Définition de : glisser

  • glisser
    • Donner, donner subrepticement, transmettre ; dire, dire discrètement, dire sans formalité, parler discrètement à l'oreille ; transmettre un bref message ; dit discrètement
    • fréquence : 082
    • id : 19690

glisser & glisser quelques mots ; glisser deux mots ; glisser à l'oreille ; glisser dans l'oreille ; glisser un mot dans l'oreille ; glisser un mot à l'oreille ; glisser dans le tuyau de l'oreille ; glisser un mot ; glissé à l'oreille locution

Définition

Donner, donner subrepticement, transmettre ; dire, dire discrètement, dire sans formalité, parler discrètement à l'oreille ; transmettre un bref message ; dit discrètement

fréquence : 082
registre ancien : 4 registre moderne : 3

synonyme : donner, céder, remettre, parler, dire

Chronologie

1800 1835 1851 1875 1884 1887 1889 1895 1898 1899 1910 1915 1916 1916 1917 1918 1918 1919 1921 1925 1927 1927 1927 1927 1927 1933 1933 1935 1935 1937 1943 1944 1945 1946 1947 1948 1949 1950 1952 1952 1953 1953 1954 1954 1955 1955 1955 1957 1957 1960 1963 1964 1966 1968 1971 1973 1975 1976 1978 1979 1983 1990 1990 1997 1998 1999 1999 1999 2002 2003 2006 2006 2006 2007 2007 2008 2008 2011 2011 2012 2013 xxxx

Citations

<12 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

GLISSER, verbe B. Faire entrer, faire pénétrer, faire passer quelque chose discrètement ou furtivement. Glisser qqc. dans qqc.; glisser qqc. à qqn. 1. [Le compl. d'obj. désigne une chose concr.] Glisser une pièce de monnaie dans la main d'un pauvre. Achetaient-ils des fruits, le fruitier leur glissait toujours une figue pourrie, des raisins gâtés, par en-dessous (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 32). Il ne lui aurait pas fallu longtemps pour découvrir qui lui avait glissé un bout de papier dans la poche (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 36) : 24. Le lendemain matin, quand il la quitta, elle lui glissa dans les mains une enveloppe, en chuchotant : Dehors, tu liras cela dehors. Pas ici, je t'en prie. ARLAND, Ordre, 1929, p. 332. 2. [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr.] Glisser une clause dans un contrat (Ac.). Dans la lettre que je t'avais écrite en te renvoyant son volume, je t'y avais glissé deux phrases louangeuses un peu exagérées (FLAUB., Corresp., 1852, p. 405). Il vient un moment dans la vie (...) où le professeur fidèle se demande s'il ne va pas glisser dans les déclinaisons latines quelques cas nouveaux (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 430) : 25. Et, par une coquetterie de peintre qui soigne sa mise en page, Debussy glisse, dans les dernières mesures [de Feux d'artifice], quelques notes de la Marseillaise... CORTOT, Mus. fr. piano, 1930, p. 44. a) En partic. Dire, communiquer quelque chose en confidence ou en cachette : 26. ... Monsieur de Coëtquidan, je vous glisse un tuyau royal. Ce volume-là est actuellement en vente, dépareillé, chez Champion, je viens de le voir sur le catalogue. MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 893. Glisser qqc. à l'oreille à qqn. La vieille leur ayant glissé quelques mots à l'oreille, ils m'embrassèrent les mains à leur tour (THARAUD, Fête arabe, 1912, p. 218). Glisser qqc. dans l'oreille de qqn. Une voisine entra tête nue, nous souhaita le bonsoir d'un air apprêté, glissa dans l'oreille de ma mère deux mots mystérieux, et repartit aussitôt (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 129). Dire quelque chose incidemment, sans insister; dire quelque chose sans avoir l'air d'y toucher. Vous devriez glisser deux mots de cela au père, mon cher comte, vous qui êtes si bien dans la maison (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 244). De temps en temps, il glissait adroitement dans la conversation une idée que les autres développaient (RENARD, Journal, 1893, p. 182). Glisser que. Voulant me faire reconnaître le terrain (...) il me pria de le parcourir avec lui, ne disant pas un mot des limites ni des restrictions, trouvant le moyen de glisser adroitement que les soldats que je voyais n'étaient autres que la garde ordinaire du gouverneur (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 505). Insinuer, suggérer adroitement. Il glissait insidieusement la réponse dans sa façon de poser la question (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 52). Étymol. et Hist. A. Intrans. 2. 1636 « faire passer, introduire adroitement ou furtivement quelque chose » (MONET). Issu du croisement de l'a. fr. gliier « glisser » (XIIIe s. ds T.-L., GDF.; de l'a. b. frq. * « id. »; cf. le m. néerl. gliden, m. b. all. gliden, m. h. all. glîten, all. gleiten « id. ») et de glacier (v. glacer), attesté en a. fr. et en m. fr. au sens de « glisser » (XIIe s. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 5 670. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 5 107, b) 8 303; XXe s. : a) 8 856, b) 9 980. (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.