pédé

pédé ■ Pédéraste, sodomiste, homosexuel ; ■ par ext. qui n'est pas viril, n'a pas les attributs désignant la virilité, homme faible, sans courage ; ■ terme d'injure, de mépris ; dans mentalité archaïque, insulte générale, terme de mépris à caractère homophobe ; (pédérastie)
date 1836
fréquence 92
synonyme homosexuel, sodomite, pédéraste

pédé

& (Pété) ; Pédé ; PD ; P.D. ; être pédé

n.m., adj.

■ Pédéraste, sodomiste, homosexuel ; ■ par ext. qui n'est pas viril, n'a pas les attributs désignant la virilité, homme faible, sans courage ; ■ terme d'injure, de mépris ; dans mentalité archaïque, insulte générale, terme de mépris à caractère homophobe ; (pédérastie) ANG : Sodomist

registre ancien : 8 registre moderne : 6

Morphologie : apocope Famille : pédé- Usage : homosexualité

1973_prudhommes_2016.jpg: 600x313, 52k (08 avril 2016 à 16h44)

2011 les gamins hurlent, Pédé enculé nique tes morts sur la Mecque, c'est la bande-son immuable de mes journées 2011. Je tue les enfants français dans les jardins
2011 ils étaient tous deux [Malik et Adrami] en train de se donner des coups en se lançant l'injure suprême : pédé. 2011. Je tue les enfants français dans les jardins
1995 Djamel nous l'explique : « celui à qui on dit “nique ta mère”, il est obligé de répondre ; c'est pas possible qu'il ne réponde pas. Autrement, c'est un pédé, un moins que rien. » 1995. Le monde du "N.T.M."
1961 Mais il n'y a pas que ces filles dites de joie qui le préoccupent : il y a tous ces P.D., ces voyeurs et exhibitionnistes dont la prise en flagrant délit n'est pas chose aisée. 1961. L'hydre aux mille têtes
1966 Les gars du bled nous traitent de pédés parce qu'on a les cheveux longs. 1968. Les barjots
1966 l'épithète « pédé » caractérise explicitement non pas l'homosexuel, mais l'hétérosexuel par opposition au garçon viril, bref celui qui « valorise » la femme. 1968. Les barjots
1904 –Y n'irait pas chez une lope ? –Qui ça, une lope ? –Mais une coquine, un pédé ! Tu sais bien que tous en mangent 1904. La Maison Philibert
1968 Ralf, blondinet boutonneux, faux pédé, tringleur de seconde zone, parasite éhonté 1968. Le terminus des prétentieux
2003 Comment elle a pu sortir avec un pédé pareil ? 2003. Dans l'enfer des tournantes
1955 J'allais réveiller un ami sûr qui, mieux que personne, connaissait et connaît encore le monde des « pédés » parisiens 1955. Les dessous de Paris - Souvenirs vécus par l'ex-inspecteur principal de la brigade mondaine Louis Métra
2006 Allez vous faire mettre, PD 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police
2002 C'est à nous qu'il parle ce pédé ? 2002. Momo le coursier
1975 Quand nous avions regagné nos cellules, les pédés, isolés et séparés des autres détenus, étaient conduits à la douche. 1975. Souvenirs obscurs d'un Juif polonais né en France
1978 Il est allé au Cirque, à Amiens. C'est un coin à pédés. 1978. Les garçons de passe - Enquête sur la prostitution masculine
1994 le général passait de main en main ; nous n'entendions plus ses menaces. On le traitait de connard, de pédé et d'enculé, il y avait aussi de vilaine allusions à sa mère qui aurait été une grande pute. 1994. La guerre des gusses
1965 Le mec avait une bouille rose comme un enfant de quatre mois ; des yeux bleus comme un nouveau-né. Une vraie frime de pédé. 1965. Le Tigre entre en piste

<16 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Pédé, subst. masc.a) Abrév. pop. Les pédés de Saint-Germain-des-Prés, comme les maquereaux de Montmartre (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 39). b) [En terme d'injure] Péj. Pauvre type. Ils ont le mors aux dents ces pédés, ce soir ! (J. Cordelier, La Dérobade, 1976, p.32 ds Cellard-Rey 1980). (tlfi:pédé) /

Le mot est le plus souvent péj. et sert de terme injurieux sans contenu précis. Abrév. de pédéraste (GR) / Apocope de pédéraste (George, FM48) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).