Définition de : barboter

barboter & barbotter ; barboter qqun ; barboter qqchose ; □ il a barboté la monnaie ; □ se faire barboter ; (barbotté) v.tr.

Définition

■ Fouiller les domiciles pour y voler ; fouiller les poches de qqun ; fouiller, chercher ; ■ voler, dérober, prendre, subtiliser ; (gaspiller, dissiper, dilapider de l'argent) ; □ il a volé la monnaie ; □ se faire voler

ALL : stehlen, durchsuchen / ANG : to grope ; to squander money ; he stole the money ; to steal
fréquence : 090
registre ancien : 9 registre moderne : 8

synonyme : voler, commettre une délit, voler, dérober, prendre indûment, fouiller, fouillé famille : barbot (fouille, vol)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1843.

1821 1836 1840 1846 1846 1847 1848 1849 1849 1851 1857 1862 1870 1871 1872 1877 1882 1885 1886 1887 1887 1888 1891 1894 1896 1896 1897 1897 1899 1899 1900 1901 1901 1901 1903 1904 1905 1908 1909 1910 1911 1911 1914 1915 1915 1915 1916 1916 1917 1917 1918 1918 1920 1926 1927 1927 1927 1927 1927 1927 1928 1929 1930 1932 1935 1936 1946 1947 1951 1952 1952 1953 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1957 1960 1961 1965 1965 1976 1981 2009 2011 2011 2016 xxxx

1087_barboter_les_poulets.jpg: 800x507, 111k (21 février 2018 à 01h40)

Citations

<21 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BARBOTER, BARBOTTER, verbe. B. Argot 1. Fouiller pour voler : 11. Enfin, nous y voilà! ... cria le duc [à Eugène] (...) Avoue donc que tu lui as barboté les poches [au prince] pour reprendre des papiers que voulait le mari... A. DAUDET, La Petite paroisse, 1895, p. 303. 2. P. ext. Voler : 12. On m'a bien ramené jusqu'au cantonnement sur une civière, mais non sans profiter de l'occasion pour me barboter mes deux sacs en toile cachou. CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 28. Absol. On décroche la montre et on barbote dans les tiroirs (G. GRISON, Paris horrible et Paris original, 1882, p. 38). PRONONC. ET ORTH. : []. Pour la graph. barbotter avec 2 t, supra ex. 1. ÉTYMOL. ET HIST. II. 2. arg. a) 1561 barbetter « fouiller » (Rasse des Noeuds dans ESN. : Je embye a barbetter les tires), attest. isolée; repris début XIXe s. barboter (F. VIDOCQ, Les Voleurs, p. 294); b) 1843 « dérober, voler » (Chanson dans ESN. : Tous deux en braves nous barbottions) ; 1865 (L. L., Goualante de la Courtile, Loos dans ROSSIGNOL, Dict. d'arg., 120 : On l'saigne [a pantre], on l'frotte ... On lui barbote tout ce qu'il a); Orig. incertaine, I dér. de barbe1* (cf. parler dans sa barbe), suff. -eter*, -oter* ; II variante de bourbouter « patauger » (ca 1220 G. DE COINCI, Mir. Vierge, éd. V. F. Koenig, t. 3, p. 190, v. 642 : Plongiez et emborbez sera, Toz jors com boz borboutera), peut-être dér. de bourbe* (suff. -oter*) soit p. infl. de barba pour la forme, soit plutôt par dissimilation (Schuchardt dans Z. rom. Philol., t. 34, p. 217), les formes du type borboter étant encore attestées dans les dial. (FEW t. 1, p. 443a) ; mais il est certain que très tôt les deux mots se sont mutuellement influencés pour le sens et la forme. L'hyp. proposée pour I par E. Herzog dans Z. rom. Philol., t. 33, p. 476 d'une racine onomatopéique (cf. lat. ballus) avec infl. de barbe1* p. étymol. pop. n'est pas invraisemblable. Beaucoup moins plausible est l'hyp. proposée par le même auteur pour II qui serait issu de bourbe* avec infl. de barbote*, poisson, lui-même dér. de barbe1*. À l'hyp. de P. Marchot dans Rom. Forsch., t. 10, p. 579 selon laquelle I et II seraient issus des deux sens corresp. de l'a. fr. barbeter, le sens de « bredouiller » étant issu de celui de « fouiller dans la boue », s'oppose le fait que bourbeter « bredouiller » n'est attesté que tardivement (XIVe s. Gloss. lat.-fr., Richel, 1. 4120, fo 122 vo dans GDF. : Balbucio, bourbeteir). STAT. Fréq. abs. littér. : 149. BBG. BRUANT 1901. DUCH. 1967, § 31. DUVAL 1959. ESN. 1966. FRANCE 1907. HERZOG (E.). Zur Wortgeschichte : frz. barbote, barboter. Z. rom. Philol. 1909, t. 33, pp. 475-477. LAMMENS 1890, p. 43. LEW. 1960, p. 336. LITTRÉ-ROBIN 1865. RIGAUD (A.). Poisses d'avril. Déf. Lang. fr. 1971, no 57, p. 20. SAIN. Lang. par. 1920, p. 192. WILL. 1831. (tlfi:barboter)

  • Le poisson à barbiche fouille la vase (AYN)
  • 1843 (GR) / 1561 barbetter « fouiller » (Rasse des Noeuds dans ESN. : Je embye a barbetter les tires), attest. isolée ; repris début XIXe s. barboter (F. VIDOCQ, Les Voleurs, p. 294); b) 1843 « dérober, voler » (Chanson dans ESN. : Tous deux en braves nous barbottions) ; 1865 (L. L., Goualante de la Courtile, Loos dans ROSSIGNOL, Dict. d'arg., 120 : On l'saigne [a pantre], on l'frotte ... On lui barbote tout ce qu'il a) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.