Définition de : boulotter

boulotter & bouloter ; se faire boulotter v.tr.

Définition

Manger ; (banqueter) ; et les sens fig. de manger : subir, etc. ; se faire mordre

ANG : Food ; to eat
fréquence : 075
registre ancien : 8 registre moderne : 8

synonyme : manger, nourrir famille : boulo- (nourriture, manger)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1843.

1844 1849 1871 1882 1884 1885 1886 1888 1889 1890 1891 1891 1892 1892 1894 1896 1896 1898 1898 1899 1899 1899 1900 1901 1901 1902 1903 1907 1908 1908 1909 1910 1911 1911 1911 1912 1914 1914 1915 1915 1915 1915 1916 1916 1918 1918 1918 1920 1921 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1927 1928 1930 1930 1932 1942 1947 1951 1957 1965 1971 1981 1990 1995 1999 2002 2003 xxxx xxxx xxxx

3721_encore_585_gamelles_a_boulotter.jpg: 800x507, 213k (27 mai 2018 à 12h18) 3721_pas_de_boulot_on_boulotte.jpg: 800x532, 130k (28 avril 2017 à 17h35) 3721_plus_que_x_gamelles_a_boulotter.jpg: 800x514, 170k (27 mai 2018 à 12h18)

Citations

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BOULOTTER1, verbe. Arg. Manger : 1. « Je n'ai pas boulotté », répéta-t-il avec l'insistance de la faim, d'une faim de dix-sept ans.ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 371. 2. Dans la salle à manger, l'homme qui l'attendait s'était fait servir les restes du dîner et boulottait voracement. QUENEAU, Pierrot mon ami, 1942, p. 189. Prononc. ET ORTH. 1. Forme phon. : [], (je) boulotte []. Pt Lar. 1968 transcrit la 2e syll. avec [o] fermé [bulote]. 2. Forme graph. Noter la forme bouloter avec un seul t dans E. et J. DE GONCOURT, Germinie Lacerteux, 1864, p. 223; E. VILLARS, Les Précieuses du jour, 1866, p. 37; A. DAUZAT, L'Arg. de la guerre, 1918, p. 184; A.-L. DUSSORT, Des Preuves d'une existence, ms. dép. par G. Esnault en 1938, 1927, p. 26; G. ESNAULT, Notes complétant et rectifiant « L'Arg. des tranchées » (Sainéan), 1954. Étymol. ET HIST. [1843 (Dict. d'arg. mod. d'apr. ESN.)] 1878 au fig. « dépenser » boulotter de l'argent (L. RIGAUD, Dict. du jargon parisien, p. 50). Soit dér. de boulot « pain en forme de boule » (G. DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896) et « repas, nourriture » (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 2e éd., Suppl., 1905, p. 459), sens qui pourrait être d'orig. dial. (cf. FEW t. 1, p. 610a); soit de même orig. que boulotter2 avec une contamination de boulot; quelle que soit la dér. précise proposée, elle ne peut rendre compte de tous les liens sém. existant entre ces différents mots, cf. p. ex. l'ambiguïté de sens de boulotter « assister (qqn en prison) » c.-à-d. aussi bien « aider à mieux vivoter, permettre de se laisser vivre » que « aider à se nourrir » attesté en 1835 ([RASPAIL], Réforme pénitentiaire, p. 2 : Mon dabe me boulote au clou. Mon père m'assiste en prison). (tlfi:boulotter) /

  • P.-ê. de pain boulot, par ext. « nourriture » (→ Boulot) ou de bouler « rouler » comme boulotter (=aller doucement), sous l'influence de bouffer (GR)
  • Soit dér. de boulot « pain en forme de boule » (G. DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896) et « repas, nourriture » (A. BRUANT, Dict. fr.-arg., 2e éd., Suppl., 1905, p. 459), sens qui pourrait être d'orig. dial. (cf. FEW t. 1, p. 610a) ; soit de même orig. que boulotter2 avec une contamination de boulot ; quelle que soit la dér. précise proposée, elle ne peut rendre compte de tous les liens sém. existant entre ces différents mots, cf. p. ex. l'ambiguïté de sens de boulotter « assister (qqn en prison) » c.-à-d. aussi bien « aider à mieux vivoter, permettre de se laisser vivre » que « aider à se nourrir » attesté en 1835 ([RASPAIL], Réforme pénitentiaire, p. 2 : Mon dabe me boulote au clou. Mon père m'assiste en prison) (TLFi) /
  • 1843 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.