Définition de : mouton

mouton & se faire mouton n.m.

Définition

Prisonnier qui dénonce ses co-détenus, espion placé par police près d'un prisonnier, policier qui se fait passer pour un bandit, délateur, dénonciateur, traître qui dénonce ses complices, hypocrite qui trahit

ALL : als Spion dienender Mitgefangener, Denunziant / ANG : (sheep) a spy convict / IT : spia di carcere
fréquence : 072
registre ancien : 10 registre moderne : 10

synonyme : dénonciateur, traître famille : mouton (traître) usage : prison, carcéral, forçat, bagne

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1769.

1794 1795 1795 1815 1821 1827 1828 1829 1829 1829 1829 1829 1830 1831 1835 1835 1836 1838 1842 1844 1845 1846 1846 1847 1848 1849 1849 1853 1861 1862 1867 1875 1877 1880 1881 1887 1889 1890 1892 1894 1899 1900 1901 1901 1901 1907 1910 1911 1916 1917 1920 1924 1930 1932 1935 1947 1947 1948 1949 1951 1952 1953 1957 1960 1969 1972 1973 1975 1976 1979 1981 2004

Citations

  • 1957 Je viens juste de tirer mon sapement. Cinq piges pour le bracage d'un camion de joncaille. source : 1957?. Dix ans de frigo
  • 1969 Le commissaire Pinault décide, en accord avec le juge d'instruction, de mettre dans sa cellule un « mouton » source : 1969. Les flics
  • 1828 il s'agit de te faire arrêter pour être conduit au dépôt, où tu tireras la carotte à un grinche que nous allons emballer ce soir. Comme tu seras au violon avant lui, il ne se doutera pas que tu es un mouton source : 1828. Mémoires de Vidocq – Les voleurs
  • 1829 Plus de doute ; j'étais livré à un perfide, chargé de fouiller dans les plus secrets replis de mon coeur. […] Ce fut seulement alors que je compris ce que c'était, en terme d'argot, qu'un mouton lancé au milieu des prisonniers. source : 1829. Mémoires de Fauche-Borel (tome 3)
  • 1815 Ces agens, distribués dans toutes les prisons, et connus sous le nom de moutons, étaient ou des manoeuvres, des mendians, ou des savetiers et des domestiques. source : 1815. Histoire secrète du tribunal révolutionnaire (tome 2)
  • 1795 On mit avec lui dans son cachot un prisonnier condamné aux galères pour vol, et qu'on emploi par grace aux travaux les plus grossiers de la prison. Il y était placé comme mouton, c'est-à-dire comme espion, mais il ne put rien tirer de lui, sinon qu'il avait voulu servir sa patrie. source : 1795. Mémoires d'un détenu
  • 1795 Armand, cet homme qui avoit passé la moitié de sa vie dans les prisons avoit été condamné par jugement du tribunal criminel à vingt années de fers ; l'on croit même qu'au tribunal révolutionnaire il a été condamné à mort, et qu'il n'a conservé la vie que pour servir de mouton dans les prisons source : 1795. Encore une victime, ou Mémoires d'un prisonnier de la maison d'arrêt, dite des Anglaises
  • 1794 ce Gusman, enfin, à qui plusieurs d'entre nous ont entendu dire à la Force où il étoit, sans doute en qualité de mouton, que la convention nationale devoit périr à l'époque du 2 juin source : 1794. L'agonie de dix mois
  • 1830 Apercevant un jour le marquis de Saint-Huruge, conduit avec égard dans le corps de logis dit du tribunal révolutionnaire, Gonchon s'éloigna précipitamment. « Gardez-vous de ce malheureux, nous dit-il, c'est un mouton. » On nommait ainsi dans les prisons les suppôts de la police qui venaient y exercer, comme Saint-Huruge, et tant de ses pareils, le métier d'espions, de délateurs, et de faux témoins. source : 1830. Les prisons en 1793
  • 1875 Les moutons qu'on avait placés près de lui à Mazas n'en pouvaient rien tirer, et, malgré son inconcevable vanité, il restait impénétrable source : 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870
  • 1875 Ces hommes-là sont surnommés les moutons ; tout en causant avec l'inculpé, en faisant les bons apôtres, ils tâchent de lui arracher son secret, qui ne tarde pas alors à parvenir aux oreilles de la justice source : 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870
  • 1892 Mouchard vaut bien mouton. Autant être en titre et en pied à la police source : 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique
  • 1838 Chaque directeur a ses moutons qui le trahissent avant de se trahir. À Paris, le Préfect de police a les siens, et ce n'est pas seulement de la conduite des détenus qu'ils lui rendent compte. Plus d'un brave employé a été victime de la dénonciation source : 1838. De la réforme des prisons en France, basée sur la doctrine du système pénal et le principe de l'isolement individuel
  • 1890 Oui, des bourriques, des moutons, des espions, si tu veux. C'en est plein source : 1890. Biribi
  • 1910 Dans l'affaire Campi (1884), le témoin Arnaud, mouton placé dans la cellule de l'accusé pour essayer de surprendre son secret, déclara que Campi avait tellement excité ses co-détenus que l'un d'eux […] s'était résolu à tuer […] sa femme source : 1910. Le crime à deux - Essai de psycho-pathologie sociale
  • 1821 quant j'ai la rechaufante les [ou : les 6] moutons ne peuvent me connobler. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
  • 1821 Il y a là deux moutons qui m'ont joliment donné le Taff. source : 1821. Glossaire argotique des mots employés au bagne de Brest
  • 1880 Plusieurs incidents nous firent croire que nous avions parmi nous ce qu'on appelle dans les prisons un mouton et à la ville un mouchard. source : 1880. Souvenirs d'un déporté - Étapes d'un forçat politique
  • 1911 Il m'est revenu que vous avez refusé la compagnie des deux condamnés de droit commun… –Jaspin ! c'est la vraie vérité, mais ça prouve, simplement, que j'aime mieux me bassiner en orphelin que de bouffer du mouton dans de la casserole anderlique… source : 1911. Le journal à Nénesse
  • 1947 mais le plus grave était la présence des mouchards. Certains étaient des moutons placés par les Allemands, ou même par les Français ; d'autres se faisaient dénonciateurs dans l'espoir d'une grâce. source : 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises

<20 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

4. Arg. Compagnon de cellule placé auprès d'un détenu pour capter sa confiance et recevoir ses confidences et ses aveux. Mais il ne permit au soi-disant ecclésiastique de communiquer avec le condamné à mort qu'au moment où Bibi-Lupin, admirablement déguisé en gendarme, eut remplacé le mouton qui surveillait le jeune Corse (Balzac, Splend, et mis., 1847, p. 562) : 5. ... hors deux détenus qu'on y avait mis, récemment transférés du Luxembourg à la Conciergerie, et qu'on suspectait d'être des « moutons », c'est-à-dire des espions, les citoyens Navette et Bellier, il ne s'y trouvait que d'honnêtes gens, qui se témoignaient une confiance réciproque. A. France, Dieux ont soif, 1912, p. 243. − P. ext. Espion. Je ne veux pas faire le mouton. On a des manières, nous autres. Un intellectuel anarchiste n'accepte pas n'importe quelle besogne (Sartre, Mains sales,1948, 2e tabl., 4, p. 54) c) 1769 « faux détenu, chargé de confesser un inculpé dont il partage la cellule » (d'apr. Esn.). (tlfi:mouton)

  • His kind intimacy with a prisoner may gain information from him (MAR)
  • Terme de prison (renard est l'équivalent au bagne) (FP)
  • Allus. probable à l'humeur bénigne et débonnaire qu'affectent les « moutons » pour inspirer confiance (GR)
  • 1769, Esn. (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.