Définition de : biffeton

biffeton & bifton ; bif'ton ; bifeton ; (brifton) ; □ faux bifton n.m.

Définition

Billet (sous toutes ses formes) : billet de banque ; billet à ordre ; billet de chemin de fer, de théâtre, de vote ; billet, mot doux, missive, lettre (correspondance entre détenu(e)s notamment) ; contremarque ; billet=somme de 1000 francs ; procès-verbal, acte d'accusation ; papier en général ; □ faux billet

ALL : Karte, Brief
fréquence : 080
registre ancien : 9 registre moderne : 8

synonyme : lettre, courrier, argent, billet de banque, billet (de train, etc., ticket) morphologie : -eton famille : bift- (billet) usage : argent, monnaies, Argot de la prison, argot carcéral

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1860.

1872 1888 1889 1894 1896 1899 1901 1901 1903 1906 1907 1915 1917 1917 1921 1923 1925 1925 1925 1927 1927 1927 1927 1927 1929 1930 1932 1946 1946 1947 1947 1947 1951 1952 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1956 1957 1957 1957 1959 1960 1962 1963 1965 1967 1967 1968 1969 1974 1976 1977 1980 1981 1981 1982 1985 1999 1999 2002 2002 2003 2008 2011 2012 2013 2015 xxxx xxxx xxxx

Citations

  • 1932 N'empêch' qu'all's s'disent tout c' qu'ell's veul'nt sur des « biftons » qu'à s'balanc'nt chaqu' fois qu'çà leur z'y plaît. source : 1932. Le pourrissoir
  • 1932 Un jour qu'elle écrivait un « bif'ton » destiné à l'une de ses nombreuses adoratrices, car, « elle en était…, ma chère… », soeur Madeleine lui cria de sa voix aigrelette : –Apportez-moi ce papier tout de suite, B... et je vais vous mettre au rapport ; vous êtes toujours en train d'écrire des billets ! source : 1932. Le pourrissoir
  • 1977 –Tais-toi ou je te fous sous les rails de chemin de fer. T'as des sous pour prendre ton bifeton ? Et ton mari, il en a ? Non. Eh bien moi je prends mon train, vous reviendrez à pied. Je l'ai laissée là. J'ai pris mon bifeton et je suis rentré tout seul. Ils ont fait de l'auto-stop source : 1977. Une vie de cheval
  • 1906 Je t'envoie ce brifton [sic] pour te dire quelles souffrances j'endure. source : 1906. La dépravation sexuelle chez les relégués à Saint-Jean-du-Maroni
  • 1927 le vrai moyen de se faire repérer est d'aller prendre un biffeton à la gare source : 1927. A la revoyure - Nouvelles aventures des Pieds Nickelés, dans Les Pieds-Nickelés en Amérique (1921-1927)
  • xxxx [À la gare] Prends-tu les biftons ? source : xxxx. Écrits
  • 1954 si on me colloquait un jour trente biftons, ça serait toujours plus que n'avait jamais contenu ce tiroir source : 1954. Le soleil naît derrière le Louvre
  • 1955 vous pourriez aller acheter un bifeton de la Loterie nationale source : 1955. Pas de pitié pour les caves
  • 1929 Mais « ils » ne peuvent rien. Mes bifetons sont en règle source : 1929. Je suis un geux
  • 1952 je suis garde assermenté. Voilà l'image. […] Et je tire mon biffeton de l'Amicale Patronale que j'y fais zyeuter de loin, rapport qu'il y a une bande bleu-blanc-rouge dans le coinceteau. source : 1952. Émile et son flingue
  • 1872 Dans ma ballade est toujours le biffeton qui affure. source : 1872. Dictionnaire d'argot ou de jargue (4)
  • 1925 certains cherchent ainsi tout bonnement une distraction à la monotonie de leur existence, d'autres ont l'espoir de « passer en douce un bifton à quelque poteau » de la même bande source : 1925. Souvenirs d'un médecin des prisons de Paris (1914-1918)
  • 1962 Bibiche a entamé le jeu périlleux des trafics et celui, mortel, des bitons. Le trafic, passe encore. source : 1962. Bibiche
  • 1903 Elles [détenues] aiment bien mieux communiquer entre elles en s'envoyant des billets – des « biftons » comme elles disent. source : 1903. Les enracinées
  • 1903 J'ai été longtemps avant de t'écrire, mais il y a une petite en correction qui a bien voulu se charger de ma babillarde. […] comme je ne signe pas de mon nom, je ne crains pas qu'on sache qui écrit. Si tout de même on arrêtait le « bifton », ne me nomme pas. source : 1903. Les enracinées
  • 1903 Quand tu sortiras, tu cacheras bien mes lettres, car on te mettra à poil pour emporter les effets de la maison et t'en rapporter d'autres. Pour qu'on ne te chipe pas ces « biftons » introduis-les dans le petit endroit que tu connais bien ; ils ne viendront pas les chercher là. source : 1903. Les enracinées

<16 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BIFFETON, subst. masc. Argot A.− Billet, lettre que les détenus échangent entre eux ou dont est porteur un détenu sortant de prison. C'est la Louise qui fait les biffetons de Julie (L. Larchey, Dict. hist. d'arg., 1878, p. XIV). B.− Toute espèce de billets (théâtre, train, banque, etc.). Ils m'ont chauffé mon bifeton, mon petit ticket de quai (Prévert, Paroles,1946, p. 44);cent millions, en biffetons de mille, ça doit peser quelque chose (P. Vialar, Clara et les méchants,1958, p. 201). ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Arg. des détenus 1860 (d'apr. Esn. 1966); 2. papier qui constate un droit, document officiel a) 1878 « billet de banque » (Zola, Th. II, 700 dans Le Gaulois, 8 mai, Parisine); b) 1888 « billet de train » (Courteline, Le Train de 8 h 47, p. 114). Dér. du rad. de biffe1* au sens de « chiffon », cf. biffin; suff. -eton*. (tlfi:biffeton) /

Diminutif de biffe, chiffon : biffeton, petit chiffon (SAINXIX) / Quelques uns écrivent buffeton mais c'est une erreur (VIR) / De biffe = chiffon (AYN) / Probablt de biffe « étoffe rayée », d'où probablt « chiffon (de papier) » (GR) /

  • 1860 d'après ESN ; billet de banque : 1878 ; billet de train : 1888 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.