¶ à la coule

à la coule & être à la coule ; il est à la coule ; à la coule ; être mis à la coule ; mis à la coule ; être à la coule de ; se mettre à la coule de ; ≠ ne pas être à la coule locution

Définition

Malin, astucieux, intelligent, adroit, bien informé, expérimenté, affranchi, qu'on ne peut tromper, pas embarrassé, au courant des ficelles du métier ; malin, un peu corrompu ; savoir y faire, être habile ; être informé, initié aux ficelles du métier ; faire comme ; ≠ naïf

ALL : wohlunterricht sein, schlau, (gerieben) sein / ANG : he is well informed
fréquence : 052
registre ancien : 8 registre moderne : 8

synonyme : expérience (avoir de l') (ou âge), malin, intelligent, astucieux, débrouillard, habile, connaisseur / être, information, renseignement, informer, renseigner, compétent, avoir le savoir-faire

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1864.

1870 1872 1875 1880 1885 1886 1888 1889 1889 1891 1894 1899 1899 1900 1901 1901 1902 1904 1907 1908 1911 1911 1912 1914 1916 1917 1918 1918 1918 1920 1922 1925 1926 1927 1927 1927 1927 1928 1929 1930 1933 1946 1951 1952 1953 1957 1972 1975 1976 1976 1979 1981

Citations

<31 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

COULE, subst. fém. Pop. [Seulement dans loc.] (Être) à la coule Avoir ou procurer une vie aisée, facile; avoir bon caractère, être indulgent. Pour un oui, pour un non, à l'hôpital, comme dans la clientèle, le médecin, un peu à la coule, fait une piqûre [de morphine] d'un centigramme (L. DAUDET, Homme et poison, 1925, p. 25) : Ah ben ! dit le Blondinet [à Lambert]. Tu peux dire qu'elle [sa mère] est à la coule, quand je pense que ma mère, à moi, me foutait des claques (...) quand elle me rencontrait avec une môme. SARTRE, La Mort dans l'âme, 1949, p. 247. Être au courant, savoir tirer avantage d'une situation particulière. À une heure et demie, visite à la Maison de la Presse. Alborg très débrouillard et très à la coule (LÉAUTAUD, Journal litt., 1910-21, p. 270). Mettre qqn à la coule. Apprendre à quelqu'un la façon de se procurer de petits profits. Quand il est entré là-dedans, on ne savait rien faire, ça commence à venir, on les a mis à la coule (POULOT, Sublime, 1872, p. 90). Prononc. : [kul]; [alakul]. Étymol. et Hist. 1. 1864 à la coule « adroit, habile, débrouillard » (GONCOURT, Lacerteux, p. 202 : Un joli garçon à la coule qui ne bricole pas de casse-têtes); 2. 1866 coule (DELVAU, p. 93 : Coule. Les dégâts, les petits vols que commettent les employés, les domestiques d'une maison, et spécialement les garçons de café). Déverbal de couler* « faire passer sans heurt, sans difficulté ». Bbg. SAIN. Lang. par. 1920, pp. 389-390. (tlfi:coule)

  • Déverbal de couler « faire passer sans heurt, sans difficulté » (TLFi)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • Cité dans (GR2), non daté, citation Mirbeau, Journal d'une FdC, 1900 / 1864 à la coule « adroit, habile, débrouillard » (GONCOURT, Lacerteux, p. 202 : Un joli garçon à la coule qui ne bricole pas de casse-têtes); (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.