990 1990 1995 1995 1997 2003 2004

3127.jpg: 650x441, 89k (11 août 2011 à 23h12)

Citations

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

C. − Au fig. 1. Emploi subst. Personne niaise, sotte. Il y a les gourdes, qui ne savent pas se servir des robinets (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 231). Pas même du plaisir qu'il lui donnait. Et si bête, sans imagination. Beau, il faisait un bien piètre amoureux, presque une gourde (Queneau, Pierrot, 1942, p. 84). 2. Emploi adj. Qui est gauche, maladroit, stupide. Avoir l'air gourde. Ils avaient laissé leurs pommiers, leurs bestiaux et leurs femmes, et ils s'en venaient gourdes et surpris (Benjamin, Gaspard,1915, p. 8). Quant à moi, je n'ai pas assez de mes deux bras, il y a tant de choses à faire, et la plupart des gens si mollasses et si gourdes ! (Claudel, Ours et lune, 1919, 3, p. 623) : 3. ... il allait retrouver ses élèves, qu'il éblouissait avec ses contres de quarte, et auxquels il frappait sur les doigts avec le plat de l'épée quand il les trouvait vraiment trop gourdes. Aragon, Beaux quart., 1936, p. 41. (tlfi:gourde) /

  • gourde adj. non conv. INJURE "stupide, maladroit" - R, cit. Romains [1932] ; GLLF, 1936, Aragon ; Lex.[75], PR[77], TLF, ø d la date de 1891, dans Lex.[75], concerne le subst.
    • 1901 - «Dieu que c'est gourde, un homme intelligent !» Willy, Claudine à Paris, 250 (Ollendorff) - M.C.E.
    • 1902 - «Jaloux de moi ? A quel titre ? Est-il gourde, cet homme !» Willy, Claudine en ménage, 123 (Mercure de France) - M.C.E.
    • 1920 - «Gourde, s.f. et adj. imbécile.» Bauche, 237 - M.C.E.
  • gourde adj. non conv. CARACT. "stupide, maladroit" - DDL 16, 1901, Willy ; TLF, cit. Benjamin, 1915 ; R, cit. Romains [1932] ; GLLF, 1936, Aragon ; Lex.[75], PR[77], ø d la date de 1891, dans Lex.[75], concerne le subst.
    • 1895 - Delesalle, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 142a (Paris, 1896) - R. L. rom., 45, 248. (bhvf:gourde)
  • Lourd, grossier : 1342 ; 1895 gauche et stupide d'après DDL (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.