Définition de : binette

  • binette
    • Figure, visage, tête, (allure, apparence, physionomie), avec souvent idée de laideur ou de ridicule, ou autre particularité (attitude) ; faire une drôle de tête (surprise, mécontentement...)
    • fréquence : 067
    • id : 3710

Définition

Figure, visage, tête, (allure, apparence, physionomie), avec souvent idée de laideur ou de ridicule, ou autre particularité (attitude) ; faire une drôle de tête (surprise, mécontentement...)

ALL : Gesicht, Kopf, lächerliches, hässl. Gesicht / ANG : face, head, physiognomy
fréquence : 067
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : tête, crâne, visage, figure morphologie : aphérèse, nom propre, antonomase famille : binette (figure) usage : Argot du corps

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1844.

1848 1849 1857 1861 1863 1870 1883 1885 1886 1889 1890 1892 1894 1896 1896 1898 1899 1899 1900 1901 1902 1904 1904 1910 1911 1912 1912 1915 1915 1916 1917 1917 1918 1920 1921 1925 1926 1927 1927 1927 1928 1930 1932 1935 1938 1943 1945 1946 1946 1951 1952 1952 1952 1953 1955 1955 1955 1957 1957 1960 1974 1975 1980 1981 2002 2002 2003

Citations

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BINETTE, subst. fém. Fam. Visage. Synon. bouille, trombine. Faire une sale binette. Mes compatriotes ont des binettes gigantesques (FLAUBERT, Correspondance, 1869, p. 4) : 1. « Vous demandez ma tête, monsieur le procureur du roi... Je regarde votre binette et je comprends votre ambition. » (Dernier jour d'un condamné.) LARCH. 1872, p. 50. Expr. pop. Binette à la désastre. ,,Tête du créancier impayé`` (Larch., 1872, p. 50) : 2. Aujourd'hui, ils [M. de Féligonde et M. Brottier], avaient des binettes à la désastre, et ils parlaient comme s'il y avait un malade... GYP, Souvenirs d'une petite fille, 1927, p. 180. PRONONC. : []. ÉTYMOL. ET HIST. 1844 arg. « figure comique » (Chans., cité par ESN. : O ste tête, qu'el binette !) ; 1849 « figure, physionomie » (Jargon de l'arg. d'apr. SAIN. Sources t. 2, p. 362). BBG. MIGLIORINI (B.). Dal nome proprio al nome comune. Firenze, 1968 [1927], p. 179, 334. RENSON (J.). Les Dénominations du visage en fr. et dans les autres lang. rom. Paris, 1962, t. 2, pp. 447-448. SAIN. Lang. par. 1920, p. 284 (s.v. bine). SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 84 (s.v. bine). SAIN. Sources t. 2 1972 [1925], p. 362. WEXLER (P. J.). Pr l'ét. du vocab. des vaudevilles. In : [Mél. Cohen (M.)]. The Hague-Paris, 1970, p. 214. (tlfi:binette)

  • Du nom de Binet, fabricant de perruques au XVIIe : on disait quand on était bien coiffé : avoir une jolie binette (DEL)
  • Du nom de Binet le perruquier (GIR)
  • Par abréviation de bobinette, diminutif de binette ; mot qui ne remonte pas au-delà du XIXe siècle, ce qui écarte tout rapprochement avec un prétendu binette, perruque, dont l'existence ne repose sur aucun texte sérieux (SAIN-TRANCH)
  • De Binet, perruquier renommé (AYN)
  • « perruque à la Louis XIV », 1813 (Bloch-Wartburg), p.-ê. de bobinette ou de trombinette (→ Bobine, trombine) ; on a évoqué un perruquier de Louis XIV, nommé Binet ; si le sens initial est bien «perruque», il pourrait s'agir du rad. bin- « à deux éléments » (Guiraud) (GR)
  • Orig. incertaine ; l'hyp. traditionnelle d'une dérivation de Binet, nom d'un coiffeur de Louis XIV (A. DU PRADEL, Le Livre commode des adresses de Paris pour 1692, Paris, E. Fournier, 1878, t. 2, p. 39) fait difficulté car binette « perruque à la Louis XIV » n'est pas attesté av. 1813 d'apr. BL.-W.5; [une première attest. en 1791 dans BRUNOT t. 6, 2, p. 1308 d'apr. J. Renson, est sujette à caution, Brunot renvoyant à l'article du DG où la date concerne binette1]. L'hyp. d'une aphérèse puis d'une dérivation de trombine (ESN.) au sens de « tête ridicule » (1836 dans ROB.) n'est peut-être pas à écarter ; l'hyp. d'une apocope pour bobinette « figure » (SAIN. Sources, t. 2, p. 362; cf. RENSON, op. cit.) fait difficulté étant donné que c'est bobine (1846 dans SAIN., loc. cit.), et non bobinette qui est attesté au sens de « visage » (TLFi)
  • L'histoire nous a conservé le nom du fameux Binette, qui avait une réputation européenne et que tout le monde se disputait alors. Quelques étymologistes prétendent que c'est au talent que possédait Binette de transformer avec son peigne la figure d'un homme qu'est due l'expression très vulgaire « quelle binette », pour dire « quelle figure » (PAUL-HOT)
  • Aphérèse de trombinette (George, FM48)
  • 1844 (mais : « perruque à la Louis XIV », 1813 d'après Bloch-Wartburg) (GR) / 1844 arg. « figure comique » (Chans., cité par ESN. : O ste tête, qu'el binette !) ; 1849 « figure, physionomie » (Jargon de l'arg. d'apr. SAIN. Sources t. 2, p. 362) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.