bobine

bobine (tableau rapide)
bobine Figure (en général) ; visage, physionomie, tête, crâne ; figure désagréable, figure risible, ridicule ; sur la figure ; □ être laid, vilain
synonyme tête, crâne, visage, figure
date 1829
fréquence 85

bobine

& sur la bobine ; □ avoir une sale bobine ; faire une sale bobine ; (bobine à oxygène)

n.f.

Définition

Figure (en général) ; visage, physionomie, tête, crâne ; figure désagréable, figure risible, ridicule ; sur la figure ; □ être laid, vilain ALL : Kopf, Gesicht, Photographie / ANG : head

registre ancien : 8 registre moderne : 8

Synonyme : tête, crâne, visage, figure Usage : anatomie

Citations
1957 Joe Parkers est debout à quelques pas de mézigue, sa maigre frime de tarderie dépourvue d'expression comme toujours mais impitoyable. Un mec qui a une bobine spécialement dessinée pour rivaliser avec une gargouille n'a pas besoin d'expression. source : 1957?. Dix ans de frigo
1932 Ôtez au grand Berger sa prodigieuse mesquinerie ménagère qu'en reste-t-il d'admirable ? Un pauvre homme obstiné avec une sale bobine de concierge chicaneur et malveillant. source : 1932. Voyage au bout de la nuit (Seul manuscrit)
1977 J'aimais bien sa bobine source : 1977. Mélusine
1899 Elle a des dents qui viennent d'Angleterre et un chignon ! Pas un cheveu sur la bobine !… Un caillou !… source : 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour
1929 les apprentis s'exercent la main sur ta bobine source : 1929. Je suis un geux
1927 il était appelé mufle par les naïves enfants dont la veille il s'était payé la bobine pour faire rigoler des camarades source : 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire
1872 Vois donc le meg, a-t-il une bobine ? [quelle tête ridicule] source : 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (4)
1915 Je suis toujours dans les tranchées, et cette nuit nous avons pris quelque chose comme flotte sur la bobine. source : 1915. (correspondance) Les cinq mois de campagne d'un ouvrier parisien (3)
1899 Au lieu d'imiter papa, le gamin, enfant ses joues, tâche maintenant de se faire une « bobine » grotesque à la Polin. source : 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou
1911 Je tâcherai de ne pas faire une trop sale bobine dans le trou aux boules parce que c'est à cette broquille-là que les copains vous reluquent… source : 1911. Le journal à Nénesse

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BOBINE, subst. fém. Arg. et pop. Figure ridicule, expression de la physionomie. Faire une drôle de bobine, avoir une sale bobine : 5. Malheureusement, une « gaffe » était bien loin de paraître à Bloch chose à éviter. Il se tordit de rire : « Tous mes compliments, j'aurais dû le deviner, il a un excellent chic, et une impayable bobine de gaga de la plus haute lignée. PROUST, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 777. Arg. Rester en bobine. [En parlant d'une pers.] Rester seul; [En parlant d'une chose] Être en gage. Mettre en bobine (des objets). Mettre en gage. Rem. 1. Synon. bobinasse. Tête (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 1905, p. 422). 2. Bobine peut encore signifier a) Montre (cf. bobineau); b) Jeu de hasard. Taper la bobine (A. SIMONIN, Le Pt Simonin ill., 1957, p. 52; cf. bobinette). B. [P. anal. de forme] Étymol. ET HIST. 2. a) 1829 arg. « figure, visage » (BÉRANGER, Chansons, t. 1, p. 179); b) 1846 (L'Intérieur des prisons, p. 240 : Bobine. Figure risible). 1 prob. dér. du rad. onomatopéique bob- exprimant le mouvement des lèvres (FEW t. 1, s.v. bob-; v. aussi GUIR. Étymol., p. 82), donc ce qui est enflé, cylindrique. L'hyp. d'une orig. déverbale de bobiner*, dér. dimin. de l'a. fr. baubeter « bégayer, bredouiller » [XIVe s. dans GDF.], lui-même dér. de baube « bègue » [1256, ibid.], du lat. balbus (balbutier*), le bruit de cette parole embarrassée étant assimilé à celui de la bobine du tisserand, est moins satisfaisante du point de vue sém. 2 plutôt p. ext. de 1 en raison de la forme sphérique de cet objet que par dér. du m. fr. bobe « moue, grimace » fin XIVe s. (E. Desch. dans GDF.) issu de la même racine onomatopéique bob- (J. RENSON, Les Dénominations du visage en fr. et dans les autres lang. rom., Paris, 1962, t. 2, p. 448). BBG. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 84. SAIN. Lang. par. 1920, p. 374. SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 427. (tlfi:bobine) /

Allusion de forme (SCHW1889) / Par ironie (SAIN-TRANCH) / Prob. dér. du rad. onomatopéique bob- exprimant le mouvement des lèvres (FEW t. 1, s.v. bob- ; v. aussi GUIR. Étymol., p. 82), donc ce qui est enflé, cylindrique. L'hyp. d'une orig. déverbale de bobiner, dér. dimin. de l'a. fr. baubeter « bégayer, bredouiller » [XIVe s. dans GDF.], lui-même dér. de baube « bègue » [1256, ibid.], du lat. balbus (balbutier), le bruit de cette parole embarrassée étant assimilé à celui de la bobine du tisserand, est moins satisfaisante du point de vue sém. ; [sens risible] plutôt p. ext. en raison de la forme sphérique de cet objet que par dér. du m. fr. bobe « moue, grimace » fin XIVe s. (E. Desch. dans GDF.) issu de la même racine onomatopéique bob- (J. RENSON, Les Dénominations du visage en fr. et dans les autres lang. rom., Paris, 1962, t. 2, p. 448). (TLFi) / On pourrait aussi penser à bobine = où il y a du fil, des cheveux, dévidoir, si le premier sens = crâne plutôt que physionomie (gb) /

  • 1829 (GR) / 1829 arg. « figure, visage » (BÉRANGER, Chansons, t. 1, p. 179) ; 1846 (L'Intérieur des prisons, p. 240 : Bobine. Figure risible) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).