se dégonfler

se dégonfler Perdre courage, reculer, ne pas oser, abandonner un projet, avoir peur, faire marche arrière, céder, abandonner ses prétentions, faire perdre l'envie de ; refuser ; avouer, tout dire, donner libre cours à ses sentiments, épancher, soulager son coeur
date 1918
fréquence 69
synonyme avouer, parler, faire des révélations, peur, avoir peur, craindre

se dégonfler

& dégonfler qqun

locution

Perdre courage, reculer, ne pas oser, abandonner un projet, avoir peur, faire marche arrière, céder, abandonner ses prétentions, faire perdre l'envie de ; refuser ; avouer, tout dire, donner libre cours à ses sentiments, épancher, soulager son coeur

registre ancien : 7 registre moderne : 6

Famille : gonflé/dégonflé (courage, bravoure)

1989 personne n'a su que je l'étais dégonflé. source : 1989. (Lettre à Jean Paulhan - 02/1939)
1936 qui s'dégonfle et qu'a peur source : 1936. Doudou la terreur (doc. inédit)
1955 Tonton devant ce résultat ne se dégonfla pas source : 1955. La java des bombes atomiques
1949 Ce qui l'a dégonflée, ce fut le résultat de l'opération. Il y avait tout juste huit cents francs dans le sac source : 1949. Mémoires d'un contrôleur des wagons-lits recueillis par René Delpêche
1918 Manitôt donc ne se « dégonfla » pas. source : 1918. Loin de la rifflette
1954 la façon dont je rigole tranquillement semble lui prouver que ce n'est pas un petit mec comme Dédé qui peut me dégonfler source : 1954. L'Aristo chez les tricheurs
1918 Tu peux les foutre un après l'autre au « tombeau », pas un ne se dégonflera. source : 1918. Loin de la rifflette
1944 j'étais autorisé à aller, tous les soirs, à l'infirmerie, où l'infirmier Stoll soignait mes blessures. Je l'ai peu à peu « dégonflé ». Ce fut relativement facile […] il n'était que depuis trois mois dans la Milice et, déjà, il en avait assez. source : 1944. Dans les prisons de la milice - Un mois au château des Brosses
1947 Aragon se dégonfle piteusement, souille ses chaussures, fait jouer ses relations source : 1947. Mon journal dans la drôle de paix
1947 S'il y avait eu vraiment du risque, ils se seraient tous dégonflés comme les foireux. source : 1947. Fleur-de-Poisse
1936 Alors, mon pauvre vieux, tu vois, j'ai envie de me dégonfler. J'hésite. Je ne suis pas un littéraire, moi. J'ai des souvenirs, évidemment, mais qu'est-ce que c'est à côté des tiens ? source : 1936. Hajde Prilep. Journal d'un poilu d'Orient
1977 Il va sûrement se dégonfler au saut, ou se casser en deux. Et moi, dans quelques jours, pourvu que je ne me dégonfle pas, mon Dieu ! Même si je dois y laisser ma peau, tant pis, mais que je ne me dégonfle pas ! Oh, mon Dieu, calmez ma peur ! source : 1977. Faut pas rire avec les barbares

<12 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

DÉGONFLER, verbe trans. c) Pop. Perdre sa détermination, son courage ou son audace au moment d'agir; p. ext., se retirer lâchement d'une affaire. Je le connais, moi, c'est une chiffe, une poule mouillée, il se dégonfle toujours (CENDRARS, Moravagine, 1926, p. 137). Étymol. et Hist. 3. 1913-18 fig., pop. se dégonfler « manquer de courage » (d'apr. ESN. Poilu, p. 203) (tlfi:dégonfler) /

Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).