Définition de : affurer

affurer & affurer de qqchose ; affurer d'auber ; (affuer ; affuter ; affluter ; s'en faire affuter) v.tr.

Définition

■ Gagner qqchose, faire un profit, un bénéfice, faire une affaire (avec notion de profit), s'enrichir, avec ou sans tromperie, ruse, malhonnêteté ; réussir une entreprise, triompher ; ■ attraper (tromper, sens original) ; avoir, recevoir qqchose ; fig. : attraper, recevoir, recevoir des coups ; s'en faire prendre

ALL : gewinnen, betrügen, stehlen / IT : ammassare, guadagnare ; ammassare del danaro
fréquence : 058
registre ancien : 10 registre moderne : 9

synonyme : argent (gagner de l'), enrichir, duper, arnaquer, tromper, escroquer, recevoir (un coup, un projectile) famille : affur-

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1596.

1596 16xx 1725 1726 1741 17xx 1827 1827 1828 1829 1829 1829 1829 1835 1835 1836 1836 1844 1846 1847 1849 1850 1867 1872 1872 1872 1872 1872 1877 1885 1889 1894 1896 1899 1900 1901 1901 1901 1902 1907 1911 1915 1917 1946 1946 1947 1947 1952 1953 1953 1954 1955 1960 1963 1967 1968 1969 1981

Citations

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Signifie d'abord tromper + idée de profit : faire un profit par vol, ruse ou escroquerie, ou par un autre moyen peu licite. Le sens s'étend à gagner, recevoir, faire une bonne affaire, un bénéfice, un gain, profiter, et au fig. recevoir (un coup), avoir (un âge), en même temps que le sens « tromper » semble perdu. (gb)
  • Vient de fur = voleur (VID)
  • Du vieux mot furer = dépouiller (LAR 6e)
  • De l'anc. franç. furer « voler », du bas lat. furare, lat. class. furari « voler » (GR)
  • Fonds commun de l'argot (FrançoisPléiade)
  • 1596 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.

Discussion

Merci pour vos contributions.

Je ne sais pas si je peux aller jusqu'à penser "enrichir" la notice, mais je voulais juste signaler que dans les années 1990 à Marseille, les jeunes gens dont j'étais, utilisaient le verbe "furer" pour évoquer un baiser profond, avec la langue. Façon "soupe de langues" donc. Ce mot, à sa première écoute m'a paru immédiatement très vulgaire, voire canaille. Est-ce qu'on ne retrouverait pas les origine communes de l'argot des voleurs de cet "affurer". Dans le sens de "prendre la langue, la voler, faire un butin de bouche". Je pose la question à vos esprits sagaces. 18.10.2020 –Joseph Pujol)