Définition de : cambrousse

  • cambrousse
    • ■ Campagne, lieu rural, province, banlieue, (ce qui n'est pas la ville moderne) ; territoire, endroit éloigné, inconnu ; □ loin de tout, endroit ou village écarté ; en pleine campagne ; □ courir la campagne
    • fréquence : 066
    • id : 1233

cambrousse & cambrouse ; cambrouze ; combrouse ; □ en pleine cambrouse ; en pleine cambrousse ; □ arpenter la cambrouse ; faire un tour à la cambrouse n.f.

Définition

■ Campagne, lieu rural, province, banlieue, (ce qui n'est pas la ville moderne) ; territoire, endroit éloigné, inconnu ; □ loin de tout, endroit ou village écarté ; en pleine campagne ; □ courir la campagne

IT : campagna
fréquence : 066
registre ancien : 8 registre moderne : 7

synonyme : campagne morphologie : ss/s/z

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1836.

1821 1836 1840 1841 1842 1844 1846 1847 1859 1862 1870 1872 1872 1889 1899 1901 1901 1907 1910 1911 1915 1915 1918 1918 1918 1920 1921 1922 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1927 1929 1930 1933 1935 1944 1946 1947 1950 1950 1951 1952 1953 1953 1954 1955 1955 1955 1957 1957 1960 1960 1965 1969 1969 1969 1995 1998 2004 2007 2011 xxxx

Citations

<12 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

CAMBROUS(S)E,(CAMBROUSE, CAMBROUSSE), subst. fém. Arg., péj. Coin de province retiré ; campagne. Je ne pensais plus qu'aux ratifoles, aux grands espaces, à la cambrousse (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 378). Tout me paraissait beau après la province, la cambrouse (A. Arnoux, Paris-sur-Seine, 1939, p. 197). Prononc. et Orth. : [kɑ ̃bʀus] (cambrousse); [kɑ ̃bʀu:z] (cambrouse). Terme de bot. ds Ac. Compl. 1842 sous la forme cambrouse avec la var. cambrouze. Cette var. se trouve en vedette ds Lar. 19e. Besch. 1845 enregistre, s.v. cambrousse, le terme qui désigne une mauvaise chambrière. Le terme arg. pour désigner la campagne apparaît ds Guérin 1892 sous la forme cambrouse; il enregistre à part cambrousse ,,dépouille mortelle du gibier``. On trouve cambrouse également ds Nouv. Lar. ill. et Lar. 20e. Les dict. mod. admettent cambrouse ou cambrousse. Cf. Rob. et Rob. Suppl. 1970, Lar. encyclop. et Lar. Lang. fr., Dub. et Quillet 1965. Cf. aussi Pt Rob. qui considère cambrouse comme vieilli. Étymol. et Hist. I. 1628 « chambrière, servante » (Le Jargon de l'arg. réformé ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 193). II. 1821 garçon de cambrouse « voleur de grande route » (Ansiaume, Arg. en usage au Bagne de Brest, f. 10, § 227) ; 1836 cambrouse « province » (Vidocq, Les Voleurs, t. 1, p. 52) ; 1844 cambrouze « campagne » (Id., Les Vrais mystères de Paris, t. 4, p. 7); 1866 cambrousse « id. » (A. Delvau, Dict. de la lang. verte, p. 57). Dér. du prov. mod. I, de cambrouso « femme de chambre », II de cambrousso « bouge, cambuse » (Mistral) eux-mêmes dér. de cambra « chambre », le sens de « province, campagne » était peut-être né dans l'arg. des saltimbanques, issu de celui de « baraque de forain » (cf. 1837 cambrousier « marchand forain ») à travers des expr. telles que courir la cambrouse (Sain., loc. cit., t. 2, p. 303; FEW t. 2, 1, p. 136b, note 3) où plus vraisemblablement (cette dernière expr. supposant déjà le sens de « grande route à travers la campagne ») à partir de garçon de cambrouse « garçon logé dans un bouge », réinterprété comme l'équivalent de « voleur (garçon) de grands chemins (de cambrouse) »; la forme cambrousse d'apr. brousse*. Fréq. abs. littér. : 5. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 4, 237, 245, 293. (tlfi:cambrousse)

  • De camporesa (contrée champêtre) (AYN)
  • Croisement de campagne et de brousse (Dech1918)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • Dér. du prov. mod. I, de cambrouso « femme de chambre », II de cambrousso « bouge, cambuse » (Mistral) eux-mêmes dér. de cambra « chambre », le sens de « province, campagne » était peut-être né dans l'arg. des saltimbanques, issu de celui de « baraque de forain » (cf. 1837 cambrousier « marchand forain ») à travers des expr. telles que courir la cambrouse (Sain., loc. cit., t. 2, p. 303; FEW t. 2, 1, p. 136b, note 3) où plus vraisemblablement (cette dernière expr. supposant déjà le sens de « grande route à travers la campagne ») à partir de garçon de cambrouse « garçon logé dans un bouge », réinterprété comme l'équivalent de « voleur (garçon) de grands chemins (de cambrouse) » (tlfi)
  • 1836 cambrouse « province » (Vidocq, Les Voleurs, t. 1, p. 52) ; 1844 cambrouze « campagne » (Id., Les Vrais mystères de Paris, t. 4, p. 7 (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.