Définition de : poisse

  • poisse
    • ■ Malchance, malchance durable ; mauvaise chance, guignon ; déveine durable, série d'échecs ; ■ misère, gêne, ennuis ; □ exclamation de dépit ; □ être malchanceux, misérable ; □ dans une mauvaise situation (financière ou autre) ; □ porter malheur ; (de malheur)
    • fréquence : 071
    • id : 8628

poisse & la poisse ! ; quelle poisse ! ; avoir la poisse ; avoir toutes les poisses ; □ porter la poisse ; foutre la poisse ; ficher la poisse ; f.... la poisse ; dans la poisse ; poisse noire ; être en poisse ; (de poisse) n.f.

Définition

■ Malchance, malchance durable ; mauvaise chance, guignon ; déveine durable, série d'échecs ; ■ misère, gêne, ennuis ; □ exclamation de dépit ; □ être malchanceux, misérable ; □ dans une mauvaise situation (financière ou autre) ; □ porter malheur ; (de malheur)

ANG : to be broke
fréquence : 071
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : malchance, malchanceux, misère, pauvreté famille : poisse (malchance)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1909.

1914 1915 1915 1917 1917 1918 1918 1918 1919 1919 1920 1922 1925 1925 1926 1927 1927 1929 1929 1931 1935 1935 1939 1939 1942 1943 1943 1949 1951 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1954 1955 1960 1960 1961 1961 1963 1965 1967 1969 1973 1974 1975 1976 1979 1980 1981 1981 1982 1982 1990 1994 1999 1999 1999 2002 2002 2002 2003 2003 2003 2004 2004 2006 2011 xxxx

Citations

  • 1935 Il en est des navires comme des hommes : le sort sourit aux uns et accable les autres. Ce pauvre Danton, par exemple, a eu toutes les poisses. source : 1935. Mer Noire
  • 1982 les gens qui venaient par là savaient toujours à peu près ce qu'ils allaient y trouver et qui n'était pas ce qui les attendait ailleurs, à la Madeleine ou à Saint-Lazare dans le genre distingué, sur les boulevards extérieurs dans le genre poisse source : 1982. Histoires de la nuit parisienne
  • 1942 Ralland déclarait que la poisse lui avait toujours collé dessus dans l'existence et que cela lui avait aigri le caractère. source : 1942. Le bouquet
  • 1952 Au bout d'une heure, je n'ai fait qu'un mégot de trois francs cinquante, après une douzaine de kilomètres en maraude. C'est la poisse source : 1952. Mon taxi et moi
  • 1919 je finis par croire que nous sommes envoûtés et que nous avons la poisse source : 1919. Souvenirs d'un pilote aviateur
  • 1929 –T'es comme bibi ? Sans un ? –Oui… la vraie poisse source : 1929. Je suis un geux
  • 2006 J'ai de nouveau fait un day off. La poisse en ce moment. source : 2006. Fuck and forget - Journal de Pattaya
  • 2006 Putain, la poisse ! La série des deux trois deux coups continue. source : 2006. Fuck and forget - Journal de Pattaya
  • 1917 Enfin, la v'là donc décanillée, c'te vieille mère La Poisse ! / La mère La Poisse ! Traduisez : la Mère la Guigne ! Ainsi en était-on arrivé à accuser la vieille d'attirer le malheur sur notre ligne. source : 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915
  • 1915 C'est c'te salope qui m'a f.... la poisse fait-il d'une voix grinçante… Depuis que je l'ai rencontrée, rien ne me réussit ! source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1922 Deux femmes subvenaient à ses besoins qui étaient grands : il ne regardait pas à la dépense et venait volontiers en aide à un ami dans la poisse. source : 1922. Au Lion Tranquille
  • 1953 Ma parole ces mecs-là ils doivent avoir des antennes. J'ai un pote qui a été emballé comme ça. Au flan. En plein Pigalle. Et pourtant bien sapé et tout. Mais non, c'est ça la vie. On est en poisse ou on ne l'est pas, quoi ! source : 1953. De la boue et des roses

<12 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

B. − Au fig., pop. 1. Situation ennuyeuse et contrariante. Être dans la poisse. V. colle B 2 a ex. de Colette. 2. Pauvreté, misère. Pourtant, vous avez un chez-vous, pourtant vous mangez à votre faim. −Que vous est-il arrivé, Jibé ? −Des malheurs. Peux pas vous expliquer. Ce serait trop long. Mais ça ne va pas fort, patron. Maintenant, c'est la grande faim, la grande poisse, la grande mouise (Duhamel,Journal Salav., 1927, p. 180). Je veux bien te plaindre, avoir pitié de toi, mais si tu as cru que notre misère, notre poisse, notre crasse étaient des titres de noblesse, tu t'es trompé (Anouilh,Sauv., 1938, III, p. 250). 3. Malchance. Quelle poisse! porter la poisse. Qu'est-ce que t'as, Fernande? lui demandait Kiki la rouquine. Tu vas nous fout' la poisse avec ta gueule de faire-part (Carco, Jésus-la-Caille, 1914, p. 222).Quand on a la poisse de s'offrir une grande attaque boche le jour marqué pour la relève, qu'est-ce que tout le reste peut bien vous foutre! (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 38).Nicolas la regretta vaguement [la secrétaire]; sa voix, lui semblait-il, eût conjuré le mauvais sort, la poisse qui le collait là maintenant (Arnoux,Rêv. policier amat., 1945, p. 126). Prononc.: [pwas]. Étymol. et Hist. B. Fig. 1. 1909 « malchance persistante » (arg. des coureurs cyclistes d'apr. Esn.); 2. 1927 pop. « gêne, misère » (Duhamel, loc. cit.). Déverbal de poisser*, la malchance, la misère s'attachant au malheureux comme la poix.

  • 1909, coureurs cyclistes, d'après Esnault (TLFi) / 1908 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.