coffrer

coffrer (tableau rapide)
coffrer Emprisonner, mettre en prison, en cellule, arrêter ; faire emprisonner ; se faire emprisonner
synonyme arrêter, arrêté, se faire arrêter, interpeller, se faire prendre, emprisonner
date 1562
fréquence 71

coffrer

& faire coffrer ; se faire coffrer

v.tr.

Définition

Emprisonner, mettre en prison, en cellule, arrêter ; faire emprisonner ; se faire emprisonner ALL : einsperren

registre ancien : 3 registre moderne : 6

Synonyme : arrêter, arrêté, se faire arrêter, interpeller, se faire prendre, emprisonner

Citations
1823 Ces gens-là [rang de larrons] me braillaient sans cesse / Qu'ils étaient des pauvres honteux, / Que des gueux sans délicatesse / Avaient fait coffrer dans ces lieux. source : 1823. Voyage à Sainte-Pélagie
1648 Mais on a cent decrets contre ce Balafré, / Et les Archers du Guet l'ont peut-estre coffré source : 1648. L'intrigue des filous
1899 À plusieurs reprises, on l'avait coffré sans pouvoir parvenir à prouver d'une façon certaine qu'il était l'auteur des falsifications de titres relevées source : 1899. Les Mémoires de M. Goron - Haute et basse pègre
1927 La loi belge sévère pour le duel coffrait, sans crier gare, les délinquants source : 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire
1881 La troupe se félicitait de voir ainsi coffrer des bourgeois source : 1881. Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté
1978 Comment ils peuvent se faire coffrer ? Le type porte plainte ? source : 1978. Les garçons de passe - Enquête sur la prostitution masculine
1915 Si le Boche nous tombe dessus, il nous coffre par les deux bouts sans que nous puissions remuer. source : 1915. Journal d'un poilu. août 1914-décembre 1915
1977 Mon pere […] / Me voulut pour bien mon bien coffrer à Saint Lazare ; / Et dès le lendemain, sans attendre plus tard, / On me devoit livrer au bon Frere Frapard. source : 1977. La boum

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

COFFRER, verbe trans. B. [P. réf. à coffre « meuble servant à enfermer des obj. »] Au fig., fam. 1. Enfermer, mettre en prison. Faire coffrer qqn. Se faire coffrer. Se faire arrêter : 2. Douze gentilshommes furent choisis pour porter cette pièce au roi : à leur arrivée à Paris, on les coffra à la Bastille, d'où ils sortirent bientôt en façon de héros; ... CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 201. 2. Emploi pronom. Se coffrer avec. S'enfermer avec : 3. Sa porte était condamnée, sauf à Albert, qui, assez volontiers, venait se coffrer avec lui; ... P. BOREL, Champavert, Passereau, l'écolier, 1833, p. 184. Étymol. et Hist. 2. 1562 coffrer en prison « mettre en prison » (J. THIERRY, Dict. fr.-lat. ds GDF. Compl.); 3. 1900 technol. (E.-T. QUINETTE DE ROCHEMONT, Cours de travaux mar., p. 212). Dénominatif de coffre*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 77. Bbg. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 87, 276. (tlfi:coffrer) /

De coffre (GR) / P. réf. à coffre « meuble servant à enfermer des obj. » (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).