taper

taper (tableau rapide)
taper Emprunter, emprunter qqchose à, mettre qqun à contribution, demander qqchose, mendier, (taxer, racketter, voler, tromper pour avoir de l'argent)
synonyme voler, dérober, prendre indûment, emprunter, demander de l'argent, mendier, quêter
date 1866
fréquence 77

taper

& taper qqun ; taper qqchose à qqun ; taper qqun de qqchose ; taper de qqchose ; taper de ; se laisser taper

v.tr.

Définition

Emprunter, emprunter qqchose à, mettre qqun à contribution, demander qqchose, mendier, (taxer, racketter, voler, tromper pour avoir de l'argent) ALL : leihen / ANG : to touch someone ; to borrow

registre ancien : 8 registre moderne : 7

Synonyme : voler, dérober, prendre indûment, emprunter, demander de l'argent, mendier, quêter Famille : emprunter=taper Usage : mendiant, mendicité, gueuserie

Citations
1867 Pas moyen de taper ça [en parlant de misérables], dit Avril à son ami Germain. Ce sont des fours à plâtre ! source : 1867. Les Malfaiteurs
1935 –T'as des ronds ? / Il m'inspirait confiance, mais je ne voulais pas me laisser taper. –J'ai cent sous, à peu près, répondis-je. –Je vois, t'es fleur. source : 1935. Viande à brûler
1980 Y va nous taper cent balles source : 1980. Marche à l'ombre
xxxx Robert, c'est un gros slarvi, il a tapé la caille à Mohamed source : codi céfran
1884 prend langue avec un miché bourgeois qu'elle a amené pour lui frapper l'imagination et lui taper le porte-monnaie source : 1884. Le Boul' Mich'
1899 le jeune Saumurois, qui était allé taper quelques amis, en rentrant trouva sa bien-aimée dans les larmes source : 1899. L'amour à Paris - Nouveaux mémoires - Les industries de l'amour
1945 De pauvres bougres ont été tapés un beau jour pour les oeuvres sociales de quelque parti source : 1945. Mon journal depuis la Libération
1955 et maintenant, je retrouvais [sic] dans mes frusques les deux billets de cent balles dont je l'avais tapé, pour parfaire mon rôle de cloche source : 1955. Les rats de Montsouris
1968 Un regret me vint à l'estomac, celui de n'avoir pas tapé Antoine de cent ou deux cents francs source : 1968. Le terminus des prétentieux
1952 Rincé comme un verre à bière, sans un, il alla taper René-la-douceur source : 1952. Mon taxi et moi
1907 La belle X… est dans une mauvaise passe […] Elle est venue me taper de vingt-cinq louis source : 1907. L'amour s'amuse - Roman
1938 deux lettres me tapant de photo avec dédicace source : 1938. Moi, un nain
1929 On va d'abord taper Civrier à sa permanence source : 1929. Je suis un geux
2003 Rachida, je l'admire beaucoup. C'est elle qui m'a appris à taper dans les magasins de fringues et à conduire un scooter source : 2003. Dans l'enfer des tournantes
2003 Taper des appart, revendre ce qui est revendable à Barbès source : 2003. Dans l'enfer des tournantes
2003 Mais, je croyais que tu venais taper l'appartement ? source : 2003. Dans l'enfer des tournantes
1927 Les cigales, une fois leur vingt-cinq louis raflés, « tapaient » Wilson qui se laissait faire le plus souvent source : 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire
1927 Quand, après une série de guigne, la peur d'être affiché vous avait fait taper sans succès la famille source : 1927. Souvenirs de la vie de plaisir sous le second Empire
1915 Dis donc, je vais encore te taper ! Pourrais-tu m'avoir deux briquets à essence ou plutôt un à essence et un à amadou ? source : 1915. (correspondance) Les cinq mois de campagne d'un ouvrier parisien (1)

<19 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

2. Au fig., fam. Taper qqn (de qqc.) [Le compl. prép. désigne de l'argent] Emprunter de l'argent à quelqu'un. Je suis au café. Un ancien camarade de lycée vient de me serrer la main, me tape de cent francs et va ensuite rejoindre un ami, à l'autre bout de la salle (Green, Journal, 1929, p. 9). Entre vingt et trente ans, on peut taper les copains pour finir le mois, ça n'a pas d'importance. Entre trente et quarante, ça commence à devenir pénible. Au-dessus de quarante, c'est intolérable (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 206). [Le compl. prép. désigne qqc. qui se paie] Faire payer à quelqu'un. Lecouvreur était encore un bleu dans le métier de bistrot. Il ne savait pas se débarrasser des raseurs qui le tapaient d'une tournée (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 60). 2. 1866 fam. « emprunter de l'argent à quelqu'un » taper son patron de vingt francs (Delvau, p. 370). (tlfi:taper) /

Le radical de tromper a pu se nasaliser : cf. laper et lamper (SCHW1889) / Taper (à la caisse) (AYN) /

  • 1866, Delvau (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).