Définition de : mitard

mitard & mitar ; mittard ; □ aller au mitard n.m.

Définition

Cachot, cellule, spécialement cellule disciplinaire, cellule de rigueur, cellule de force, cellule d'isolement, de punition

fréquence : 063
registre ancien : 8 registre moderne : 7

synonyme : cachot, cellule, mitard famille : mitard usage : Argot de la prison, argot carcéral, Argot militaire

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1884.

1889 1892 1894 1899 1900 1901 1901 1907 1924 1935 1945 1945 1947 1947 1947 1948 1948 1952 1953 1953 1953 1955 1960 1962 1963 1965 1967 1966 1969 1969 1972 1972 1973 1973 1974 1974 1975 1976 1977 1979 1979 1981 1982 1987 1988 1995 1999 1999 1999 2000 2002 2005 2008 2009 2011 2011 2012 xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx xxxx

3288_nos_mathurins_au_mitard.jpg: 366x600, 87k (26 février 2018 à 23h39)

Citations

  • 1999 Le mitard ici, c'est considéré comme étant le trou du cul de la zonzon. Lever, 7 heures, coucher à poil sur un lit en béton sans couverture. source : 1999. Boumkoeur
  • 1948 Le mitard, argot de prison, c'est en langage administratif la cellule de « correction ». Tentative d'évasion, corruption de fonctionnaire, trafic, passage clandestin de lettres, de tabac – voire d'alcool, indiscipline grave, y mènent tout droit. C'est une prison à l'intérieur de la prison. C'est le cachot noir où le puni est soumis à un régime d'une sévérité difficilement concevable au vingtième siècle, dans un pays civilisé. source : 1948. Prisons de l'épuration
  • 2000 Le mitard, lance-t-elle, c'est la prison dans la prison. On est privé de tout source : 2000. Femmes en prison - Dans les coulisses de Fleury-Mérogis
  • 1892 en dépit du règlement affiché qui défendait de parler à voix haute, de rire, de chanter, de siffler, de sauter, de courir, sous peine du cachot, du mitard, pour employer le mot des prisonniers et des geôliers, ceux-ci parlant la même langue que ceux-là source : 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique
  • 1973 j'ai un problème avec un détenu qui est au mitard, pouvez-vous venir immédiatement ? source : 1973. Le petit paradis
  • 1953 à l'École, faudra qu'il cède. Sans ça, mitard et compagnie ! source : 1953. Allons z'enfants
  • 1962 Sera-ce la forte tête et le mitard ? Ou, pire, la résignation, l'anémie et l'encroûtement cafardique ? source : 1962. Bibiche
  • 1924 Puis, muni de sa gamelle en fer-blanc, tout clopinant, les gardiens le conduisirent dans la cellule de rigueur où ils l'enfermèrent. (Ce lieu est dénommé par les familiers des prisons le « mittard » ou encore « jettard ».) source : 1924. Les dessous de Montmartre
  • 1967 Il n'y a pas de mitard à Versailles, on l'a envoyé à Fresnes. source : 1967. Le cachot
  • 1977 La cellule de mitard est semblable à une cellule normale, mais elle est vide : pas d'armoire, pas de table, pas de tabouret, quatre murs et une plaque de métal scellée (toute la literie est retirée dans la journée). […] Envoyer un détenu au mitard, c'est le condamner à la solitude, à l'inactivité totale. source : 1977. Les jeunes en prison. On nous enfonce
  • 2011 Nous arrivons ensuite au quartier disciplinaire (QD), le « mitard », la prison de la prison, où sont isolés les détenus punis, et qui fut longtemps le « trou noir » de l'Administration pénitentiaire. source : 2011. Dans la peau d'un maton
  • 1947 Le mitard est un vieux terme d'argot du bagne, passé dans le langage des prisons, et qui désigne le cachot de punition. On y descend sans vêtements et sans couverture, et on couche à même sur un bat-flanc de bois, dans une obscurité presque complète. On a du pain et de l'eau, et une gamelle de soupe tous les quatre jours. source : 1947. Prisons tragiques. Prisons comiques. Prisons grivoises

<12 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

MITARD, subst. masc. Arg. Cachot, cellule. Nettement moins confortable qu'un mitard de prison, la pièce était sombre comme un caveau (H. Bazin, Tête contre murs, 1949, p. 334). On a jeté l'homme au mitard (...). On a décidé de le renvoyer au travail, on espérait ainsi le faire espionner par quelque « mouton » (Vialar, Hte-mort, 1951, p. 361). Prononc.: [mita:ʀ]. Étymol. et Hist. 1884 « cachot » (Moreau, Souv. Pte et Gde Roquette, t. 1, p. 230). Dér., à l'aide du suff. -ard*, de l'arg. mite « cachot ». Bbg. Chautard Vie étrange Arg. 1931, p. 524. (tlfi:mitard)

  • Voir aussi mite
  • De l'argot mite, mitte « cachot », 1800 ; p.-ê. de cachemitte (1725), dér. argotique de cachot, d'après ESN (GR)
  • Dér., à l'aide du suff. -ard*, de l'arg. mite « cachot ». (TLFi)
  • 1884 d'après ESN (GR, TLFi) / 1886 Moreau (ESN-Fresnes) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.