Définition de : dégoiser

  • dégoiser
    • Dire, parler, causer, discourir, raconter, narrer, débiter, répéter ; □ dire qqchose ; □ chanter ; ≠ ne rien dire, rester silencieux, mutique, se taire
    • fréquence : 067
    • id : 8496

dégoiser & en dégoiser une ; dégoiser une chanson ; ≠ ne pas dégoiser un mot v.tr.

Définition

Dire, parler, causer, discourir, raconter, narrer, débiter, répéter ; □ dire qqchose ; □ chanter ; ≠ ne rien dire, rester silencieux, mutique, se taire

fréquence : 067
registre ancien : 7 registre moderne : 7

synonyme : parler, dire, chanter famille : dégoiser

Chronologie

1792 1799 1800 1828 1832 1832 1851 1851 1880 1884 1884 1886 1886 1894 1895 1897 1897 1898 1898 1899 1901 1904 1905 1910 1910 1911 1911 1911 1912 1912 1915 1917 1917 1918 1918 1920 1921 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1932 1933 1935 1947 1947 1951 1952 1952 1953 1953 1954 1955 1957 1960 1960 1967 1967 1975 1977 1981 1981 2003 2007 2015

Citations

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

DÉGOISER, verbe trans. A.− Vx. [En parlant des oiseaux] Chanter. − Emploi abs. Allons, dégoisez ! − Insolent ! − Mais, chère madame, « dégoiser » se dit du ramage des oiseaux (Renard, Journal,1891, p. 89). − P. métaph. Pour Hugo et Lamartine, ces poètes peu sensibles au fond, arrivés à un certain âge, ils vont de plus belle : ils ne chantent plus, ils dégoisent (Sainte-Beuve, Poisons,1869, p. 26). Rem. Attesté ds Ac. 1798-1878 (avec la mention ,,n'est plus guère en usage``), Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892, Quillet 1965. B.− [Le suj. désigne une pers.] 1. Familier a) Péj. Débiter rapidement, avec une volubilité excessive (des propos, des chansons, etc.). Dégoiser un discours, des inepties, des injures. Elle commençait de dégoiser des horreurs sur le monde d'ici (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 222): 1. Monsieur Nadinier (...) étudia les curés, et il communiquait à Lantier ses observations : ces farceurs-là, en crachant leur latin, ne savaient seulement pas ce qu'ils dégoisaient... Zola, L'Assommoir, 1877, p. 668. Emploi abs. Sur ce verre, par exemple, il pouvait dégoiser pendant des heures (Proust, Swann, 1913, p. 258). b) Non péj. Synon. raconter. Ohé ! Roure, fais voir ta belle voix ; dégoise-nous quelque chose (...). Alors Roure (...) entamait quelque bonne rengaine patriotique (Courteline, Train de 8 h 47, 1885, I, p. 191). Dégoiser qqc. à, contre, sur qqn/qqc.Il dégoisait contre eux [les Allemands] les plus plaisantes invectives (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 191). SYNT. Dégoiser des blagues, des bourdes, des compliments, des gaudrioles; dégoiser un boniment, un couplet; se mettre à dégoiser qqc. Emploi abs. Jaser. Cette femme aime bien à dégoiser (Ac. 1798-1878). En dégoiser.Parler abondamment et en connaissance de cause. Celui qui nous a démontré la chose est un muscadin de Paris. C'est un gaillard qui en dégoise (Musset, Lettres Dupuis Cotonet, 1836, p. 595). 2. Familier a) Raconter oralement (un fait, un événement). L'abbé, qui dégoisa l'affaire avec une admirable bonhomie, fut écouté froidement par Albert (Balzac, A. Savarus, 1842, p. 98): 2. − Tonton Gabriel, dit Zazie paisiblement, tu m'as pas encore expliqué si tu étais un hormosessuel ou pas, primo, et deuzio où t'avais été pêcher toutes les belles choses en langue forestière [étrangère] que tu dégoisais tout à l'heure? Queneau, Zazie dans le métro,1959, p. 132. P. ext. [Par écrit] Je puis vous écrire. (...) j'ai tant de choses à vous dégoiser que je ne m'y reconnais plus (Flaub., Corresp., 1872, p. 342). − Spéc. Lire à haute voix, réciter. Dégoiser un rôle, une tirade, des vers. Je vous dégoiserais quelques pages (Flaub., Corresp., 1869, p. 178). « La petite » est debout et dégoise sa tirade préparée (Colette, Mais. Cl., 1922, p. 106). b) Raconter, révéler (ce qui était caché). Ma foi, pendant que j'y suis, je m'en vais leur dégoiser tout ce qui m'étouffe ! (Vallès, J. Vingtras, Insurgé, 1885, p. 37).Ne fais pas l'andouille, mets-toi gentiment à table et dégoise ce que tu sais (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 91). Rem. La docum. le atteste subst. masc. dégoisement et le subst. fém. dégoisade. Péj. Fait de débiter avec volubilité. Une « dégoisade » de maximes niaisement pédantesques (Baudel., Paradis artif., 1860, p. 324). Du matin au soir il sortait d'elle [Augustine] un dégoisement de sottises, un vomissement d'injures (E. de Goncourt, Élisa, 1877, p. 123). Certains dict. attestent dégoisement au sens a) [En parlant des oiseaux] Chant (Ac. Compl. 1842, Lar. 19e-20e). b) [En parlant des enfants] Babillage, bavardage (Lar. 19e-20e, Littré, Guérin 1892). Prononc. et Orth. : [degwaze], (je) dégoise [degwa:z]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Fin xiiies. [ms.] réfl. en a. fr. « chanter, en parlant des oiseaux » (Trad. du Traité de Fauconnerie de l'empereur Frédéric II, ms. P, 170 vocité par G. Tilander ds Z. rom. Philol., t. 46, 1926, p. 255); xiv es. «parler, dire, débiter (rapidement) » (G. Guiart, II, 7171 ds T.-L.). Dér. du rad. de gosier*; préf. dé-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 46. Bbg. Robert (I.). La Tentation de l'arg. Déf. Lang. fr. 1969, pp. 8-11. (tlfi:dégoiser) /

  • De dé-, et gosier (GR)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • XIVe (mais : « chanter », fin XIIIe) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).