Définition de : nana

  • nana
    • ■ (général) Femme, jeune femme, jeune femme féminine, adolescente ; femme aimée, maîtresse, concubine ; ■ (spécialement) prostituée, femme d'un souteneur
    • fréquence : 081
    • id : 5457

nana & Nana ; ta / ma / sa nana n.f.

Définition

■ (général) Femme, jeune femme, jeune femme féminine, adolescente ; femme aimée, maîtresse, concubine ; ■ (spécialement) prostituée, femme d'un souteneur

fréquence : 081
registre moderne : 5

synonyme : femme (général)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1949.

1953 1954 1955 1955 1956 1957 1957 1957 1957 1960 1961 1963 1963 1965 1965 1965 1967 1966 1969 1970 1971 1971 1973 1974 1976 1976 1976 1976 1976 1977 1977 1977 1978 1978 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1979 1980 1980 1981 1981 1982 1982 1982 1983 1983 1984 1985 1985 1987 1988 1988 1989 1990 1993 1995 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2004 2004 2006 2006 2007 2008 2008 2009 2011 2012 2013 2013 2015 2016 xxxx

Citations

  • 2008 Il est intelligent, peut-être, mais est-ce qu'il embrasse bieeeeeen ? Une vraie discussion de nanas comme je les aime. source : 2008. Kiffer sa race
  • 1955 Un matin j'étais pagé à me taper mon café-crème, croissants, Nelly, ma nana, à côté de moi encore en train d'en écraser lourdement, lorsque le bigophone se met à sonner. source : 1955. Mollo sur la joncaille
  • 1976 Elle a acheté, voici deux ans, une petite boutique bien située dans un quartier fréquenté par des jeunes et elle y vend « … des trucs à nanas… des robes, des bijoux, des tas de machins… ». source : 1976. Le nouveau visage de la prostitution
  • 1976 Tiens, y'a dix ans, à Pigalle, t'avais pas une seule fille qui v'nait chasser en franc-tireur. Toutes les nanas avaient leur mac. Aujourd'hui, t'en as la moitié qui sont toutes seules ! source : 1976. Le nouveau visage de la prostitution
  • 1977 Et puis y a des femmes qui sont dressées pour les soldats, pour la bravoure, ou alors le repos du soldat. Ce sont des femmes spéciales, des « nénettes » qu'on les appelle, des « nanas ». source : 1977. Une vie de cheval
  • 1977 Y avait même une nana qui trouvait ça joli source : 1977. La boum
  • 1981 T'as croisé cette nana qu'était faite pour personne source : 1981. Manu
  • 1969 Ces durs sentimentaux qu'une « avoine » ne ferait pas « mouffeter », se confessent parfois comme des premiers communiants, après un dernier baiser à leur « nana » source : 1969. Les flics
  • 2003 je soupçonne deux des nanas de vouloir se faire Lyes, ou de se l'être déjà fait source : 2003. Dans l'enfer des tournantes
  • 2006 Une bagarre éclate devant le Linda Bar. Un mec et sa nana source : 2006. Fuck and forget - Journal de Pattaya
  • 1976 Et Lee Morgan, sa nana l'a descendu. source : 1976. Le petit bleu de la côte Ouest (Trois hommes à abattre)
  • 1979 Faut se grouiller d'arrver sur la côte à partir du 5 août, toutes les belles nénettes seront macquées. À partir du 6 on ne trouve plus de nanas convenables. source : 1979. Vive les vacances
  • 1965 « Ouais. Mais aussi pour surveiller Vahina Célérier, la femme du patron du New Zealand Beach. » « Elle est laubée, la nana ? » « Très. Elle a été Miss Monde en 58. Vedette de cinéma en 59. Et, je la soupçonne de traficoter depuis 60. » source : 1965. Le Tigre entre en piste

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

NANA, subst. fém. A. − Argot 1. Prostituée (considérée par rapport au souteneur). [Avec un tel policier,] y avait pas lerche de partants pour faire débuter des nanas sur l'avenue Wagram (Pt Simonin ill., 1957, p.180). 2. Maîtresse, concubine. Ils vivaient ensemble depuis deux ans, sans mariage en perspective. « J'avais réussi au sein de notre couple à m'affirmer personnellement, je n'étais plus seulement la nana de Thierry » explique Colette (Le Point, 13 janv. 1975 ds Gilb. 1980). B. − P. ext., pop. et fam. Jeune fille, femme. Une chouette nana. Elles ont aussi le mérite, ces militantes [en faveur de la cause féminine], de contre-balancer l'important contingent de femmes-objets qui subsiste encore et qu'on ne fera jamais disparaître tout à fait, ce stock de nanas dociles, de pépées, de nénettes, ravissement de tant d'hommes (B. Groult, Ainsi soit-elle, Paris, Grasset, 1975, p.220). Prononc.: [nana]. Étymol. et Hist. 1. 1949 « concubine, femme d'un souteneur » (ds Esn.); 2. 1952 « toute femme » (ibid.). Dimin. du prénom Anne, Anna, popularisé par l'héroïne du roman d'Émile Zola : Nana (1880), et appuyé aussi par le rad. onomatopéique nann- (v. néné, nénette). Fréq. abs. littér.: 12. Bbg. Morin (Y. Ch.). The Phonology of echo-words in French. Language. Baltimore. 1972, t.48, p.106. (tlfi:nana) /

  • Prénom fém., dimin. de Anne, Anna (GR2)
  • Dimin. du prénom Anne, Anna, popularisé par l'héroïne du roman d'Émile Zola : Nana (1880), et appuyé aussi par le rad. onomatopéique nann- (v. néné, nénette). (tlfi)
  • 1949 (GR2) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.