Définition de : gamberger

gamberger & gomberger ; gemberger ; comberger

Définition

Penser, cogiter, réfléchir, réfléchir intelligemment, se raisonner, analyser, comprendre, se faire du souci ; compter ; (rêver)

fréquence : 071
registre ancien : 9 registre moderne : 8

synonyme : soucier (se), soucier, tourmenter, réfléchir, penser, compter

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1836.

1836 1844 1847 1872 1877 1885 1900 1901 1901 1927 1946 1947 1947 1947 1947 1948 1949 1950 1952 1953 1953 1953 1953 1953 1953 1954 1954 1954 1954 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1955 1956 1956 1957 1957 1957 1957 1957 1959 1960 1961 1963 1965 1965 1965 1967 1969 1969 1975 1975 1976 1977 1977 1977 1977 1979 1981 1984 1987 1999 2002 2003 2003 2006 2007 2009

Citations

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

GAMBERGER, verbe Argotique A. − Emploi intrans. Méditer, réfléchir. Enfin j'avais gambergé ferme autour de ce petit déjeuner. J'avais même fini par décider qu'il aurait lieu à la terrasse des Deux Magots (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 83). Je me suis mis à gamberger (...) je tirais une goulée de pipe, j'éclusais une gorgée de gin; ça aidait beaucoup à la méditation (Simonin, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 72). − Gamberger à. Réfléchir à. Moi qui vous cause, j'ai bien souvent gambergé à ces problèmes (Queneau, Zazie, 1959, p. 156). Rem. On relève chez Céline le sens « se promener ». Il s'était relevé... Il tenait pas assis... Il gambergeait de long en large (Mort à crédit, 1936, p. 655). B. − Emploi trans. Réfléchir à. Gamberger un coup, un fric-frac. Par la suite, j'ai gambergé leur turbin, j'ai pas été long à m'rendre compte qu'à c'truc-là [le baccara], le client n'a aucune chance (Simonin, Bazin, Voilà taxi ! 1935, p. 183). Prononc. : [gɑ ̃bε ʀ ʒe], (il) gamberge [gɑ ̃bε ʀ ʒ]. Étymol. et Hist. 1844 « compter » (Dict. complet de l'arg. employé dans « Les Mystères de Paris », p. 41); 1926 « réfléchir; calculer, combiner » (arg. des voyous ds Esn.); 1928 (Lacassagne, Arg. « milieu », p. 99). Orig. incertaine; var. de gomberger « compter » (1836, Vidocq, Voleurs, t. 1, p. 186) [déjà en 1835 « ne rien perdre » (Raspail, Réf. pénit., p. 2)], comberger « compter » (1836, Vidocq, loc. cit., p. 81), « réfléchir, calculer » (1899, Nouguier, Notes manuscr. Dict. Delesalle, p. 73) [déjà ca 1822 « se confesser » (M.H.B.D.S., suppl. dict. arg., p. 6)], qui serait une altération de compter* par déformation arg. de la finale. (tlfi:gamberger)

  • Var. de comberger, p.-ê. altér. de compter (GR)
  • 1844 : compter ; 1926 : réfléchir (GR) / 1927 : réfléchir, se faire du souci (cycliste pro) ; comberger : compter, 1836 ; gamberger : compter, 1844 (ESN-Fresnes) / 1844 « compter » (Dict. complet de l'arg. employé dans « Les Mystères de Paris ») var. de gomberger « compter » (1836, Vidocq, Voleurs, t. 1, p. 186) [déjà en 1835 « ne rien perdre » (Raspail, Réf. pénit., p. 2)], comberger « compter » (1836, Vidocq, loc. cit., p. 81) [déjà ca 1822 « se confesser » (M.H.B.D.S., suppl. dict. arg., p. 6)] (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.