rossignol

rossignol (tableau rapide)
rossignol Outil pour crocheter les serrures (fausse clé, passe-partout, outil pour forcer les serrures, outil pour ouvrir les portes, outil de casseur de porte, morceau de fer propre à forcer les portes) ; > voleur au crochet ou à la fausse clef
synonyme clé, fausse clé
date 1406
fréquence 39

rossignol

n.m.

Définition

Outil pour crocheter les serrures (fausse clé, passe-partout, outil pour forcer les serrures, outil pour ouvrir les portes, outil de casseur de porte, morceau de fer propre à forcer les portes) ; > voleur au crochet ou à la fausse clef

registre ancien : 4 registre moderne : 4

Synonyme : clé, fausse clé

3496_trousseau.jpg: 635x600, 34k (21 avril 2016 à 22h36) 3496_trousseau2.jpg: 545x730, 63k (21 avril 2016 à 22h36)

Citations
1867 le Carouble ou Rossignol pour crocheter les portes ; – le Carouble n'est qu'une fausse clef ou plutôt une tige surmontée d'un anneau, sur laquelle s'adapte à volonté la partie inférieure et ouvragée, dite Rossignol, forgée, coulée en plomb et modifiée selon le résultat de l'empreinte. source : 1867. Les Malfaiteurs
1887 Profitant de l'absence de son voisin d'un garni de la rue des Anglais, un jour, un malfaiteur, après avoir, vainement frappé à la porte vis-à-vis de la sienne, pénétra dans le logement à l'aide d'un rossignol. source : 1887. Le monde des prisons
1850 Avec un crochet, ou un rossignol, on peut la remplacer [la clef Bernarde] source : 1850. La légende noire du bagne
1882 La carouble, c'est le vol avec effraction […]. Proprement dit, la carouble, c'est un trousseau de fausses clefs, ce qu'on appelle dans le grand monde des rossignols, parce que cela ne chante que la nuit source : 1882. Paris horrible & Paris original
1836 Adroit escroc, il avait trouvé un rossignol pour forcer le langage de la presse, et il l'avait volé source : 1836. À propos de Lacenaire, dans Mémoires de Lacenaire, avec ses Poèmes et ses Lettres, suivis de Témoignages, Enquêtes & Entretiens présentés par Monique Lebailly
1955 Elle était huilée de frais, de l'extérieur, comme s'il avait été nécessaire qu'elle fût en bonne disposition pour accepter l'hommage d'un passe ou d'un rossignol source : 1955. Les rats de Montsouris
1829 avec la tringle de l'un des petits rideaux de fenêtre, je fabrique en un clin-d'oeil un rossignol ; d'une main accoutumée à ces sortes d'opérations, je l'introduis dans la serrure, et après cinq minutes de travail la porte est ouverte. source : 1829. Mémoires d'un forçat ou Vidocq dévoilé (tome quatrième)
1828 finissent, s'ils ne sont enfermés aux petites maisons […] par devenir escrocs, faux-monnoyeurs, rossignols, voleurs source : 1828. Coup d'oeil sur la misère volontaire, ses causes et ses abus ; ou la mendicité valide détruite par la morale et le travail (...)
1830 À une distance de vingt-cinq pas et en un clin-d'oeil, il saisissait toutes les dimensions d'une serrure de manière à savoir quel rossignol, quelle fausse clef, il fallait employer pour la forcer. source : 1830. Les bagnes. Rochefort
1881 La spécialité de Lacenaire, lorsqu'il n'assassinait pas, était de changer dans les restaurants les couverts d'argent en couverts de composition qu'il apportait dans un foulard, ou d'ouvrir les portes à l'aide de rossignols source : 1881. Mémoires de Monsieur Claude, chef de la police de sûreté

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

ROSSIGNOL, subst. masc. 3. Spécialement a) Arg., pop. Instrument pour crocheter les serrures. Venture (...) chercha le trou de la serrure, y introduisit son rossignol, et, avec cette habileté merveilleuse des voleurs, il crocheta le pène (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 5, 1859, p. 266). Un trousseau de fausses clefs, ce qu'on appelle dans le grand monde des rossignols, parce que cela ne chante que la nuit (GRISON, Paris, 1882, p. 36).

Étymol. et Hist. 2. fig. a) 1406 « crochet pour ouvrir les serrures » (dossier de l'affaire de Jehan des Haies, dit le Decier ds SAIN. Sources Arg. t. 1, p. 13); b) 1569 « instrument de torture » (PAPON, Recueils d'arrets, 991 ds Romania t. 34, p. 616 et t. 36, p. 291); 1676 « coin de bois qu'on met dans une mortaise trop longue pour serrer deux pièces de bois » (FÉLIBIEN) (tlfi:rossignol) /

  • Parce que cela ne chante que la nuit (GRIS)
  • P.-ê. par croisement avec un dér. de ruptiare « rompre » (Guiraud) (GR)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).