Définition de : abbaye de monte-à-regret

abbaye de monte-à-regret & a. de monte à regret ; a. de Monte-à-Regret ; a. de Monte-à-regret ; a. de mont-à-regret ; se retirer à l'- de Mont'-à-Regret ; Mont-aux-Regrets ; l'- de monte-à-regret ; de Monte-à-Regrets ; de Monte-à-Regret ; de Montagregret ; abbaie du mont à regret n.f., locution

Définition

Échafaud, guillotine, potence, gibet ; être guillotiné

ALL : Schafott / ANG : The Scaffold / IT : ghigliottina, forca
fréquence : 054
registre ancien : 10 registre moderne :

synonyme : guillotine, échafaud, potence famille : abbaye de usage : Argot du bagne et des forçats, bourreau, peine de mort

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1628.

16xx 1725 1726 1741 17xx 1827 1828 1828 1829 1829 1829 1829 1833 1835 1836 1836 1838 1841 1846 1846 1847 1849 1851 1853 1859 1860 1866 1871 1872 1872 1875 1877 1885 1894 1896 1899 1900 1901 1901 1901 1907 1911 1917 1930 1932 1952 1977 1986 2012 xxxx xxxx xxxx xxxx

Citations

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Cette désignation n'a plus de raison d'être depuis 1871, époque à laquelle les treize marches pour y monter ont été supprimées (ROS)
  • Abbaye sépare du monde, on y monte à regret (LAR 6e)
  • Cette expression s'appliquait autrefois à l'échelle qui servait à pendre ; depuis lors les argotiers, confondant à dessein cette machine avec les degrés qui conduisent à l'échafaud, ont fait de la partie le tout et désignent sous ce nom l'appareil qui tranche la tête des condamnés (Peschier1852)
  • « La référence à un lieu empreint de religiosité pourrait s'expliquer par la présence de l'aumônier qui accompagne jusqu'en haut des marches le condamné. Cette expression pour désigner l'échafaud date du XVIIe siècle. Nous la comprenons avec son terme regret (Vidocq lui-même, fait cette confusion dans son Argot des voleurs), mais elle vient plus probablement de à regrès, qui voulait dire “à reculons”, car on faisait monter le condamné à l'envers vers la potence avant de lui passer la cravate de chanvre autour du cou. » Armand2012
  • il y avait à Caen […] la rue Monte-à-Regret, celle qui menait à l'échafaud, et en argot l'abbaye de Monte-à-Regret est l'échafaud. (Le Héricher, Hist. et gloss. du normand, t. second, 1862)
    • Une rue du même existe aussi à Limoges, Barentin et dans d'autres villes. (gb)
  • 1628 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.

Discussion

Merci pour vos contributions.

Cette expression est mentionnée dans "Les curiositez françoises" d'Antoine Oudin (1640). Sa définition est alors : "l'eschelle qui sert à ceux que l'on pend." 14/10/2020 – Didier