prendre

registre ancien : 5 registre moderne : 5 fréquence : 67

prendre [absolument] & prendre [avec complément : prendre X années ; prendre des coups ; etc.] ; □ en prendre une ; □ qu'est-ce que je prends ! ; qu'est-ce qu'ils prennent ! ; qu'est-ce que j'ai pris ! ; qu'est-ce qu'elle a pris ! ; qu'est-ce qu'ils ont pris ; qu'est-ce qu'on prend ! ; □ reprendre ; □ prendre ça v.tr.

■ Se faire gronder, subir un châtiment, une remontrance ; ■ subir : recevoir des coups, être battu, frappé, violenté ; recevoir des projectiles, subir un bombardement ; subir des pertes ; être condamné à X années de prison ; subir sexuellement, être baisé fort ; ■ avoir un malheur, souffrir d'un événement fâcheux, d'une fatigue, etc.

Synonyme : subir (temps, coups, etc.), puni, punir, sanctionné, sanctionner, frapper, cogner, battre, se battre, gifler

3431.jpg: 650x425, 85k (28 septembre 2011 à 15h15)

1999 mon avocat commis d'office n'a rien pu faire pour minimiser ma peine. Le procureur m'a enfoncé. J'ai pris deux piges fermes. 1999. Boumkoeur 1999 m'a dit l'un des papas qui, lui, a pris le max. 1999. Boumkoeur 1935 Il vaut mieux prendre cinq ou dix ans de travaux publics que de se faire descendre. 1935. Mer Noire 2008 J'ai pris des coups, mais ça fait partie des risques du métier. 2008. Flic dans le 9.3 1977 Dix chevaux j'ai vu sur une charrette dans la boue enfoncée jusqu'aux moyeux ! Ça venait quand même, oh ! oui, ça venait… oh ! les bêtes qu'est-ce qu'elles prenaient ! Moi je les plaignais. Il y avait des salauds qui les battaient, qui tapaient dessus avec des bouts de bois ou des fouets. J'aimais pas ça. 1977. Une vie de cheval 1977 on a baisé toute la nuit. Qu'est-ce qu'elle a pris ! Oh la la la la ! 1977. Une vie de cheval 1790 Quel bagou aurais-tu pris, si les railleux t'avaient coltiné avec six peignes dans ta profonde 1790. Le Rat du Châtelet 1917 Ah ! qu'est-ce qu'ils ont pris, les Fritz ! 1917. Les chars d'assaut à Juvincourt 1952 Et quand ils rentreront, vous allez voir ce que vous allez prendre 1952. Rencontre dans la nuit 1925 Ce que je vais prendre, mes frères ! 1925. Mon curé chez les pauvres 1922 Le père Simon a pris dix ans de travaux forcés comme libertaire, au moment des attentats anarchistes 1922. Le pot au noir 2002 Michel M. a pris un blâme, et moi, je suis passé au travers, sans en connaître les raisons. 2002. Flic à Tours 1999 Il a été jugé dernièrement en passant aux assiettes. Il a pris trente ans. 1999. Deux frères - flic et truand, deuxième partie (Bruno) (le flic) 2006 on a pris un type en train de crever des pneus […] Il a pris quatre mois en comparution immédiate. […] on lui a collé sur le dos les cent quarante plaintes pour pneus crevés qu'on avait 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police 1917 et quand les nôtres répondaient sur celles d'en face, il jubilait : « Allez-y, c'est bien leur tour ! Qu'est-ce qu'ils doivent prendre, les frères ! » 1917. Mémoires d'un rat 1918 Attends un peu, mon bonhomme, qu'est-ce que tu vas prendre ! 1918. Au seuil des guitounes 1917 les militaires, plus francs, constatent bonnement qu'elle a « pris quelque chose », qu'elle est « un peu amochée ». 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1917 Soudain la fureur de l'évacué éclate, inattendue. Le vocabulaire des tranchées lui fournit l'injure appropriée. Ah ! « qu'est-ce qu'il prend l'Orateur ! » 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915 1990 Il m'a demandé : –Combien je vais prendre ? –Tu vas prendre cher. Tu as un sursis ? –Vingt-six mois. 1990. L'étage des morts 1916 je dormais bien, quand un cri me réveilla brusquement : –Mon lieutenant, qu'est-ce qu'elle me prend ? –Qui ça ? –La cheminée ! [qui est la cible d'un bombardement] 1916. Méditations dans la tranchée 1916 Parfois l'artillerie gronde. Si c'est la nôtre, on fait joyeusement l'inévitable réflexion : –Qu'est-ce qu'ils prennent ! / Si c'est la leur, on rit moins. 1916. Méditations dans la tranchée 1928 Tu parles que Milord [en difficulté] est en train d'étaler sa bidoche ! ricanait-il un soir en revenant de « seconde » avec le Notaire. Qu'est-ce qu'i' prend l'frère… 1928. La racaille 1962 si ils prennent dix ou quinze ans, il faudra bien qu'ils s'évadent 1962. Bibiche 1967 Pour avoir molesté Roussel, Sainty et lui avaient pris quinze jours de cachot. 1967. Le cachot 1967 On a prétexté que ma cellule était mal rangée et que j'avais répondu grossièrement à un gardien pour m'envoyer au cachot. J'ai encore de la chance, je n'ai pris que huit jours. 1967. Le cachot 1910 Qu'est-ce qu'on va prendre ? 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912) 2002 Dans la chambre correctionnelle voisine, un voleur à la tire prenait, le même jour, 3 mois ferme 2002. Canard enchaîné <27 citation(s)>

Abréviation de prendre pour son rhume (Lambert1915) / Par abrégement de prendre qqchose pour son rhume (Dauzat1918) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 977